Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 13:33
18 rue Chevreul Lyon
18 rue Chevreul Lyon

Lorsque j'étais à l'université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, on entendait parfois des choses bizarres sur les nominations des professeurs quand certains stagnaient au grade de maître de conférence.

Quand j'étais à l'université Paul Sabatier de Toulouse, j'ai appris que certains moniteurs qui travaillaient pour l'université "arrangeaient" moyennant monnaie sonnante et trébuchante quelques UV (unités de valeurs) pour boucler une année universitaire. J'avais vu de mes yeux vu des ententes claniques entre des professeurs qui aidaient les tricheries de certains étudiants qui ne s'en cachaient pas vraiment tellement leur suffisance et leur protection était insolente. Là aussi, certains maître de conférence pionnier de secteur stagnaient tandis que d'autres passaient devant par le truchement de l'influence des corporations intra-universitaires.

A l'université Lyon 2 Louis Lumière, j'ai entendu les récriminations d'une étudiante sur la cécité du collège pour un enseignant qui facilitait certaines étudiantes.

A l'université Lyon 3 Jean Moulin, le résistant, j'ai vu le concert pour faire disparaître l'école d'un professeur pourtant reconnu dans le monde entier pour ses recherches, entente à la fois des organes institutionnels de recherche comme de ses plus proches collaborateurs avant sa mort. J'ai vu le favoritisme pour certains doctorants quand d'autres ne pouvaient présenter leurs production dans des colloques à l'étranger ou faire financer la moindre des dépenses parfois exorbitante pour soutenir sa recherche et donc celle de l'université pourtant par une énergie décuplée par le contraste de voir des parvenus être financés pour la moindre des stagnations. J'y ai vu tantôt le favoritisme ou l'exclusion pour des travaux doctoraux sur d'autres critères qu'académiques.

Mais je n'avais jamais vu comme dans la faculté de droit de cette même université, pour le cursus de niveau master professionnel (bac+5) de droit social, autant d'accumulation de faits qui démontrent des ententes larges et soutenues, avec l'évidence de pression sur certains membres du corps enseignants, muselés, surtout qu'il s'agit de professionnel aguerris, contre une étudiante avocate. Discrimination selon l'origine géographiques des stagiaires (on se demande si c'est par abolition de la vérification de la compétence devant la perspective d'une relation avec une université lointaine ou répondant en quelques sortes au surcoût de la formation comme frais de déplacement), discrimination selon la profession (avocat semblant être une profession gênante), discrimination avouée contre le barreau de la Capitale (celui des Gaules étant jaloux ou apeuré?), discrimination par la méthodologie d'évaluation (un tel fait un stage, l'autre une recherche, l'autre rien), la méthodologie de notation (tel à l'oral, tel autre seulement l'écrit), discrimination selon le statut professionnel ou estudiantin. Le tout assorti de menaces visant à décourager certains stagiaires, dont certains capitulent devant tant de puissance et d'incapacité à saisir les rôles et les enjeux du personnel encadrant. La saisine des tutelles de contrôle semble rien y faire que ce soit au niveau de l'équipe du master, des collaborateurs avocats trop nombreux pour offrir une faille à cette carapace bien tressée, ou la direction de la faculté, des conseils d'université, de la présidence. Faudra-t-il saisir la chancellerie des universités?

A y regarder de plus près voilà qu'on découvre qu'il y avait eu un problème de faux diplômes vendus à des chinois pas tous si contents de l'aubaine qui se faisait attendre à l'université de Toulon. Le directeur avait été limogé mais on avait perdu trace des enseignants responsables. De pérégrinations en nominations, le long chemin s'écoule... jusqu'à la fondation de ce master de droit social attendu par certains qui croyaient voir là un signe de la socialisation de la faculté de droit ou de l'université qui décidément a bien changé en peu d'années. Si il doit y avoir une épuration, au moins qu'elle se base sur les éléments de droit ! Il y a plusieurs manières de brûler les bibliothèques, tuant symboliquement les lecteurs et les bibliothécaires. La réforme des université à déjà assez fait de dégâts, au titre de l’européanisation des formations, voilà que beaucoup de loups se mettent à fabriquer de juteuses bergeries.

Combien nombreuses sont les institutions où l'on remarque au fil du temps des anomalies persistantes que rien de remet en ordre malgré les alertes isolées et solitaires. Comment interpréter cela autrement que par l'influence de réseaux qui n'ont que faire de la doctrine républicaine et dont la recherche de positions sociales évacuent tout sentiment d'honneur à respecter la probité des règles de l'ascension sociale, non comme des crabes avides mais comme des parasites dévorant petit à petit le tissus social, ici universitaire, pipant les règles des concours, des diplômes, des nominations, partout. Là dans un cadre institutionnel, judiciaire, policier, éducatif, préventif, ou encore là, économique ou politique, en un mot, républicain.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Articles D'archives