Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 00:47

En réaction à une émission samedi 20 mars 2010 sur FR3 (en France).

 

Cette affaire nous a profondément émus; peut-être car elle nous rappelle la souffrance indicible que vivent  beaucoup trop d'enfants de parents divorcés et leur parent qui subit la séparation.

 

*********************************************************************************

 

Natascha,

 

Ihre Geschichte, die erst am Anfang ist, wir waren tief berührt, vielleicht weil sie erinnert uns an die unsägliche Unlust erfahren viel zu viele Kinder von geschiedenen Eltern und ihre Eltern unterziehen Trennung.

 

Gezwungen, in Angst vor dem Tod zu leben, entwickeln eine exklusive Beziehung mit den Entführern, die eine Position der Sklaverei und der Gewalt erhalten hat, und wachsen im Bewußtsein, Kultur-und Geisteswissenschaften in dieser unmenschliche Behandlung, die diese stellt für uns eine Art von Bewunderung, ein Beweis dafür, dass die Fähigkeit, in einigen Menschen überleben, ist unglaublich und nimmt Umwege undenkbar.

 

Liebe Natascha, dass das Leben ist nun ebenso wie die anderen Menschen, nicht die Monster im Unglück.

 

Traduction:

Natasha,

 

Votre histoire, qui ne fait que commencer, nous a profondément émus; peut-être car elle nous rappelle la soufrance indicible que vivent beaucoup trop d'enfants de parents divorcés et leur parent qui subit la séparation.

 

Etre obligé de vivre, dans la peur de la mort, en développant une relation exclusive avec un séquestreur, qui a maintenu une situation d'esclavagisme et de violence, et de se développer en conscience, en culture et humainement dans ce traitement inhumain, cela soulève chez nous une sorte d'admiration, une démonstration que la capacité à survivre chez certain humain est incroyable et prend des détours impensables.

 

Chère Natasha, que la vie soit maintenant à l'image de l'autre Humanité, pas celle des monstres déguisés.

******************************************************************************

 

Rappellons d'abord que Natascha Kampusch est cette jeunes autrichienne enlevée à l'âge de dix ans et qui n'a pu s'enfuir que huit an plus tard. Dans cette longue séquestration particulièrement dramatique, mais qui n'a pas été fatal pour la jeune fille-femme, il a été évoqué la présence du syndrome de Stockholm.

 

(D'après PsychoMédia, site de psychologie canadien - Publié le 31 août 2006:
http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=4596) 
 

 

 

Les médias mentionnent l'hypothèse du « syndrome de Stockholm »:

"Dans un texte lu à la presse par un psychologue en son nom, la jeune Autrichienne âgée de 18 ans, Natascha Kampusch, a exprimé son attachement à son ravisseur, Wolfgang Priklopil, qui l’a séquestrée pendant huit ans dans une maison, près de Vienne. Cet électricien de 44 ans s’est jeté sous un train après l’évasion de la jeune fille, mercredi dernier." «D'une certaine manière je porte son deuil», dit-elle.(1)

 

Plusieurs définitions du syndrome de Stockholm ont été données. En voici deux:

 

- Développement de sentiments positifs réciproques entre les otages et leurs ravisseurs qui aiderait les victimes à composer avec leur captivité.

 

- Phénomène où des victimes adoptent la vision du monde de ceux qui ont le pouvoir sur eux.

 

Le terme provient d'un phénomène observé lors d'une prise d'otage ayant eu lieu en 1973 à Stockholm (Suède). À la fin de six jours de captivité dans une banque, plusieurs des victimes ont résisté aux tentatives de sauvetage et refusèrent plus tard de témoigner contre leurs ravisseurs.

 

Le terme est parfois employé par rapport à des situations qui présentent des caractéristiques similaires où une personne est battue ou abusée par exemple.

 

Le syndrome est considéré comme une stratégie d'adaptation pour les victimes.
Une recherche auprès de victimes d'enlèvement pour une rançon en Italie, qui montrait que 50% des victimes avaient développé le syndrome pendant leur captivité, concluait que le développement du syndrome était lié à la sévérité du traumatisme. (2)

 

Plusieurs explications de ce phénomène ont été élaborées. Selon un modèle en psychologie sociale, par exemple, il représenterait un cas extrême d'un phénomène plus courant où les gens diminuent l'anxiété associée à la dépendance en considérant qu'ils peuvent faire confiance. (3)

 

Sources:

(1) Le Figaro, 28 août 2006

(2) Source: The effects of trauma among kidnap victims in Sardinia, Italy. Clinica Psichiatrica, Dip. Scienze Neurologiche e Psichiatriche, Via Giustiniani 3, 35128 Padova, Italy, 1994.

(3) Normal acts of irrational trust: Motivated attributions and the trust development process. Research in Organizational Behavior

 

Pour le Réseau Colin Bagnard, ce qui est arrivé à Natasha Kampusch vis-à-vis de son ravisseur correspond à ce que certains décrivent comme le syndrome d'alliénation parental lorsque des enfants en cas de divorce ou séparation, "captifs" du parents "gardien", trouvent le moyen d'un semblant de rapprochement de ce parent pour éviter les ennuis et les représailles éducationnels. Le comportement, jusqu'à la pensée même finit par se caler sur le parent en question, réagissant par la défense ou la dissimulation. (Lire aussi:"SAP" ou Syndrome d'Aliénation Parentale ? )

Difficile à vivre pour l'autre parent qui ne comprends pas toujours ce qui est en jeu, la question de la parole de l'enfant se pose donc.

 

L'enfant victime se défend de l'être et protège le parent "aliénant", d'autant plus que le cas est grave.

 

Quoi penser de l'audience des enfants du divorce dans un tel cas?

Comment utiliser les propos tenus?

Comment questionner?

Quels sont les critères d'identification des victimes?

Comment relativiser et diagnostiquer la relation?

 

A votre avis???

 

(Pour plus de détail:

le site officiel de Natasha Kampusch (en langue allemande): http://www.natascha-kampusch.at

consulter en français par exemple: http://fr.wikipedia.org/wiki/Natascha_Kampusch )

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REACTIONS
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Articles D'archives