Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 21:34

Un article paru dans le Dauphiné Libéré nous apprend qu’un militant proche de la cause de l’égalité parentale car contre les pratiques mafieuses, a été mis en prison à Privas.

 

http://www.ledauphine.com/ardeche/2014/12/19/prison-ferme-pour-avoir-relaye-des-accusations-de-pedophilie

 

Il ne s’agit pas de contester ou confirmer les accusations portées par ce militant, nous ne pouvons rien vérifier ou contester d’ici, ce n’est pas notre rôle. Accuser un juge ou quiconque de pédophilie (d’après l’article du Dauphiné Libéré) est de toute façon grave. Ayant croisé plusieurs fois John dans des manifestations comme au pied de la cheminée d’Eybens ou pour soutenir des militants d’une justice impartiale (ce qu’il souhaite ardemment), il ne m’a pas semblé totalement irraisonnable et ses accusations ont de quoi surprendre. Qui est-il ? Qu’est-ce qui est en réalité en cause ?

 

John-Hodgkinson.jpg

 

Monsieur Hodgkinson est un leader politique engagé, dans un parti classé nationaliste, le PRF (le Parti Radical de France). En effet, chaque citoyen dans notre République a le droit d’avoir ses opinions et de les défendre. John est citoyen d’origine britannique qui a aujourd'hui la double nationalité franco-britannique [élément corrigé par rapport à la première version du texte suite à information de sa compagne] , donc doublement citoyen communautaire, intégré en Ardèche (même si certains s’en passeraient). Il représente donc potentiellement, et concrêtement, une concurence lors des scrutins locaux qui peuvent prendre, outre les thématiques politiques, des aspects judiciaires. [Il n'est pas maire comme annoncé dans la première version du texte].

 

Quelles sont, les idées principales défendues par ce parti PRF : notamment férocement CONTRE l’idéologie qui s’est longtemps propagée en direction de la complaisance POUR la pédophilie. En consultant les pages de son site (http://www.partiradicaldefrance.com/), on découvre stupéfait que les « réseaux de la pédophilie » ne sont pas seulement des mafias de délinquants sexuels,  avec des rabatteurs, des « artistes », des grossistes en matériel à vendre, des relayeurs, des « consommeurs », des « pourvoyeurs », des « nettoyeurs », il existe carrément une idéologie avec de nombreux soutiens. En cherchant un peu plus, on tombe rapidement sur les membres éminents de ces soutiens présents dans les sphères politique, économiques et culturelles (lire par exemple sur wikipedia : Apologie_de_la_pédophilie).

 

A la lecture sur le site du PRF de la lettre du 1er avril des parents de la fille qui aurait été d’après eux violée par la magistrate visée par les accusations de John, on peut analyser les faits à l’origine de la motivation de ces graves accusations.

 

La mère s’y dit « médium », par conséquent, c’est une personne pas banale, qui affirme posséder des capacités que le rationalisme réprouve la plupart du temps.

 

Cette liberté s’étend à l’éducation vis-à-vis de ces enfants, dans la mesure où elle ne les met pas en danger.

 

On a vu ces dernières années de nombreuses affaires où la capacité parentale est visée par les services sociaux lorsque les idéaux ou les pratiques « alternatives » de ces parents ne sont pas conformes à une norme ambiante, sans pour autant que cette norme soit explicitement codifiée. Il existe ainsi une discrimination contre les idées religieuses ou spirituelles de certains citoyens alors que la laïcité est affichée partout.

Il ne s’agit pas ici d’êtes d’accord ou non avec ses pratiques ou rites ou pensées, mais tout citoyen est garanti par la constitution et les conventions qu’il détient la liberté de penser. Par ailleurs, on peut trouver une riche information sur ce sujet dans les rapports de la MIVILUDES, organisme qui travaille à identifier les dérives sectaires. Travaux dont les recommandations sont justement auprès des organismes éducatifs la plus grande vigilance contre l’éducation à la maison, ce qui est un droit de tout citoyen suffisamment capable en matière éducative avec des conditions qui se sont durcies ces dernières années.

 

Dans cette affaire, sûrement des signalements soit par l’école, soit d’autres organismes ont sûrement eu lieu et c’est comme cela que la juge aux enfants a été saisie comme le prévoit la législation. Quoique parfois, il faut vraiment beaucoup de temps pour que certaines saisines arrivent à bon port, quand le drame n’est pas passé par là avant (cf article récent ou plus anciens comme l’affaire Fiona).

 

Or la juge aux enfants veut écouter ces enfants sans la présence des parents. Cela se conçoit quand on veut avoir un avis « indépendant » des enfants sur leurs conditions de vie. Les auditions d’enfants ont été ces dernières années très codifiées suite en particulier à l’affaire d’Outreau mais le débat sur la parole des enfants n’est pas clos, ni d’ailleurs certainement cette affaire d’après ce qu’on lit par des personnes proche du dossier.

 

Elle tient à écouter les enfants sans la présence d’un avocat. Les parents ignorent la procédure et se méfient. Ils ne savent pas certainement à ce moment que leurs enfants auraient pu avoir leur avocat, mais en fait quand on est enfant, on peut difficilement diligenter un avocat ; c’est le propre de l’enfance de ne pas savoir… et souvent de leurs parents. Dans les fait, l’avancée ces dernières années des conditions d’audition des enfants est revenu sur l’élargissement du droit à l’audition car nous savons que faire supporter aux enfants des responsabilités sur l’avenir de leur lien avec leurs parents est pervers pour leur équilibre mental et a toujours des conséquences. Les juges savent aujourd’hui qu’il faut donc se réserver ces auditions qu’au cas incontournables. Dans le même temps, les auditions par des personnels de gendarmerie ou de police se font par des personnes habilitées et enregistrées pour éviter d’entretenir les souffrances éventuelles si les faits ont réalité, trop souvent ils sont le fruit d’une manipulation dans le cadre d’une procédure de divorce. C’est banal.

 

Les parents dénoncent que la magistrate s’est fermée avec la greffière à clef avec les enfants. C’est sûrement maladroit quand on veut rassurer ces enfants. Mais sa décision de les recevoir seuls est justifiée à ce moment là. Ce que confirme leur avocat lequel ne saurait défendre dans une certaine conception du droit à la fois les parents et leurs enfants. Nous sommes loin de l’époque où tout ce qui se passait dans les « foyers » était l’affaire des seuls parents ou autre « gardiens ». L’émergence de nombreuses affaires remontant dans le temps nous le rappelle souvent. Des statistiques alarmantes l’indiquent aussi. La question qui taraude : comment se fait-il que ces enfants n’ai pas eu leur avocat ? Avaient-ils été informés directement qu’ils y avaient droit ? Cette législation autour du droit des enfants à se doter de manière autonome d’un conseil est-elle pertinente pour défendre le droit des enfants ? On en doute.

 

D’après les propos rapportés par les enfants, on apprend stupéfait que des violences et des viols sont en cause sur leurs enfants. Par leur langage, on comprend que ces enfants ont leur libre arbitre, et comprennent ce qui se passe. Ils échangent réticents avec la juge sur des faits de viol et de violence dans un centre culturel et du dénigrement des parents par les enseignants. La juge, comme c’est son rôle, dédramatise. Mais il est fait mention d’un film sur le viol. Il y a donc une autre procédure pénale, on peut l’imaginer. Devant le blocage des enfants qui ne veulent pas se confier, la juge aurait un comportement étonnant si l’on suit cette lettre qui pourrait être une manipulation des enfants, indignés par ces procédures, ou de leurs parents, meurtris par ces accusations et ces suspicions de capacités parentales. Mais tout encadrant d’enfant s’est une fois ou l’autre trouvé dans une situation désarmante ne sachant quoi faire pour la débloquer. Mais l’émergence de la vérité sera-t-elle au rendez-vous de cette audition, pas sûr. Il n’y a aucune garantie en ce domaine, aucune obligation de résultat.

 

Voilà que la juge veut séparer les enfants, le garçon des filles, malgré les recommandations médicales, difficile d’avoir en présence d’esprit toutes les conditions à l’exercice de ces auditions : là il aurait fallu des assistants supplémentaires.

 

Mais alors, tout bascule ! Dans les propos relatés par les parents, la juge qui implique la greffière avec d’autres complicités se livrerait à un viol en plein tribunal des enfants. Je ne peux pas dire que cela est vrai, je n’y étais pas. Si j’y avais été, cela ne se serait pas passé comme cela. Mais un certificat médical a été émis le 20 avril 2005 constatant : « une déchirure hyménide incomplète et une permissivité anale augmentée » sur la fillette, indiquant la probabilité d’un double viol, mais quels serait l’auteur ? Serait-ce avec « consentement » ou un viol comme décrit ? L’enfant n’ayant pas encore 7 ans, cela répond en probabilité. Qu’ont données les procédures pénales ? pas d’élément en lien sur ces procédures hautement probables.

 

 

Deux choses l’une : soit ce dossier est un cas de dénonciation calomnieuse contre un magistrat, et il doit y avoir une procédure ; John ne se serait pas exposé ;

Soit c’est vrai, tout est fait pour étouffer l’affaire. Une réponse  possible serait alors l’incarcération de John Hodgkinson.

 

L’école, haut lieu du rationalisme apparemment si on en crois les programmes scolaires (certains en doutent) doit-elle discriminer les parents lorsque ceux–ci n’ont pas des idées totalement rationalistes ? N’y a-t-il pas aussi de l’idéologie dans l’encadrement socioéducatif qui limite de facto la liberté de penser de certains parents ? Quand des enfants sont difficiles à gérer, plutôt que discriminer les parents, ne vaut-il pas mieux chercher à les aider à prendre en charge l’éducation de leurs enfants plutôt que de les pénaliser ?

 

Cette incarcération de John Hodgkinson est en fait un révélateur de nombreux problèmes de société : la question de l’autorité, la question de la laïcité, la question de la liberté de penser, la question de la liberté d’éduquer, la question de la liberté d’informer, la question des ententes corporatives, la question de la liberté de s’associer…

 

En quoi cette incarcération sera préventive à l’avenir si le doute subsiste sur les conditions de l’affaire initiale  qu’il faut lever ? La prison sert à l’intégration d’un individu qui autrement ne pourrait pas être assurée. La famille dont les enfants auraient été violés ne s’est pas portée partie civile d’après l’article de presse : mais on sait combien peuvent être fortes des pressions quand certains enjeux sont présents. Pour que cette affaire avance, il faut d’abord faire le clair sur les autres affaires entourant cette famille dont la lettre est publiée, et a exposé son publicateur et à l’origine de cette peine d’incarcération.

 

John a cru à cette lettre, pourquoi s’est-il entêté à la diffuser si c’était une grave calomnie ? Il manque une pièce à notre puzzle. Que ceux qui détiennent quelques pièces nous en informent. Merci d’avance pour ces informations, pour nous permettre de penser qu’il ne s’agit pas en réalité d’un règlement de compte idéologique ou un crime contre la liberté de penser.

 

NB: pour lui écrire, bien préciser pour aller plus vite:

John Hodgkinson

Cellule G003 / Bât 1

écrou 15830

Maison d'Arrêt d'Avignon

90 Chemin Panisset

CS 70017 Le Pontet

84275 Vedene Cedex

source: http://johnhodgkinson.canalblog.com/archives/2015/01/07/31273982.html

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article

commentaires

Madame Jaune 02/01/2015 11:57


Bonjour, 


 


Cette fois-ci avez-vous reçu mon e-mail?

Madame Jaune 02/01/2015 07:34


Mail envoyé

Madame Jaune 02/01/2015 07:17


OK, désolée de ne pas l'avoir fait plus tôt, je ne vois votre commentaire qu'à l'instant.

Madame Jaune 01/01/2015 15:00


Bonjour Nicolas, 


 


Je vous ai envoyé un e-mail auquel vous n'avez pas répondu; peut-être s'est-il perdu dans votre boîte spams? 


Pour rappel, je suis la compagne de John Hodgkinson, seule habilitée à répondre pour lui en son absence. 


 


Meilleures salutations 

Réseau Colin Bagnard 01/01/2015 16:27



ok


voulez-vous le réenvoyer sur reseau-colin-bagnard@orange.fr car il n'y est pas!


 


mais certains jouent avec ma messagerie depuis longtemps... les salopards ne manquent pas.


 


Je vous expliquerez aussi d'autres choses!



Articles Récents

Articles D'archives