Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 14:31
La plus ancienne représentation du joueur de flûte, copie d'après le vitrail d'une église de Goslar
La plus ancienne représentation du joueur de flûte, copie d'après le vitrail d'une église de Goslar

On connaissait la chasse aux œufs de Pâques, mais on n’avait jamais vu de pluie d’œufs à Noël !

Le jour de Noël, 21 heures 40, en rentrant chez moi, j’ai reçu plusieurs œufs en provenance de l’immeuble que j’habite, 33, rue Sœur Janin, siège du Réseau Colin Bagnard.

En principe, le siège avait été prévu au niveau du rez de chaussé à « l’Espace 33 », qui dépend du centre socio-culturel du point du jour. Mais après plusieurs demandes argumentées, refus concerté avec les services municipaux (précédente municipalité) pour octroyer l’accès à cet « espace » qui avait pourtant coûté de l’ordre d’un million d’euros d’après les informations qui circulaient. D’où l’obligation de faire les permanences à mon domicile en attendant mieux. On avait aussi payé en assourdissements car les travaux avaient été particulièrement bruyants. Pourtant "l’Espace 33" est resté longtemps inoccupé. Mais à force d’en faire la remarque publique (conseil de quartier, réunions du comité des locataires...), finalement les vacances ont vu arriver des animations pour les plus jeunes et des associations d’habitants. C’est important de proposer des activités pour les plus jeunes les protégeant des prédations, mais aussi les femmes qui manquent de liens sociaux.

Ma boîte aux lettres qui mentionne deux sièges d’association a été aussi dégradée de longs mois. Les traces sont encore visibles, même si les dégradations sont maintenant arrêtées avec la médiation appuyée et durable avec les auteurs probables. De fait certaines activités associatives ne sont pas appuyées lorsqu’elles ne concernent pas directement ces habitants enfermés dans une logique captive. Les sciences ou les familles séparées, il y en a pourtant de nombreuses ici, ne sont pas concernées par la politique de soutien municipal jusqu’à présent. Nous verrons si cela peut changer avec les événements qui mettent désormais en lumière les problèmes d’éducation et de culture, après des années d’occultation institutionnelle. Nous avions déjà parlé dans un précédent article des la stèle des habitant encadrée par l’association VALDOCO, stèle collective détruite deux années d’affilé. Heureusement restaurée sous la demande répétée et entendue, un signal positif.

Ainsi, en sortant de ma voiture, ce soir de Noël pourtant très calme, sous la pleine lune, j’ai d’abord entendu quelque chose comme un caillou, craignant pour les personnes qui passaient. Ici, les pluies de cailloux sont d’une pluviométrie fréquente, un micro-climat sans doute lié au « réchauffement climatique » de ces derniers temps éprouvés, mais aussi les jours de fête nationale, les jours de fête des voisins ou de match de foot impliquant l’équipe nationale d’Algérie ou curieusement durant la période pourtant à finalité pacifiste du Ramadan. Mais là nous sommes au solstice d’hiver ! Serait-ce un nouveau concept d’îlot de chaleur urbaine polynucléaire dans plusieurs endroits de l’agglomération ? Les façades des immeubles ont pourtant été toutes refaites, avec recouvrement extrêmement bruyant aussi curieusement car on se demande comment un appel d’offre a été choisi sans tenir compte de l’environnement sonore. Plusieurs semaines de perçage comme des marteaux piqueurs inlassables pour des couches de polystyrène expansé ! Incroyable !

Autant que cette mousson alors que plusieurs personnes passaient à proximité, ce jour de Noël de l’an de grâce 2015, voilà que d’autres projectiles arrivaient, cette fois-ci des œufs. Avec plusieurs provenances : c’est donc un complot avec plusieurs auteurs concertés. Mais fut pas paraître "complotiste". Bien que des "ombres" passaient observant le "résultat" des tirs!

A noter que l’office HLM concerné, le Grand Lyon Habitat, a beau faire des circulaires concernant les jets de projectiles par la fenêtre, qualifié par l’office de dangereux vu les précédentes pluies. S’accumulent encore les détritus dans certaines ornières autour de l’immeuble. Lorsqu’on passe devant l’immeuble, souvent une odeur nous indique si on ne les avait pas vues ou évitées, des couches garnies. Ainsi j’ai eu honte pour la « cité résidentielle » (c’est cette inscription au cadastre fiscal (et en lien avec les impôts locaux de ces dernières années)!). J’ai eu honte pour tous les habitants de la cité Champvert ! En effet, les deux dimanches de vote derniers pour le scrutin des régionales, les habitants de la circonscription votent dans les bureaux situés dans l’école François Truffaut en bout d’impasse. Ils sont obligés de passer là où s’accumulent ces détritus : canettes, bouteilles, langes, papiers gras, mouchoirs souillés, pain perdu…

Il fut un temps où l’employé qui préparait les poubelles pour les éboueurs les ramassait inexorablement chaque semaine patiemment et même en dehors de son temps de travail. Maintenant qu’il est parti à la retraite bien méritée, on le regrette d’autant plus. Mais est-ce normal que des habitants jettent leur détritus par la fenêtre ? J’ai d’ailleurs eu plusieurs fois à essuyer des yaourts non consommés sur ma voiture. Joyeux pic-nic sur la pelouse.

La responsabilité de l’office Grand Lyon Habitat ne s’arrête pas à encaisser en comptabilité les locataires. Il parait que certains habitants prompts à envoyer promener leurs détritus par les fenêtres ont été « ciblés » par des mesures de sanction. Je n’en ai pas confirmation. Par contre je sais que moi j’ai bien reçu un titre d’expulsion. C’est vrai que je suis devenu « bruyant » puisqu’on ne peut attendre par les voies légales la quiétude des lieux (plaintes simples, lettres à l’office sans réponses, plainte avec constitution de partie civile au « refus d’informer » par le Doyen des juges d’instruction, interpellation des élus…). Une pluie de plaintes sans réponses (dégradations, destructions, insultes, calomnies, menaces, agressions…).

Pourtant je crois, quant à moi, contrairement à ce qu’on peut lire et entendre ici ou là, qu’il est possible de vivre dans la mixité culturelle en bon voisinage. Aujourd’hui on apprend qu’une mosquée a été dévastée en Corse. C’est intolérable. Pour Noël, alors qu’était attendues des exactions surtout dans les églises. Il semble que ce soit des représailles à des agressions de pompiers. Les représailles qu'on connait bien... Comme dans mon quartier où les pompiers venus la dernière fois pour me secourir suite à un coup de tournevis, m’ont expliqué qu’ils reçoivent aussi des projectiles lors des interventions dans notre arrondissement de Lyon (pour les habitants dont ils sont)!

Alors nous nous ne sommes pas Corses, du moins pas tous, car il y en avait parmi nous, comme des Auvergnats, des Bretons, des Africains, des Latinos, des Balkaniques, des Malgaches, des Orientaux de l’Asie centrale, des Originaire du sous-continent Indien, des Originaires du Maghreb qui ne savent pas quoi faire, outrés et gênés … Faut-il que tous nous subissions cette « stigmatisation » d’être habitant de la cité HLM rue Sœur Janin ? Qu’on devrait déménager ! Sommes-nous des pestiférés [[1]]? Des sous-hommes à mettre à l’écart comme lors de la république de Venise et ce que c'est devenu [[2]]? Nous nous savons que non, mais à en croire l’organisation qui nous entoure, les réactions des personnes qui regardent ce « quartier pas de quartiers » curieusement et avec dégoût, oui nous sommes fautifs d’habiter là !

C’est donc bien un Ghetto ! A l’origine, le ghetto de Venise, une des îles où était effectuée la quarantaine pour les voyageurs qui arrivaient en prévention des maladies contagieuses à une époque où les « pestes » pullulaient. Portons-nous alors la peste ? A en croire les résultats des dernières régionales, on pourrait penser que oui, la peste noire se répand. Alors que faire ? Il faudrait un flûtiste charmeur comme des rats dans l’histoire de Hamelin qui attire les porteurs de puces pathogènes à l’extérieur de la ville [[3]]. Est-ce la solution : faire partir tous ceux qui critiquent le système en place ? Mais vous savez ce qui s’est passé : une fois partis les rats charmés, noyés dans la rivière, les « bourgeois » ont oublié leurs promesses de rémunération du charmeur. Il reviendra plusieurs années plus tard pour cette fois-ci charmer les enfants qui disparurent, le bien le plus précieux de la ville: sa descendance. Peut-être dans une catastrophe dont le souvenir a pris cette forme de conte? C’est une légende très importante en Allemagne qui est certainement liée à la colonisation de l’Europe Orientale après une Grande Peste du Moyen âge et aussi des dérives politiques. Est-ce alors une invitation à nouvelle migration !

Noël nous réserve encore bien des merveilles!

[1] http://www.e-venise.com/fetes_venise/fete-du-redempteur-la-peste-a-venise.htm

[2] http://www.e-venise.com/venise-ghetto.htm

[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Joueur_de_fl%C3%BBte_de_Hamelin

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Articles D'archives