Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 02:27

Chronique 5 envoyée par Paritolog:

 

Insistance lourde sur le congé de paternité à l’A.N.

AN.jpg 


La nuit dernière (du 20 [l'aniversaire d'un certain colin, même pas invité!] au 21  janvier), l’Assemblée Nationale a commencé ses séances publiques sur le projet de loi portant sur l’égalité entre les femmes et les hommes. 

 

 

Déclaration introductive de la ministre.

La ministre NVB, dans un flot d’énumérations d’intentions, a glissé une brève pensée pour « la place des pères ».

Alors ce faisant, elle a bien confirmé que ce projet de loi n° 1380 ne peut  pas ignorer que les femmes et  les hommes Réels – et pas  seulement les personnages utopiques d’une idéologie – sont en  général mères en  tant que femmes et pères en tant que masculins : ainsi rétrospectivement le balayage de l’article 17 bis  en commission des lois au prétexte que ce n’est pas le sujet était bien de la plus détestable  mauvaise foi !


D’ailleurs dans l’ensemble de ce projet 1380 il y a plusieurs articles en lien avec la vie familiale, on peut citer l’intention d’associer en urgence le JAF pour « monoparentaliser » dans la foulée de l’ordonnance d’éloignement (sans jugement, sur simple présomption de violence intra-familiale sans contradictoire). 


Peu après dans le cours de son laïus la ministre parle d’ « implication  des  pères » … oui mais  il ne  s’agissait QUE du  contexte péri-natal, dans le  cadre de la fixation obsessionnelle sur le congé de paternité. Obsessionnelle, mais pas seulement : il s’agit à n’en pas douter d’une posture très calculée pour délégitimer la parité mère-père par induction psychologique.

 

L’orateur du groupe RRDP Jacques Moignard : auto-censure ou pressions externes ?

A l’assemblée, le groupe RRDP est l’équivalent du  groupe RDSE au sénat, ce groupe qui avait introduit l’amendement 108 issu de concertations dans certains cercles discrets.

Or dans son discours général préalable pour son groupe RRDP, J. Moignard n’a pas soufflé mot sur cet article 17 bis introduit par ses collègues radicaux (et assimilés) puis bassement attaqué en commission…

A toutes fins utiles,  il faut considérer que le député Moignard a été élu en tant que suppléant de Sylvia Pinel nommée  au gouvernement : a-t-il eu peur de ne pas être repris comme suppléant en 2017  s’il ne « filait pas doux » ?  Rien n’interdit de le penser…


Jacques Moignard est actuellement maire de Montech, une commune du Tarn-et-Garonne connue pour avoir sur  son territoire un plan incliné à péniches qui permet de shunter plusieurs écluses sur le  canal latéral à la Garonne. M. Moignard sera-t-il candidat à sa succession en mars prochain ? Et s’il était débarqué comme une vieille péniche à la suite de la diffusion d’un tract-missile « patriot » (1000 exemplaires) entre les 2 tours ?

 

La verte Barbara Pompili omet de parler de l’alternance paritaire.

On se souvient qu’immédiatement après l’événement de liberté politique en septembre au sénat, le parti écolo-vert avait déposé une proposition de loi essentiellement axée sur la médiation (comme une sorte de panacée miraculeuse), et accessoirement sur la résidence alternée « à l’essai ». Pas un mot sur la Nouvelle Conciliation…


Plus récemment en  commission des lois  en  décembre, le groupe  écolo-vert a présenté un amendement  voulant supprimer 80% de l’article 17 bis et altérer les 20% restants. Avec les 2 mêmes points : médiation et suspicion sur la RDP (résidence duale alternée) via 6 mois « d’essai » obligatoires.


Dans son intervention en séance publique, Mme Pompili a clamé l’intention de son groupe d’ « aller plus loin encore » (que le projet gouvernemental) ce qui correspond à la  posture écolo habituelle de se camper comme avant-gardistes. Elle commence par la volonté de simplifier la procédure de « changement de sexe »… quel rapport avec la Parité, si ce n’est en pratiquant un énorme déni de l’origine bio et écologique de cette même Parité ??? Puis elle réclame un « véritable service public de l’enfance » … comme ce fut le cas en URSS (et on a vu où cela a mené…) … et un peu comme Hitler en avait rêvé (le Lebensborn). Enfin seulement, à la fin, elle range comme si c’était révolutionnaire la vieille recette de la médiation … il est vrai que la clientèle électorale des verts est relativement abondante parmi les milieux du dit « travail social » donc en particulier parmi les médiateurs qui craignent pour leurs emplois,  car le ministère de la justice trouve que la médiation coûte trop cher


Mme Pompili a annoncé « un amendement renforçant la  médiation, étape déterminante en faveur de la garde alternée en cas de séparation ». C’est ainsi une façon de conditionner la parité mère-père temporelle concrète à une double volonté d’accord de  chaque parent. Mais qu’advient-il si une mère s’acharne à extorquer le matriarcat en sabotant conciliation, négociation, médiation : alors la RDP devient impossible. CQFD. Et au passage ce mécanisme pervers (pères-verts ?) épargnera l’image de la magistrature qui fera valoir que ce ne sont plus les juges qui barrent la parité. On sait que le syndicat SM, ce fameux syndicat avec un glorieux Mur des Cons, est très proche idéologiquement des écolos-verts, le parcours d’une  très voyante magistrate médiatique illustre cela de façon éclatante.

 

La vieille argutie de la nécessité d’accord dure depuis presque 40 ans.

Dans les années 70-80 cela a servi à  empêcher des droits de visite-hébergement, puis après 1987 à ne pas généraliser l’exercice dual de l’autorité parentale, et depuis 2002 contre la RDP si pas consensuelle. Mme Pompili ne fait donc que re-formuler cet obstacle tout en faisant plaisir à des amis politiques (médiateurs : économiquement et magistrats : psychologiquement).


Et puis Mme Pompili  n’a pas eu un mot sur sa proposition en  commission d’une RDP sans médiation ne serait-ce « qu’à l’essai » !

Alors quel est le crédit de sincérité que l’on peut accorder à Mme Pompili pour sa signature dans la pétition de femmes, à côté de celle d’Evelyne Sullerot ?  Et s’il ne s’agissait que d’une action de singularisation politique dans le cadre de sa stratégie de carrière ?

 

 

Le congé de paternité, instrument psychologique pour discréditer l’alternance paritaire sans le dire.

Plusieurs articles ou alinéas examinés lors de la séance de nuit ont montré que le congé de paternité est l’objet de « soins » insistants, ce qui est pour le moins curieux en regard du refus de la parité en cas de séparation.

Après la ministre,  de nombreuses prises de parole ont eu lieu à propos du congé de paternité. On peut citer notamment la députée socialiste Barbara Romagnan, élue du Doubs, qui est allée jusqu’à parler  de « congé parental égalitaire ».


Mais pourquoi donc un tel amour pour l’égalité parentale là, autour du nouveau-né ? C’est bête comme tout : parce que c’est la séquence vivipare-mammifère {gestation puis délivrance puis allaitement} qui souligne évidemment la dissymétrie charnelle chez les humains comme les autres mammifères entre programme féminin et programme masculin dans la parenté-parité ! Cette insistance  pour infliger de l’égalité socio-professionnelle à propos du périnatal  revient, en arrière-pensée, à magnifier le principe d’égalité là  où la différenciation est le plus marquée. Il s’agit d’une tactique de communication paradoxale : autrement dit cela cache quelque chose…


Et voilà le calcul sous-jacent : l’intention est de culpabiliser les pères de façon subliminale (coupables de manquer d’utérus), de les imprégner d’une acceptation de statut de supplétif, de subordonné, en quelque sorte de « harki de la famille ». En grossissant sans retenue l’après-grossesse, en focalisant sur le hardware qui empêchait les préhistoriques de savoir la parenté-parité, on fait diversion pour ne pas donner à voir ce que les Lumières de la Science ont montré : la parenté-parité se  lit dans l’ADN  qui détient le software, le vrai Génie du Vivant. Dans l’ADN, la mère n’est qu’à parité avec le père, alors que l’enveloppe charnelle donne l’illusion archaïque que la matrice mammifère serait en toute-puissance sur la génération.


Et puis il y a une autre dimension de cette habile ficelle de manipulation des consciences : la réalité sociologique actuelle du congé de paternité. En effet,  le % de pères voulant ou (plus souvent) pouvant assumer le congé de paternité périnatale est faible, de l’ordre de 5%. Mais sont-ils les seuls à en décider ainsi ?


Comment ne pas voir qu’à partir de ce 5% maigrichon,  par amalgame, le lobby néo-matriarcal veut en inférer que cette froideur statistique envers le congé de paternité périnatale « prouverait » que les pères (en général) ne sont pas légitimes à défendre la vraie parité ?

Du moins  les pères actuels … on voit bien que le lobby matriarcal va se faire plaisir avec une promesse aux calendes grecques : « dans 20 ou  25 ans, quand les pères auront  commencé à s’intéresser aux enfants dès la naissance, alors seulement nous pourrons  condescendre royalement à leur concéder la garde alternée »… [RCB: c'est tellement insultant!]

 

Mauvaise foi,  amalgame, atermoiement : brelan de drôles de dames… il manque la Dame de Cœur !

 

******************************************

Commentaire RCB: On sentirait une tantinet une orientation politique substantiellement divergente avec la tendance progouvernementale?! On dirait une confusion politicosexiste!   

 

Or nous sommes promoteurs d'un message a-politique ! Mais c'est vrai que vu la tournure alambiquées que prend cette loi d'égalité "pas rentable" pour nous les bagnards et bagnardes, on comprend les vifs propos pour en changer !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Articles D'archives