Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 08:48
Droit de réponse de Bruno Lagadec sur la guerre de SOSPAPA

Suite à l'article: "La guerre de SOSPAPA n'aura pas lieu"

Bruno Lagadec a réagi en rappelant justement ce que nous rappelons toujours en pareils cas: la présomption d'innocence (et qu'il faut donc rappeler à l'auteur de l'email en question diffusé sans cette précaution) et que j'ai moi même rappeler dans cet article car c'est fondamental.

- BRUNO LAGADEC: [---/---] Sur ton article intitulé "La guerre de SOS PAPA n'aura pas lieu" et dans lequel tu as commis une erreur * qu'il faudra rectifier : je n'ai jamais été une seule fois de ma vie condamné pour "soustraction d'enfant", "escroquerie" ou "travail dissimulé" ou quoique ce soit d'autre sur l'éthique associative !! Jusqu'à preuve du contraire je suis présumé innocent dans "l'affaire Enzo" et j'entends me battre jusqu'au bout pour obtenir un non-lieu ou la relaxe ! [fin de citation]

*RCB: Ce n'est pas une erreur mais une citation et bien évidemment je ne corrobore pas cette (fausse) information même si elle est reprise dans le commentaire. Cet avis de droit de réponse de Bruno Lagadec permet de lever l'incertitude qui pourrait persister suite à l'email initial. Bruno a raison de faire rappeler sa présomption d'innocence et (indépendamment) je suis sensible aux arguments que j'imagine.

J'ajouterai que la pratique des rumeurs est une dévastation qui existe trop souvent dans nos mouvements de coparentalité comme à pour propager celles que chacun a pu subir pendant sa propre séparation. Il faut changer résolument de mode de communication!

Je souhaite à Bruno et à tous ceux qui ont subi ces absences de précaution de présomption d'innocence de pourvoir rétablir leur droit mais surtout leur dignité. C'est un aspect que nous devons toujours avoir présent à l'esprit. Que j'applique lorsqu'un parent demande conseil à RCB (il n'y a dons pas d'exclusion de cas sur critère de "culpabilité potentielle" ou de cas "psychologiquement dérangé", n'étant ni juge ni médecin).

En particulier la présomption d'innocence doit s'appliquer lorsque des parents commettent des choses irréparables tant que la justice n'a pas fait le clair sur ces affaires. Les media sont toujours prompts à diffuser une dépêche sur un drame familial, mais jamais jamais ils ne reviennent sur le résultat des enquêtes (qui pourraient dans bien des cas être prolongé par nos analyses). Les modalités de la justice ne le favorise pas: le huis clos quand des mineurs (parfois certaines affaires "sensibles" ou médiatisées), l'interdiction d'enregistrement dans les salles d'audience, le respect de la vie privée (que la rumeur diffamatoire fait exploser), le secret des instructions (sauf cas politique comme chacun peut en juger et par la publication de nombreux ouvrages qui montre que ce secret est illusoire), l'absence de diffusion publique des condamnations (mais on constate que les délais comme pour cet assassinat froidement d'un policier où après une condamnation, l'appel se faisant attendre plus que raisonnablement, cette présomption d'innocence s'applique à la préventive en libérant un "présumé innocent"(et là on voit les limite de cette précaution). C'est pour cela que je pense que nous devons le faire le plus rigoureusement possible, mais c'est difficile, dans notre propre média.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article

commentaires

kessler 18/09/2015 19:32

Bonjour à tous

Sujet absolument inutile et contre productif
On en a rien a foutre des guerres politiques aux seins des associations de droits de pères et égalité parentale
Comme si on avait pas assez de travail !
Cette hécatombe et l’armada justice services sociaux et consorts assassinent impunément le devenir de nos enfants et il faudrait passer du temps à intéresser à des polémiques internes ?
Mais que ceux qui œuvrent a gaspiller leurs énergies sur ce lit de merde n'ont qu'a dégager, ce qui permettra aux autres qui se battent et surtout tentent de créer du lien social dynamique entre les pères les parents et toutes les associations existantes d'avancer.
Qu'ils dégagent et laissent leur place les carriéristes !

Réseau Colin Bagnard 10/11/2015 00:11

il faut essayer de par exemple proposer ses services comme "assistant maternel" (et non pas "paternel") pour se rendre compte que dans ce gynécée il n'y a pas de place pour les couillus (faut voir leur gueles, rien que pour ça, ça vaut le coup d'essayer !)... mais si ça peut changer...

pierre 06/11/2015 21:43

Bonjour,
Les associations de défense des pères devraient se battre pas uniquement lors des divorces quand les jeux sont déjà faits entre les deux parents mais avant les divorces. Se battre contre les stéréotypes qui conduisent à des discriminations indirectes ou directes par la suite lors des divorces
Par exemple, EXIGEONS des quotas d'hommes dans les métiers de la petite enfance, dans les crèches, plus de maitres et d'enseignants dans les écoles maternelles et primaires. Revendiquer un FORT allongement du congé paternité et des mesures de discrimination positive concernant le congé parental partagé avec un congé parental bien REMUNERE pour les pères. Cela permettrait de casser les stéréotypes en une décennie, d'affaiblir le discours des fossoyeurs de la psychanalyse sur la hiérarchisation des rôles parentaux qui privilégient la mère et marginalisent le père quand il s'agit de l'éducation et de la garde des enfants en bas age. Dans l'égalité sur la garde des enfants, TOUT SE JOUE AVANT LES 3 ANS DE L'AGE DES ENFANTS. Il sera plus facile ensuite d'imposer la résidence alternée ou il faudra de toute manière un passage en force par une loi à l'assemblée nationale. Nous en sommes malheureusement très loin et les hommes vont devenir le sexe faible de la société parcequ'ils ont rien compris sur les stéréotypes encouragés par une société maternaliste qui privilégie la mère depuis plusieurs décennies. Aucun lobbying des associations et des pères au niveau européen sur ce sujet (ni au niveau du conseil de l'Europe à strasbourg, ni à bruxelles).
EXIGEONS des législations en France pour améliorer l'image des pères sur la parentalité et en parallèle on sera plus fort sur la question du divorce.
On est pas près de s'en sortir, tellement les hommes sont piégés par les stéréotypes !!!!!!!!

Réseau Colin Bagnard 19/09/2015 16:27

En effet, c'est ce que je dis depuis une dizaine d'année... y en a marre! C'est pour cela qu'il faut faire du ménage dans nos associations et nos réseaux sociaux ou asociaux...

Michel WILLEKENS 18/09/2015 14:30

Notre ''justice familialiste'' est très injuste, en Europe... et même ailleurs ! Et même perverse. Osons le dire.
En effet pour les séparations et les divorces...
1/ les preuves pour les accusations ne sont pas nécessaires ;
2/ il n'y a pas de contradictoire ;
3/ les juges profitent du ''principe de précaution'' pour ne pas appliquer les lois, et, de ce fait, les juges violent les droits fondamentaux des parents et des enfants ;
4/ les juges ont la faculté ''d'appréciation''... ce qui leur donne une deuxième possibilité de ne pas appliquer les lois en vigueur dans les matières de droits de la famille.

Comment voulez-vous rendre justice avec ces 4 points qui lui font défaut ?
La justice n'en a que le nom dans ces ''Palais d'injustices'' !

Réseau Colin Bagnard 09/05/2016 17:45

C'est un assez bon résumé dans un grand nombre de cas.

Articles Récents

Articles D'archives