Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 15:54

Quand les féministes cherchent à diviser « les égalitaires parentaux » !

Ce matin, en cherchant un document, je tombe sur cet article que je ne connaissais pas : (http://lespapiersanthumes.wordpress.com/2013/06/17/colin-bagnard-ou-colin-braillard/ et qui n'assume pas en publiant ce droit de réponse minimal!)

Cela peut expliquer certaines complications entre les membres des différents collectifs. Aussi je parends acte de ce texte diffamatoire et y répond sur le champ. Je m’étonne que personne ne me l’ait encore indiqué !?

[commentaire entre crochés et bleu de RCB]

feminisme-bleu-et-rose.jpg

dixit:

Colin bagnard ou Colin braillard ?

Posted on 17 juin 2013 par André Déchot

Bon, ma camarade Sophie arrivera bien un jour à utiliser la fonction "auteur" . Mais en attendant, elle à tout de même des choses à dire : 

 

Le 9 juin se déroulait la marche des femmes contre l’austérité. A cette occasion, le réseau Colin bagnard a contacté l’organisation de la manifestation en arguant du fait que ce réseau se battait pour les mêmes causes que les femmes : «dénoncer le syndrome de l’aliénation familial». [Le Réseau Colin Bagnard, dont je suis le porte-parole, le président fondateur, n’a jamais contacté l’organisation de la manifestation « marche des femmes contre l’austérité » pour la bonne et seule raison que je n’en avait jamais eu connaissance ! Qui s’est autorisé à parler en nôtre nom ? Ou est-ce un moyen pour dénigrer notre travail associatif qui ne leur fait pas que du bien]


Alors que l’organisation de la marche avait choisit le 9 juin, sans symbole particulier, pour affirmer le manque d’audace du "changement" annoncé par F. Hollande et le la majorité du PS, le réseau Colin bagnard avait choisi cette date parce que c’était une semaine avant… la fête des pères. [Le Réseau Colin Bagnard n’a pas choisi cette date de la manifestation du 9 juin « pour l’égalité parentale » puisqu’elle avait été choisie auparavant par d’autres organisations. D’ailleurs si le RCB avait choisi, il n’aurait pas choisi précisément cette date, son porte parole devant  accueillir ses trois enfants ce week-end là et il aura fallu l’accord de leur mère pour s’adapter, que je remercie au passage]


Le premier constat est que ce réseau ne savait pas pourquoi les femmes descendaient dans la rue ce 9 juin [C’est bien ce que je dis !]. Il s’agissait pour Les femmes contre l’austérité de dénoncer la politique «de rigueur» relayée par le gouvernement. Elles revendiquaient des mesures concrètes pour l’égalité femme/homme, l’augmentation des salaires, l’interdiction des temps partiels… mais certainement pas l’égalité parentale telle qu’elle est revendiquée par ce réseau Colin bagnard, voir ici.

 

Le blog de l’association est très intéressant puisque l’on peut voir que le réseau Colin bagnard (RCB) espère la participation de SOS PAPA, mais aussi les pères perchés sur leurs grues du "collectif de la grue jaune" ou encore leurs tours des cathédrales d’Orléans [Là on assiste à une inversion qui vise à choisir une cible (RCB), alors que RCB a rejoint le collectif de la Grue Jaune le 30 mars 2013 où SOS PAPA a refusé de soutenir l’ensemble de ses 8 propositions. Quant à l’opération d’Orléans chacun sait que les protagonistes ont agit de manière indépendante et que certaines associations ont soutenus leurs revendications au pla n ganaral sans entrer dans les cas particuliers qui ne peuvent être traités publiquement]. Je me rappelle comment les médias ont traité avec un « recul et un travail d’investigation exemplaire » ce fait divers, présentant le père comme une victime de la décision inique d’UNE juge aux affaires familiales et victime de cette société "féminisée" (enfin lui [Je n’y étais pas ! Qui a dit quelque chose de tel ? Personne à ma connaissance !?] a dit de "bonnes femmes") [C’est carrément de la diffamation !], qui privilégie toujours les femmes, surtout dans les cas de divorces.[Il est un fait que la majorité des juges aux affaires familiales sont des femmes, mais personne ne les a incriminées à ce titre, en tout cas pas RCB ; les hommes juges seraient-ils plus paritaires dans leurs décisions ? Ce n’est pas le problème et essaye une fois de plus de rendre un problème sexiste alors qu’il ne l’est pas. Les revendications touchent la loi et son application ou sa réforme !]


Ce discours fait écho à la prose d’Alain Soral dans son livre Vers la féminisation ? : Démontage d’un complot antidémocratique, merveilleusement plagié (il parait que non. Mais avec l’autorisation de Soral. Mais que non. Enfin bref…) par E. Zemmour (ici, ici ou , une série de vidéos sur les propos zemmouriens). [Si j’en ai entendu parler par les commentaires de cet ouvrage, je ne le connais pas, il n’a pu m’inspirer ! Et je ne partage pas les idées sur cette question de Zemmour que l’on utilise bien sûr contre nous]


Le 9 juin le RCB contre le mariage homosexuel [Ce n’est pas non plus son vrai titre et est insidieux] a donc défilé pour l’égalité parentale (ici leur pétition) mais aussi contre le syndrome de l’aliénation parentale (SAP) concept inventé par un psychiatre, Richard Gardner en 1985, et qui n’a jamais été soumis à évaluation par ses pairs, voir même par le monde médical [Faux encore: il n’a pas été question de parlé de ce sujet dans cette manifestation au plan de la déclaration et de la communication ; il s’agit ici de jetter le trouble « pédophilique » et « « antisémite » qui attaché à ce personnage de Richard Gardner ; c’est donc une démarche gravement discriminante qui mérite une réponse appropriée comme à chaque fois que l’on insinue ce genre de chose pour détruire des thèses dérangeantes! Ici le SAP qui fait en effet débat au plan médical, quelle que soit l’origine qu’on veut bien lui donner, lointaine, mais vécu ici par des milliers d’enfants]. Et donc pas recensé comme maladie psychiatrique, mais défini par Richard Gardner comme « Un trouble de l’enfance qui survient presque exclusivement dans un contexte de dispute concernant le droit de garde de l’enfant. L’enfant l’exprime initialement par une campagne de dénigrement à l’encontre d’un parent, cette campagne ne reposant sur aucune justification. Le SAP résulte de la combinaison de la programmation du parent endoctrinant (lavage de cerveau) et de la propre contribution de l’enfant à la diffamation du parent cible. Lorsqu’un abus et/ou une négligence parentale existent vraiment, l’animosité de l’enfant se justifie et ainsi l’explication de comportement par le syndrome d’aliénation parentale ne s’applique pas » voir ici.

 

Le RCB et ses amis fait sienne cette « théorie » dénonçant la féminisation de la société. Société qui par ailleurs nierait les violences conjugales faites aux hommes. En effet les masculinistes [RCB n’est pas masculiniste comme la grande majorité me semble-t-il des associations participant à la déferlante « des pères ou mères perchées »] soutiennent qu’il existe une symétrie de la violence et les hommes seraient les perdants d’une guerre des sexes menées par les féministes.[ce n’est pas logique de prétendre que les masculinistes (si cela existe autrement que dans l’idéologie féministe) seraient tenant d’une symétrie alors que c’est impossible à ce titre là ; mais la vraie idée à retenir est bien qu’il y a symétrie et que les deux existent malheureusement] Et l’une des violences psychologiques infligées par les femmes seraient le divorce… car il aurait un impact psychologique plus lourd pour les hommes que pour les femmes, qui dans la majorité des cas en sont les instigatrices.[cela expliquerait les décisions par précautions alors ?! Je comprends mieux] Par ce biais les femmes peuvent maintenant obtenir facilement la garde des enfants et s’approprier les biens du couple en faisant de fausses allégations (déclarations?) de violence conjugale et en prime utilise le SAP… Ainsi, dans cette lecture paranoïaque [la paranoïa est une maladie qui fait de l’imaginaire une réalité vécue ; mais en l’occurrence, les statistiques sont clairement établies ; nous sommes dans le cas d’une insulte], les hommes sont « broyés » par un système qui présume de leur culpabilité avant même qu’ils aient ouvert la bouche.

 

Par ailleurs, on peut déplorer que les recherches sur le genre soit utilisées pour tout et n’importe quoi, comme on a pu l’observer, ces derniers mois, et particulièrement lors des manifestations anti-Mariage pour tous, par les droites conservatrices radicalisées et les extrêmes-droites, pour dénoncer une politique matriarcale imposée aux hommes depuis des milliers d’années (sic!).

 

Mais ce que prétendent ne pas savoir les masculinistes [On n’en est pas], c’est que les théories féministes soutiennent globalement que la violence conjugale est exercée principalement par les hommes contre les femmes, que certaines femmes emploient la violence dans un cadre de légitime défense mais aussi que la violence des femmes contre les hommes en dehors de ce cadre défensif constitue un phénomène marginal… [En inversant les propositions, on peut comprendre ce qui se passe dans le cas réciproque ; mais cela on ne l’entend jamais]


Et, histoire de remettre les pendules à l’heure rappelons que si beaucoup de femmes sont des juges aux affaires familiales (JAF), c’est aussi parce-qu’il y a des secteurs plus féminisés dans la justice, comme dans la santé, l’enseignement… Bref, tout cela renvoie à une division sexuelle et sociale du travail sur laquelle bien peu se penche (voir tout de même le travail de chercheuses du CNRS ici). Rappelons aussi que, pour autant, les lois restent les même pour tous. Allez un dernier petit lien mais cette fois pour remettre à plat la réalité des chiffres.

 

Sophie Joubert

fin de citation de l'article diffamatoire.

********************************************************

 

[Ce nom de Joubert sonne chez moi comme de triste mémoire car c’est un certain Joubert qui s’introduisait dans mon appartement jusqu’en 2004 avec ma femme pour comploter à l’époque de mon divorce et l’a personnellement catalysée par ses basses œuvres en manipulant la mère de mes enfants et en faisant des déclarations « protégées » par ses relations familiales et collusions locales. Sa fille ayant quelques possibilités en réseaux de diverses sortes, quoiqu’ayant été laissée à la rue par son propre père (vérifiable dans son livre), a gravit les échelons de la société jusqu’à l’ENA et à la municipalité de la ville de Paris au service concernés par l’enfance et les familles justement ! Sûrement un des ministères maintenant... Ne serait-ce pas cette « sophie » qui écrit là? Un bien piètre journalisme de parti pris.]

 

Voilà à quoi s’occupent les services derrières cette signature !

 

Comploter en cherchant à diviser le mouvement qui a repéré leurs exactions !

 

ll faut tirer toutes les conséquences de cette propagande sans limite !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REACTIONS
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Articles D'archives