Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 09:15
ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 2013.
Faisons bien la remarque :
Si les Enfants n'étaient pas privés ABUSIVEMENT de la présence de leur PERES, Ceux-ci ne se verraient pas dans l'OBLIGATION de mettre en place la double résidence de l'Enfant. dans le cadre PARITAIRE pour l'ENFANT.
CELLES qui rendent OBLIGATOIRE la Résidence ALTERNEE se sont les MERES qui font de façon NARCISSIQUE et EXCLUSIVE la rétention des Enfants seulement que pour ELLES.
Nous constatons quel est le Parent qui outrepasse ses DROITS sans en respecter ses DEVOIRS d'accompagnement et d'EDUCATION PLURIPARENTAL au détriment du DEVENIR des Enfants.
l'Exemple des Guerres passées nous donnent aujourd'hui le reflet et le comportement des Mères des Années soixante qui ont conduit à la Naissance de ce comportement à potentat d'Exclusivité.

E3travailfemme14.18.jpg
(femmes en usines pendant que le mari faisait la guerre de 1914/1918)
Ce ne sont pas les Pères qui sont responsables de cette situation, puisque ils ont déjà payé un TRES LOURD TRIBUT par Millions de vie PERDUES sur des terres qui n'étaient pas leurs destinées PARENTALES.

NOUS DEMANDONS avec URGENCE que les Mères prennent CONSCIENCE de ce terrible CONSTAT dans lequel AUCUN INTERET de l'ENFANT n'est meilleur que celui de pouvoir EVOLUER au milieu de ses DEUX PARENTS.
NOUS DEMANDONS L'ARMISTICE DES GUERRES FAMILIALES POUR ABOLIR UN SYSTEME PREJUDICIABLE ET MEURTRIER POUR NOS ENFANTS.

FAIT CE JOUR 11 NOVEMBRE 2013 POUR LA PAIX DANS LES FAMILLES.
Parun ancien "bagnard" de l'association 'Condition parentale"
[1993 - 2002]
de Clermont-Ferrand,

-

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article

commentaires

PARITOLOG 14/11/2013 17:46


Ce cri de colère est de la saine colère.


C’est le cri d’un cœur de père. Cœur de père contre cœurs de pierres !


Il faut utiliser la petite phrase qui avait fait mouche dans un débat télévisé
avant présidentielle, le futur élu ayant tancé ainsi  le futur battu :


« Vous n’avez pas le monopole  du  cœur ! »


 


Il est difficile de faire une critique littéraire d’une expression d’intense
souffrance morale si injustement méprisée par des autorités avilies.


Toutefois une remarque très critique sur le mot ‘PLURIPARENTAL’  qui ouvre une porte sur du n’importe
quoi.


Certes à première vue cet adjectif cherche à contre le MONOPARENTAL  qui est  la forme  paradisiaque narcissique accomplie  du néo-matriarcat (mais pas paradisiaque pour l’enfant, confer Baromètre santé-jeunes de l’INPES et la thèse de Paul Archambault).


Seulement  voilà : le
néologisme  pluriparentalité a été forgé  il y a
une  quinzaine d’années pour banaliser et normaliser les idées suivantes :



-      il existerait toutes sortes ‘plurielles’  de
parentalités à encenser et même à inventer, à condition de nier la source qu’est la parenté



-      particulièrement  des parentalités à plus de deux  parents devraient être reconnues
et encouragées


Un ouvrage collectif publié aux PUF en avril 2001, La pluriparentalité, donne à lire (dans un jargon intello typique) douze articles dus principalement à des
auteurs rémunérés par nos impôts sur budgets CNRS. A l’issue d’une lecture « diagonale », on peut s’assurer que la monoparentalité n’est nullement critiquée dans le bouquin.


Et information pour qui a entendu parler d’un certain Gérard Neyrand comme étant un
psychologue favorable à la résidence alternée : celui-ci a rédigé une contribution  de 26 pages où n’émet aucune réserve sur la notion de
pluriparentalité à plus-que-deux, où il n’écrit nulle part que le  sort de pères peut en souffrir, où il ne défend nullement la résidence paritaire
hors-conjugal car cela l’aurait obligé à s’opposer à ses chers collègues…


 



Avec ‘pluriparentalité’ comme avec ‘coparentalité’, on est dans du flou trop facile à dévoyer.

Réseau Colin Bagnard 15/11/2013 14:16



Un nouveau concept à explorer!



Articles Récents

Articles D'archives