Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 00:09
Statue de Bertrand Piéchaud -la peine du bagnard.(source:http://www.imagesplus.fr/LE-BAGNE-DE-GUYANE_a44.html)

Statue de Bertrand Piéchaud -la peine du bagnard.(source:http://www.imagesplus.fr/LE-BAGNE-DE-GUYANE_a44.html)

Le colloque de Lyon (Daddy's Day) a réussi à montrer au moins que le Collectif de la Grue Jaune n'est pas encore enterré, et que des résolutions peuvent en sortir, même si son compte-rendu n'est pas encore diffusé.

Mais les échanges que j'ai pu avoir avec plusieurs des responsables du mouvements national que certains appelle "Mouvement des Pères", d'autres de la "Co-Parentalité", d'autres de la "Famille" au sens plus générique... ou encore souvent " de l'Egalité Parentale", tous décident à un moment ou un autre, même de façon interne des dates qui ne conviennent, ni aux premiers, ni à une unité de la représentativité nationale de cette cause UNIQUE; certains même par principe ne se concertent jamais avec quiconque. Le dialogue est parfois sourdingue!

Si monter une manifestation correspond à se sectariser par rapport aux autres mouvements, on va finir par ne plus rien proposer de peur de dissoudre le mouvement dans l'émiettement.

Les figures de proue médiatiques, les Papa grimpeurs, les Médiateurs, les Analystes des causes des forces qui séparent les familles, les sempiternels délégués devant les parlementaires, les exclus toujours isolés, les rendus irascibles, les anéantis, les candidats au suicide... tous sont de fait complémentaires.

Si les enjeux sont à peu près identifiés, avec de fortes directions dans la projection faite selon les scrutins, qui nous divisent encore, la concertation nationale n'est pas encore un fait que les médias et l'opinion publique peuvent constater. Nous apparaissons encore comme peu structurés, sans représentants légitimes, sans savoir ce que l'on veut. Or cela ne reflète pas la réalité des analyses décennales pour ce qu'il convient de revendiquer au moins dans le cas général. Dans le détail, c'est plus compliqué car des demandes qui sont faites là, détruisent de fait celles faites ailleurs. Les projections prioritaires des uns sont contradictoires aux autres (le traitement des dossiers personnels des familles séparées divorcées, avec le TGI en question, dossiers médiatiques de certains pères/mères perchés, les manifestations à l'échelle régionale, nationale, européenne... les démarches aux parlementaires)... Mais tout est complémentaires.

Donc un mouvement national peut réellement exister au delà des tentatives qui ont actuellement échoué: Mouvement de la Conditon Paternelle, fédération SOSPAPA, ACALPA, Relais Poussette, CopCo, Grue Jaune, Génération Co-Parentalité, I Comme Identité, Père Enfant Mère, Réseau Colin Bagnard de même et une multitudes d'associations qui agissent sur plusieurs thématiques (Au Nom du Peuple, Même Justice Pour Tous, Violette Justice...). Tous s'échinent à fédérer mais sans réussir à trouver la coalition nécessaire, même parfois au niveau interne. Pourtant tous ont eus proposé de bonnes idées et fait des actions positives reconnues par tous.

Alors reprenons le débat au niveau des valeurs, ce qu'on avait fait à l'époque just'après les événements de la Grue Jaune de Nantes. Reprenons là! Il y avait à ce moment là un espoir partagé par tous.

Identifions les éléments de discordes:

la Résidence Alternée ne fait pas l'unanimité car finalement elle met en péril même ceux qui l'ont obtenu et les statistiques montreront qu'en fait il y a un recul. Il suffit qu'une mauvaise influence déstabilise le couple parental post divorce qui a fonctionné un moment... éloignement géographique, changement de travail, cursus des enfants ou des parents... arrivée d'un nouveau conjoint ou d'un nouvel enfant... Elle est déjà inscrite dans la loi de 2002. Pourquoi revenir en arrière?

L'Egalité Parentale, on a vu que les débats tournent autour des confusions sur les féminismes et qu'il y a des détournements des finalités des lois pour faire passer des opérations instrumentalisées par des lobbys. Elle est déjà inscrite dans la loi et les conventions.

La Loi APIE elle a fait éclater le collectif de la Grue Jaune alors qu'il y avait plus d'une vingtaine d'associations déclarées qui l'avait rejoint pour la Marche de l'Egalité Parentale (qui est un événement annuel devenu incontournable). Pourquoi se perdre dans les méandres du droit d'une seule loi et de sa fabrication alors que ce n'est pas notre rôle de s'y perdre? Nous devons réclamer l'application de principes simples compréhensibles par tous et pousser les parlementaires à faire ce travail en passant d'abord par l'application de l'existant! l'épuisement...

Le Syndrome d'Aliénation Parental a fait l'objet d'une occultation idéologique qui empêche de le voir systématiquement comme une maltraitance objective dans beaucoup de familles séparées même si il y a quelques exceptions judiciaires pour sa reconnaissance.

Par contre les Non Représentations d'Enfants, qui montre que la loi ne peut s'appliquer alors qu'elle est claire par faute d'embuches institutionnelles qui contournent leur éradication. Voilà une cible de revendications qui pourrait mettre tout le monde d'accord. Que se passe-t-il dans les commissariats ou dans les tribunaux? Pourquoi des plaintes disparaissent? Pourquoi on ne fait pas appliquer un échange directement quand il n'y a pas d'ambiguïté par des personnes autrement disponibles et formées pour ces questions? Avec les moyens actuel de certification des documents, il n'y aurait pas moyen d'éviter l'évaporation dans les procédures?

Dans les établissements scolaires, l'Autorité parentale (et le droit de surveillance) doit être désormais automatiquement et sans restriction appliquée! comment se fait-il qu'encore avec les moyens qu'il y a en informatique des parents séparés sont exclus de la vie éducative des enfants séparés d'un de leurs parents? Les carnets de santé, les bulletins scolaires, les bilans des intervenants, les cahiers de liaison en doublons automatisés, des bulletins accessibles en ligne... Ne serait-ce pas aux académies de faire le suivi des listes d'élèves dans leurs parcours chaotiques dans les fuites parentales? Voilà des choses simples à faire mettre en place, assorti de la constitution de listes électorales pour la représentations des parents d'élèves sans complications puisqu'automatiquement, chaque parents, des familles séparées ou non, recomposées ou réellement monoparentales, seraient établies sans discussions et occultations... et disparition. N'est-ce pas là la revitalisation de la participation des parents d'élèves à la vie de l'école tant attendue?

Tant de choses concrète à faire cristalliser entre nous et à porter dans une manifestation éventuellement dans plusieurs capitales régionales en même temps. Là l'Opinion comprendrait ce qu'on demande quand on est père ou mère séparé de nos enfants avec quelques éléments qui ne dépendent que de notre capacité à produire pour montrer l'importance du drame qui existe la plupart du temps dans le silence.

Voilà de quoi réfléchir aux événements à programmer sans trop se précipiter, pour viser juste!

Nicolas Sègerie
Porte Parole du Réseau Colin Bagnard

(maintien des liens entre les enfants et leurs DEUX parents en cas de séparation)

association 1901 déclarée dans le Rhône le 16/10/2006

un des Ex-Portes parole du mouvement national Collectif de la Grue Jaune

(pour l'égalité parentale en cas de séparation) http://www.lagruejaune.fr


http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org

reseau-colin-bagnard@orange.fr

groupe facebook https://www.facebook.com/groups/210355992631382/?fref=ts

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article

commentaires

Michel O. WILLEKENS 06/02/2016 17:02

Bonjour... en résumé, et pour faire simple :
Lorsqu'on a pu approcher les différents points essentiels qui causent les destructions de familles – par ''Parentectomie, aliénation parentale, syndrome de Médée,... – lors des conflits de séparations et de divorces, on s'aperçoit (et ce n'est pas vrai pour la généralité des parents) que les revendications peuvent être assez simples pour réclamer davantage de ''justice juste et impartiale'' en éliminant les manques flagrants des principes fondamentaux de base d'une réelle justice : 1/ la présomption d'innocence ; 2/ le droit à être entendu ; 3/ le droit au contradictoire.

En effet, les fausses accusations sont – généralement – admises comme des vérités judiciaires... Les fausses accusations peuvent être portées, et acceptées par les juges, sans devoir apporter la moindre preuve. Sont souvent prises en comptes les fausses accusations des enfants, comme étant des vérités.
Les ''Non représentation d'enfant'', pourtant fortement sanctionnées (même de peine de prison) sont classées sans suite.

Les seuls cas où des enfants peuvent être retirés (temporairement) de l'autorité de leurs parents, par la justice, c'est dans les situations de maltraitances ou de négligences.
Or, les ''manipulations toxiques'', les ''emprises toxiques'', les ''manipulations-destructrices'', les ''empoisonnements psychologiques'', les ''aliénations parentales'', les ''syndrome de Médée'' (c'est selon) sont des situations reconnues comme étant de la maltraitance sur des enfants.

Pour arriver à remettre la ''Justice sur les rails'' afin qu'elle puisse redevenir une justice selon les principes philosophique, juridique et moral... fondamental, en vertu duquel les actions humaines doivent être sanctionnées ou récompensées en fonction de leur mérite au regard du droit, de la morale, de la vertu ou autres sources normatives de comportements. Pour que la justice soit, à nouveau, un idéal souvent jugé fondamental pour la vie sociale et la civilisation ; et pour que ''La justice'' soit de nouveau censée punir quiconque ne respectant pas une loi au sein de sa société avec une sanction ayant pour but de lui apprendre la loi, et parfois de contribuer à la réparation des torts faits à autrui, au patrimoine privé ou commun ou à l'environnement...

Alors, s.v.p. Ne nous égarons pas dans des revendications insensées et innaplicables !
Mais restons centrés sur les points principaux à modifier dans les mauvaises pratiques de cette justice de bric-à-brac.
C'est ce que j'avais à vous dire.
Bien à vous

Réseau Colin Bagnard 07/02/2016 13:57

Merci pour ces recalages et précisions.

Articles Récents

Articles D'archives