Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 00:19

Suite à notre volonté de faire avancer le débat de la famille en France, j'informe les lecteurs du blog de RCB d'une conférence CE mardi:

 

 

Madame Isabel MALSCH, présidente de Famille de France du Rhône,

 

Madame Sylvis MANCHON, présidente de l'AFC du Rhône,

 

Madame Marie-Claude CHATILLON, présidente d'ALFA3A,

 

Monsieur Raphaël NOGIER, président de Cosette et Gavroche,

 

Monsieur Jacques DUPOYET, président de l'AFOCAL

 

vous invite à la conférence du Père Yannick BONNET,

ancien président de Famille de France du Rhône.

 

" LA FAMILLE, ESPOIR ET DEFI POUR UNE SOCIETE EN CRISE"

 

Le 12 mars 2013 à 20h30

 

à l'ESPACE de l'Ouest Lyonnais, 6, rue Nicolas Sicard, 69005 LYON.

 

Entrée libre.

 

 

Pour que les choses soient le plus clair possible afin de rendre le débat éclairé ---Sigles et objectifs:

 

Familles de France: association qui a pour objectif de "défendre les intérêts matériels et éthiques des familles."

(http://www.familles-de-france.org)

 

AFC est l'association Familiale Catholique, a pour but la Promouvoir la famille, communauté de vie et d’amour d’un homme et d’une femme, fondée sur le mariage, lien indissoluble, librement consenti, publiquement affirmé, ouverte à la vie, éducatrice de ses membres, cellule de base de la société, source du bien être de la personne et de la société.
(Charte des Droits de la Famille Saint-Siège - 1982);

(http://www.afc-france.org)

 

AFOCAL est l'association pour la formation des cadres de l'animation et des loisirs (formation et organisation d'activités d'animation);

(http://www.afocal.fr)

 

ALFA3A est une association à vocation sociale et culturelle qui intervient en tant que conseil ou opérateur sur des missions contribuant au développement et à la réussite de la Personne, de la petite enfance au grand âge.

(http://www.alfa3a.org)

 

Cosette et Gavroche: association dont le but est lutter contre la précarité familiale en promouvant le droit des enfants à être éduqués par un père et une mère, en défendant le code civil actuel en matière de mariage, et en encourageant l’adoption des enfants par un couple homme-femme.

(http://www.cosetteetgavroche.fr)

Partager cet article
Repost0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 16:12

 

Message relayé par le Réseau Colin Bagnard qui appuie toutes les démarches permettant de porter nos espoirs:

 

> Message du 18/02/13 02:47

> De : "info@unparentdetrop.org"
 
MÈRE / PÈRE : ÉGALITÉ DES DROITS  :  AGISSEZ !

>

Bonjour à tous
>
L'action de Serge et Nicolas donne aux pères discriminés l'occasion de s'exprimer. L'action a été reprise par plusieurs pères, d'autres grues prises d'assaut, et les associations qui dénoncent la discrimination dans les affaires familiales ont l'occasion de prendre la parole.
>
> Notre action est solidaire. Des pères qui accrochent les banderolles, des fous d'Internet qui relaient l'information, des motivés qui appellent la presse, des associations qui rencontrent les politiques... chacun porte sa pierre à l'édifice.
>
> Il faut continuer.
>
> Au niveau du ministère, Mme Taubira* et Mme Bertinotti* se sont engagées à recevoir et entendre cette semaine les associations militant pour une réelle coparentalité. SOS Papa est actif au niveau politique. Mais chaque association doit se manifester immédiatement auprès de ces ministères pour demander conjointement l'égalité de droits entre un père et une mère.
>
> Le ministère est actuellement à l'écoute. Pour combien de temps ?
> L'examen de la proposition de loi pour une résidence alternée par défaut pourrait être éxaminée. Il est temps de ne rien lâcher. C'est le moment d'écrire à vos députés, de manifester devant vos tribunaux, d'appeler la télé, d'organiser des fêtes pour nos enfants, de peindre sur les murs, de distribuer des tracts, d'aller à Nantes le 20 février... Tant qu'on n'aura rien obtenu, il faut continuer.
>
>
Mobilisons-nous. Agissez !
>

> icdcceeg.jpg
>
A votre disposition,
>
Gérard OLLIVIER
>
Chargé de communication pour  la fédération 1 Enfant 2 Parents
> Secrétaire de l'association Parents Solos
> tél : 06 12 897 460
> E-mail :  
info@unparentdetrop.org   
> Site Internet : www.unparentdetrop.org
>
>
>
* Associations, écrivez cette semaine (ou jamais) à :

>
en précisant sur l'enveloppe :  MÈRE / PÈRE : ÉGALITÉ DES DROITS
>

Dominique BERTINOTTI
> Ministre déléguée auprès de la Ministre des affaires sociales et de la santé, chargée de la famille
> Ministère des Affaires sociales et de la santé

> 14, avenue Duquesne
> 75350 PARIS 07 SP
> Standard : 01 40 56 60 00
>

> Christiane TAUBIRA

> Ministère de la Justice
> 13, Place Vendôme
> 75042 Paris cedex 01
>

Dominique BAUDIS
> Défenseur des Droits

> 7 rue St Florentin

> 75409 Paris cedex 08

Partager cet article
Repost0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 15:51

AFFAIRE DES PèRES SUSPENDUS AUX GRUES ... et A LA JUSTICE.

 

Réaction suite aux commentaires télé ou aux articles de presse internet, dont celui de l'Express: http://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/actualite/societe/fait-divers/en-images-nantes-deux-peres-prennent-de-la-hauteur-pour-reclamer-la-garde-de-leurs-enfants_1221717.html

link

 

et http://www.lexpress.fr/actualite/societe/nantes-pourquoi-les-peres-divorces-obtiennent-rarement-la-garde-de-leurs-enfants_1221722.html link

 


 

Appel à Christophe Barbier et toute la rédaction !

Je m'exprime ici comme porte-parole du Réseau Colin Bagnard, une association ultrareprésentative pour le maintien du lien des enfants avec leurs deux parents lors des divorces et séparations. De nombreuses actions ont été menées vers les élus, les législateurs, les organisations familiales mais nous ne sommes jamais entendus parce que ce sont de nombreux intérêts qui sont menacés.

Je suis outré par ce que je lis et écoute dans le traitement médiatique de ce grave sujet de société. C'est très rare que l'on puisse débattre sur la famille. il a fallu attendre le débat sur le "mariage pour tous" qui enfonce encore plus les pères ou certaines mères écarté(e)s de leurs enfants!

Suite à la manifestation publique sur des grues de deux compères séparés de leurs enfants, tout est fait pour réduire aux cas individuels (c'est à dire familiaux) de Serge Charnay et Nicolas Moreno sans respecter les règles de l'équité du droit de la défense... qui n'est d'ailleurs pas plus respecté dans les tribunaux aux affaires familiales dans la majorités des cas. C'est cela qu'il faut analyser.

C'est à boulet rouge qu'on dénigre les compères.  Votre article sollicite déjà des avis nombreux (clairement identifié pour nous), mais il faut aller plus loin et expliquer les enjeux et les positions. Il faut donner la parole aussi aux représentants de ceux qui souffrent ce calvaire ! les commentateurs ne savent pas de quoi ils parlent ! En se basant sur les propos de l'avocate de la partie adverse des dossiers individuels, les media ne font que péréniser l'injustice courante. En donnant la parole systématique à des associations représentatives du féminisme, ce n'est pas la parité qui est mise en avant ! C'est le "modèle de Vichy" !

Ce n'est pas une affaire individuelle. C'est une affaire de société. De toute la Société. Le sujet qui nous concerne touche Toutes les Familles de France! Toute la Population. A Paris, la moitié des familles sont monoparentales! On ne peut pas faire pire. Les statistiques que vous donnez sont celles de la justice mais où sont les autres sources? Pas d'audit général sur ce sujet! Les statistiques, quand elles ne sont pas des pures propagandes diffusées à grands frais de subventions, ne reflètent pas la réalité plus dramatique. Et savez-vous combien de suicides il y a par an? Retournez-vous sur les affaires de drames familiaux qui ne sont jamais analysés post-mortem!

Lorsque des associations sont appelées sur les plateaux, elles ne sont pas représentatives, sinon d'enjeux politiques. Nos positions sont exposées depuis de nombreuses années, mais jamais elles ne sont répercutées par les média? Pourquoi?


La dernière:

http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/article-serge-charnay-nicolas-moreno-ces-peres-qui-font-le-pied-de-grue-pour-voir-leur-enfants-115422382.html


Christophe Barbier et toute l'équipe de journalistes, nous qui n'avons aucun moyen pour porter nos espoirs d'une politique familiale qui arrête le carnage social économique et moral de la "famille en France", je compte sur vous pour écouter vraiment ce que ces pères et mères qui ont traversé cette tourmente ont à dire.


Nicolas Sègerie, porte-parole du Réseau Colin Bagnard. (reseau-colin-bagnard@orange.fr)

Partager cet article
Repost0
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 11:31

file-d-attente-TGI-copie-1.jpg

 

Après la cacophonie et la division profonde de la Nation autour du projet de "mariage pour tous", voilà qu'accrochés à leur grues deux pères dans la soufrance réclament leurs enfants.

 

Serge Charnay et Nicolas Moréno ont fait preuve de pugnacité en s'exposant l'un et l'autre dans des conditions risquées, mais pas téméraires. Ils savent ce qu'ils font et les questionneurs parlant de leurs véléïté suicidaire potentielles n'ont rien compris à leur démarche.

 

Il ne m'appartient pas de m'immiscer dans leurs dossiers mais sur le plan général...

 

En effet, lorsque la séparation s'opère dans un couple avec enfants, c'est souvent le drame.

 

L'émission "Faites entrer l'accusé" présenté par Christophe Ondelatte, qui nous montre publiquement comment concrêtement la justice dans notre pays fonctionne, montre combien parmi les criminels (violeurs en série, pédophiles, désaxés de toutes sortes...), combien ont été confrontés à la séparation dans leur famille. Les enfants placés, les enfants de famille séparées, les enfants dont le père était absent (travaillant loin la plupart du temps, et non l'abandon comme il se dit habituellement) sont des situations qui ne sont pas sans conséquences.

 

Lorsqu'on regarde l'actualité, à chaque vacances de Noël, vacances d'été, vacances de Pâques... je m'attends à de nouveaux drames familiaux... Sinistre prévision, mais trop souvent vérifiée.

 

Parfois, lorsque le point de non retour éclate dans une famille, sur un coup de sang, un père considérant que sa famille n'a plus de sens qu'unie, supprime tout le monde sans s'oublier!

 

Il y aurait 7500 pères qui se suicident chaque année! N'est-ce pas suffisant pour se poser les bonnes questions et arrêter de faire comme si c'étaient des "forcenés" nés ! Il y a des causes à cette saignée humaine qu'il faut comprendre. Là il y a un vrai débat à mettre en place sur un sujet préoccupant et pourtant occulté même avec nos compères sur les grues.

 

Heureusement ce n'est pas le cas tout le temps. Et c'est le premier rôle des associations comme RCB et de nombreux groupes qui doivent mailler nos territoires d'empêcher le pire par le soutien psychologique et les "bons" conseils pour préserver les chances de retrouver une situation apaisée et le lien rompu.

 

Alors, que reste-t-il à ces pères pour agir pour leur défense?

Bien plus de 80% qui sont les statistiques ne portant que sur les décisions judiciaires aux affaires familiales ces dernières années, qui ne correspondent en rien à la réalité de quelques >95% des cas.

 

Des actions comme celles de Nicolas Moréno (une grève de la faim de trois semaine et d'autres actions) ou de Serge Charnay (rester sur une grue au moment le plus froid de l'année et se retrouvant sans alimentation) sont exceptionnelles en France. Beaucoup plus fréquentes au Royaume Uni, au Canada ou aux Etats Unis dont la culture du lobbying poblic est constitutionnelle et organisée.

 

Nous pouvons les remercier pour avoir permis aux médias de braquer au moins un moment leur caméra et leur attention; c'est si rare! Mais comment faire rebondir ce sujet avec eux?

 

Cour-Europeenne-des-Droits-de-l-Homme.jpg

Je pense que nous aurions la possibilité de monter une démarche collective à la Cour Européenne des Droits de l'Homme pour que l'Etat Français fasse respecter ses propres engagements comme la convention internationnale des droits de l'enfant.

 

..Et malgré des commentaires de journalistes ou de commentateurs qui n'ont pas pris la mesure du problème, les réponse des politique décalées par rapport aux besoins. Depuis des années, nous les sollicitons en vain. Que faut-il faire?

 

Malgré la "désolidarisation" de certaines associations qui pourtant luttent pour la même cause.

 

Nicolas Moréno n'a pourtant pas pris un risque inconsidéré puisque c'est son métier de grimpeur-élagueur, habitué à être perché... Et ce n'est pas parce qu'il se retrouve sans travail qu'il a perdu son agilité et son punch. Le seul risque est pour ses propres affaires qui risquent d'être stigmatisées.

 

Récemment, il nous a même engueuler, nous les membres de certaines associations, car selon lui, on ne faisait pas assez pour les soutenir lors d'une autre opération. Nul n'est tenu à l'impossible. Et le cadre était différent puisque la question était un soutien par une manifestation lors d'une audience aux affaires familiales. Or il est nécessaire que la justice agisse en toute indépendance; on ne peut tenir un siège (qui d'ailleurs n'effraie personne et ce n'est pas le but) et dans le même temps demandé l'indépendance de la justice vis-à-vis de groupes de pressions corporatistes (ordre des avocats ou notarié, magistrature, syndicats judiciaires, certaines associations familiales qui veulent faire du chiffre, fédération des CAF qui n'est pas l'état ni même démocratique puisque tous les usagers n'y sont pas représentés), politique (anti-activiste, droite ou gauche, c'est selon), idéologiques (féministes, homosexuels et doctrinaire du genre en surpuissance, les écoles "spy" dont la scientificicté est indémontrable et le machisme aussi qui s'oppose à l'idée que les pères ne peuvent pas vraiment élever leurs enfants correctement).

 

Il y a plusieurs façons d'agir, chacun selon sa conscience, et chacun selon ses capacités, et chacun, selon ses moyens, et souvent les parents séparés n'en ont plus.

 

Nous devons respecter les manières d'agir accessible à ceux qui peuvent agir... Sans se désolidariser. La fome, la stratégie d'action, la tactique... peu importe, tant que le fond est préservé. Et c'est le cas, même si chacun dans les associations, qui ne sont jamais que des individus fédérés confrontés aux mêmes désarois, qui développe un thème plutôt qu'un autre. Le débat de la famille est complexe, il sollicite toutes les disciplines de la connaissance (biologie, médecine, sociologie, anthropologie, droit, éthique, spiritualité...). Les personnes ou associations isolées ne saurait rendre compte de la totalité du problème.

 

Au fond, les familles séparées divorcées qui sont confrontées à l'injustice ne peuvent qu'être révulsées comme le serait n'importe quel esclave moderne, n'importe quel maltraité du droit international, n'importe quel citoyen conscient de ses obligations qu'il ne peut accomplir.

 

De quelle injustice parle-t-on? A quoi se résume le problème soulevé par nos deux compères? Etre parents, père ou mère, c'est un lien fondamental qu'aucune institution humaine ne peut couper. Le droit ne peut pas se substituer à cette relation filiale fondamentale. Si les juridictions ont prévu depuis longtemps dans des cas graves d'agir "pour l'intérêt des enfants" ou de la société, il a fallu dans bien des cas qu'elle se retourne: les Aborigènes d'Australie enlevé pour mauvaise éducation, les déficients mentaux castrés, les pauvres rendus infertiles, les enlèvements institutionnels et abusifs qui existent toujours...

 

Le débat du "mariage pour tous" nous a éclairé sur ce lien biologique et les réparartions qui peuvent parfois pallier aux problèmes d'infertilité ou de dispariiton réelle des parents où l'adoption est une solidarité et un échange humain prévu dans bien des civilisations. Et même chez les animaux. Pourquoi s'en priver? Mais la nature ne prévoit pas de sacrifier l'un des parents vivant ! Pourquoi les peuples de la Terre, assez nombreux pour avoir fait suffisament l'expérience pour en avoir tiré un enseignement pérenne, recourrent au partage de la parentalité utile quand l'un des parents disparait. C'est différent que d'encourager les séparations familiales par l'octroi d'un bénéfice financier à la "femme isolée" et d'autres "organisations". Le soutien social se conçoit, s'il est utile et vérifiable, mais l'encouragement détruit la société. Créer et péréniser une famille semble l'activité la moins importante dans notre société. Et la science de confirmer que les séparations ont un rôle néfaste sur les enfants, même si ce n'est pas toujours vérifiable et que la prévention peut éviter le pire.

 

Bon courage à toutes les familles, les pères, les mères, les grands-pères, les grands-mères, les oncles, les cousins, les tantes, les cousines, les amis de ces enfants qui sont séparés de leurs deux parents. Il faut tout mettre en oeuvre pour changer cette calamité qui ne fait que se développer actuellement. Il faut faire front !

Partager cet article
Repost0
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 11:30

Promotion pour la page "ANNUAIRE provisoire des associations liées au divorce, aux séparations familiales et à l’autorité parentale" :

 

 

Pour aider chacun dès que possible à proximité...Merci de vérifier et de donner vos coordonnées associatives là où vous êtes.

 

Puisque la page la plus lue de ce blog est celle de l'annuaire (des dizaines de milliers de fois maintenant), c'est bien qu'elle répond non seulement aux intérêts des parents séparés mais aussi aux associations concernées. Puisqu'il n'y a jamais de retour à nos appels pour quoique ce soit (cotisations, mises à jour, ...), jusqu'à changement, voisi le nouveau mode de fonctionnement pour obtenir cette page.

 

Ceux qui souhaite y figurer n'ont qu'à se signaler d'aurénavant. Merci pour votre conpréhension car on ne peut d'un côté dire que nous sommes désorganisés et sans esprit collectif alors que les actions qui fonctionnent ne sont jamais soulignées. Il est un fait que les associations des parents divorcés séparés sont soumis à beaucoup de groupes de pressions, efficaces, alors qu'est-ce qu'on attend ?

Merci de votre compréhension... jusqu'à un changement...

Lire la page "ANNUAIRE provisoire des associations liées au divorce, aux séparations familiales et à l’autorité parentale".

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 01:15

 

Pour arbitrer pour ou contre le projet de "mariage pour tous", vu la crispation du débat, la constitution française prévoit dans certains cas, et c'est le cas ici, de restituer la souveraineté au peuple français par le référendum.

 

Les citoyens peuvent réunir 500 000 signatures pour saisir le Conseil Economique, Social et Environnemental pour rédiger un rapport d'experts à partir de la connaissance autant objective que possible sur le sujet.

 

 

Je vous propose donc d'envoyer votre propre demande à partir du modèle suivant:

 

 

-------------------------modèle de lettre à envoyer --------------------------

 

Pétition citoyenne 

 

à l’attention du Conseil économique, social et environnemental (CESE)

 




Je soussigné [ nom prénom],

 

né (e) le [ date de naissance ], de nationalité française,

domicilié à [ votre adresse ].

 

Je saisis le Conseil économique, social et environnemental, agissant dans le cadre de la «Saisine sur pétition citoyenne ».

Je demande son avis sur le projet de loi ouvrant « Le mariage aux couples de personnes de même sexe et son contenu ».

Je désigne comme mandataire M. Philippe BRILLAULT, maire du Chesnay, porte-parole de La Manif Pour Tous, qui adressera l’ensemble des pétitions au Président du CESE, M. Jean-Paul DELEVOYE.


Fait à [ lieu ], le [ date ].

 

 

Signature [ obligatoire ! ]

 

 

 -------------------------------------------------------------

 

A renvoyer sous pli affranchi au tarif en vigueur :


La Manif Pour Tous

15 rue Pottier

78150 LE CHESNAY

 

(merci d'informer RCB par reseau-colin-bagnard@orange.fr )

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 01:56

 

Marcel Amphoux est cet homme « de la montagne » de Hautes Alpes de 67 ans qui a épousé Sandrine Devillard, une "parisienne" au Puy-Saint-Pierre près de Briançon sous les huées.

 

Une (trop disent certains) belle blonde de 25 ans sa cadette, caquette-t-on de toutes parts. En effet, comme disait Brassens à propos « d’une vieille décrépite et d’un gorille », « qu’on pu me désirer, c’est même inespéré » !

 

Le cas du brave Marcel, qui finalement passe de moeurs monacales à noce ammoniacale, nous interroge sur ce qu’est le mariage.

 

 

environ-40-personnes-sont-venues-perturber-publiquement-le-

  (photo Jean Faure du Dauphiné Libéré)

 

Dans une version moderne de « la Belle et la Bête », les protagonistes s’affichaient en toute impudeur, bisous par ci, bisous par là, sur les gazettes, dans des vidéos sorties d’on ne sait si c’est le roman à « l’ode rose » chanson à l’appui de la belle à son « dulci-nez » encapuchoté (pour ne pas trop effrayer la chronique et générer les royalties). Ou une version du « vieil homme et l’amer » comme l’auraient raconté les proches du futur défunt.

 

Après un voyage d’un os à Panam, la Belle, pour cet homme de la montagne et du grand air qui a dû bien lui manqué en comparant l’échelle d’Airparif à celle utilisée à Briançon. Voyage organisée par cet oiseau de paradis aux blondeurs suspectes, de s’attacher à si viles rondeurs non urbaines s’il n’y avait guère d’autres attraits sonnants et trébuchants.

 

Ce qui fut le cas dans un charmant paysage où le mètre carré atteint les 3500 €, la belle veine quand on possède quelques maisons à restaurer au titre du patrimoine avec l’aide de la vision alpestre locale ayant oublié que l’eau qui sort de la montagne est gratuite quand elle ne passe pas par les buses d’une société multinationale, et qui comme chacun le sait, quand la buse font sur sa proie, ce n’est pas pour aller déjeuner ailleurs.

 

Il faut une sacrée motivation pour se marier dans les Alpes alors qu’on préfère vivre à Paris, enregistrer de nouvelles rencontres, et même se satisfaire des compliments de composition d’amis au sujet de ses tours de chants pour la chanson de Marcel « de la tenir ».

 

Un virage dans la vie de cet homme, un tel mariage que les média s’arrachent, alors que l’essor de Briançon a perdu de sa brillance et que le soleil n’y brille peut-être plus autant qu’autrefois, ville qui fut la plus ensoleillée de France et aux vertus climato-thérapeutiques. Tient ! De quoi trouver un bon article pour doper les ventes.

 

Malgré le soit disant « réchauffement climatique », voilà que le ciel s’assombrit quand le chauffeur, sauvé in extrémis avec sa comparse pareillement victime, l’homme qui fit que cette improbable rencontre eut réellement lieu autrement que dans les rêves du montagnard, manqua le virage qui les menaient au paradis pour préférer un précipice plus fatal.

 

Marcel ayant disparu, les héritiers ne se disputant pas, les locataires qui seront sûrement promptement délogés non plus, le voisinage avait bien pronostiqué « qu’elle lui prendrait tout son bien ».

 

C’est vrai qu’on s’interroge sur le statut du marié et de la mariée : est-ce de l’Amour ou de l’intérêt ? Mais dans le droit français, le code civil soit-il, on peut bien se marier sans Amour, il suffit de signer et d’avoir ses témoins. Voyons tous ses mariages arrangés, ses polygamies, ses mariages « mixtes », blancs pour les uns, gris pour les autres mais plus tard, qu’on aura bien du mal à dissuader sans que le maire ne fît des vérifications plus poussées sous les couettes en oubliant la paperasse. On a beau huer pendant la cérémonie, et même quand le maire s’y refuse, il se voit obliger de marier ! En moins de cinq minutes, l’affaire est réglée, pas le temps de se garer, armer l’appareil photo, ça y est ! Sans même une explosion, ni de joie, ni crise de nerf pour ajourner la rencontre !

 

Le prêtre, quant à lui, peut refuser s’il ne trouve pas les motivations suffisantes pour assembler pour l’éternité un couple de passereaux improbables. C’est cela la séparation des pouvoirs laïc et religieux.

 

Alors de quel mariage parle-t-on ? Celui dont on parle en général n’a pas besoin ni d’amour, ni même de désirs. Il suffit que certaines conditions fussent réunies, médicales et biogénétiques, vérifiées administrativement, sans autre procès… sinon que ceux des tracasseries du tribunal des affaires familiales qui viendront d’autant plus que la probabilité de la persistance des vœux sera inversement proportionnelle à l’improbabilité de la consistance de l’union... si la mort ne subvient avant.

 

Vu comme cela, ouvrir le « mariage pour tous » à tout les desideratas nous fait chanceler sur nos déjà grandes incertitudes sur la plus importante des institutions de notre société ; enfin on le croyait. Déjà le cardinal avait glosé sur les nouveautés nouvellement offertes alors qu’on voit déjà célébrer des « consentements mutuels devant la communauté », étranges aux encycliques papales et ignorées des bigotes locales.

 

S’il était encore vivant, peut-être pourrait-il, notre Marcel, encore revendiquer l’annulation, refusée systématiquement aux couples qui donne un fruit, quand ils s’étripent ou s’ignorent, or dans cette espèce, ce fruit serait bien mal venu ! Le Marcel pourrait évoquer la non-consommation du mariage que la belle aurait-eut bien du mal à contester et les preuves de la virginité de la Gracieuse sûrement difficile à réunir.

 

Le fait que la Belle soit dans « l’immobilier », « le service à la personne », « le massage spécial » ou le « transport-express » serait plutôt un atout pour ce cher Marcel. Un atout de charme pour valoriser les propriétés ; un bon placement bien placée de Marcel dans un fond d’investissement parisien d’un groupe d’artistes en réseau organisé. De plus, chez les artistes, on le sait, la tolérance pour les unions curieuses aux montagnards, à qui la sexualité des bouquetins échappe, aurait pu servir à amuser la galerie touristique, et dégrossir le tableau bucolique, pour ne pas dire le marcel qui manque d’exercice.

 

Non, c’est une guigne que ce « chaste époux » fut disparu !

 

Et on plaint la veuve blonde, espèce mutante d’une pas toute nouvelle, pour n’avoir pas eut le temps de disséminer ses bébés sur les blanches prairies alpestres puisque le Marais n’est plus ce qu’il était. Bébés que, qu’elles que soient leurs origines, parisiennes ou alpestres, auraient été dûment reconnus par ce généreux personnage dont la solidarité, bien réelle, mais mal comprise par la mercantile et urbaine engeance.

 

Pauvre Marcel, certains disent qu’il t’aurait mieux valu continuer à trinquer avec les copains à l’apéro que de penser « triquer » avec une danseuse à l’Opéra…

 

Mais moi, je pense que c’est plus grave…

 

Ton cas de mariage, Marcel,  nous éclaire un peu pour envisager ce qui se prépare !

 


Partager cet article
Repost0
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 19:11

Pour alimenter votre réflexion comme nous l'avons déjà fait en proposant le compte-rendu riche en arguments d'une précédente conférence sur le même sujet ( Compte-rendu de conférence-débat à Millery (Lyon) : "Mariage, adoption, ouverture à la création médicalement assitée aux couples de même sexe". ),Chacun pourra collecter les avis ou apporter sa contribution.


Voici le communiqué de l'association Cosette et Gavroche:


LYON - VAULX-en-VELIN

 

SAMEDI 26 JANVIER 2013

 

(de 09:00 h à 19:00 h)

 

ÉTATS GÉNÉRAUX DE L'ENFANT

 

à l'Espace évènementiel, métro A arrêt Vaulx en Velin la Soie

 

 

Madame, Monsieur,

 

Notre association organise le samedi 26 janvier 2013 la première journée des États Généraux de l'Enfant à Lyon, Vaulx en Velin, à l'Espace évènementiel, métro A arrêt Vaulx en Velin la Soie.

 

Thème : Enfant, mariage, filiation, identité.

 

Vous êtes convié(e) à y participer.

 

La salle contient 450 personnes, l'entrée est libre.

 

Le programme précis sera mis en ligne dès que possible sur notre site : www.cosetteetgavroche.fr

 

Durant cette journée, viendront des éducateurs, pédiatres, philosophes, psychologues, juristes.

 

Leurs conférences seront imprimées et nous ferons porter dès le lundi 28 janvier à chaque député, le livre blanc de ces États Généraux. Nous voulons, malgré les vents contraires, faire avancer le débat sur «le mariage pour tous». Le projet de loi Taubira bouleversera les fondements de la société, c'est pourquoi nous devons tous connaître son contenu et ses conséquences. Merci à chacun d'entre vous pour votre générosité. Vous pouvez, si vous le désirez continuer à participer à notre action.

 

Toute l'équipe de Cosette et Gavroche vous souhaite une heureuse année 2013.

 

Pour l'Association Cosette et Gavroche www.cosetteetgavroche.fr

06 64 65 10 94


Bénédicte LOUIS, Vice-présidente, organisatrice des États Généraux de l'Enfant

et

Raphaël NOGIER, Président

Twitter : @cosetteetgavroche

FB : http://www.facebook.com/pages/Cosette-et-Gavroche/215555518575754?ref=hl

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 00:59

En particulier aussi sur : 

https://www.facebook.com/reseaucolin.bagnard

 

 

LES ARTICLES :

 

 

 

·  Compte-rendu de conférence-débat à Millery (Lyon) : "Mariage, adoption, ouverture à la création médicalement assitée aux couples de même sexe". (12/01/2013 )

 

 

·  Calendrier des familles: Manifestation 13 janvier et Etats Généraux de l'enfant à Lyon 26 janvier 2013 (09/01/2013 publié dans : REACTIONS )

 

·  Les usagers d'un Point-Rencontre demande l'application de la parité en justice familiale (09/01/2013 publié dans : REACTIONS )

 

·  Encore un drame de la séparation: pourquoi un père assassine ses enfants? (06/01/2013 publié dans : REACTIONS )

 

·  10 janvier 2013 Grand débat proche de Lyon: Mariage, adoption, ouverture à la procréation médicale assistée aux couples de même sexe (04/01/2013 publié dans : Calendes )

Communiqué de Georges Fenech, Député du Rhône, Membre de la commission des lois de l'Assemblée Nationale, Membre de l'entente parlementaire pour la famille. Madame, Monsieur, Cher(e) ami(e), Comme ...

·  Bonne année 2013 de François Ciesielski pour une parentalité "comprenant" la paternité (26/12/2012 publié dans : REACTIONS )

 

·  183ème fin du monde - Liberté de conscience – Apocalypse Maya – Action secticide de Georges Fenech (19/12/2012 publié dans : REACTIONS )

 

·  "Mariage pour tous" entre parent "pair" et parent "impair" (20/11/2012 publié dans : REACTIONS )

 

·  Deux poids, deux mesures dans l'Affaire de la petite Elise: double enlèvement comdamné avec sursis (30/10/2012 publié dans : REACTIONS )

 

·  L'exercice de la co-parentalité dans les familles séparées divorcées (25/10/2012 publié dans : REACTIONS )

A la veille des vacances de Toussain, il n'est pas impensable de rappeller quelques règles du bon fonctionnement des familles séparées-divorcée. Objet principal de l'association Réseau Colin ...

·  Victoire provisoire du Réseau Colin Bagnard: demande au gouvernement l'organisation d'Etats Généraux de la FAMILLE (12/10/2012 publié dans : REACTIONS )

L'information est enfin tombée, après de nombreuses années d'attente patiente ou décue, sur des thèmes spécifiques que nous avons demandé (souligné en rouge dans le texte): Mercredi 10 Octobre ...

·  Un collégien ordinaire dans un collège ordinaire entre la vie et la mort ordinaire (23/06/2012 publié dans : REACTIONS )

 

·  BONNE ANNEE 2012 malgré tout aux familles séparées et divorcées (01/02/2012 publié dans : Calendes )

 

·  Projet de loi : la garde alternée doit être la normalité ! (13/11/2011 publié dans : REACTIONS )

 

·  MISES à JOUR sur l'AVIS DE RECHERCHE - DISPARITION DE TROIS ENFANTS à VILLEURBANNE (04/08/2011 publié dans : REACTIONS )

 

·  MAINTIEN DU LIEN PARENTS-ENFANTS : Conférence-débat à Grenoble sur le SAP (Syndrome d'Aliénation Parentale) (07/06/2011 publié dans : Calendes )

 

·  Stand au Salon Primevère 2011 des associations pour le maintien du lien parental et contre l'aliénation parentale (22/02/2011 publié dans : Calendes )

 

·  Les dérives d’opinion publique de l’affaire d’Outreau. (22/02/2011 publié dans : REACTIONS )

 

·  Un café des parents à Lyon (17/02/2011 )

 

·  Comme Florence Cassez, des parents sont éloignés de leurs enfants ! (17/02/2011 publié dans : REACTIONS )

 

·  Un drame de plus: deux fillettes disparues et leur père suicidé. (09/02/2011 publié dans : REACTIONS )

 

·  Un stand pour la co-parentalité responsable au Salon Primevère (11-12-13 mars à Lyon) (22/01/2011 publié dans : REACTIONS )

 

·  La machine à broyer les hommes au Canada... Quand comparons-nous ! (07/01/2011 publié dans : REACTIONS )

 

·  Epiphanie: soyez des Rois Mages avec des cadeaux par milliers... (05/01/2011 publié dans : REACTIONS )

 

·  Un calendrier pour les enfants et les parents séparés (27/12/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Coup de pouce pour Aymeric privé déjà 2 ans de son Papa ! (26/12/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Il est né de divin enfant : lot de consolation du Père Noël avec "Que ma joie demeure" (25/12/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Joyeux Noël chez les parents séparés de leurs enfants (21/12/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Guide des parents séparés de leurs enfants (12/12/2010 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

 

·  Un débat télévisé bientôt sur les "Pères séparés"? (26/11/2010 )

 

·  Pères perdus, mais pas peines perdues! (documentaire d'ARTE - 10 novembre 2010) (11/11/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Anissa recherche des Papas exerçant en solo l'autorité parentale (05/10/2010 )

 

·  Saint Etienne, vendredi 23 septembre: présentation du livre =>Appel à une réforme de la justice familiale (23/09/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Quand un juge est critique pour la justice! Du pénal au familial. (21/08/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  La dépénalisation des "Affaires familiales": piste de Jean-François Penneau. (15/08/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  LETTRE OUVERTE A MON DEPUTE sur l'application de la loi et de la CIDE en France (07/08/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  7 août 2010 : 10 ANS DE NON APPLICATION française de la CONVENTION INTERNATIONALE DES DROITS DE L'ENFANT (07/08/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Une fête de la paternité au Canada: dix ans d'avance sur la vieille Europe? (04/08/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Faire face aux divorces et séparations pénibles: T.E.T.E. contre Pervers Narcissique et Syndrome d'Aliénation Parentale (23/07/2010 publié dans : REACTIONS )

Un ensemble de conseils que l'on peut donner pour surpasser les divorces et séparations pénibles, qu'il y ait ou non des enfants issus du couple. En effet, souvent l'un des deux conjoints agit sur ...

·  ·  Disparition d'enfants (16/07/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  L'ENFANT a le droit d'entretenir des relations personnelles avec ses GRANDS-PARENTS (16/07/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Longues les vacances pour les parents sans leurs enfants! (06/07/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Les parents divorcés peuvent siéger aux conseils d'écoles, et Conseils d'administrations des collèges et lycées: présentez-vous! (21/06/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Fete des pères, à partager entre tous! (20/06/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Appel à témoignages en vue des 4ème assises nationales de la protection de l’enfance à Marseille (18/06/2010 publié dans : Calendes )

 

·  Pour en finir avec le massacre des enfants victimes des conflits parentaux. (17/06/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Le serpent de mer du rythme scolaire: n'oublions pas nos enfants! (14/06/2010 publié dans : REACTIONS )

 

 

·  Parité aussi dans la violence conjugale: le cas du Canada (11/06/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Une association amie du Réseau Colin Bagnard de plus: l'Enfant et son Droit de Lyon (09/06/2010 )

 

·  Quelques témoignages de parents privés d'enfants: qui peut accepter encore cela ? (06/06/2010 )

 

·  Les dégâts pécuniaires des divorcés: voir l'AFUB - Association des usagers de banques (04/06/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  RAPPEL: ARRIVEE DU RELAIS -POUSSETTE - Regroupement dimanche 6 juin: Place de la Bastille à Paris (04/06/2010 publié dans : Calendes )

 

·  Pourquoi "Réseau Colin Bagnard"? ... En résonance de Colin Maillard ! (03/06/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  contre-exemple à ne pas suivre: tout faire pour enfoncer son "ex" (02/06/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Le Relais-Poussette à Givors, Lyon, Montmerle... (30/05/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  De la Fête des mères le 30 mai à celle des Pères le 20 juin - Espace de Paix parentale ? (30/05/2010 publié dans : Calendes )

 

·  La médiation familiale en question. (29/05/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Quelques images de la progression du Relais-Poussette entre Montpellier et Paris (27/05/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Arrivée à Macon du Relais-Poussette. (26/05/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Parité - Droits de l'Homme - Droits des hommes - Droits des femmes - Droits de l'enfant (24/05/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  La poussette est un symbole qu'utilise les parents privés d'enfant pour faire entendre leurs voix. - relais de Lyon à Macon (21/05/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Communiqué de presse pour le relais Poussette - Vienne - Lyon - Macon - mise à jour 20 mai (20/05/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Communiqué de presse pour le Relais Poussette - Vienne - Lyon - Macon (19/05/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Soutien du Réseau Colin Bagnard à l'opération RELAIS-POUSSETTE (17/05/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Relais-Poussette, de Montpellier le 15 mai à Paris-Bastille le 6 juin. (05/05/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  La famille divorce et le collégien agresse son professeur (29/04/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Une mère de famille en prison pour refus de présentation d'enfant (26/04/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Témoignage d'un enfant victime du SAP, reçu à ACALPA (25/04/2010 publié dans : REACTIONS )

aujourd'hui 25 Avril Journée internationale contre l’Aliénation Parentale Témoignage de Floriane, reçu à ACALPA ( www.acalpa.org) le 23 avril 2010, envoyé par François. * * * « Aussi loin que je ...

·  25 avril- aliénation parentale - Lettre au Haut-Commissariat aux droits de l'homme (25/04/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  dimanche 6 juin 2010 - 15h - Fête des Parents Privés d’enfant - Paris bastille (22/04/2010 publié dans : Calendes )

 

·  25 AVRIL Journée Internationale contre l'Aliénation Parentale. (22/04/2010 publié dans : Calendes )

 

·  Souvenir de la paternité. (18/04/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Du Syndrome d'aliénation parentale au Syndrome d'Aliénation Institutionnelle (17/04/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  La communication dans les violences conjugales. (07/04/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Un jour de Pâques Beau pour les familles divorcées s'il n'y avait pas... (04/04/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  De Natasha Kampusch aux enfants du divorce...Brief an Natascha (21/03/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Premier anniversaire du blog du Réseau Colin Bagnard (14/03/2010 publié dans : Calendes )

 

·  Enfin, après deux mois voilà mes enfants ! (13/03/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  ·  Appel à bénévolat au Réseau Colin Bagnard. (12/03/2010 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

 

·  8 mars: Oui pour la "Journée de la femme", non pour "la journée de l'infâme" (09/03/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Drames familiaux évitables car prévisibles: vers la dépénalisation des affaires familiales. (07/03/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Violence scolaire: problème d'autorité parentale! (16/02/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Sexisme dans le traitement de l'enlèvement familial des enfants Noizet dans l'Aisne (16/02/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  lin-bagnard.over-blog.org/article-le-projet-parental-enfant-arbitre-de-bioethique-44813708.html">Le "projet parental (enfant)", arbitre de bioéthique (12/02/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  En Isère : Association pour le maintien du Lien Parents-Enfants (ALPE) (11/02/2010 )

 

·  Rappel sur le droit de visite et d'hébergement en cas de divorce (10/02/2010 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

 

·  Le maintien du lien des petits-enfants avec les grands-parents (26/01/2010 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

 

·  Plus de Super Nanny; à vos ardoises pour l'autorité parentale ! (21/01/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  L'avenir de l'enfance maltraitée - réaction à "Faites entrer l'accusé"-19 janvier 2010 (20/01/2010 publié dans : REACTIONS )

 

·  Les sectes aussi détruisent les familles ! (10/01/2010 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

 

·  Bilan du blog de RCB à fin 2009 (05/01/2010 publié dans : Calendes )

 

·  D'une St Sylvestre à l'autre (31/12/2009 publié dans : Calendes )

·  Conte de Noël : la justice diligente avec Johnny, pas pour les enfants raptés (29/12/2009 publié dans : Calendes )

 

·  Lettre à la rédaction de la revue "PARENTS" contre les pères de substitution (28/12/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  C dans l'air raconte seulement des histoires du Père Noël (25/12/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  Concours des parents séparés/divorcés quand Noël approche et l'angoisse qui monte ! (18/12/2009 publié dans : Calendes )

 

·  La violence en famille dans un "C dans l'air" pas objectif (8 décembre 2009) (08/12/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  Le problème de l''autorité parentale sur "les enfants congelés" dans le couple Courjaut (07/12/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  Projet de loi anti-républicain : les Violences psychologiques au sein du couple (27/11/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  Alerte d'un membre soucieux des suicides "familiaux" (10/11/2009 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

 

·  Longues les vacances...sans enfants...jusqu'à une rentrée prometteuse et l'AG. (13/07/2009 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

 

·  Fête des Pères, n'est pas défaite des Mères ! (12/06/2009 )

 

·  La campagne des européennes a oublié les familles! (02/06/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  25 mai - Journée des enfants enlevés: imaginez une "Alerte enlèvement" déclenchée pour votre enfant ! (24/05/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  Le vol d'identité de l'enfant enlevée Rozenn Monereau (06/05/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  Média et divorce : Non-représentations d'enfants vue par un avocat (05/05/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  Affaire de la petite Sophie Scharbook enlevée en Algérie. (01/05/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  Outreau: les vraies victimes du juge Burgaud "réprimandé" (26/04/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  "C'est pas sorcier": Substitut de parentalité (16/04/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  Elise retouvée ! Enfant écartelée ! (14/04/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  Quand des élus nous répondent... (10/04/2009 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

 

·  Les attestations du divorce: Remerciements à mon coiffeur. (05/04/2009 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

 

·  Message à mes enfants de bagnard (04/04/2009 publié dans : Calendes )

 

·  Modèle de lettre pour l'établissement scolaire de votre enfant (27/03/2009 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

 

·  La crise aura-t-elle un impact sur la natalité ? (26/03/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  UN ANNUAIRE PROVISOIRE DES ASSOCIATIONS LIEES AU DIVORCE, AUX SEPARATIONS FAMILIALES et à l’AUTORITE PARENTALE. (25/03/2009 )

 

·  Ces enfants qu’on s’arrache sur C dans l'Air - 23 mars 2009 (23/03/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  ·  Elise, un drame si commun ! (22/03/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  Débat sur LCP: Beaux-parents, une loi qui dérange ? (20/03/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  La concurrence des associations (19/03/2009 publié dans : Calendes )

 

·  Ce que signifie l'Affaire Fortin (18/03/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  Simple comme devenir membre du Réseau Colin bagnard (16/03/2009 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

 

·  En attente de vos réactions (15/03/2009 publié dans : REACTIONS )

 

·  Lancement du site du Réseau Colin Bagnard (14/03/2009 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

 

·  Proposition pour le Collectif Inter-associatif pour la co-parentalité (14/03/2009 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

 

·  Bienvenue sur l'overblog du Réseau Colin Bagnard (14/03/2009 publié dans : AUX NOUVEAUX MEMBRES )

ASSOCIATION Loi 1901 sans but lucratif RESEAU COLIN BAGNARD Arrêtons le massacre des enfants victimes des conflits parentaux ! Arrêtons le massacre des enfants victimes des conflits parentaux ! Si ...

 

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 13:14

 Se posant la question de savoir s'il y aurait des arguments POUR le projet de « MARIAGE POUR TOUS »,  le Réseau Colin Bagnard avait annoncé une conférence-débat à Millery en région lyonnaise le 10 janvier 2013, organisé par le député Georges Fenech:

 

Mariage, adoption, ouverture à la création médicalement assitée aux couples de même sexe.

 

(NB : les éléments entre [] font état de passages de transcription de sens avoisinant à défaut d’exactitude difficile à capter sans enregistrement. RCB indique quelques commentaires du transcripteur du Réseau Colin Bagnard, pour la clarté ou le commentaire hors conférence).

 

[RCB : rappelons ici que Georges Fenech est ancien et toujours magistrat, donc de formation juridique, et spécialiste des mouvements sectaires, dont la connaissance familiarise avec les concepts éthiques].

 

Georges Fenech nous a accueilli dans la salle des fêtes de la mairie de Millery, comble, et a donné la parole successivement à des représentants variés de la société civile :

  • Son collègue le député de l’Ain, Xavier Breton, président de l’Entente parlementaire pour la famille, comptant quelques 212 députés ou sénateurs, dont le positionnement se veut hors des clivages politiques et au dessus du clivage de l’alternance des deux chambres du parlement, où le clivage même gauche-droite est dépassé.
  • Un juriste spécialisé en droit de la famille, l’avocat Maître Benoit de Boysson, du Barreau de Bourg en Bresse, auteur de « mariage et conjugalité ».
  • Un rabbin, (dont le nom m’a échappé), ancien président de l’Institut d’Etude de la Famille (informations à compléter).
  • Un prêtre, vicaire apostolique du diocèse de Lyon, le Père Bruno-Marie Duffé, ancien directeur de l’Institut des Sciences de la Famille (sous la tutelle de l’Université Catholique de Lyon), aumônier catholique du Centre Léon Bérard contre le cancer. 
  • Un représentant (son nom m'a échappé) de l’association « La marche pour l’enfant » (sauf erreur) qui appelle à manifester pour le dimanche 13 janvier à Paris.

 

Comme d’autres associations présentes, nous avons écouté les différents arguments concernant ce projet de loi dit « MARIAGE POUR TOUS », cependant, nous serions bien embêté pour restituer un seul argument en faveur de ce projet car aucune des personnes présentes ne s’est déclarée ouvertement POUR ce projet, malgré la recherche de spécimen par l’animateur. Ce qui peut rendre le caractère de débat artificiel comme l’a fait remarquer plus tard le rabbin au début de son exposé. Cependant la richesse et la profondeur des arguments nombreux CONTRE mérite d’être détaillées.

 

Pour l’animateur Georges Fenech, la ministre de la justice Christiane Taubira elle-même l’a bien dit : « Il s’agit d’un débat de civilisation » où les clivages gauche-droite ne sont pas établis comme pour Elisabeth Guigou (du parti socialiste et ancienne ministre de la justice) qui déclare "son inquiétude".

 

Pour le député, un tel débat de société appelle fondamentalement un référendum car ce n’est pas parce que le président de la République aurait été élu, avec une faible majorité, qu’il pourrait se passer de ce débat à restituer aux citoyens. Son collègue le député Xavier Breton remarque qu’il n’y a pas de débat public, comme ce fut le cas pour des consultations nationales sur d’autres sujets (l’école…), même si beaucoup débattent et si ce débat s’impose. Ce débat s’impose d’autant plus qu’au-delà de l’aspect juridique, existe l’aspect anthropologique puisqu’il entraîne la remise en cause de la nature de l’Homme. Qu’il existe plusieurs conceptions et représentations du mariage ; et que ce projet soulève un faisceau de problèmes complexes sur la procréation, les maladies de la fertilité, la filiation, l’adoption…

 

Le député Xavier Breton s’oppose à ce projet :

Opposition sur le plan du MARIAGE : qui doit être fondé sur l’ALTERITE SEXUELLE alors que l’argument appelant le concept de DISCRIMINATION en est une remise en cause qui s’échafaude sur la THEORIE DU GENRE, qui est une idéologie où tous les couples sont équivalents : Homme + Femme = Homme + Homme = Femme + Femme où il existerait une discrimination telle que celle existant dans le travail dans la rémunération selon qu’on est Homme ou Femme.

 

Opposition sur le plan de la FILIATION : un enfant peut-il dire « Papa » à deux hommes ? «Maman » à deux femmes ? Puisque dès qu’il y a mariage, il y a possibilité d’adoption, introduit dès le premier texte de loi sur le mariage.

 

Or la FILIATION repose sur trois piliers :

1. le pilier CORPOREL, en effet c’est la grossesse et l’accouchement.

2. le pilier EDUCATIF – AFFECTIF (accompagnement)

3. le pilier JURIDIQUE-SOCIAL (statut du mariage, concubinage, PACS, adoption).

 

Parfois, les aléas de la vie font qu’il manque un des piliers que l’on essaye de réparer : exemple de l’ACCOUCHEMENT sous X, l’ADOPTION PLENIERE pour le pilier CORPOREL ; la soustraction par les services sociaux en cas de MALTRAITANCE ou de CARENCE pour le pilier éducatif.

 

« mais la parenté, ce n’est pas seulement aimer l’enfant ! »

 

Georges Fenech remarque qu’il est un fait d’ors et déjà établi qu’il existe L’HOMOSEXUALITE et des unions qui ne sont pas à contester. Ce qui est grave est la FALSIFICATION SUR LA PROCREATION pour une idéologie « égalitaire ». Ici, la société créé les conditions en retour d’une véritable discrimination.

 

On pourrait aussi évoquer le PRINCIPE DE PRECAUTION alors que d’une courte majorité, le président Hollande ne peut clamer l’unanimité sur ce projet. Dans les livrets de famille disparaîtront les mentions « père » et « mère » ou « époux » et « épouse » remplacées par « parent 1 », « parent 2 » (cf. "Mariage pour tous" entre parent "pair" et parent "impair" ).

 

Or le mot « père » ou « mère » apparait 156 fois dans le code civil alors qu’il est le fruit de longues années de construction législative. Sur ce plan législatif, on pourrait envisager d’améliorer le PACS ou de créer une « ALLIANCE CIVILE » alors qu’ici il s’agit d’une falsification de la création, ce qui est très grave.

 

L’avocat Maître Benoit de Boysson se dit opposé d’emblée à ce projet brutal et bâclé. Il ne se contentera de ne parler que d’aspect juridique désignant tout de même les 900 pages d’un manuel de droit de la famille.

 

Il rappelle l’étymologie double du mot « mariage » : MAS-MARI, désignant « le mal » et MAR, désignant « la mère » ; c'est-à-dire sous-entendu l’ACTE par lequel l’enfant vient à naître.

 

(RCB : dans notre contexte, cela rappelle combien l’acte est fondamental, ce qui n’est pas le cas dans certaines pratiques PMA ou GMA dont les lesbiennes conviendront qu’elles sont bien obligées d’avoir recours, si elles ne les pratiquent pas elles-mêmes, à des manipulations ne remettant pas en cause cet aspect corporel fondamental qui pourtant disparait dans le projet de loi). (PMA = Procréation Médicalement Assistée, pour les femmes ; GMA = Gestation Médicalement Assistée pour les hommes ; si je ne fais pas d’inversion).

 

Le mot « mariage » implique aussi « famille » au sens aspect public, que l’on constate par exemple dans le cas de divorce.

 

Un autre argument apparait devant la submersion apparente [du phénomène de vague du mariage homosexuel] comme si à l’échelle internationale (qui ne représente à ce jour que 6% des états, argument que le rabbin présent considère comme futile tant il est transitoire voire manipulateur) la loi serait fatalement suivie ensuite en Europe, [argument qui apparait contradictoire à l’esprit des démocraties].

 

Le juriste explique qu’en Belgique, malgré l’accord sur le mariage de ne pas aller plus loin, c'est-à-dire pour l’adoption, le lendemain même, fusaient déjà les demandes ; l’ADOPTION étant inhérente au MARIAGE. Ces unions ne regardent pas seulement l’affaire privée du couple, mais la société.

 

Un argument de poids proféré par les tenants du projet est l’existence de l’AMOUR. Or ce n’est pas le cas d’un pont de vue juridique où le mariage ne constitue pas une consécration de l’amour. D’ailleurs aux affaires familiales, il n’a jamais été possible pour un époux ou une épouse de faire grief « qu’il ou elle ne m’a pas assez aimé ! » 

(RCB : rappelons que le divorce pour faute n’a plus d’existence, lui, dans la loi française).

 

Il est souvent fait référence au cas de la Grèce antique, mais historiquement, d’abord l’homosexualité était réservée aux hommes, à part une certaine prêtresse de l’île de Lesbos (qui donne leur nom aux lesbiennes). Et ce sont des hommes mûrs qui agissaient avec des hommes jeunes [ce qui serait aujourd’hui plus proche de la pédophilie, étant donné le statut de l’âge des « adolescents » à l’époque]. Nous sommes loin de l’égalité.

 

Juridiquement, l’égalité n’autorise pas tout, elle permet l’égalité de traitement, mais ici il n’y a pas équivalence [entre homosexualité et hétérosexualité pour le mariage]. La CEDH (Convention Européenne des Droits de l’Homme) ou la Cour de Cassation ont tranché : il n’y a pas d’obligation [aux états] pour ouvrir un mariage aux gens de même sexe.

 

Ce mariage est une condition, non seulement de [constituer un] couple, mais de [constituer une] famille ; et l’Amour n’est pas une condition du mariage. Le sentiment n’est pas seul justifiable à faire appel au mariage. En effet, il consacrerait l’union d’un père qui aimerait sa fille ou sa sœur (interdit universel de l’inceste). Ainsi, à partir du moment où le mariage n’est plus une notion anthropologique, il y a péril !

 

Le mariage au plan symbolique est un signifiant de l’hétérosexualité, qui bien compris empêchera l’homosexualité. Le PACS avait été un modèle limité, le modèle principal résidait en l’hétérosexualité ; le cas de l’homosexualité étant un modèle accessoire [contrairement au modèle proposé où les divers cas sont réputés équivalents].

 

Georges Fenech exprime que les 6% des états qui autorisent le mariage homosexuel sont confrontés automatiquement à l’adoption. En France, pour 20000 demandes, 3000 enfants sont adoptés chaque année. Ce projet fait craindre à l’avenir le refus des autres états d’envisager l’adoption pour des partenaires vivant en France de peur d’une adoption permettant des formes d’enlèvements d’enfants à l’international.

 

Le rabbin, président d’un centre d’étude de la famille exprime sa désapprobation (déjà mentionnée) sur le fait que pour qu’il y ait débat, il faut que les tenants de l’opposition (les POUR ici) puissent eux-mêmes exprimer leur position et leurs arguments. Elément auquel Georges Fenech répondra plus tard que tout le monde est invité et cherchera dans l’assistance les personnes qui auraient cette position pour leur permettre de s’exprimer ouvertement, en vain.

 

Le rabbin exprime aussi sa désapprobation au sujet du PRINCIPE DE PRECAUTION car, dit-il, il serait impossible à une société d’avancer vers le PROGRES si l’on ne prenait jamais le risque d’avancer. Nombreux sont les exemples :

- le PACS que beaucoup refusait admis aujourd’hui ;

- l’abolition de la peine de mort, totalement rejetée avant de Robert Badinter la fasse passer ; - la place des femmes dans la société, incontestable aujourd’hui même s'il y a des progrès encore à faire ;

- l’homosexualité était encore interdite juridiquement parlant il y a 30 ans seulement !

- aujourd’hui c’est l’homophobie qui est devenue un délit.

 

L’arguments du principe de précaution n’est pas suffisant pour rejeter le projet en question. Dans la Torah, ne considère pas forcément que si c’est un problème d’évolution de société, « Il n’est pas bon que l’homme soit seul » et appelle la création du couple. Sans doute le caractère masculin n’est pas abouti, tourne autour de lui-même, et qu’il existe quelque chose d’appauvrissant dans le fait d’être seul. Comme dans une intervention d’un animateur que l’on connait pour être compétent, il faut une aide, une assistance, une « opposition », une « correspondance » pour créer les conditions d’un surpassement. C’est le mariage : opposition de sexe, de sensibilité, [de fonction]… On n’a jamais dit que ce serait facile !

 

Le mariage est la capacité de surmonter le monde par le dépassement. C’est bien autre chose que simplement accomplir un désir ; il s’agit d’une solution pour faire grandir l’ESPECE HUMAINE. Dans la Torah, « mâle et femelle » sont intrinsèque du couple ADAM.

 

La dimension humaine ne se retrouve que dans cette opposition mâle et femelle. Le rabbin donne l’exemple des animaux qui ne s’accouplent face à face que dans trois cas : l’Homme, le Poisson, et le Serpent, tous trois ayant en commun d’avoir été interpelés par DIEU (cas de la baleine pour Jonas, et du serpent du jardin d’Eden). Anecdotiquement ; il y aurait en plus le chameau pour des raisons dont on peut imaginer tenir plus de la physiologie. Par conséquent l’HUMAIN s’accouple face à face contrairement à l’ACTE SEXUEL animal en général, avec toute la dimension de la liberté et du consentement mutuel sans domination. Par ce vis-à-vis, il existe donc une possibilité de grandir par l’insoumission et dans l’esprit critique. Là est l’égalité.

 

Dans le couple, il y a trois entités : l’Homme, la Femme, et la Dimension verticale.

Ce n’est pas par hasard si la procréation se fait comme ça.

Ce n’est pas par hasard qu’il soit si difficile à la médecine de réparer l’infertilité.

 

Dans la Torah, « ISHA est la Femme car elle vient de l’Homme ». Fondamentalement, la Femme, c’est l’os de mes os, la chair de ma chair. (Le rabbin fait remarquer qu’on ne parle pas ici au niveau de la couture alors que tout ce passe à ce niveau là.) La filiation vient de cette FUSION « ADAM » = UNITE. A ce titre les problèmes de l’homosexualité (proscrite par la Torah) viennent du fait du but de ne faire qu’un qui n’est pas recherché dans ce cas.

 

La Torah précise : « Il s’attachera à sa Femme » (c'est-à-dire pas par l’adultère) à comprendre dans leurs conséquences sociales. En Résumé, le couple est le dépassement de deux solitudes avec une dimension de projet spirituel. Le problème de l’homosexualité découle d’une perte de réalité du mariage hétérosexuel.

 

Pour le rabbin, le mariage homosexuel est UNE ERREUR.

 

Confier un enfant à un tel couple homosexuel est même un CRIME POUR L’HUMANITE.

 

Si dans le couple hétérosexuel, il y avait ce dépassement de soi, il n’y aurait pas ce problème et ce projet.

 

Georges Fenech fait remarquer que dans l’histoire de l’Humanité, pour répondre à la question du principe de précaution vers le futur, il peut exister des lois régressives au progrès : le cas du rétablissement de l’esclavage par Napoléon, ou les lois (anti)juives pendant la Deuxièmes Guerre Mondiale.

 

Le Vicaire épiscopal, le Père Bruno-Marie Duffé exprime la position de l’Eglise catholique en restituant par des extraits un texte élaboré à la Conférence des Evêques de France par six évêques et des théologiens publié en septembre 2012 (link).

 

Il dit que si l’autorité dans l’Eglise s’est exprimée, il constate aussi que les catholiques prennent beaucoup de précautions, tel l’association David et Jonathan (homosexuels dans une recherche spirituelle link), qui demandent la protection juridique et la reconnaissance.

 

Le vicaire constate aussi que sur ce débat, il n’y a pas de position définie selon l’appartenance religieuse ou selon l’appartenance politique, gauche ou droite. Que ce débat constitue une ouverture pour le débat du MARIAGE en général. Finalement, c’est alors qu’il y a peu de mariage par rapport au nombre de couple que ce débat a lieu.

 

Sur le mariage homosexuel, les références viennent aussi de la Bible, commune sur ce point avec la Torah par le livre de la Genèse. Que le mariage catholique est consenti devant la société avec le maire et les témoins.

 

Le vicaire épiscopal, ancien directeur de l’Institut des Sciences de la Famille, exprime l’opposition au « mariage pour tous » par trois arguments essentiels :

1. L’ouverture du mariage homosexuel en vertu d’une discrimination est innaceptable car le couple (catholique) reçoit l’Amour de DIEU avec pour mission de PROCREER.

2. La suppression du mariage (INSTITUTION) pour le remplacer par un CONTRAT entre deux personnes (quelque soit leur sexe) change totalement la nature du mariage.

3. La mariage est un lien fondamental à la FONDATION D’UNE FAMILLE (et ceci par le corps à corps).

 

Les conditions du mariage varient selon les représentations (civil ou catholique), avec l’assistance mutuelle, la responsabilité parentale ; mais chacun remarque que les formes du mariage civil sont bien trop courtes au plan symbolique et ne rappellent pas suffisamment ce que signifie l’engagement.

 

Les chrétiens croyent en un DIEU d’Amour qui donne la VIE, manifesté par l’ALTERITE SEXUELLE, une incitation pour l’Homme et la Femme de s’allier.

Le mariage est une ALLIANCE.

 

Mais que d’autres modèles sont respectables, par exemple sur le plan de la fécondité, de même que le respect des choix de mode de vie va de soi. La reconnaissance de l’homosexualité est un processus complexe, fait appel aux notions de reconnaissance d’un égalitarisme là où il y a dominance par un autre modèle (l’hétérosexualité) ; mais les parcours individuels sont aussi souvent des démarches spirituelles.


La théorie du genre (GENDER link) est indéfendable pour l’Eglise catholique qui ne reconnait dans le mariage que le concept d’ALTERITE. Le mariage est une institution ce qui est fondamentalement différent d’un contrat où au plan symbolique il n’y a pas d’obligation, pas de lien d’alliance, et peut être révoqué, et de plus unilatéralement.

 

Sur la question des enfants, il est impossible de vouloir un enfant pour soi (DROIT A L’ENFANT), mais que le mariage engage la VIE de l’enfant (DROIT DE L’ENFANT) ?

Où l’enfant est une PROMESSE, pas un PRODUIT.

Après cela on comprendra que les gens qui sont infertiles cherchent à réparer, mais ce n’est pas même chose.

 

Dans les conventions internationales existe des droits fondamentaux pour un enfant :

- avoir des parents

- être élevé par ses parents

- laissons de côté que le lien de conjugalité est présumé être un lien de paternité.

 

Ce n’est pas parce que telle association est présentée comme représentative des homosexuels qu’il ne faut pas faire attention à la dimension symbolique, c'est-à-dire au regard des autres. Vivre à deux se fait dans une société où il y a un BIEN COMMUN, c'est-à-dire qui engage les GENERATIONS FUTURES, pour l’instant sans personnalité juridique, mais un DEVOIR pour tous.

 

Qu’un père puisse dire « Mon fils ! », et un fils, « Mon père ! ».

 

Maître de Boysson précisera que le mariage religieux en Italie implique celui du civil. Il lui sera répondu que c’est un autre contexte que la laïcité à la française.

 

Puis Georges Fenech propose à la salle d’intervenir. Je m’exprime comme représentant du Réseau Colin Bagnard, association qui a pour finalité le maintien du lien des enfants avec leurs deux parents dans les familles séparées, divorcées. Je fais la remarque que devant tant d’arguments d’ordre juridique, spirituel ou sociétaux contre ce projet, il y en a encore un autre qui a lui seul nous parait à nous, les parents séparés de nos enfants, suffisant pour s’opposer au « mariage pour tous ». En effet, il est déjà souvent difficile pour les parents qui n’ont pas la résidence principale de leurs enfants de maintenir le lien par l’application des lois existantes; ce serait particulièrement plus compliqué avec l’avènement de nouveaux modèles de mariage. Dans ces cas, qui existent déjà dans les faits, les pères, le plus souvent, ou les mères concernées, disparaitront purement et simplement définitivement de la vie de leurs enfants.

 

A ce titre, malgré la Conventions Internationale des Droits de l’Enfant, ou l’équivalent au niveau européen, il y a encore beaucoup à faire pour l’application dans les lois nationales, voir dans les cas d’enlèvements internationaux.

 

Le député Xavier Breton, président de l’Entente Parlementaire pour la Famille explique qu’il y a des évolutions prévues concernant la résidence alternée, il est proposé que les enfants restent dans un même logement alors que ce sont les parents qui alternent [remarque supplémentaire RCB : il parle d’un modèle expérimenté au Pays bas ou au Canada et où les questions économiques et ne peut qu’être marginal].

 

Il mentionne aussi la réflexion du concept de PLURIPARENTALITE (RCB : ce qui n’est pas en mesure de nous rassurer, bien au contraire, mais ce n’est pas exactement le débat de ce soir, quoique puisqu’il est admis une notion élargie de la famille, avec divers TIERS, pourquoi ne pas aller jusque là en fondant le parent, père ou mère, dans une parentalité collégiale ; cela ne va rien arranger puisque déjà un projet de loi sur les tiers avait abouti à un rejet massif!).

 

Certains auditeurs comprennent avec un frisson la situation dans laquelle ce projet nous met.

 

Une jeune femme fait la réflexion qu’il en est de même pour le « mariage pour tous » comme pour le débat « sur l’école » puisque c’est par les enfants que la PROPAGANDE se diffuse et comme le confirme le député Xavier Breton, ce sont les mots mêmes « par la jeunesse… » qui introduisent la lettre diffusée dans les académies par le ministre de l’Education nationale ().

 

Cette femme avec une certaine pugnacité interpelle toutes les personnes présentes pour se mobiliser… et y réussi.

 

Une autre personne dans la salle fait remarquer au sujet de l’une de ces associations GLBT, on voit ce que signifie G =Gay ; L = lesbienne ; mais qu’en sera-t-il pour le mariage des B = Bi, et T = Trans ? Créant un vague sentiment d’emballement dans l’assistance pour ce débat. [---]

 

Le Père Duffé rappelle le Cardinal Barbarin lorsqu’il avait évoqué la question de la pluri-sexualité alors qu’il était interrogé par un media ; qu’en effet, si le mariage se basait avec ce projet de loi sur le concept d’Amour exclusivement, sans dimension anthropologique, on pourrait envisager cette possibilité comme probable.

 

Georges Fenech demande aux deux religieux ce qu’il ferait s’ils étaient amenés à marier deux homosexuels ?

Le Père Bruno-Marie Duffé explique qu’il existe trois possibilités au sein de l’Eglise pour la reconnaissance de certaines relations sous forme de « temps de prière » (qui n’a rien à voir avec un sacrement indissoluble) ou tel « l’échange de consentement avec un autre » DEVANT LA COMMUNAUTE DES CROYANTS mais qui ne font pas appel à un registre.

 

Le Père Duffé revendique le fait que justement, si les juridictions délivrant un mariage civil ou religieux sont séparées, cela lui permet d’être libre (de refuser).

(Pour en savoir plus sur la position de l’Eglise catholique, consulter le texte du Conseil Famille et Société: link).

 

Quant au Rabbin, pour qui la question semble tellement saugrenue, si tel était le cas une première fois, la communauté devant laquelle se déroulerait la cérémonie serait tellement hilarante que cela dissuaderait l’existence d’une deuxième fois… Hilarité communicative.

(pour en savoir plus sur la position juive, lire le texte du Grand Rabbin de France Gilles Bernheim : link).

 

Un jeune homme (il y en avait) exprime le point de vue de sa génération, réellement intéressée quoi qu’on le suppose, à ce sujet et se sent impliqué.

 

Enfin, si je n’oublie personne (n’entendant pas toujours facilement), un homme déclenche le rire général en rappelant que Madame la ministre Cécile Duflot, d’Europe Ecologie Les Verts, écologiste, toujours prompte en prévention contre toute manipulation génétique sur toutes sortes de maïs ou autre et contre les OGM, porte l’étendard pour les manipulations génétiques humaines.

 

 

Voilà cette restitution faite avec autant de détails que possible. Si des éléments venaient à être erronés ou pour compléter ceux manquant, merci de le signaler en commentaire ci-dessous.

 

Merci pour vos propres commentaires et arguments. En particulier si vous ne partagez pas les points de vue déjà présentés.


 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 13:25

Promotion pour la page "La vraie histoire du Père Noël." :

Pour l'épiphanie, La vraie histoire du Père Noël…

 

 

Conte adapté d'une histoire vraie de famille séparée,

 

payante désormais pour soutenir l'association dans le long terme dans ses finalités: la prévention dans les familles et le maintien des liens entre parents et enfants en cas de séparation.

 

Merci.

Lire la page "La vraie histoire du Père Noël.".

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 10:23

 

Communiqué par l'association Cosette et Gavroche ( http://www.cosetteetgavroche.fr/ )

 

Dimanche 13 janvier 2013 13 heures, PARIS 

Manifestation nationale au départ de la place d’Italie. Comment se rendre à Paris le 13 janvier pour la manifestation ?
Plusieurs possibilités : un TGV spécial a été réservé. Le site www.marchesolidaire.fr vous donne des renseignements. Certaines paroisses catholiques et protestantes ont mis des cars en place. Il faut leur téléphoner.
Samedi 26 janvier 2013, LYON
 ETATS-GENERAUX DE L’ENFANT.
L’association Cosette et Gavroche organise les États Généraux de l’Enfant avec pour thème :
Un père, une mère, est-ce complémentaire ? 
De nombreux conférenciers sont attendus.


 

Après la grande Manif pour tous du 13 janvier à Paris qui s’annonce historique, la mobilisation doit continuer !
C’est pourquoi "Cosette & Gavroche" organise des

Etats-généraux de l’Enfant à Lyon,

le samedi 26 janvier 2013, de 9h30 à 18h, à l’Espace événementiel de l’hippodrome du Carré de Soie, 1 Avenue de Bohlene, 69120 Vaulx en Velin. 

Au programme : Les aspects éducatif, médico-psychologique, juridique...

- - Conférences, mini-tables rondes, questions du public - -

Réservez votre date, quelles que soient vos convictions ! Les débats seront libres et ouverts à tous dans un esprit de tolérance et d’écoute mutuelle . Spécialistes de l’enfants, juristes, philosophes, élus, journalistes, personnalités analyseront les conséquences du projet de loi Taubira et proposeront des mesures en faveur du bien de tous les enfants, et de l’intérêt général. Bienvenue !

 

Le Réseau Colin Bagnard agissant dans l'intérêt des familles (en tout cas une certaine "conception"), nous ne pouvons que susciter toutes activites qui va dans le sens du débat que l'on espère salutaire. Vous savez déjà ce que nous pensons ( "Mariage pour tous" entre parent "pair" et parent "impair" ). Les parents, grands-parents, amis des familles désunies, pourrons apporter tant que possible leurs contributions pour faire bien comprendre à ceux qui ne l'auraient pas en core compris qu'il y a assez de catastrophes familiales à traiter sans en ajouter de plys fragiles. Ainsi, on vient de me raconter ce cas:

 

Un couple (homme et femme mariés) qui avait eut déjà un enfant, avait une amie initialement de l'homme du couple. L'homme eut ensuite des relations avec cette amie devenue amante. Mais cette relation changeat vite car... cette femme s'éprit de l'autre femme (au sens marital) qui en fait était lesbienne, elle aussi. Le couple explosa. Cependant, du fait de la vie mouvementée du couple déjà déconfi, voilà que l'ex-amante est enceinte par l'ex-mari mais est maintenant en couple lesbien avec l'ex-épouse! (Vous suivez encore?)

 

Comme quoi ce type de relation semble tellement fragile ! C'est d'ailleurs attesté scientifiquement. (j'ai perdu les références)

 

Alors pensons aux enfants à venir: ici l'un se retrouve avec deux femmes comme parents, l'une biologique, l'autre d'adoption, et l'autre se retrouve avec les même femmes, mais pas dans le même sens (sans rire). Leurs pères respectifs ayant tous les deux disparu du tableau! En l'occurence, le même ici, deux fois grugé... la double peine si je puis dire.

 

Plus grand, leurs cours de biologie (on dit SVT maintenant "Science du Vide et déblaTerre"), à défaut de visite instructive d'une ministre en compagnie d'associations peu représentatives, auront bien du mal à leur expliquer leur filiation et les concepts des droits de l'enfant inhérents.

 

Si vous allez à Paris pour la "manif", et si vous avez du temps, n'oubliez pas de visiter le musée des horreurs pour vous habituer.

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 07:00

A L'HEURE OU ON GLOSE SUR LE PROJET DE MARIAGE POUR TOUS,CERTAINES FAMILLES SONT DESUNIES ET CERTAINS PARENTS NE VOIENT PLUS LEURS ENFANTS QUE DANS DES ESPACES "NEUTRES" ENTRE LE PARENT QUI DETIENT LA RESIDENCE PRINCIPALE ET L'AUTRE PARENT.

 

COMME LES ECLATS DE VOIX, LE CALME N'EST PAS TOUJOURS GARANTI EN PRESENCE DES DEUX PARENTS, S'INVECTIVANT, DONNANT LIEU A DES ARGUMENTS S'OPPOSANT A DE TELS ECHANGES PERPETUANT L'ETAT DE LA SITUATION DE RUPTURE.

 

MAIS GRACE A LA PRESENCE DE PERSONNES TIERCES, L'ECHANGE PEUT S'EFFECTUER DANS LE CALME, EN TOUT CAS SANS TENSIONS INUTILES OU SUFFISAMMENT CONTROLEES, POUR LE BENEFICE DES ENFANTS ET SUREMENT DE LA RELATION FUTURE ENTRE LES DEUX PARENTS ET LEURS ENFANTS PUISQUE CELA SERA UN ELEMENTS DU MAINTIEN DU LIEN.

 

MAIS CE NEST PAS TOUJOURS LE CAS CAR TOUS LES PARENTS N'ACCEPTENT PAS DËTRE CONFINES DANS UN TEL LIEU POUR VOIR LEURS ENFANTS.

 

NEANMOINS ON PARLE ALORS DE LIEU-NEUTRE ( appelé aussi  POINT-RENCONTRE ou ESPACE-RENCONTRE selon les cas? ASSOCIATIONS OU ESPACES D'UNE ORGANISATION "FAMILIALE").

 

Mais cela pose beaucoup de questions, sinon de problèmes (la liste est longue, qui étaient sur le documents précédemment perdu mais nous y reviendrons).


 

CI-DESSOUS COPIE D'UNE LETTRE-PETITION COMMUNIQUEE PAR DES PARENTS CONCERNES PAR L'ECHANGE DE LEURS ENFANTS ET QUI NE SONT PAS TOTALEMENT SATISFAITS. VOYEZ PLUTOT :

 

 

 

Le 5 janvier 2013

 

Les parents du point-rencontre                                                             

de Bons en Chablais (et leurs enfants)

spoliés de leurs droits.  

                                                                                                           A Monsieur le Président

                                                                                                           Du TGI Thonon

 

 

                            Monsieur le Président,

 

              

            J'accuse la justice familiale de massacrer  des familles en coupant les enfants de leurs parents, avec la complicité de quelques travailleurs sociaux et d'un expert psychiatre inique.

 

            J'accuse la justice familiale de tuer la loi.

 

            J'accuse la directrice du camp de Bons en Chablais de sexisme caractérisé.

 

            Je demande l'annulation dans les plus brefs délais de toutes les mesures discriminatoires, carcérales, sanguinaires, peut-être racistes, inhumaines certainement, qui frappent de proscription des enfants et leurs parents, déportés à Bons en Chablais.

 

              Signé par sept pères et une mère.

 

 

  SIGNERIEZ-VOUS UN TEL DOCUMENT ?

 

  POURQUOI ?

 

  COMPRENEZ-VOUS UNE TELLE PETITION ?

 

QUELS SONT LES PROBLEMES QUE CE TYPE DE LIEU PEUVENT POSER ?

 

QUELS SONT LES AVANTAGES A MAINTENIR DE TELS LIEUX ET A LES FAVORISER ?

 

QUELLES SONT LES REGLES  QUI DEVRAIENT Y ETRE SUIVIES SELON VOUS ?

 

Vos réponses et remarques ci-dessous !

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 19:43

Qu'est-ce qui s'est encore passé pendant les vacances, alors que d'autres s'étouffent avec la dinde?

Drame familial en Indre-et-Loire: deux enfants et leur père retrouvés morts

source: http://www.lechorepublicain.fr/france-monde/actualites/a-la-une/national/2013/01/06/drame-familial-en-indre-et-loire-deux-enfants-et-leur-pere-retrouves-morts-1395701.html

 

 

Deux enfants - un garçon de 11 ans et une fillette de 4 ans - ainsi que leur père ont été retrouvés morts samedi à Ciran, au sud de Tours, la piste d'un drame familial et d'un double infanticide suivi d'un suicide étant privilégiée dimanche par les enquêteurs, a-t-on appris de source judiciaire. - Mychele Daniau/AFP

Deux enfants - un garçon de 11 ans et une fillette de 4 ans - ainsi que leur père ont été retrouvés morts samedi à Ciran, au sud de Tours, la piste d'un drame familial et d'un double infanticide suivi d'un suicide étant privilégiée dimanche par les enquêteurs, a-t-on appris de source judiciaire. - Mychele Daniau/AFP

Deux enfants - un garçon de 11 ans et une fillette de 4 ans - ainsi que leur père ont été retrouvés morts samedi à Ciran, au sud de Tours, la piste d'un drame familial et d'un double infanticide suivi d'un suicide étant privilégiée dimanche par les enquêteurs, a-t-on appris de source judiciaire.

 

Une lettre a été retrouvée "laissant peu de doute sur le double infanticide suivi du suicide" du père, âgé de 42 ans, a déclaré à un correspondant de l'AFP le procureur de la République à Tours, Philippe Varin, selon lequel il s'agit "vraisemblablement d'un drame de la séparation".

Les pompiers avaient été appelés pour une "simple ouverture de porte", samedi soir, vers 19H30, selon une source proche de l'enquête, la mère étant inquiète de ne pas avoir de nouvelles de ses enfants, précise le site du quotidien La Nouvelle République. Quand les secours ont réussi à pénétrer dans la maison, ils ont découvert les corps des enfants, puis le père, pendu, selon cette dernière source.


Une autopsie des corps des enfants devrait avoir lieu dans le courant de la semaine prochaine, afin de déterminer les causes de la mort. Selon le procureur, "il pourrait y avoir une conjugaison de facteurs, dont l'absorption de produits".


Le drame s'est produit dans la maison qu'occupait le père à Ciran, une commune de 450 habitants environ. "Il était locataire dans cette maison depuis deux ans environ mais n'avait pas d'attache particulière sur Ciran", a indiqué le maire du village, Jean-Paul Gaultier. "Je ne connaissais rien du papa, il était discret et ne participait pas aux manifestations de la commune", a ajouté M. Gaultier.

Ce dernier ne connaissait pas non plus les enfants, qui habitaient avec leur mère près de Loches. Ils étaient scolarisés dans cette ville, selon M. Gaultier.

L'enquête a été confiée à la gendarmerie.

 

Commentaire RCB: comme d'ahbitude, on n'aura aucune nouvelle lorsque l'anquête sera finie!

Ce que ne dit pas l'article: ce père était en résidence alternée. Mais alors? Hypothèse: Le père, vraissemblablement, devait rendre les enfants à leur mère, peut-être pour la dernière fois car peut-être une décision de justice familiale avait été décidée sur des motifs, va-t-en savoir...

 

à suivre... Merci si vous avez des informations car il faut savoir pourquoi un père arrive à cette extrémité!!!

 

http://www.lechorepublicain.fr/france-monde/actualites/a-la-une/national/2013/01/06/drame-familial-en-indre-et-loire-deux-enfants-et-leur-pere-retrouves-morts-1395701.html

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 00:25

Communiqué de Georges Fenech,

Député du Rhône,

Membre de la commission des lois de l'Assemblée Nationale,

Membre de l'entente parlementaire pour la famille.

 

 

Madame, Monsieur, 

Cher(e) ami(e),

                    

Comme vous le savez, le projet de loi visant à ouvrir le mariage et l'adoption aux couples de personne de même sexe sera tout prochainement en discussion à l’Assemblée Nationale. Alors que le contexte social est déjà fragilisé, ce projet constitue un bouleversement pour notre société.

 

Le gouvernement agit comme si ce texte n’avait pour seule vocation que de répondre à une stricte demande d’égalité entre couples hétérosexuels et homosexuels adultes.

Or, le mariage a pour finalité d’encadrer la parenté et sa définition juridique en fait aussi une histoire d’enfants.

L’accès des couples homosexuels à l’adoption remet en cause le droit fondamental des enfants  à  disposer  d’un  père  et  d’une  mère. On opère ainsi un glissement du droit de l’enfant vers un droit à l’enfant.

 

En réalité, ce projet de loi pose plus de questions qu’il n’en résout. Les Français méritent d’en connaître les tenants et les aboutissants. Cela  justifie un grand débat public, pourtant refusé par le Gouvernement, qu’il s’agisse du mariage, de l’adoption ou de l’ouverture  éventuelle de  la procréation médicale assistée aux couples de même sexe . On ne peut pas évacuer le débat sur un projet de loi qui change radicalement l’institution du mariage.

 

Je  condamne fermement l’homophobie. Chaque couple mérite le respect, comme chacun mérite de pouvoir ouvrir le débat sans risquer d’être caricaturé.

 

Dans ce cadre, et en présence de Xavier Breton,

Député de l’Ain,

Président de l’entente parlementaire pour la Famille

j’ai le plaisir de vous inviter à :

 

Grande conférence-débat


Mariage, adoption, ouverture de  la procréation médicale assistée aux couples de même sexe.


Jeudi 10 janvier 2013 à 20h30


Salle des Fêtes de Millery (avenue Gilbert Fabre)

( 15 km au sud de Lyon, emplacement n° 21 sur le plan de Millery ici: link http://www.mairie-millery.fr/)


En présence :

- de Xavier Breton, Député de l’Ain,

Président de l’entente parlementaire pour la Famille ;

- des représentants des cultes, spécialistes du droit de la famille, de l’enfance…

 


Comptant sur votre présence, je vous prie de croire, Madame, Monsieur,  en l’expression de mes sentiments les meilleurs et vous adresse tous mes vœux pour cette nouvelle année.

 

Georges FENECH

Député du Rhône

Membre de la Commission des Lois

Membre de l’entente parlementaire pour la Famille

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 17:51

MESSAGE DE FRANCOIS CIESIELSKI

 

adhérent des associations Réseau Colin Bagnard, l’Enfant et son droit ! et Stop Violence.

 

 

SOS Papa, SOS Maman, Noël de parents sans enfants !


A vous qui allez devenir pères, en tout cas la loi qui s’annonce vous le permettrait.


A  vous qui avez cru bon au travers d’un témoignage calomnieux hier d’attenter à ma paternité.


A vous grâce à qui en partie j’ai passé tant de Noël sans voir mes enfants, les apercevant maintenant de temps à autres dans l’année lorsque l’emprise maternelle se desserre à peine et avec peine sous la contrainte de quelques peines,  je vous souhaite mes bons vœux pour l’année 2013.


A toi Philippe, qui fut le conseiller pour la reconnaissance de ces droits à venir auprès d’Eva Joly lors de sa campagne présidentielle, y aura-t-il un prolongement à ton engagement afin  que le droit à la résidence alternée te soit attribué au cas où demain… ? Ou bien l’égalité sélective des droits de notre société si imparfaite te suffira-t-elle ? A  toutes fins utiles je t’informe qu’il existe une proposition de loi N°309 à l’Assemblée Nationale allant dans ce sens, mais nos parlementaires ne semblent pas pressés d’en discuter


Maintenant que mes enfants sont quasi majeurs je ne laisse pas aller, car je vois tant de souffrances autre que la mienne autour de moi, celle de tant de pères et de mères, si nombreux et nombreuses qui passent ce Noël sans leurs enfants, celles de grands-parents, des familles, celles enfin et avant tout de ces enfants otages. Et comme tous les otages, les séquelles pour ces êtres meurtris ne sont-elles pas  pour la vie ?


Alors à toi aussi Michel, quel fondement pour ton activité de juriste à tant persister à conseiller celle et ceux qui entretiennent le conflit permanent ? Si cela était la frustration de ne pouvoir être père, elle n‘aura bientôt plus lieu d’être.


A vous, Philippe et Michel, en plus des pères potentiels que vous êtes, ne seraient-ils pas temps aussi qu’en 2013, les parrains de mes fils que vous êtes soient enfin ceux qui agissent pour retisser le lien entre vos filleuls et leur père ?


A ceux et celles enfin, avec qui nous nous sommes tant serrés les coudes dans notre épreuve pour surmonter notre douleur, revendiquer notre parentalité et continuer à porter notre amour à nos enfants (même souvent malgré eux, quoique pour leur bien), je ne peux comprendre qu’aller défiler le 13 janvier prochain soit une perspective de construction de meilleurs rapports humains pour lesquels nous œuvrons. Je vois là resurgir la marque d’une frustration à ne pas être reconnu dans notre rôle parental par cette société.


Paraphrasant une citation d’Ernesto Cardenal, poète devenu Prêtre et Ministre : « La poésie peut servir à construire un pays, à créer un homme nouveau, à changer la société, à édifier le Nicaragua à venir… ». Je souhaite ajouter humblement que les parents nouveaux que nous serons, ne peuvent construire leur bonheur par la négation du bonheur d’autrui.


François Ciesielski, adhérent des  associations Colin Bagnard, l’Enfant et son droit ! et Stop Violence.

 

 

Cher François, nous accueillons tes voeux avec compréhension... même si nous ne suivons pas toutes les références à ton histoire... Mais à chaque histoire particulière, existe une douleur spécifique qu'on aimerait que jamais aucun parent ne connaisse.

 

Bonne année à toi aussi, François.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 19:35

 

L’ambiance apocalyptique en lien avec le 21 décembre 2012 qui serait une date fatidique "prévue" (selon certains) par le calendrier Maya rouvre le débat sur les sectes, les mouvements à dérives sectaires, la liberté de pensée, de religion, de conscience. Essayons de reprendre objectivement quelques points de ce débat.

 

Certains devraient être contents de la réélection de Georges Fenech comme député de la République française le 17 juin 2012, car démissionnaire de la MIVILUDES (Mission interministérielle de Vigilance et de LUtte contre les DErives Sectaires). Malheureusement pour eux, il en profite pour publier un livre :

 

FENECH Georges, Apocalypse, menace imminente ? Les sectes en ébullition, Ed. Calmann-Lévy, Paris, 2012, 325 p.

 

Livre-Apocalypse-Georges-Fenech.jpg

 

Présentation par l’éditeur :

Les sectes ont annoncé l’apocalypse pour le 21 décembre 2012. Pour preuve, elles utilisent le calendrier Hotzkin des Mayas (link). Voilà leur dernier filon pour faire de nouvelles recrues et engranger des bénéfices. Et ça marche, surtout à l’heure d’internet !


L’enquête internationale réalisée par le plus grand spécialiste de la lutte antisectes en France révèle l’ampleur inégalée du phénomène « 2012 ». Ses conclusions ne peuvent que nous inciter à la plus extrême vigilance.

 

Qui ne se souvient, en effet, des « tueries-suicides » des sectes apocalyptiques du Temple du Peuple en 1978 en Guyana (923 morts) des Davidiens en 1993 à Waco (Texas – 82 morts) ou de l’ordre du Temple Solaire en 1994-1995 (74 morts) ?


Autre constat alarmant : les mystificateurs, messies autoproclamés, guérisseurs ou prétendus humanitaires, enregistrent des avancées à chaque fois que notre monde est violemment secoué par toutes ces crises financières, climatiques, religieuses ou morales…

 

Dans les cas les plus extrêmes, le fondamentalisme religieux à visage sectaire profitant du désarroi de jeunes individus en perte de repères arme leur bras pour, au nom de Dieu, faire des victimes innocentes.


Enfin, fortes de soutiens occultes ou affichés, les sectes infiltrent les institutions, noyautent les lieux de pouvoirs, dénigrent sur la scène internationale la politique volontariste menée par la France contre l’obscurantisme. Certaines d’entre elles s’activent en coulisses pour mettre en oeuvre la « propagande noire » contre tous ceux, à l’instar de l’auteur, qui s’aviseraient de se dresser sur leur route. (fin de citation)

 

 

 

 

Commentaire:

Ce livre montre combien les pratiques de manipulations mentales sont multiples et s'adaptent à toutes les failles et les détresses. Georges Fenech part de cas précis partant de ceux historiques dont on a peut-être pas encore tout dis et tout compris dans la compréhension des horreurs qui ont été commises, jusqu'aux cas récents, médiatiques parfois, qui s'exercent encore aujourd'hui. Texte qui s'appuie sur les dossiers objectivements constatés juridiquement, mais il y en a tant d'autres que les procédures de "respect" des libertés imposent de ne pas citer, paradoxalement. Il est intéressant de comprendre à quel point les pressions diplomatiques sont importantes autour de certains mouvements car dans d'autres états, les constitutions mettent la liberté de culte devant des considérations sanitaires. Cela nous rappelle à l'affaire du massacre de l'école du Connecticutt, lui aussi sur fond d'apocalypse puisque la mère du criminel en était imprégnée, entre lobby des armes et Constitution des Etats Unis, incompréhensible pour un européen.

 

En dehors de toutes subjectivité, il s'adresse au plus grand nombre pour comprendre combien les sectes sont efficaces pour nous envahir et s'ingénient à profiter de nos carences ou vigilences, siurfant avec les moyens modernes sur notre immobilisme social.

 


Quelques uns des mouvements présentant des dérives sectaires cités dans cet ouvrage :

Centre de la Kabale

(mvt en lien avec) Nostradamus

(mvt en lien avec) Méthode Hamer

Témoins de Jéhova

Scientologie - Dianétique

Adventistes

Ordre du Temple Solaire

Davidien

Raël

Ecole de sagesse de Ramtha (lémuriens)

Groupe Garum et Khnoum

Mandarom – association culturelle du Vajra

Groupes Evangélistes

Renouveau charismatique

Cœur immaculé et douloureux de Marie

Amour et Miséricorde

Djihadisme

Fils de lumière

(liste indicative incomplète)

 

 

On regrette l'absence (sauf erreur) de quelques mouvements aux dérives sectaires vérifiées comme celles de l'Opus Dei pourtant présents dans la plupart des pays européens, celles des mouvements maçonniques très influents, et pas seulement pour des causes spirituelles en France, et d'autres mouvements dont la liste ne peut être recommencée ici. Mais il est vrai que l'on peut obtenir beaucoup d'information dans les différents rapports parlementaires et de la MIVILUDES depuis l'origine de cette lutte qui ne s'épuise pas.

 

 

Rappelons que les mouvements tels que ceux cités dans ce livre, ou d'autres, se plus en plus souvent mal définis, s'illustrent par la capacité de prédation et de destructuration des familles, riches ou pauvres, éduquées ou non, toujours enclines à la perdition et à la division... familles que le contexte actuel législatif ne va pas arranger ( "Mariage pour tous" entre parent "pair" et parent "impair" ). 

(on pourra relire Les sectes aussi détruisent les familles ! ) 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 08:24

En pleine journée internationale du Droit de l'Enfant, le débat entre les tenants du "mariage pour tous" permettant à un "couple" homosexuel de s'unir si vilement soit-il, et le mariage traditionel de l'union des deux genres, conforme à la réalité biologique inscrite dans nos gènes, le Réseau Colin Bagnard s'interroge !

 

Déjà, on avait assisté dans une mairie du Sud-Ouest à l'implant Mamère pour une association contractuelle en dehors de la légalité républicaine. Il est vrai que pour les écologistes, la finalité est la disparition de l'espèce pour ne pas perturber la pas-nette!

 

Dans bien des cas, lien de ce mariage plus puissant que le PACS, on n'aura pas à faire à de chastes époux pour se défaire souvent aussi sec. Et le Cardinal d'imaginer un Sodome et Gomorrhe dans un satyridéconne encore plus fort. De quoi alimenter l'ambiance apocalyptique. Mais peut-être pensait-il aux modèles polygames: chaque soir, faire monter une gamme différente. Avec l'essor de la charia, du mormonismes et de pratiques ancestrales africaines, de nouvelles compatibilités culturelles vont être bientôt... officialisées avec la répudique.

 

Oui, le mariage gay, c'est pas triste! Surtout au moment de l'union, avec la horde vorace de photographes qui lorgnent la photo scabreuse qui va faire grimper l'audimate ou le chibre d'affaire. La disparition de la mention au livret de famille "père/mère" ou "conjoint/conjointe" substituée en "conjoint1 " "conjoint 2", autant dire que s'il n'y a pas de père, il y aura sûrement un impair !

 

Si on a été marié (il fut un temps), ou si on a des enfants (bien dénombrés), il faut relire son livret de famille: "le mari est présumé être le père de l'enfant né avant le 180ème jour du mariage, de ceux conçus pendant l'union et de ceux nés moins de 300 jours après la dissolution du mariage"... Si on ne se trompe pas de pipette ! Donc si avant "l'union", mesdames, vous passer d'une banque de sperme à l'autre, vous devrez vous casser la tête avec les cycles biologiques de l'aménorhée et faire comme une ministre de la justice pour identifier la commande au palais... en espérant que le dossier ne se perde pas dans les déménagements d'un ressor à l'autre. Quête honorable de donner un père à son enfant. Mais avec ce nouveau modèle de contrat, pas de quoi désengorger les tribunaux!

 

Mais s'il advient qu'un enfant soit éduqué dans ce contexte du fait de la vie conjugale révolue de l'un ou des deux "partenaires", alors le problème se pose pour cet enfant:

est-il de l'intérêt de l'enfant de subir l'existence simultanée de deux pères ou de deux mères alors que c'est une incongruité biologique? Qu'a-t-on fait alors de l'autre parent biologique qui a disparu dans la tourmente et qui ne suscite aucun débat quant à lui?

 

Déjà avec la question du "statut des tiers", nous avions été choqués de cette même disparition corps et biens. Il n'a pas été étonnant que l'on assiste à une levée de boucliers pour s'opposer au projet Morano puisque déjà, la demande dans les familles séparées divorcées est l'application de la législation existante pour favoriser la résidence alternée et le maintien du lien parents-enfants par tous les moyens, les étalissements scolaires, les activités connexes, l'état civil et l'administration sociale et fiscale.

 

Ceux qui connaissent les questions patrimoniales se posent la question de la filiation et est un argument politique d'opposition à ce type de contrat. Mais la question de la filiation se pose dès le départ pour l'enfant lui-même! Il va se sentir mutant! Dans une forme d'irradiation sociale où les tendres ados ne manqueront pas de lui rappeler de quels dindons ou de quelles carpes il vient, de là à être couvert de plûmes ou d'écailles dans la cour de l'école?!

 

Avec l'avènement de la technologie, et surtout d'une éthique permissive, il est possible aujourd'hui à une femme de se passer d'un homme pour (pro)créer, telle des déesses omnipotentes, amazones du féminisme qui ne "conçoivent" plus que par "désirs". L'homme s'en trouve émasculé culturellement au moins, pouvant encore servir en cas de panne de god-michet (god save the gouine disait-on à l'époque victorienne). Dans un tel contexte, comment ne pas imaginer que d'autres modèles plus cadrés par des dictatures morales puissent prendre la place?

 

En Arabie Saoudite, on aurait tranché depuis longtemps! Le "mariage pour tous" est un projet insensé qui ne correspond, ni aux fondement de la biologie, ni à la tradition majoritaire en Occident, ni à l'efficience sociale, ni à la crise économique, ni aux pères séparés, ni aux mères séparées, ni aux droits de l'enfant, ni même à la persistance de l'espèce humaine. Tous ces éléments sont objectivement constatable par les secteurs d'études adocs, il ne s'agit pas d'une morale donnée à ceux qui s'aimeraient, tant mieux pour eux, tout en étant du même genre, ce que chacun respecte. Pas de châtiments, d'immolations ou de lapidations prévues.

 

Ceux qui parlent de discrimination dans ce débat et dans ce pays ne savent pas ce que c'est ou l'on oublié. La discrimination sexiste, elle, existe bien, quand il s'agit de faire entendre qu'on veut partager la responsabilité parentale tout en étant séparé, malgré la législation en vigueur, des forces occultes sont à l'oeuvre alors pas la peine de rajouter une complexité incontrolable comme ce que nous promet ce projet de "mariage pour tous".

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 18:34

 

 

Nous avions plusieurs fois parlé de cette affaire au moment du deuxième enlèvement.

 

Voilà quelques réactions après la décision du tribunal de Tarascon ou comme pour la Tarasque, on allucine!

 

(à partir d'un article du POINT: http://www.lepoint.fr/societe/enlevement-d-elise-la-mere-condamnee-a-deux-ans-de-prison-avec-sursis-30-10-2012-1522993_23.php).(le surlignement en bleu ou couleur est du fait de RCB)


  "

La mère russe de la petite Elise, soupçonnée (!!!maintenant on sait quand même que non!) d'avoir commandité l'enlèvement de sa fille (comme elle y était, elle était en réalité  commanditaire et complice !) et l'agression du père de celle-ci le 20 mars 2009 à Arles, a été condamnée mardi à une peine de deux ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Tarascon. (le même tarif que par exemple pour le non paiement de pension alimentaire pendant deux mois: deux poids, deux mesures!)

 

"Ce dossier, c'est celui de l'enfance sacrifiée sur l'autel de l'égoïsme des adultes", avait argué dans son réquisitoire le procureur Christian Pasta, réclamant trois ans avec sursis. Irina Belenkaïa, qui comparaissait pour "soustraction d'enfant par ascendant" et "complicité de violence aggravée", a par ailleurs été condamnée à verser 8.000 euros de dommages et intérêts pour préjudice moral et corporel à son ex-époux, Jean-Michel André, qui avait demandé la somme de 63.000 euros. "C'est une étape importante de franchie parce que les faits ont été reconnus", a commenté le père à la sortie du tribunal. (sans transition et même respect pour cette vicitime) "Nous allons continuer à nous battre pour que M. André passe une expertise psychiatrique (sans doute pour retourner la décision du juge aux affaires familiales au prochain épisode, comme de coutume en détruisant l'image de l'adversaire paternel), c'est la première chose. Et pour que Lisa (et pas Elise!?!) puisse passer des vacances en Russie" (le long du fleuve Amour sans doute, en Sibérie orientale), a déclaré pour sa part Irina Belenkaïa. "Je veux qu'elle ait une double culture, russe et française" (à voir les pratique e violence, cela s'apparente à quelle culture?), a-t-elle ajouté.

 

Elle était jugée pour deux enlèvements, un premier en novembre 2007, et celui, très médiatique, du 20 mars 2009, au cours duquel deux hommes l'avaient aidée à soustraire sa fille à son père, infligeant à ce dernier de nombreuses blessures. Ces hommes, d'origine russe, n'ont jamais été identifiés. Mme Belenkaïa affirme depuis toujours les avoir rencontrés "par hasard" et leur avoir demandé de l'accompagner uniquement pour ne pas se retrouver seule face au père d'Elise. "Je ne voulais pas faire de mal à M. André", a martelé à la barre la mère d'Elise, dans un français mâtiné d'un fort accent russe. "Une mère qui n'a pas de leçon à recevoir" Très mince, perchée sur de hauts talons, Irina Belenkaïa a affirmé ne toujours pas comprendre "comment les choses en sont arrivées là" ce 20 mars. "Il est difficile d'admettre que les faits n'ont pas été préparés", a relevé, dubitative, la présidente du tribunal, évoquant la chambre d'hôtel louée pour ces deux hommes par Mme Belenkaïa, ou encore la perruque que portait la prévenue au moment des faits.

 

Arrivés sous le crépitement des appareils photo, Mme Belenkaïa et Jean-Michel André ne se sont pas adressé un seul regard pour leurs retrouvailles devant la justice, énième étape d'une dispute familiale riche en rebondissements autour de la garde de la petite Elise. Me Bruno Rebstock, l'avocat de la mère, avait plaidé la relaxe de sa cliente pour les faits de 2007, au motif qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves à son encontre. Il a également souligné "la peine déjà largement subie" par Irina Belenkaïa en étant éloignée de sa fille (on confond ici une décision de "résidence principale" avec une décision de comdamnation! Curieux! Cela donne une idée de comment sont prises en générale les décisions de "résidence principale"... par crainte des dérapages maternels). "Cette mère n'a pas de leçon à recevoir", a estimé le conseil, ajoutant que "la maternité, ce n'est pas quelque chose que l'on raisonne". Signe de sa bonne volonté, selon lui, elle a "accepté le mandat d'arrêt européen" (On lui aurait bien donné une autre possibilité, vue l'attitude des media à l'époque et celle de l'avocat maintenant) et est "partie à la conquête, difficile, de la confiance de l'autorité judiciaire".

 

M. André, qui assurait lui-même sa défense, faute de pouvoir payer un avocat (il n'y a pas eut même un avocat pour profiter de l'audimat, comme c'est curieux!), est apparu tremblant à la barre, s'étendant longuement sur les faits de 2007 et de 2009 en insistant sur le moindre détail.

A plusieurs reprises, la présidente du tribunal a rappelé aux personnes présentes que l'audience de mardi n'était pas une audience de divorce, laquelle est prévue le 16 novembre, et que la cour avait uniquement à juger les faits d'enlèvement et de violence. "Nous ne sommes pas là pour faire de la psychothérapie de couple", a affirmé la présidente.(pas de  commentaires)

 

Pauvre Elise! Personne ne pense plus à toi alors que s'agitent les réseaux maternoexclusifs oubliant ton déchirement entre tes deux parents ! Espérons que le juge qui statuera aux affaires familiales s'ingénie à trouver une solution de précaution et éteigne un peu ce conflit...

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 14:28

 

A la veille des vacances de Toussain, il n'est pas impensable de rappeller quelques règles du bon fonctionnement des familles séparées-divorcée.

 

Objet principal de l'association Réseau Colin Bagnard, l'exercice de la co-parentalité dans les familles séparées, malgré la séparation qui a souffert d'un conflit parfois grave, doit pourvoir néanmoins être possible.

 

Dans les pages de ce blog, plusieurs références montrent que c'est l'intérêt pour le développement des enfants, sur le plan identitaire, et pour éviter toutes les conséquences de dérives de leur personalité en famille, à l'école et plus tard dans la vie sociale.

 

Plusieurs autres références expliquent comment tout doit être fait pour que la rupture de liens cesse et que les relations minimales se réinstallent entre les parents et les familles; les cas réellement qui appellent des précautions sanitaires ou judiciaires étant minoritaires en nombre, en particuliers envers les enfants.

 

Mais en quoi consiste la co-parentalité:

 

Déjà ce terme est entaché de connotations puisqu'il a été investi par les mouvements homosexuels. Mais il faut le prendre ici dans son terme le plus simple de relation entre deux parents. Il s'agit dans la plupart des cas des parents biologiques ; on ne traite pas directement ici des cas d'adoption, filiations particulières, familles d'accueil pour lesquels ces principes peuvent néanmoins résider puisque ces cas sont en double des cas traités où les enfants sont en résidence chez l'un ou l'autre de ses parents. Les parents éloignés de leurs enfants par mesure judiciaire ne devraient pas l'être totalement dans la réalité des choix de vie des enfants concernés, avec les précautions justifiées. Les cas d'orphelins totaux étant l'exception, d'autres membres des familles pourraient aussi pouvoir avoir une action envers ces enfants.

 

Mais dans le cas le plus simple: un père et une mère séparés, avec enfants:

 

Quelles sont les bonnes règles de la co-parentalité?

 

  • laisser les enfants correspondre et communiquer avec l'autre parent (téléphone, email) dans une périodicité régulière et temporisée qui ne s'oppose pas par principe à la quiétude des familles
  • ne pas cacher ses numéros de téléphone, la liste rouge ne concerne pas les parents !
  • permettre les visites en se mettant d'ACCORD !
  • permettre les sorties accompagnées par le parents séparé qui s'avèreront toujours intéressantes pour les enfants
  • communiquer les informations scolaires au delà des bulletins, minimum légal, mais bien insuffisants.
  • ne pas cacher les carnets de laisons ou prétexter l'oubli de l'enfant, qui se culpabilise un peu plus de la séparation pour laquelle il n'a rien à voir.
  • ni les carnets de santé, qui devrait suivre les enfants à chaque visite au minimum, et périodiquement pour faire le point (lunette, ORL, alergies, vaccinations, activités sportives ...)
  • informer des petits accidents comme des grands.
  • permettre les visites à l'hopital du parent ou des enfants qui s'y trouvent permet de diminuer le stress des interventions.
  • permettre les choix scolaires concertés plutôt que l'opposition systématique sur des arguments fallacieux
  • notamment celle des voyages et sorties scolaires qui doivent se prendre légalement avec les deux parents!
  • permettre les enfants d'avoir des activités culturelles, sportives, scientifiques en lien avec le deuxième parent, qui apporte ainsi sa spécificité éducative.
  • ne pas bloquer les relations avec les grands-parents de la famille séparée sans laquelle l'enfant n'aurait pas vu le jour!
  • réaliser que les choix spirituels des uns ne sont pas forcément ceux des autres
  • se garer des organismes sectaires
  • ou à dérives sectaires, qui ne manqueront pas de profiter de la situation conflictuelle des parents si elle a cette inclination.
  • se garer des intrusions de personnes dont l'intérêt professionnel seraient en contradiction avec la quiétude des familles.
  • les enfants ont des racines dans les deux familles, en couper une partie est un crime identitaire qui s'apparente à un racisme.
  • les enfants ne vous appartiennent pas, nous n'avons que la responsabilité de leur éducation le temps qu'il faut... c'est à dire une vie.
  • inutile de rappeller que les attestations de complaisances, faux-témoignages, fausses rumeurs et autres stratégies prédatrices auront aussi des conséquences sur vous même et les enfants en question, en plus des personnes ciblées.
  • surtout ne pas faire peser sur les enfants ces accusations!
  • si vous êtes en colère contre quelque chose, même justifiée, attendez avant d'agir.
  • Dédramatiser !
  • Aujourd'hui pour divorcer, vous n'avez plus besoin de salir votre ex "pseudo-légalement" !
  • Attention de ne pas se faire prendre à son propre piège de l'affabulation et de la manipulation !
  • Rappellez-vous bien que c'est vous les parents, pas les autres sur votre chemin en cette occasion !
  • Si vous n'arrivez pas tout seul à trouver un accord, il existe des professionnels de la médiation qui peuvent vous aider, mais la conditions de base ne dépend que de vous deux ! Votre bonne foi !
  • - - -

Tous ces conseils se basent sur les constats malheureux des nombreux témoignages de ceux chez qui cela ne s'est pas passé comme cela!

 

Peut-être avez-vous quelques autres idées? ou commentaires?

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 19:49

L'information est enfin tombée, après de nombreuses années d'attente patiente ou décue, sur des thèmes spécifiques que nous avons demandé (souligné en rouge dans le texte):

 

 

Mercredi 10 Octobre 2012 | Société

(sur le site de l'Union pour un Mouvement Populaire, principal parti d'opposition en octobre 2012).

L'UMP demande officiellement au Gouvernement l'organisation d'"Etats généraux" de la famille

 

Alors que se profile au Conseil des ministres du 31 octobre la présentation d'un projet de loi sur le mariage homosexuel et l'adoption d'enfants par les couples homosexuels, le bureau politique de l'UMP a décidé ce mercredi 10 octobre de demander officiellement au Gouvernement l'organisation d' "Etats généraux de la famille".

« Ce sera l'occasion d'évoquer également un certain nombre d'autres sujets, comme

l'éducation,

les rapports entre la famille et l'école,

la responsabilisation des parents,

l'appui à la parentalité »,

 

avance le Secrétaire général de l'UMP étonné qu' « aucune concertation sur ce sujet qui préoccupe beaucoup d'entre nous et qui a trait à l'organisation de la famille » n'ait été mise en place par l'actuel Gouvernement.

S'appuyant sur la concertation lancée par l'ancienne majorité autour de la proposition de loi sur la bioéthique, l'UMP réclame « officiellement ce grand débat national sur la famille, ce qui pourrait éviter les risques de dérapages sur un sujet qui génère aujourd'hui beaucoup de débats, d'oppositions et de tensions ».

 

- fin de citation."

 

Maintenant, nous pouvons ressortir nos dossiers des tiroirs et sortir des clivages politiques de la période présidentielle et législative qui a éteint nos travaux concertés; malgré le problème en question qui est fondamental pour l'avenir.

 

A cette occasion, je vous prie de bien vouloir m'indiquer qui d'entre vous souhaite participer à la préparation de ses états généraux de la famille, sans aucune arrière pensée maintenant politique puisque les associations, les uns ou les autres ont été contenté ou non par les résultats des scrutins, ce qui nous donne un peu de temps pour que cet aspect ne nous bloque pas prochainement.

 

Merci.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 10:53

Encore un collégien entre la vie et la mort !

 

Le scandale n'est pas sur le fait d'avoir annoncer sa mort au plus haut niveau de l'Etat, peut-être prématurément.

 

Le scandale est qu'il s'agissait d'un élève "ORDINAIRE" selon le recteur de l'académie, dans un collège ORDINAIRE, avec une violence ORDINAIRE !

 

Encore un responsable de l'éducation nationale qui tâche de cacher ce qui se passe dans les établissements de notre pays.

 

Il s'agit là d'un élève que ses parents ont confié au chef d'établissement, et pas un "PROTAGONISTE" !

 

Information sur Yahoo.news aujourd'hui:

 

http://fr.news.yahoo.com/un-coll%C3%A9gien-entre-la-vie-et-la-mort-090002014.html

 

PARIS (Reuters) - Un collégien était samedi entre la vie et la mort après avoir été blessé la veille lors d'une altercation au sein du collège de Cleunay, à Rennes, a-t-on appris de source hospitalière.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a exprimé vendredi soir "ses regrets les plus vifs", ainsi que ceux du ministre de l'Education Vincent Peillon, pour avoir "annoncé à tort", quelques heures plus tôt, le décès du collégien, évoquant des "informations erronées".

Vendredi soir, le chef du gouvernement avait dit dans un communiqué avoir appris "avec une grande tristesse" le décès de ce garçon de 13 ans "survenu en fin de journée", à la suite d'une bagarre en matinée dans la cour de récréation d'un collège de Rennes.

Or, l'adolescent "est toujours entre la vie et la mort", ont indiqué par la suite les autorités.

L'altercation a opposé en matinée, pendant la récréation, "deux élèves ordinaires", et l'un des deux protagonistes "ne s'est pas relevé", a indiqué Jean-Yves Bessol, inspecteur de l'académie de Rennes à Ouest-France.

"Ce collège est un établissement à taille humaine, calme, sans difficulté particulière", a-t-il précisé.

Ces deux élèves sont arrivés au collège à la rentrée 2011.

Gérard Bon, édité par Hélène Duvigneau (fin de citation)

 

 

 

OMERTA DANS UNE ECOLE PRIMAIRE:

 

Dans l'école primaire où j'ai l'un de mes enfants, un scandale est sorti lors de la préparation du troisième conseil d'école de l'année (au minimum réglementaire, chiffre rarement dépassé !): un professeur des écoles en difficulté pédagoqique n'arrive pas à se faire respecter depuis le début d'année scolaire, a même reçu des menaces de certains parents, a été conduit à se mettre en congé maladie jusqu'à la fin de l'année (en réponse à cette violence), et doit revenir l'an prochain à la rentrée sdans que le problème ne puisse être résolu car:

impossible de savoir en conseil d'école si l'élève ou le groupe d'élève a été sanctionné?

si les parents ont été averti ou menacé?

L'inspecteur d'académie concerné refuse d'y répondre et tient au silence le directeur et les autres agents de l'Etat en contravention avec les finalités d'un tel conseil.

 

Les délégués des parents d'élèves se retrouvent alors devant un énorme problème alors que toute l'année, alors que ce problème de discipline était connu par l'administration et le chef d'établissement, seuls les parents qui avaient leur enfant dans cette classe savaient qu'il se passait quelque chose d'anormal à tel point qu'ils devaient compléter les cours de classe de leurs enfants après leur journée de travail.


 Pourquoi quand il y a des soucis scolaires arrive-t-on à cet état de SILENCE INSTITUTIONNEL GENERALISE dans toutes sortes d'établissements d'enseignement, du secteur public ou du secteur privé, et de n'importe quel type de niveau puisque les lycées professionnels, généraux, techniques, agricoles, les collèges, les maisons familiales et rurales, les instituts thérapeutiques et pédagogiques, les centres de formation professionnelle et maintenant les établissements PRIMAIRES sont touchés par ce fléau !

 

Vous avez la réponse?

 

La question de l'"autorité" dans la classe doit être un sujet à traiter d'urgence !

 

Certains disent que tel ou tel n'a pas l"'autorité naturelle", mais disent en même temps "qu'il manque de formation" et que les réformes en cours pour la formation des enseignants est mal faites, sur fond de débat électoral. Il faut trancher cette incompatibilité fondamentale entre la capacité de former un enseignant à bien diriger sa classe et la capacité intrinsèque de la personnalité .

 

Quel est le rôle des parents dans ce cas?

 

Dans notre cas, la présidente a démissionné, sous la pression des autres parents et l'incompréhension généralisée et surtout l'impossibilité que les parents puissent avoirune quelconque influence sur le déroulement de cette affaire, car tenu dans l'ignorance des faits et des prises de décisions administratives et sans le moindre pouvoir qui correspondrait à leur prise de décision.

 

Pendant l'année, les parents ont investi leur temps pour des activités de ventes pour trouver des fonds pour les activités de l'école (gâteau, bonbons etc...). Mais est-ce le rôle des parents de financer l'école alors que des problèmes graves se passent dans cette même école? Non !

 

Quand il est proposé des sanctions pour des parents dont les enfants "troublent la vie de la classe" qui eux-mêmes ne sont pas respectés par leurs enfants, c'est le tollé général (cf l'affaire de la supression des allocations familiales, malgré toutes les précautions prises).

 

Les parents d'élèves sont représentés par des fédérations qui captent leurs voix grâce à une organisation institutionnelle et une certaine complicité de l'education nationale, fédérations trop liées politiquement qui n'ont aucun intérêt à divulguer la situation réelle du pays pour protéger leur "cour" de même que l'administration concernée.

 

En conclusion, il ne faut pas parler d'AUTORITE, cela rappelle les heures sombres du nazisme, et les partis politiques, les syndicats, les fédérations et autres associations ne sauraient se mettre en avant dans ce climat... et les enfants qui prennent leur éducation sur le net, à la télé, ou dans la rue, avec un langage chatié, rigolent bien... pourvu que ça dure !

 

Merci de vos réactions...

Partager cet article
Repost0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 15:59

  

Cette année, des propositions actualisées seront faites dans le contexte tendu électoral.

 

Le Réseau Colin Bagnard n'oublie pas les enfants concernés...

 

LES-ENFANTS-SEPARES-RCB-2012.jpg

 Cliquer pour récupérer la carte postale.

 

 

 

Mais malgré tout:

 

BONNE-ANNEE-DU-RESEAU-COLIN-BAGNARD-2012-AUX-FAMILLES.jpg 

 

 Cliquer pour récupérer la carte postale.

 

A PARTIR DE DEUX DESSINS DE FILLETTES.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 20:18

Interview (Information transmise (source incomplète) à RCB par François, que l'on remercie)

Famille. Selon Richard Mallié, député UMP de la Droite populaire, les pères sont lésés en cas de divorce :

 

 

 

> Par CHARLOTTE ROTMAN

  • Les parents qui se séparent peuvent bénéficier d’une résidence alternée pour la garde de leurs enfants : par exemple une semaine chez l’un, une semaine chez l’autre. Ce droit existe depuis 2002, et une loi défendue par Ségolène Royal. Mais cette pratique reste marginale. Selon le ministère de la Justice, en 2010, moins de 15% des divorces ont donné lieu à la résidence alternée.

> Richard Mallié, député des Bouches-du-Rhône [---] il monte au créneau pour une généralisation de la résidence alternée et une plus grande égalité entre père et mère. Il vient de déposer une proposition de loi à l’Assemblée nationale, signée par 100 députés.

Pourquoi vous intéressez-vous à la résidence alternée ?

> Le nombre de divorces est important : 70 000 par an impliquent des enfants mineurs. En même temps, les pères séparés entendent, de plus en plus, avoir une place à part entière dans l’éducation de leur enfant : le mode de garde des enfants s’impose comme une nouvelle question de société. J’ai deux garçons, qui sont papas. Je suis surpris de voir comme ils s’investissent.

Les temps changent !

> Ah oui, ce n’est pas pareil. Moi, je donnais le dernier biberon à minuit quand je rentrais, mais enfin, c’était différent, ma femme ne travaillait pas. Il y a vraiment une évolution dans la gestion du quotidien d’une famille. Bien ou pas, je n’en sais rien, mais c’est comme ça.

> Aujourd’hui, 80% des pères assistent à l’accouchement, 70% prennent leur congé de paternité. Il faut en tenir compte. L’évolution de la société a poussé à plus d’implication de la part des pères. Et en cas de séparation aussi, ils sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à vouloir tenir pleinement leur rôle.

 

> Pourquoi vouloir changer les modalités de la résidence alternée ?

 

> La garde alternée existe depuis presque dix ans et demeure très peu usitée. Pourquoi ? Après plusieurs années, on constate une dérive préjudiciable aux droits de l’enfant. Une véritable prime est trop souvent donnée au parent le plus agressif : celui qui s’oppose à cette solution d’équilibre obtient souvent gain de cause.

> Les magistrats sont très conservateurs*, ils n’ont pas envie de changer. J’ai l’intime conviction que, en cas de conflit, les juges ont le vieux réflexe de laisser l’enfant à la mère. Dans beaucoup de cas, le juge des affaires familiales va refuser une résidence alternée au motif que les parents ne s’entendent pas, mais lorsqu’on divorce, c’est toujours le cas. Les avocats eux-mêmes conseillent souvent à leurs clients de ne pas la demander car, disent-ils : «Vous ne l’aurez pas.»

Que proposez-vous ?

> Les enfants sont souvent un moyen de pression ou de chantage, et cela aggrave le contentieux. Si on inverse la charge de la preuve, si on considère que la résidence alternée doit être la normalité, celui des deux qui ne veut pas partager la garde** doit l’assumer. Si c’est parce que le parent a un logement trop petit, ou que la distance est trop grande, qu’il ne peut payer les transports, le juge l’entendra, mais si c’est juste quelqu’un qui veut «enlever» les enfants à l’autre, il faut être en mesure alors de le justifier. En bref, le parent réticent devra expliquer son opposition. La question n’est pas de généraliser la garde alternée mais de remettre l’enfant au centre du débat en lui offrant la possibilité, si les conditions sont réunies (notamment si l’âge de l’enfant est supérieur à deux ans et demi), d’être élevé par ses deux parents et de prendre en compte les rôles de chacun comme cela se fait ailleurs.

A quels exemples pensez-vous ?

> L’Italie, la Belgique ou les Pays-Bas… En Italie, la résidence alternée est la solution prioritaire en cas de séparation des parents. Si un juge souhaite une garde monoparentale, il devra justifier son choix. Depuis cette réforme de 2006, la résidence alternée représente 40% des modes de garde d’enfants.

 

 

 

RCB: *: justement il faut laisser aux professions de la justice familiale autant d'informations que possible (si elles ne l'était pas... informées) et la susceptibilité de changer... et les choses changeront.

 

**: le terme "garde" est désuet et ne correspond pas à ces changements évoqués : il s'agit de la "résidence principale" de l'enfant, sous-entendu, il en a bien deux; ne l'en privons pas d'une !  

 

LIENS:

 

http://www.depute-mallie.com/actu.php?ID=85&RUBRIQUE=105

 

la proposition de loi sur le même site ( à télécharger):

http://www.depute-mallie.com/media/prop_loi_1531_residence_alternee.pdf

 

MERCI DE VOS REFLEXIONS

Partager cet article
Repost0
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 21:22

TROISIEME MISE A JOUR:

 

Après l'impact de ces lignes ci-dessous,( vraissemblablement, et ce qui les justifient), la mère des enfants dont il est question accepte enfin une discussion à leur sujet dans un cadre informel. Je pense qu'elle n'avait pas mesuré le niveau du problème dont elle a été l'actrice principale et me promet plus de concertation à l'avenir.

 

Ouf! Ce qu'ont semble-t-il perçu les trois chérubins.

 

Avec cette note d'espoir, je mets à jour aussi la question de la publication du nom et des photos des enfants qui n'ont plus lieu de paraître dans ces pages alors que la même question se pose aujourd'hui pour une autre famille (l'affaire Jouanneau) où là le père Sylvain et son fils Mathis ont disparu  il y a trois semaines quand même !

 

Et dans les conditions similaires à celles que j'ai décrites plus bas. Nous en reparlerons certainement.

 

 

DEUXIEME MISE A JOUR APRES REAPPARITION DES ENFANTS LE 10 SEPTEMBRE 2011:

 

Après 72 (soixante) jours sans aucune nouvelle des enfants, je peux les récupérer pour une journée. Blancs comme des linges à la fin de l'été, ils ont pu profiter d'une baignade ensoleillée sans bridage, libérant une énergie incroyable, si longtemps étouffée. On va bien encore me reprocher de les avoir fatiguer ! C'est sûr avec moi, ils se portent bien !

 

En effet, ils ont bien déménagé.

 

En effet ils ont été déscolarisés dans deux nouvelles écoles sans que les documents règlementaires de l'éducation nationale me soient fait contresignés. Les chefs d'établissement n'ont aucun droit de permettre un changement d'école sans connaître la prochaine destination de l'élève et sans respecter la décision des parents, les deux quand ils sont séparés. Ils le font pourtant couramment.

 

En effet, ils ont bien encore quitté le territoire national sans que j'ai eu la moindre information. Les "vacances" permettent n'importe quel enlèvement... avec le tampon des officiers de police.

 

Ironie suprême: ce matin-là, il a fallu que je quitte quelques minutes mes enfants pour aller récupérer un recommandé m'informant que ma plainte déposée pendant l'été était irrecevable !

 

Il y a quelques jours, après une après-midi passée à la Cour d'Appel de Lyon et des années de procédures infructueuses, je me suis fait reprocher les lignes ci-dessous alors que l'avocat de la partie adverse proférait un tel tissu de mensonges que je me suis demandé un moment de qui elle parlait ! Evidemment sans possibilités de m' exprimer ou de réagir. Sans autre témoin qu'une autre avocate qu'il avait fallu dénoncer au Barreau pour non respect de sa propre déontologie (sans suite, hélas).

 

Sans témoin donc : dans les affaires familiales, il ne faudrait pas exposer les affaires de famille et les enfants...

Il me semble que si l'on ne réservait le huis clos que pour des affaires qui le justifient; on pourrait faire conclure le drame de nombre de séparations bien plus tôt et les saletés logorrhéïques qu'on y entend.

 

Il me faudra encore attendre jusqu'en octobre pour avoir des nouvelles d'un changement, suite à sept ans de désespoir.

 

Je n'ai pas coutume sur ce blog associatif de parler de mes enfants, mais là c'est trop. Ils disparaissent chaque été pendant plusieurs mois. Entre chaque journée de droit de visite garanti par un ancien jugement (que personne ne comprend, et dont l'interprétation est impossible sans le secours de celui qui le subit), tout s'oppose à le faire respecter sans le moindre mouvement de la puissance publique.

 

Faut-il que je maquille le sourire de mes enfants sur ces photos qu'on me reproche? Elles datent de plusieurs années et il m'a fallu beaucoup d'énergie pour les obtenir de l'école.

 

Ce sont MES enfants, autant que ceux de quiconque puisqu' ils peuvent aller et venir chez n'importe qui et dans n'importe quelle institution sans que l'autorisation paternelle ne soit exigée. Pourvu qu'ils ne passent pas trop de temps avec leur père qui pourrait les éduquer autrement !

 

Cette page est ma seule liberté pour exprimer en temps utile hors du huis clos judiciaire l'appel au secours... Pourquoi me menace-t-on ainsi d'en payer les conséquences pour le prochain jugement?

 

Pour certaines familles, ce sont non des jours mais des années d'attente incertaine et d'engoisse.

 

 

MISE à JOUR DU 9 AOÛT:

 

==> Un courrier recommandé de leur mère m'informe d'un déménagement sur Villeurbanne avec la nouvelle adresse...  Leur mère, machiavéliquement, fait comme si j'avais été prévenu par les enfants, toujours otages de ses manigances; leur faisant porter la responsabilité si d'aventure je n'avais pas été complètement informé par leurs soins. Elle rappelle qu'elle conserve toujours son téléphone (mobile, voire immobile), alors que les messages sur répondeur toujours branchés restent éternellement silencieux et qu'elle a mis sur liste rouge son fixe, après avoir changé de numéro... et aussi d'adresse.

 

 

Néanmoins, je n'ai toujours pas plus d'information sur mes enfants. Quand les reverrais-je? Pourrais-je les visiter? Constater leur santé ? Y aura-t-il changement d'école ? Les enfants peuvent-ils rester tant de temps sans avoir le moindre échange téléphonique avec leur père ou passer du temps avec lui pendant ces longues vacances pour des enfants de cet âge ?

 

Dans tous les cas, elle s'est mise en tort sur le respect de "l'autorité parentale conjointe" une fois de plus au détriment de la sécurité affective des enfants, laissant dans un état désespéré leur père !

 

Ceci illustre ce que vivent de nombreux parents qui découvrent leurs enfants disparus et l'impossibilité d'agir pour savoir et reconstruire le lien...

 

Sachez que pendant ces quelques jours, plusieurs douleurs thoraciques m'ont mis dans l'incertitude pour mes jours.

 

Combien de parents chaque année, à même période de vacances, se retrouvent dans un cas similaire ? Ou trépassent !

 

Alors vous qui lisez cela et qui participez à ces manigances pour des enjeux bassement pécuniaires ou corporatifs, sachez quelles peuvent en être les conséquences !

 

Et si vous faites partie des victimes de ces rapts parentaux, sachez que vous n'êtes pas seuls.

 

******************************************

(publié le 4 AOÛT 2011) 

  DISPARITION DE TROIS ENFANTS

 

Leur père n'a plus AUCUNE INFORMATION DEPUIS LE 18 JUIN 2011. 

 

  [ --- AVIS CADUQUE ---]

Partager cet article
Repost0

Articles Récents