Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 20:31
Le candidat Philippe Veysset à la primaire Grue Jaune des présidentielles 2017

Le 25/02/2016 à 19:10:55

J'ai le plaisir de vous informer que je suis candidat pour représenter les couleurs de notre mouvement à l'élection présidentielle de l'an prochain.

La plupart d'entre vous me connaissent et savent que j'ai consacré pratiquement ma vie à cette cause, depuis cette année 1989 où je me suis « barricadé » avec mes enfants jusqu'à aujourd'hui où j'ai la chance, grâce à votre soutien, de porter notre parole auprès des organes d'information et de présider notre Collectif.

J'axerai ma campagne sur nos axes habituels de revendication : inscription de l'égalité parentale dans la loi, résidence alternée de plein droit, déjudiciarisation, ainsi que sur les enjeux de société que ces trois réformes recouvrent.

Cependant, afin d'assumer, au moins à titre de projet, l'ensemble des responsabilités inhérentes à la fonction présidentielle, je présenterai dans les jours qui viennent un programme complet que je vous invite à enrichir dans les prochaines semaines. Il couvrira l'ensemble des registres de gouvernement de notre pays.

Vive le droit de l'enfant à ses deux parents ! Vive la République ! Vive la France !

------------------------------------------------

Le 29/02/2016 à 20:19:59

Chers amis,

Dans le cadre de nos élections primaires, j'ai le plaisir de vous présenter une profession de foi pouvant servir de base à un programme. Les réactions et commentaires sont les bienvenus.

Amicalement

ELECTIONS PRESIDENTIELLES DE 2017


Profession de foi de Philippe VEYSSET
candidat à l'investiture du Collectif La Grue jaune

Le mot qui anime ma vie est : dignité.

Je suis né en 1957 à saulce, petit village de la Drôme, d'un père auvergnat et d'une mère briarde. Mon père, médecin, a accouché ma mère et s'il est doux de naître entouré de ses deux parents, l'accouchement fut difficile car déjà en naissant, je brandissais le poing de la révolte, ce qui compliqua les choses. La Vallée du Rhône où j'ai passé les sept premières années de ma vie est une terre de contraste, à la fois ensoleillée et économiquement très active. Le ciel est pur, le mistral y souffle souvent.

Mes parents se sont séparés et, confié à la garde de ma mère, j'ai terminé mes études secondaires à Rennes où j'ai appris à connaître le tempérament breton, généreux et tenace. Puis ce fut Paris, la préparation et la réussite du concours de la rue d'Ulm, l'agrégation et le doctorat de philosophie, que je doublais d'une formation en droit et en sciences politiques. Je suis professeur de philosophie.

Après une brève expérience (un an et demi) de chef de cabinet du maire d'une ville moyenne (Vanves) puis d'un président de Conseil Général (Ardennes), je fus affecté comme professeur dans le Nord, où je découvris une nouvelle région, où tout se mérite mais où, aussi, l'optimisme est de rigueur en toutes circonstances et face à toutes les adversités. C'est là que je vécus, avec ma femme et mes trois enfants pendant huit ans mais aussi que je découvris, suite à un divorce, l'étendue du problème des droits de l'enfant à leur papa. Je créais alors ma première association, l'ADEV (Association de Défense des Enfants Veysset), qui devint, avec l'arrivée d'autres parents confrontés au même type de problème, la DESPA : Défense des Enfants Séparés d'un Parent. En septembre 1989, puis en 1991, je me barricadais chez moi avec mes enfants, à Valenciennes, ce qui me valut un bref séjour en prison mais me permit d'obtenir, par les retombées médiatiques induites, l'ouverture du débat sur l'égalité parentale.

En 1996, en marque de protestation vis-à-vis de la dérive de l'Etat dans son organe judiciaire, mais aussi pour me consacrer pleinement à un problème que je jugeais désormais crucial pour l'équilibre présent et à venir de notre société, je démissionnais de la Fonction publique.

Pour six années, j'entrais dans le secteur du consulting, comme chargé puis directeur d'études qualitatives, ce qui me permit de découvrir le monde de l'entreprise, sa rudesse, ses lois mais aussi la joie d'être utile à des hommes, des femmes qui s'investissent sans compter les heures dans la réussite d'un projet.

Je refondais une famille et deux enfants naquirent, deux garçons âgés aujourd'hui de treize et quinze ans.
Après six années de vie commune, confronté à une seconde séparation, avec son cortège d'injustices et de persécutions financières, je passai six nouvelles années en Belgique où je découvris un peuple tolérant et joyeux, tout en me familiarisant avec les institutions européennes dans le cadre d'une activité de consulting en philosophie pour manager. Je fis aussi, là-bas, la connaissance de papas militants et découvris la dimension internationale du problème.

Vous connaissez la suite : retour en France fin 2012, juste à temps pour assister à la renaissance du mouvement dans le sillage du beau geste de Serge Charnay, puis renforcement du Collectif La Grue jaune, tant dans sa structure juridique et financière que dans son image, en tant notamment que porte-parole, puis président.

Je réside aujourd'hui en région parisienne.

*
* *

Avec ses mille-cinq-cents ans d'histoire et au regard de certains Etats récemment créés, la France est un pays d'ancienne culture mais au regard d'autres pays telles l'Egypte, la Chine ou la Grèce, vieux de plusieurs milliers d'années, elle paraît bien jeune.
De plus, l'ancienneté, en soi, ne signifie pas forcément grand chose : l'esclavage (y compris la mise en coupe réglée d'une ou de plusieurs populations), la prostitution sont des institutions anciennes et pourtant totalement illégitimes.

La vraie question est de savoir si, aujourd'hui, une vraie culture existe en France. Et pour y répondre, il faut regarder :
si le peuple s'y gouverne lui-même, ce qu'on appelle une démocratie et qui suppose un peuple éduqué et qui tolère le dialogue en son sein (liberté d'opinion)
jusqu'où s'étend le respect de l'autre, autre non seulement par l'âge ou la religion, mais aussi par le sexe (homme-femme) ou par l'âge (adulte-enfant). Certains font aussi du respect des droits de l'animal un critère de civilisation
si le peuple français est respecté par les autres, ce qui passe peut-être par la crainte mais d'abord par la considération qu'on lui porte.

Depuis la Révolution de 1789, la France veut être une République démocratique. Mais le caractère démocratique de ses institutions se dégrade :
les juges ne sont toujours pas élus et s'érigent en contre-pouvoir
des intérêts privés prévalent dans les arbitrages d'intérêt public (importance des trafics d'influence, de réseaux qui doublent la structure administrative - système éducatif compris). Parfois même, on fait revoter des projets qui ont été écartés par le suffrage universel
La censure n'est plus si rare, même si elle s'opère par des voies indirectes (confiscation de la parole publique par les puissances d'argent).

La France est un Etat à dominante démocratique, mais à peine. La composante monarchique (présidence, en ses privilèges régaliens notamment) s'efface. La France glisse vers une dominante oligarchique, de surcroît insidieuse et opaque.

Au sein de la collectivité, le respect de l'autre se dégrade. La forme la plus dangereuse est le racisme d'Etat qui sévit au sein de l'institution judiciaire, avec son cortège de conséquences néfastes : défaut de construction identitaire chez nombre d'enfants devenant des citoyens, répression des agissements transgressifs qui s'ensuivent de ce défaut.

La France reste par ailleurs un pays riche même si les comptes de la Nation établissent un ratio déficit public/PIB qui avoisine les 4%. La France est donc riche en termes de production par habitant, mais endettée, avec une structure de dette qui la rend dépendante de l'extérieur. La répartition du revenu national fait état d'un éventail des revenus qui s'ouvre de 1 à 40, ce qui peut sembler beaucoup, même si certains pays connaissent des éventails bien plus larges. L'écart entre salaire moyen et salaire médian atteste aussi de cette très inégale répartition qu'une analyse par déciles rendrait encore plus criante.

Les français sont de moins en moins heureux.

L'indicateur IDH 2015 (indice de développement humain), censé mesurer au mieux le bonheur des résidents d'un pays, place la France au vingt-deuxième rang sur un total de 187 pays classés. La tendance est à la régression depuis plusieurs années.

La France s'est jetée un défi multiculturel qui n'a été précédé d'aucune évaluation anthropologique sérieuse sur le rôle des déterminismes culturels dans l'accomplissement de l'humain dans l'homme, mission souveraine de l'Etat. S'ensuivent des difficultés notables et des processus de fragmentation sociale (actes de racime, climat de défiance, système scolaire à deux vitesses, zones de non-droit).

Par ailleurs, les familles se disloquent, le père est éjecté, ce qui a pour effet de livrer l'enfant à une éducation privée matricentrée. Des persiflages ont lieu, dans le discours privé et parfois public, des fantasmes monstrueux peuvent à l'occasion prendre chair.

Faut-il chercher les responsabilités de cet état de chose? Avant tout, il faut réconcilier la France avec elle-même.

Pour ce faire, je propose au français le programme suivant, centré sur l'enfant et la défense de ses intérêts et de son avenir. Ce n'est qu'une ébauche:

1. La première mesure sera de faire voter une loi constitutionnelle proclamant la déclinaison parentale du principe républicain d'égalité

2. Une deuxième mesure consistera à proclamer un principe de droit commun de la résidence alternée en cas de séparation familiale dès lors qu'un parent la demande et que l'autre parent ne s'y oppose pas pour lui-même

3. La loi n'est rien si elle ne dispose pas des organes et institutions qui l'appliquent. Le traitement des différends familiaux sera donc retiré aux système judiciaire qui a sufisamment administré la preuve de son inaptitude dans cette tâche pour être confié à des médiateurs familiaux formés, agissant par couple

4. Les juges seront désignés par voie d'élection

5. Le Conseil Supérieur de la Magistrature sera majoritairement constitué de jurés tirés au sort

6. L'enfant doit grandir harmonieusement mais aussi devenir aussi un citoyen intégré avec l'aide et l'appui des institutions publiques. L'enfant doit également faire l'objet d'une aide de la part des institutions et notamment de la part de l'institution scolaire qui sera réformée dans le sens d'un plus grand apprentissage de la vie réelle et dégagée de toute influence idéologique ou sociologique. Le droit sera enseigné, l'enseignement de la philosophie étendu

7. L'équilibre entre capital et travail sera maintenu de manière qu'une relance par la consommation redevienne possible sans endetter les ménages

8. Le sentier d'expansion sera repris en limitant aussi bien le prix du travail que celui du capital et en procédant aux substitutions de production requises par une réactivité rapide aux modifications des coûts des facteurs de production, notamment à l'international, et de manière à développer une élasticité maximale à ces coûts

9. Une politique culturelle sera menée sur la base d'une écoute attentive des professionnels et des créateurs

10. Les études d'impact sur l'environnement effectuées par les entreprises seront gratifiées par un crédit d'impôt progressif. Une politique d'éducation à la protection de l'environnement et au respect de l'équilibre nature-culture sera menée

11. Compte tenu de l'effort à produire, nos structures de représentation à l'étranger seront réduites au minimum

J'ai confiance en l'avenir de notre pays. unissons nos faiblesses, il en sortira une force. Vive la France!

******************************

Débat sur le groupe facebook su Réseau Colin bagnard:

https://www.facebook.com/groups/210355992631382/?fref=ts

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Articles D'archives