Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 10:29

A tous les soutiens de René,                    

 

Vinay, le 1 avril 2014,

Nous étions à Varces pour l'audience d'hier lundi 31 mars à 15 H 00 [pour un éventuel aménagement de peine]. L'avocate Florence Patrimonio est entrée 15 minutes en avance, René aurait pu attendre devant la salle d'audience, il n'y était pas, et pour cause il avait dû être transporté samedi au CHU de Grenoble. L'audience s'est donc déroulée sans lui dans une atmosphère mitigée, les offres de stage proposées par l'avocate ne semblaient pas tout à fait satisfaire le juge d'application des peines, l'avocate reste sur la réserve, la décision sera prononcée le 10 avril.

En quittant l'audience, l'avocate qui tenait à avoir des nouvelles de René Forney a voulu s'assurer auprès de la directrice qu'elle pourrait lui rendre visite au CHU sans difficulté se rappelant les obstructions auxquelles elle avait été confrontée au mois de février. Mme Bianchi en a profité pour lui parler de la visite d'Alfred Forney, le frère de René. Elle avait dû rassurer "Alfred" vendredi après midi, qui avait fait le déplacement avec sa femme depuis Marseille, Alfred avait pu voir son frère pendant une demie heure mais n'avait pas entendu un mot de lui, il se demandait s'il avait bien perçu sa présence. Son hospitalisation du lendemain montre dans quel état il devait être en présence de son frère après sept semaines de détention. Alfred et sa femme ont déposé une demande de parloir dès la semaine suivant l'incarcération du vendredi 7 février, et c'est le vendredi 28 mars que René a pu enfin voir un membre de sa famille. Au sujet de la possibilité de lui rendre visite au CHU, la directrice insistait sur les contraintes imposées aux visites à des détenus sur leur lieu d'hospitalisation, cela ne dépendait pas d'elle, en somme, elle ne faisait rien pour inciter aux visites, aussi René n'a eu d'autres visites jusqu'à aujourd'hui que les quatre de son avocate et celle de son frère vendredi dernier.

 

Heureusement il y a les lettres de son comité de soutien, continuez donc à lui écrire. Merci pour lui.

A sa sortie de la prison vers 16 H 00, nous avons pris sans attendre la direction de l'hôpital, nous étions trois véhicules, huit personnes à espérer des nouvelles fraiches de René. Arrivés devant l'entrée des Urgences, nous avons surpris René sur le parking dans un fauteuil roulant à proximité d'une Renault Mégane blanche ordinaire sérigraphiée POLICE, trois policiers étaient en train de l'introduire sans ménagement à l'arrière du véhicule côté passager. Nous avons pris quelques photos de la scène, je dois dire que les policiers m'ont laissé serrer l'avant bras de René en passant ma main par l'embrasure de la portière, j'ai pu lui dire quelques mots : "Tiens bon René, on est tous avec toi, tiens bon!" J'ai pu à peine croiser ses yeux, il semble très épuisé, les policiers devaient introduire ses jambes l'une après l'autre derrière le siège passager. Il n'a plus la force de les bouger mais je ressors de cette scène avec un sentiment plutôt positif, j'ai pu voir René et il a perçu notre présence, nous étions cinq à ses côtés, l'avocate comprise, il était 16 H 35. Les policiers ne semblaient pas apprécier outre mesure notre présence en ces lieux, nous les perturbions dans leur "mission", ils devaient ramener leur détenu au plus vite dans la prison de Varces. Nous revoi là donc sur la route, direction Varces derrière les policiers, derrière René.

 

Rene-vu-au-CHU-le-31-mars-2014---annote-rcb.jpg

 

Quelques minutes avant 17 H 00, l'heure de clôture des parloirs, l'avocate arrivait à s'introduire dans la prison pour rencontrer son client, elle put passer presque une heure à ses côtés. René l'informait que la présence d'autant de témoins de la scène l'avait peut-être préservée d'une attitude plus autoritaire des policiers, elle ressortait elle aussi avec une impression positive de l'entretien. C'était aussi la toute première fois qu'elle parvenait à voir René à Varces, incarcéré le 7 février, René n'avait eu la première visite de son avocate qu'au CHU de Grenoble le jeudi 27 février, la veille de son transfert à Lyon, ensuite deux visites dans l'hôpital prison de Lyon Corbas, la dernière le jeudi 6 mars avant son retour à Varces le 11, et depuis elle ne l'avait pas revu. Les juges de l'audience de 15 H 00 étant encore sur
place, l'avocate a demandé à ce que la séance soit réouverte en présence de son client cette fois, cela lui a été refusé, René lui a dit regretter de ne pas avoir pu assister à l'audience, il aurait pu dire qu'il était disposé à un aménagement de sa peine.

Avec le recul du temps après cette après-midi agitée, nous nous posions quelques questions sur la route du retour:

Pourquoi René n'avait-il pas pu assister à cette audience alors qu'il était dans un état de santé qui l'aurait permis? René a dit à son avocate qu'il avait attendu depuis le matin avant d'être ramené à Varces sans recevoir de soins supplémentaires, et qu'il aurait pu s'exprimer à l'audience devant les juges présents s'ils avaient souhaité l'entendre.

Pourquoi aussi ce retour précipité vers Varces juste après l'audience?
Et au moment où nous étions justement en route vers le CHU, nous avons eu une chance extraordinaire de l'apercevoir en arrivant sur le parking des urgences alors que les policiers l'introduisaient dans une voiture de police tout à fait banale.

Pourquoi ne pas avoir utilisé l'ambulance pénitentiaire garée dans la cour de la prison à notre départ de Varces vers 16 H 00 et qui y était toujours à 17 H 00 à notre retour et avoir confié le transport de ce détenu dans un état de santé précaire aux services de police de Grenoble, à ceux justement avec qui René avait eu maille à partir dans son affaire ?

Autant de questions qui nous laissent une curieuse impression de cette audience manquée même si nous avons pu voir, entrevoir notre ami René et en être quelque peu rassurés.

Pierre Marie Descours

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article

commentaires

Nicolas Sègerie 23/05/2014 11:51


Vous êtes stupide ou quoi?


Ou vous travaillez pour ceux qui m'enfoncent tout comme René?


A cause de ce genre de manque de nuance par rapport aux situations, j'ai tant de problèmes... pour soutenir René!


Qui l'a soutenu quand personne ne publiat rien sur lui alors qu'il était en haut de la cheminée?


Qui a trouvé un avocat hors paire hors du barreau de Grenoble ou aucun avocat ne peut plus le défendre?


Qui a fait et publié la dernière photographie prouvant la situation de René?


Qui a le premier proposé une solution et un stage pour le sortir de là?


Qui a pris des coups et des insultes graves, et des menaces de mort pour organiser une manifestation ensoutien à René Forney?


Si je n'avais pas été là, y aurait-il eu une photo du palais avec une banderole là où oersonne n'ose aller alors que nous devons y être chez nous?


Mais il vaut mieux que tout le monde l'oublie--- pour quoi???


Mauvaise langue que vous êtes...


Mauvaise écoute que vous avez en ne cherchant à entendre que les crieurs de rue,


mauvaise interprétation que vous faites des rumeurs qui visent à détruire un mouvement qui a plusieurs fois été anéanti et sauvé in extrémis.


ou je me trompe sur votre orientation---

Réseau Colin Bagnard 05/06/2014 19:43



Après toutes les calomnies que j'ai lu sur mon compte, je ferai ultérieurement un "réctificatif" et une mise au point...


-



Bauer André 22/05/2014 22:01


Si  le  réseau  Colin Bagnard  trouve  des excuses  à  ces  magistrats , alors  qu'il  est  censé  défendre  René 
Forney  et  non  ses  adversaires , c'est  à  n'y  rien  comprendre ! Pas  la  peine  alors  d'aller  chercher  l'appui 
et  la  collaboration de  nos  amis  Italiens !  désolé  mais  ne  me demandez  plus  d'intervenir  dans  cette  affaire
!   André  Bauer 

Bauer André 04/04/2014 04:53


La  justice  de  ce payss  est  à  l'image  de  ceux  qui  le  gouvernent  !


Sans  âme  et  sans  conscience !  A leur  place , je ne pourrais  pas  me regarder


dans  une  glace  sans  rougir de  honte !          


                                                        
André  Bauer . (  Parti National Chrétien )

Réseau Colin Bagnard 22/05/2014 19:16



S'ils sont arrivés là, c'est peut-être qu'on les a poussé dans une faille naturelle dont ils ne peuvent plus se tirer... C'est comme cela que fonctoionnent les mafias, les les gangs, les réseaux
de trafiquants... les sectes... et certains que l'on connait!



Articles Récents

Articles D'archives