Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 12:17
Communiqué de William Bec: sit'in à l'Assemblée Nationale

…Depuis des décennies, le code civil donne tout pouvoir au juge de "décider" du sort des enfants lors des séparations.

Des pères sont ainsi injustement privés de leurs enfants, des mères aussi!

POUR QUE SOIT ENFIN RECONNU DANS LE CODE CIVIL LE "DROIT DE VIVRE AVEC NOS ENFANTS" APRES UNE SÉPARATION OU DIVORCE!

  • Pour une réforme du code civil des affaires familiales qui reconnaisse – enfin – ce « droit » légitime de vivre avec ses enfants après un divorce.
  • Pour le droit des enfants à vivre avec chacun de leurs parents (Convention Internationale des Droits de l’Enfant)
  • Pour une prise en compte véritable du drame sanitaire et social que représente le fléau du divorce (suicides parentaux, dépressions)
  • Pour une véritable égalité entre les pères et les mères sur la question du devenir des enfants après un divorce.
  • Pour la fin « par la loi » d’une « pratique monoparentale » des juges qui privent habituellement et le plus souvent, l’enfant de son père et le père de ses enfants.
  • Pour la fin de l’exploitation de l’enfant issu du couple séparé, devenu « grain à moudre » d’une véritable industrie du divorce.
  • Pour la fin des décisions injustifiées ou à géométries variables d’un tribunal à l’autre par des magistrats fendus à briser le lien parent – enfant (exclusion du père le plus souvent).
  • Pour la fin des éloignements géographiques volontaires forçant la résidence exclusive et la décision monoparentale du Juge.
  • Pour la fin des scandaleux placements abusifs.
  • Pour le droit des grands parents à vivre aussi avec leurs petits-enfants.

Garde des enfants: la députée Mme Sonia Lagarde interpellait le Gouvernement le 20 février 2013 *

« Au cours des dernières semaines, il a souvent été question dans cet hémicycle, de familles, de pères, de mères et de droits de l’enfant. Si les conséquences de diverses natures qui pourraient affecter des enfants élevés par un couple homo sexuel ont été largement débattues, il n’a jamais été question de la souffrance qui frappe les familles hétérosexuelles lorsqu’à l’heure d’une séparation, les parents se déchirent pour faire de la garde de leurs enfants un objet d’affrontement. Les faits sont là pour nous rappeler la dure réalité et l’étendue du désespoir de certains pères lorsqu’ils se trouvent privés de leurs droits parentaux sur décision judiciaire.

Avec plus d’un mariage sur deux qui s’achève par un divorce, ils seraient aujourd’hui plus d’un million de pères à demander justice. Oui « justice », car ils ont un rôle et une responsabilité à tenir dans l’éducation de leurs enfants, quelles que soient les raisons qui ont amené les couples à se séparer. Mais « justice » aussi pour les enfants eux-mêmes qui ne sauraient être privés du droit de grandir avec chacun de leurs parents. « Justice » et « égalité » enfin, avec la mise en application effective de la garde alternée.

Dans cet hémicycle, Mme la ministre, je défends et défendrai toujours le droit des femmes. Cependant, certaines situations de détresse doivent nous interpeler en conscience, et appellent à surmonter toute forme de parti pris pour aller à l’essentiel : le respect des droits de chacun. Alors Mme la Garde des sceaux, vous avez reçu avant-hier les associations qui portent ce combat, aussi ma question est simple :

Comment la république entend-elle répondre au désespoir de ces pères qu’on prive de leurs droits ?

Mme Christiane Taubira répondait en indiquant que « des réformes avaient fait progresser le droit de façon à assurer l’égalité au sein du couple » (???)

Faux, Mme l’ex Garde des Sceaux et Ministre de la justice, les chiffres de l’inégalité parentale parlant d’eux-mêmes, car il s’avère que le « droit de vivre avec ses enfants » n’existe pas dans le code civil. Rien, dans les articles du code civil, n’oblige le JAF à ordonner la résidence alternée. Bien au contraire, tout lui permet d’ordonner la résidence exclusive. Ainsi, ni le père ni la mère n’ont pouvoir sur leurs enfants lors d’une procédure en divorce, encore moins à contester la décision d’un JAF puisque celui-ci a tout pouvoir de décision sur le devenir de leurs enfants, donnant en pratique quasi systématiquement la garde des enfants à la mère, en dépit de la volonté de bon nombre de pères d’obtenir le partage des temps de présence de l’enfant chez chacun des parents, au nom d’une considération du juge parfaitement subjective d’une notion indéfinissable (donc modulable) de « intérêt supérieur de l’enfant », « intérêt » réduit sommes toutes à l’idée que celui-ci est la mère, unique et prétendue « figure de référence » pour l’enfant.

De plus, la loi prévoit qu’il est nécessaire pour formuler une demande en « garde alternée » une « entente préalable » entre les parents et, qu’en cas de désaccord du couple sur le sort des enfants (dilemme entre résidence exclusive et résidence partagée), la résidence alternée devient inapplicable ! Il suffira donc au parent refusant sciemment la mise en place de la résidence alternée (généralement la mère) de le signifier au juge en démontrant ce conflit. L’effet mécanique de la loi conduisant à la résidence exclusive.

Voici la preuve juridique de ce point de droit au regard d’un compte rendu en appel** ou la présidente de la Cour (composée exclusivement de femmes) rappelle par écrit ce point de droit (ou non-droit) en ces termes : « La résidence alternée n’est pas un droit dont serait privé celui des parents qui ne l’obtient pas alors qu’il en fait la demande mais une modalité de fixation de la résidence habituelle, que le magistrat peut décider de mettre en place si tel est l’intérêt primordial des enfants, critère fondamentale de sa décision ».

Il est donc bien avéré un point de non-droit à la résidence alternée ainsi qu’un non-droit de vivre avec ses enfants après un divorce.

Ce n’est donc que par la reconnaissance de ce « droit de vivre avec ses enfants », droit reconnu dans un nouveau code civil que pourra s’exprimer une « égalité en droit » entre les pères et les mères, entre les hommes et les femmes, égalité qu’exigent la République et les parents privés de leurs enfants, pères en majorité qui ne jouissent que des quelques heures ou 4 jours par mois d’un « droit » de visite et d’hébergement de leurs propres enfants

* https://youtu.be/P4wq-H_BeQQ

** R.G 13/09283 - Cour d’appel de Lyon, 2ème Chambre A, Arrêt du 31 mars 2015

----------------------------------------------

William Bec débute demain mercredi une action devant l'Assemblée Nationale.

plus d'Infos: https://www.facebook.com/william.bec.378

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 16:22
Echanges indirects avec l'ancien président de la grue Jaune Philippe Veysset

De la part de Scott:

Philippe, j'ai le bras droit casse et suis sans ordi. La grue jaune
n'a jamais vraiment fonctionne et n'existe plus. Je te considere comme
un ami, tout comme Michel et Nicolas, mais je te conseille de laisser
tomber. Ca sert a quoi, cette q
uerelle du Cid?

--------------------------------------------------------------

[entre crochets, gras et incliné, les commentaires en réponses de Nicolas Sègerie, Nouveau président du Collectif de la Grue Jaune, les caractères en maigre de Philippe Veysset]


On 5/16/16, philippe VEYSSET <assodespa@gmail.com> wrote:
> Chers amis,
>
> Il y a des gens pour qui la paternité est source de souffrance plutôt que
> d'épanouissement ! Pourtant même lorsqu'elle se voit contrainte, sous la
> pression des circonstances, d'adopter une posture de combat, la parentalité
> doit rester une source d'épanouissement.
>
> Nous comprenons bien que "s'attaquer" à une institution aussi puissante que
> l'institution judiciaire, chercher à infléchir sa politique, suppose une
> grande force de caractère et un investissement courageux de sa personne et
> parfois, de ses biens. Les pressions, les tentatives d'entrisme sont
> nombreuses et considérables et lorsqu'on tourne bride, on peut être conduit
> à réorienter son énergie dans des attaques internes contre ceux, amis
> d'hier, qui poursuivent le combat et peut-être, nous renvoient l'image de
> notre faiblesse ou de notre couardise. Le tout avec une volonté farouche
> qu'elles empruntent le même chemin que l'on a soi-même emprunté.
>
> C'est souvent pour un temps limité mais parfois cela dure... plus
> longtemps, les personnes en profitant pour se consacrer à la gestion des
> biens qu'elles laisseront à leurs enfants plutôt que de réaliser ces biens
> pour aider au combat ou même payer des frais de justice pour avoir la garde
> - les beaux élans prudhommesques en faveur des professions de foi
> socialiste n'y peuvent mais. Ou bien carrément, préférant se rallier à la
> politique judiciaire initialement combattue ! Il n'y a pas si longtemps, un
> propriétaire d'immeubles à Paris, communiste, après avoir, au travers de
> son association, combattu la ligne judiciaire n'est-il pas devenu médiateur
> auprès de la Cour d'appel de Paris ?
>
> Le Collectif La Grue jaune a dû récemment affronter, en interne, une grave
> crise : inertie, calomnies (contre son président, mon "B2" par exemple, est
> vierge mais s'il ne l'était pas, ne vaudrait-il pas mieux envisager,
> lorsqu'on est membre du Collectif, qu'il ait pu être frauduleusement
> chargé?), tentative de prise en main de la part d'un secrétaire et d'un
> trésorier (d'ailleurs membre de FMCP), MM. Michel Calbry et Serge Laisney.

[Si c'est le cas, alors que FMCP adhère au Collectif... bienvenu]
>
> Une assemblée générale a dû être convoquée le 16 avril 2016. Présentes, les
> personnes n'ont pas voulu s'expliquer et ont préféré quitter l'assemblée.
> Ce départ a été identifié à une démission. Une seconde assemblée générale
> extraordinaire, le 7 mai, a entériné cette démission.

[Absolument pas! Le directeur de la maison des associations et des solidarités nous a demandé de quitter la salle vu le bruit qui génait les autres réunions. C'était convenu entre les organisateurs de cette réunion d'Assemblée Générale Extraordinaire convoquée par "plus d'un quart" des membres à jour de cotisation que si il y avait du tumulte suite aux contestations probables nous quitterions cette salle par une suspension de séance. ce que l'on a fait sous ma présidence de séance. Nous avons repris nos trvaux après une période de trêve pour tout faire pour mettre en place une médiation pour pouvoir éventuellement reprendre la réunion avec tout le monde. Je n'ai pu que constater l'incapacité de l'ancien Philippe Veysset à accepter le B-A-BA des mode démocratiques. En aucun cas nous avons démissionné, et il le sait bien car nous le lui avons expliqué clairement. Le directeur pourrait en être témoin.]
>
> Depuis lors, les personnes se répandent sur Internet. Internet est la
> nouvelle version du Café du commerce, en mode démultiplié. Elles submergent
> aussi certains militants du Collectif de lettres recommandées... Elles ont
> même recréé une association à laquelle elles ont donné le nom de La Grue
> jaune ! Pourquoi pas La Grue bleue ou La Grue marron ?

[Il n'y a qu'une association Collectif la Grue Jaune --- heureusement]

[Il appartient aux membres d'une association de communiquer. ici vu les blocages par un ancien membre du collectif du site qui fut officiel, j'ai été conduit à mettre en place un autre système de communication légitime:

https://www.facebook.com/groups/CollectifLAGRUEJAUNE/?fref=ts

en utilisant ce qui existait auparavant:

ce blog, et son groupe facebook]
>
> Chacun sera à même de juger et de garder son sang-froid.
>
> Enfin, se présenter à une élection présidentielle n'est pas obligatoirement
> une marque d'ambition personnelle. Sinon, mettons un terme à l'élection du
> président de la République au suffrage universel, dispositif
> constitutionnel adopté par voie de référendum le 28 octobre 1962 ! C'est
> même extrêmement étrange d'en venir à penser cela. Manque d'ambition pour
> la cause de l'égalité parentale et du droit de l'enfant ? Jalousie ? Le
> principe d'une candidature - sans que mon nom soit prononcé (il y a eu des
> élections primaires et plusieurs candidats se sont déclarés, je n'ai été
> désigné qu'au terme de ce processus démocratique) - avait été validé lors
> de la réunion du 30 janvier 2016, à Lyon.

[Chaque citoyen peut être candidat à la présidence de la République Française s'il réuni les conditions. par conséquent j'invite Philippe Veysset à le faire. Dans la confidentialité des urnes, peut-être aura-t-il mon suffrage. Mais il n'aura pas celui du représentant du Collectif de la Grue Jaune ni son soutien car il a perdu sa crédibilité... pour l'instant.]
>
> Nous espérons qu'un jour les personnes reviendront au sein de notre
> Collectif après que... les explications aient été données ! N'avons-nous
> pas les mêmes objectifs?
>[Il semblerait que tous n'aient pas les mêmes objectifs. Etre candidat est un objectif non fondamental pour notre cause par exemple... mais il y a aussi toutes les oppositions sur la médiation, la manière de gérer un combat judiciaire pour un bagnard ou une bagnarde vis-à-vis de la séparation de ses enfants. Si l'objectif est réellement de coaliser le mouvement en attirant les associations, cette confusion entretenue ici même par ce texte perpétue le clivage impertinent.]


> De nouveaux défis nous attendent : réforme de la Justice (avalisant le
> principe de la déjudiciarisation – au vote en première lecture
> actuellement), manif du 11 juin, [le Collectif de la grue jaune n'a pas reconduit cette manifestation du 11 juin ! ] élections présidentielles de 2017... [décidément! C'est une fixation! Pour réunir des suffrage, il faut d'abord être capable de réunir ceux qur qui ont doit pouvoir compter dans l'adversité du combat présidentiel... Il faut donc changer de méthode... ]
>
> Restons soudés et poursuivons notre route, comme notre ami Gérard Chauvel,
> récemment disparu, nous y aurait engagés. [Paix à son âme troublée sans aucun doute]
>
> Compaternellement
>
> Philippe Veysset
>
> [ancien] président du Collectif La Grue jaune

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 17:18
Bilan de 20 jours de grève de la faim par Evelyne éloignée de son enfant

Publié sur le groupe facebook du Réseau Colin Bagnard, profil Line Lyne

Bonjour à tous

Ce jour, j'arrête ma grève de la faim en étant au 20 ième jour.

Je me sens fatiguée, ai besoin de repos.....

Cette action ne m'a pas permis d'obtenir une réponse suite à mes courriers adressés à Messieurs URVOAS, Garde des Sceaux, Mr TOUBON, défenseur des droits et Mme AVENARD, défenseure des enfants, en date du 01 février et 01 avril 2016 ( sachant que ceux ci auraient du me répondre dans un délai de 2 mois).

Suivant les recommandations de mon député Maire, Mr Rémi DELATTE, je vais donc écrire à la CADA - commission d'accès aux documents administratifs - pour les 'obliger' à me répondre.

Cette grève de la faim, même si elle ne m'a pas permis d'obtenir ce que je souhaitais, m'a permis d'aller jusqu'au bout d'un moyen que j'envisageais depuis plus de 1 an, .... et à ce jour, de comprendre que d'autres moyens peuvent encore être à considérer pour renouer le dialogue avec le père de mon enfant, pour que notre fils puisse grandir et se développer en ayant accès à ses deux parents, et à l'amour de sa maman qu'il voit beaucoup trop peu.

Ces 20 jours de grève de la faim n'ont pas été si difficiles que cela : le sentiment de faim s'estompe au bout de 4 à 5 jours, puis plus envie de manger, mais la fatigue se fait sentir, ... ceci d'autant plus que dormir Place saint Michel s'est avéré impossible ( 'virer par la police), que tous les transports au quotidien étaient fatigants, que la météo n'a pas été clémente tous les jours ( pluie toute la journée certains jours), et qu'il était impossible de s'asseoir dans la rue quand il pleuvait....


Je remercie de tout coeur les militants VICTOR, MICHEL et OLIVIER pour leurs soutiens quotidiens....et toutes celles et ceux qui sont passés ponctuellement, ....

Les rencontres avec les passants ont été enrichissantes : des bisous de réconfort, des messages comme quoi certains priaient pour moi ( pour que la situation puisse s'arranger...), ... ;
je me suis surtout rendue compte que beaucoup de français ont une très mauvaise image de la Justice, à laquelle ils ne croient plus du tout, qu'ils ressentaient de l’empathie à mon égard et dossier, .... mais comment un simple citoyen peut il croire à son pays, s'il ne croit pas à la Justice de son pays ?? Ne pas rendre Justice de l'acte des citoyens n'est il pas un élément provoquant la colère et la révolte, poussant ainsi à la marginalisation ?? Est ce une volonté délibérée de notre gouvernement de fragiliser psychologiquement les enfants en les séparant d'un de leur parent, afin d'avoir plus d'emprise sur eux plus tard, .... certaines personnes m'ont clairement exprimer cet opinion.


Dans tous les cas, cette expérience m'a été enrichissante, militer m'a permis d'ouvrir les yeux sur plusieurs dysfonctionnements de notre société, ... rester derrière un clavier ne peut suffire, ... parler directement aux personnes est plus poignant.

Place Saint Michel étant très proche de Notre Dame de Paris, j'ai dialogué avec un prêtre de Notre Dame de Paris qui m'a conseillé d'inviter le père de Thibaud à passer quelques jours en ma présence et celle de Thibaud, afin que Thibaud, n'ayant jamais vu ses parents ensemble ( car séparé de sa mère depuis l'âge de 2 ans) puisse réaliser et comprendre qu'il est né de l'union de papa et maman ; Croyante mais non pratiquante, je suis prête à saisir tous les moyens possibles pour faire réagir le père de notre enfant, afin que celui ci prenne conscience qu'un enfant a besoin de ses deux parents. Le père de Thibaud, à qui la justice a toujours donné raison, malgré son comportement, saura t il / voudra t il saisir l'occasion d'une conciliation, ..... sachant que j’œuvre dans ce sens ?? ... je vous tiendrai au courant de l'évolution de la situation.

Evelyne Jeudi, maman de Thibaud

"evelyne jeudi" <ejeudi@live.fr>

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 13:20
Une mère en grève de la faim depuis 18 jours dans le silence général

Communiqué du Collectif de la Grue Jaune:

Une mère en grève de la faim depuis 18 jours dans le silence général.

mardi 10 mai 2016 14h

Depuis dix huit (18) jours, une mère de Macon fait une grève de la faim à Paris (place st Michel) pour son éloignement géographique et des anomalies judiciaires pour ses droits de visite et d’hébergement de son enfant chez son père à Marseille.

Elle revendique :
- changement des conditions de droits de visite et d’hébergement (elle a vu son enfant la dernière fois le 18 avril, le reverra si pas de changement le 20 juillet, c’est trop long et injustifié !
- la délocalisation du dossier actuellement à Marseille qui en ce lieu ne donne pas toutes les garanties de neutralité,
- indemnisation par la justice des conséquences des procédures pour sa relation avec son enfant.

Elle a fait une pétition à l’attention du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas:
https://secure.avaaz.org/fr/petition/Mr_Jean_Jacques_URVOAS_Garde_des_Sceaux_Ministre_de_la_Justice_Reexamen_de_la_decision_de_Justice_tres_surprenante_conce/

Un communiqué est en ligne depuis le 22 avril:
http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/2016/04/greve-de-la-faim-et-petition-d-une-mere-pour-denoncer-la-lenteur-judiciaire-et-les-eloignements-geographiques-volontaires.html

Evelyne est soutenue par le Collectif de la Grue Jaune (cf les événements de février 2013 à Nantes), elle tient sa grève de la faim dans l'ignorance général alors qu'elle a été chassée plusieurs fois de ses sit'in devant : Palais de justice, Assemblée Nationale, Sénat, cathédrale Notre Dame, place de la République... et omniprésente place Saint Michel avec des nuits sous tentes.

Le collectif de la Grue jaune est un mouvement en crise actuellement car si un nouveau bureau associatif s'est formé légalement, (voir notamment http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/2016/04/changement-de-cap-pour-le-collectif-de-la-grue-jaune.html), il est contesté par l'ancien président (http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/2016/05/radiation-definitive-de-philippe-veysset-du-collectif-de-la-grue-jaune.html).

Mais fondamentalement, la question des familles séparées est un sujet devenu tabou, enterrée suite aux débats politiques houleux précédents, mais une réforme de la famille doit se mettre en place car les drames familiaux sont nombreux. Ce débat concerne des millions de personnes touchées en leurs familles en France.

Le Collectif de la Grue Jaune rappelle le principe d’Egalité Parentale, la disparition des dénis d’Autorité Parentale Conjointe, des Eloignements géographiques Volontaires, des accusations mensongères, des internements abusifs, des anomalies de procédure…

Contact Evelyne, mère gréviste de la faim: 06.20.47.05.39.
Contact délégué de la Grue Jaune: Michel Calbry: 06.09.08.35.69.

Nicolas Sègerie, président du Collectif de la Grue Jaune
Porte parole du réseau Colin Bagnard

Evelyne avec Gilbert Claes (Québec) et Sébastien Médori (Collectif des Enfants Déchirés de Corse)

Evelyne avec Gilbert Claes (Québec) et Sébastien Médori (Collectif des Enfants Déchirés de Corse)

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 11:34
De Madrid à Paris
De Madrid à Paris

Message de Thierry Berger:

Bonjour à tous,

C'est parce que cette manif du 21 mai n'est revendiquée par aucune association en particulier qu'elle est ouverte à toutes les associations sans distinction, et à nous tous, parents, grand parents, amis...

Des espagnols sont partis à pied de Madrid pour nous y rejoindre, d'autres espagnols ferons l'A/R retour en avion juste pour la manif, un italien converge également sur Paris à Pied (voir leur trajet ci dessous), des personnes du Bénélux seront également présents.

Nous, résidents français, sachons, par notre présence le 21, montrer que, malgré nos différences, nous sommes unis pour le droit à l'enfant à voir autant ses 2 parents (comme en témoigne Patrick Poivre d'Arvor en fin de PJ[non reçue]).

Unissons-nous !

Toutes les assocs pourront s'exprimer devant les médiats, à la seule condition de ne parler que de la cause que nous poursuivons tous: l'égalité parentale et ne pas mettre en avant son assoc

Thierry Berger

"Thierry Berger" <berger.thierry@yahoo.fr>

***********************************

Le Collectif de la Grue Jaune en son Assemblée Générale Extraordinaire du 16 avril 2016 a décidé d'envoyer une délégation avec Michel Calbry.

Le Réseau Colin Bagnard a été associé à l'intérêt de cette manifestation dès sa programmation par Delphine Boulois et son entourage.

Manifestation a-associative du 21 mai place de la Concorde
Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 14:27
Dernier coup de chapeau à Gérard Chauvel

Catherine, Nicolas Segerie & Maitre Flo, Patrick Guillot, Philippe Veysset & fils, Pierre Besson & Nadine, Rene, Scott, William Bec, Youcef & d'autres ont rendu leurs derniers respects a notre ami defunt Gerard hier le 6 mai. Evidemment c'etait penible. J'ai beaucoup chiale. J'etais content que beaucoup de membres de sa famille etaient presents, mais si tard. Qu'est-ce que ca peut me foutre que Rose vienne voir mon tombeau? Je suis vivant encore. Je prefere encore qu'elle vienne me voir en taule. On fait un accord? Vous me mettez en taule & Rose vienne me voir. J'achete tout de suite. En rentrant dans mon village a 23h, apres avoir discute avec le meme chauffeur de bus avec qui j'ai joue aux billards avant-hier, je voulais bouffer une pizza. La dame avait deja eteint le four, mais une table d'une douzaine de jeunes m'a interpelle: "Viens boire un coup avec nous." Je ne connais pas ces mecs, mais j'ai partage la bouteille de grappa qu'ils avaient sur la table.

"Scott Alexander Gabriel Reiss" <sagreiss@gmail.com>

Dernier coup de chapeau à Gérard Chauvel
Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 12:36
Radiation définitive de Philippe Veysset du Collectif de la Grue Jaune

J’ai le regret de communiquer sur la radiation définitive de Philippe Veysset du Collectif de la Grue Jaune.

En effet, je constate que pour sa convocation en commission disciplinaire, Philippe Veysset ne s’est pas déplacé ni fait représenté. Dûment convoqué par plusieurs moyens qu’il ne pouvait ignorer, il n’a pas répondu de cette convocation. Il feint même ne jamais avoir été convoqué. En effet, refusant de se signaler ce matin à 11h45 à la maison des associations et des solidarités à Paris XIIIème l’ancien président du Collectif de la Grue Jaune entraine des conséquences qui auraient pu être évitées.

L’ancien président du Collectif de la Grue Jaune qui avait déjà été radié provisoirement en sa qualité de membre en réunion du 26 mars, et perdu la confiance en Assemblée Générale Extraordinaire du 16 avril dernier, devait répondre d’une série de griefs :

  • GESTION DES COMPTES ET ADHESION
  • RESPECT DE LA DEMOCRATIE INTERNE DE L’ASSOCIATION
  • CONCERTATION AVEC LES MEMBRES ET LES AUTRES ASSOCIATIONS
  • USURPATION D’IDENTITE ET DE FONCTION
  • ATTAQUES PERSONNELLES

Il est dommage qu’il n’ait pas cherché à justifier une trentaine de points qui auraient pu être expliqués, ni par sa présence, ni par un délégué, ni par écrit.

Des éléments m’ont été signalés depuis la convocation dont la gravité est importante.

  • Sur la GESTION DES COMPTES ET ADHESION
  • Sur ATTAQUES PERSONNELLES
  • S’ajoute le problème déjà identifié par des anciens membres ou associés : REPRESENTATION DES REVENDICATIONS DES ASSOCIATIONS
  • EXCLUSIONS ILLEGALES DE MEMBRES
  • CONVOCATION ILLEGALE D’UNE ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE
  • Malgré signification par voie d’huissier, qu’il n’a plus aucun droit d’utiliser le nom du Collectif la Grue Jaune, de se revendiquer d’aucun titre, PLUSIEURS DECISIONS ILLEGALES malgré les avertissements.

En tant que président du Collectif de la Grue Jaune, j’ai donc le regret de confirmer la radiation de Philippe Veysset qui prend vu les circonstances un caractère définitif.

Si cette affaire devait se retrouver contestée, toutes les pièces de preuve sont conservées à toutes fins utiles.

Je demande donc à tous les membres, à toutes personnes en relation avec le Collectif de la Grue Jaune de prendre toutes dispositions pour informer, rappeler ou bloquer toute manœuvre qui dérogeraient à cet état de fait : Philippe Veysset ne peut diriger ou évoquer aucune action au titre de ce Collectif.

Je suis extrêmement déçu pour tous ceux qui pensaient que le collectif pourrait traverser cette crise sans aller jusque là. L’entêtement de cet ancien membre nous oblige à être rigoureux autant dans les formes que dans le fond.

Nicolas Sègerie,

Porte parole du Réseau Colin Bagnard

Président du Collectif la grue Jaune

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 20:21
Bulletin d'adhésion au Collectif de la Grue Jaune (Individuels ou Associations)

COLLECTIF LA GRUE JAUNE

13 rue Morand, 75011. Paris

Association déclarée J.O. 176-VIII-2013

page officielle (jusqu'à récupération des codes de l'ancien site) https://www.facebook.com/groups/CollectifLAGRUEJAUNE/?fref=ts

(ATTENTION : le site d’origine www.lagruejaune.fr n’est pas actuellement valide par obstruction de membres s’opposants à l’Assemblée Générale du 16 avril 2016.)

Courriel : la.grue.jaune.44@gmail.com

BULLETIN D’ADHESION 2016

Nouvelle adhésion / renouvellement (rayer la mention inutile)

(Toute adhésion souscrite au cours du dernier trimestre,

sera considérée comme réglée pour l’année civile suivante.)

------------------------------------------

■ ADHESION D’ASSOCIATION (cotisation 20 € /soutien 50 et plus)

Nom, sigle de l’Association :

Adresse :

Téléphone :

Courriel :

Site web :

Nom du contact :

Téléphone :

[ ] Nous souhaitons l’insertion de nos coordonnées associatives sur le site du Collectif [ ] OUI [ ] NON

[ ] Nous acceptons que notre signature associative figure sur les communiqués du Collectif

[ ] OUI [ ] NON

--------------------------------------

■ ADHESION INDIVIDUELLE(cotisation 10 € /soutien 50 et plus)

NOM, Prénom :

Adresse :

Téléphone :

Courriel :

Adhérent(e) à une association :

(préciser)

---

Imprimez et retournez votre bulletin 2016

à l’adresse postale du trésorier, Serge Laisney :

Collectif LA GRUE JAUNE

13 RUE MORAND - 75011 PARIS

Je joins un chèque de …………€,

(chèque exclusivement libellé à l’ordre de : Collectif La Grue Jaune)

Je souhaite recevoir un reçu sous format : [ ] papier [ ] numérique

[ ] Je reconnais avoir pris connaissance des statuts et de la charte éthique de l’association

Fait à ………………………………………

le ………. /……….. /…………...

Nom, Prénom

Signature

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 19:24
Message aux membres et sympathisants du Collectif de la Grue Jaune

Le site lagruejaune.fr n'est pas à jour et sans doute pas avant quelques jours pour notre changement de cap (démocratique et conforme aux statuts). Le détenteur des codes ayant décidé de bloquer le site le temps de la clarification (sage décision). J'écris donc depuis le vecteur médiatique de association Réseau Colin Bagnard, mais vous savez que c'est déjà la gazette de tous bagnards de la co-parentalité.

J'invite chacun à reprendre le chemin des origines, calmement ("les enfants nous écoutent!"), pour repartir du bon pied dans cette pérégrination parentale épuisante.

Je rappelle:

nous abandonnons la course présidentielle (peut-être un jour) et nous excusons pour les trois candidats Olivier Munoz Rodriguez, Xavier Martinaud et Philippe Veysset mais nous ne sommes pas prêts manifestement;

nous abandonnons de soutenir la réouverture de la loi dite APIE;

nous conservons le coeur de nos objectifs, le maintien du lien et concrètement dans l'éducation, l'équilibre entre les relations des parents vis-à-vis des enfants en cas de séparation; nous préciserons cela dans le détail en tenant compte des débats et documentations connues;

pour les modalités d'exercice de la co-parentalité en cas de séparation, on a besoin de tous les modes pour trouver les meilleures solutions à chaque cas; donc il n'y a pas lieu de les opposer;

Nous enverrons des délégués à la manifestation du 21 mai concernant la médiation entre autre;

nous organiserons la 4ème marche de l'Egalité Parentale, non pas le 21 juin, mais le samedi 25 juin. Nous verrons avec les nouveaux et les anciens adhérents où et sous quelle forme, en espérant que cette année il y aura une seule manif.

Des débats sont engagés sur un plus long terme pour mieux appréhender sciemment ce qu'il convient de revendiquer; cerner les revendications;

Il y a d'autres décisions et projets qui seront précisées ultérieurement;

Nouveau président du Collectif de la Grue Jaune, succédant à Philippe Veysset, le remerciant pour ses efforts malgré tout; avant le suivant, mais l'essentiel est l'assemblée des membres, qui bouleversée un moment pour clarifier ce qui doit l'être, pour débloquer la situation, retrouvera l'étoile qui nous guidera, vers un changement réel pour les pratiques détestables en cas de divorce ou séparation. Ces querelles nous épuisent et nous discréditeront si l'abcès n'est pas crevé. Sur le fond, nous sommes je crois assez d'accord sur les finalités et les associations ou collectifs, les personnalités, qui y ont contribué ne seront pas oubliées.

Comme encore avec le cas de Evelyne de Macon, un parent comme vous tous et toutes. Comme Frédéric de Rioms. Il faut recentrer notre énergie sur tous ces cas dont le lien pourraient encore se reconstruire et se renforcer vers leurs enfants. Et il y a déjà des oppositions et des menaces. Et tous ces cas qui semblent figés qu'il faudrait reprendre avec d'autres méthodologies et avec toutes ces compétences que je soupçonne ici ou là dans nos réseaux.

C'est pour cela que j'ai accepté ce poste à responsabilité et de coordination sur mes trop petites épaules. Car la souffrance parentale règne encore! Même après des années... Nos problématiques sont lourdes. Le divorce conflictuel est de plomb. Beaucoup de résistance de la part des institutions en place, des forces en présence qui détruisent la famille. Il y a une grosse pierre de meule à faire tourner pour broyer les tenailles qui nous oppressent. Il faudra bien une GRUE pour la remettre en place comme dans un vieux moulin où il faut collecter toute l'eau disponible du ruisseau. La Grue, c'est d'abord vous tous.

Ma position de principe est exposée dans les textes nombreux déjà publiés sur le blog du réseau colin bagnard ou ailleurs. J'ai déjà publié un texte qui reflètent nos premières décisions. Il y a une équipe qui déjà fonctionne. Cela me fait plaisir d'ailleurs. Dans le nouveau bureau, Catherine Chauvel (trésorière adjointe) avait déjà organisé les aspects statutaires et le secrétariat, Michel Calbry (secrétaire) et Serge Laisney (trésorier) ont fait un travail de titan pour cette réorganisation, vous apprendrez à connaître Victor Texeira Pinheiro (chargé de communication).

Avec le collectif de la grue jaune, on vise la représentation nationale de notre mouvement au delà de ses membres;

des membres qui doivent néanmoins être dument identifiés, pour relayer et pour porter tel ou tel projet bien identifié (pas de façon anarchique, mais concertée, avec un responsable de projet),

il y a un espoir réel de faire changer quelque chose dans l'opinion publique, et ensuite dans la gouvernance sur ces questions et l’application au niveau des instances que nous côtoyons chaque jour comme parents. Certains projets pourraient peut-être redémarrer.

J'appelle les parents séparés, pères ou mères, grand-parents et familles, à rejoindre une association locale qui a ou va adhérer au Collectif de la Grue Jaune. Il y a du boulot... pour tout le monde. Pas de chômage chez les bagnards de la coparentalité.

Paternellement ou parentalement, c'est selon,

Nicolas Sègerie,

porte parole du Réseau Colin Bagnard adhérent au collectif

président du Collectif de la Grue Grue Jaune

Délégué du Réseau Colin Bagnard

Message aux membres et sympathisants du Collectif de la Grue Jaune
Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 09:21
CHANGEMENT DE CAP POUR LE COLLECTIF DE LA GRUE JAUNE

Rappel historique :

Le Collectif La Grue Jaune est un mouvement qui s’est cristallisé au niveau national suite aux évènements des « pères perchés » de Nantes en février 2013 qui a donné un grand espoir aux nombreux parents séparés, pères, mères, et grands-parents. Enfin les média parlaient du souci des pères séparés de leurs enfants pour cause de divorce ou séparation. Si des difficultés de gestion dans son dossier parental de Serge Charnay (à qui nous pensons, immobilisé), initiateur, car il faut s’imaginer ce que c’est que d’aller voir ses enfants dans un lieu qui apparait d’abord comme une sorte de prison, il n’en reste pas moins évident que Serge a catalysé le renouvellement de cette cause.

Les responsables associatifs des associations du « mouvement des pères » (n’excluant pas les mères) et beaucoup de personnes concernées se sont réuni dès mars à Paris pour définir la structure qui pourrait porter nationalement cette cause après des années de désespérance malgré les tentatives de nombreuses organisations appelées à rejoindre ce mouvement de représentativité national.

Initialement autour de Nicolas Moreno ayant grimpé sur les grues Titan, des propositions ont été faites par plusieurs responsables de fédérer les différents mouvements nationaux. Gérard Ollivier pour un collectif informel avec direction collégiale. Scott Reiss, (dont la mère April Reiss est montée sur une grue de Nantes!) tout de Rose vêtu en pensant à sa fille, a fait une proposition de statuts (sous la forme du CopCo, Collectif pour la Co-Parentalité) qui existe jusqu’à aujourd’hui. A partir de ce noyau juridique les responsables venus de toute la France ont décidé d’un Collectif la Grue Jaune fonctionnant autour de projets tels que la Marche de l’Egalité Parentale, évènement annuel devenu incontournable.

Lors d’une réunion d’Assemblée Générale au Sénat en novembre 2013, qui a réuni une dizaine d’organisations, sur la vingtaine en synergie, nous avons décidé que tous les responsables en accord avec les orientations de l’époque clairement définies (résidence alternée de plein droit, déjudiciarisation, médiation,…) puissent lors des opérations en connaissance de cause des cas, être porte parole du Collectif. Mais une scission est apparue importante avec la fédération SOSPAPA sur l’objectif de déjudiciarisation, enlisée dans des procédures de légitimité qui sont tentées d’être recadrées avec l’émergence du Collectif Génération Co-Parentalité (avec celui des Enfants Déchirés de Corse). Sont apparues au sein du mouvement des organisations telles que la Fédération Nationale De Défense Des Droits Des Pères de Xavier Martinaud Et Des Familles ou le Collectif des femmes en faveur de la pour la résidence alternée (1600 mères) avec Stéphanie Hain.[1] Le collectif la Grue Jaune est vraiment paritaire. Ainsi que des bénévoles comme Jean-Paul Conan capables de faire le relai de l’information par l’informatique comme le groupegmail, Patrick Guillot du Groupe d’Etudes des Sexismes, ou le blog des « bagnards et bagnardes».

Pendant ce temps, dans une sorte de Printemps des pères, des opérations fleurissent partout sur le territoire national et même au-delà et touche nos voisins italiens, anglais, belges, suisses, grecs… Des contacts internationaux s’établissent pour la suite… Tantôt une grue, un puits de mine, une cheminée, un palais de justice, un arc de triomphe, un site naturel, une cathédrale, un pont, … Les cartes du Réseau Colin Bagnard n’arrivent plus à suivre.

A Lyon, en avril 2013 un porte parole national Philippe Veysset a été désigné autour de 8 propositions décidées ensemble à revendiquer au gouvernement et aux parlementaires ; tâches assidues accomplies par Sébastien Ledoux, le porte parole et surtout feu François Ciesielski. La Marche de l’Egalité Parentale les portera en chantant au ministère de la justice en juin 2014.

Des participations à candidature des élections municipales 2014 (Fatiha Benamar à Saint Priest, François Ciesielski à Villeurbanne[2]) ou sénatoriales 2014 (autour de Catherine Chasseboeuf, ou Patrick Levacher, Sébastien Dolo (élu conseiller municipal à Saint-Pair-sur-Mer!), Jean Le bail [3]) augmenteront l’audience publique mais pas encore la compréhension de la cause Co-Parentale.

En juillet 2014, des statuts préparés par Catherine et Gérard Chauvel de Jamais Sans Papa de Valence ont été déposé, avec Philippe Veysset comme président statutaire pour servir la cause pour porter la cause pour la loi famille et plus tard la loi APIE ([4]), réclamant un statut associatif pour avoir droit d’assister aux débats. Le collectif a été ensuite contesté dans ses orientations initiales, notamment sur la question des revendications à rouvrir le débat sur la loi famille APIE qui pour la plupart des mouvements constitue une régression pour les revendications des parents séparés.

En 2015, Marouan Kharchich a organisé à Lyon avec le soutien de membres du collectif une manifestation qui a réuni dans la bonne humeur.

Ce début d’année le colloque dit improprement Daddy’s Day (puisqu’elle s’adresse aussi aux mères concernées) a permis au président Veysset de faire acter, mais sans décision statutaire, l’organisation de candidature pour l’élection présidentielle. Trois candidats se sont présentés.

Le Collectif avait réuni plus d’une vingtaine de mouvements autour de projets, une trentaine en lien constant, et n’est plus représenté à cette AGE que par quelques associations, Jamais Sans Papa, Réseau Colin Bagnard, Au Nom du Peuple la dernière ayant adhéré, ANVEDJ (en cours de régularisation) et DESPA objet d’un contentieux (les versements annoncés ne sont pas vérifiés dans les comptabilités). Beaucoup ont quitté le collectif (comme Père Enfant Mère suite à l’impossibilité de manifester ensemble lors de la 3ème Marche de l’Egalité Parentale). D’autres mouvements attendent que le fonctionnement du collectif retrouve l’engouement de début autour d’objectifs consensuels. Des dysfonctionnements sont apparus qui bloquent le fonctionnement interne et la coordination nationale des mouvements.

L’Assemblée générale Extraordinaire du 16 avril 2016

L’Assemblée générale extraordinaire a été convoquée par plus d’un quart des adhérents à jour de cotisation conformément aux statuts. Habituellement c’est le président qui convoque ; ce qu’il a fait tenté de faire pour ce jour tout en ayant perdu sa qualité de membre et refait depuis cette fois sans légitimité).

Cette assemblée qui a réuni strictement largement le quorum (incontestable de /21) s’est tenue régulièrement le samedi 16 avril 2016 à partir de 10 heures à Paris maison des associations du IVème arrondissement. Le président de séance Nicolas Sègerie, adhérent au titre de l’association Réseau Colin Bagnard, le moins impliqués des membres du bureau associatif présents dans le conflit interne, a été désigné, pour prendre l’ordre du jour prévu devant débattre en particulier de ce conflit, le secrétaire de séance étant Pierre Besson. La réunion a authentifié que le quorum requis a bien été réuni, en vérifiant les procurations, pour valider les décisions qui seraient prises par cette Assemblée générale Extraordinaire. Certaines procurations ne pourront pas autoriser la participation au vote du fait malheureusement d’absence de cotisation à jour mais seront prises en compte à titre consultatif.

A 10h30, suite à une intrusion incongrue, (mais prévisible) de plusieurs personnes dont on ne peut pas vérifier l’inscription comme adhérentes sur la listes à jour selon la comptabilité vérifiable de l’association (Philippe Veysset lui-même avec Rémi Deschamps et Angelo Mauti). Irrespectueux des règles élémentaires de cordialité et d’évidence avec le but de contrer cette assemblée, en évoquant la convocation d’une autre AGE dans le même lieu, avec des ordres donnés au président de séance, ne respectant pas l’ordre de préséance et les formes démocratiques associatives; de plus trop bruyante pour les assemblées des salles voisines car ayant entrainé leur intervention et celle du directeur du centre nous accueillant, a obligé à une suspension de séance et à quitter ce lieu provisoirement.

Après nous être excusés et expliqués auprès des personnes dérangées, nous avons tenté de trouver un accord amiable pour nous réunir avec les membres supplémentaires sous la responsabilité du président de séance ne lâchant pas sa responsabilité. Malgré les efforts de diplomatie, l’intervention afin de médiation par Raphaël Terrien (adhérent) et Angelo Mauti (se croyant de bonne foi adhérent au titre de l’association qu’il dirige ANVEDJ[5]), autour de la pause méridienne normalement qui aurait pu entraîner un accord sous de meilleurs auspices, l’échec de la médiation a été constaté par le président de séance Nicolas Sègerie. Nous nous sommes retirés dans un autre bistrot parisien et revenu dans le lieu initial à partir de 14 heures.

Après vérification du quorum suite à quelques départs (dont Raphaël Terrien, entrainant malheureusement celle de la délégation de Catherine Chauvel pour JSP), nous avons repris la séance. L’ordre du jour s’est régulièrement épuisé avec des décisions donnant un cap renouvelé du Collectif de la Grue Jaune, tenant compte de son passé et du diagnostic de ses actions.

L’ordre du jour tenu, extrait vous est fait de quelques décisions:

Le diagnostic des éléments positifs et à revoir a été passé au crible.

Une clarification des statuts a été amorcée suite à des anomalies et à un manque de clarté des objectifs.

Les projets de l’association ont été reprécisés.

La présentation d’un candidat à l’élection présidentielle suspendue, remise à plus tard si les conditions de notre représentativité étaient mieux réunies,

Les revendications de réouverture de la loi APIE sont abandonnées.

La Marche de l’Egalité Parentale maintenue mais décalée pour le 25 juin 2016.

Vote de défiance et suspension des concernant l*

Un nouveau bureau a été entériné à l’unanimité:

Catherine Chauvel, absente mais représentée, mais dont le porteur de procuration a quitté la réunion, maintenue trésorière adjointe,

Michel Calbry secrétaire,

Serge Laisney, Trésorier,

Victor Pinheiro Texeira, chargé de communication

Un chargé de relation internationale

avec la nouvelle présidence de Nicolas Sègerie.

Nicolas Sègerie

(Nouveau) Président de Collectif la Grue jaune

Porte parole du Réseau Colin Bagnard (association adhérente)

[1] Compte rendu http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/article-compte-rendu-d-a-g-au-senat-du-collectif-la-grue-jaune-le-16-novembre-2013-121159538.html

[2] www.rhone.gouv.fr/content/.../69_listesprovisoires_com060314.pdf

[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_s%C3%A9natoriales_de_2014_dans_le_Calvados

[4] Loi famille APIE : relative à l'Autorité Parentale et à l'Intérêt de l'Enfant

[5] Association Nationale des Victimes des Erreurs et Dysfonctionnements Judiciaires

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 14:49
Grève de la faim et pétition d'une mère pour dénoncer la lenteur judiciaire et les Eloignements Géographiques Volontaires

Evelyne Jeudi est une mère du Mâconnais qui s’est trouvée séparée de son compagnon et brutalement de son fils alors qu’il avait deux ans. Malgré de nombreuses procédures, elle n’a pu empêcher que « la stabilité » supputée de son enfant avec son père évoqué dans le dernier arrêt de la Cour d’Appel persiste à durer et ne puisse être remis en cause jusqu’à maintenant, « la chose jugée » étant difficile à retourner. L’enfant depuis a maintenant cinq ans.

Dans le "mouvement des pères", ce n’est pas le cas le plus courant. Mais à l’examen des éléments, il apparait que ce n’est pas qu’une question de genre comme certains ont trop tendance à le supposer quand un père se trouve dans ce cas, il est de fait des dossiers qui semblent entachés de curieuses anomalies.

Résumons-nous :

=> DENI D’AUTORITE PARENTALE (quand un parent part sans tenir compte et contre sa volonté de l’avis de l’autre parent, là couper la mère de contact et toute communication avec l’enfant pendant des durée inacceptables)

=> EGV (ELOIGNEMENT GEOGRAPHIQUE VOLONTAIRE) (prendre l’enfant et l’amener dans un autre lieu de vie sans obligations majeures)

=> ACCUSATIONS MENSONGERES (obtenir des décisions en proférant des éléments sur l’état psychiatrique de la mère, contestée depuis par les psychologues et psychiatres qui ont examiné la « patiente » imaginaire)

=> ARGUMENTS DU CONTRADICTOIRE OUBLIES DANS LES PROCEDURES (les bases de la procédure en justice)

=> LENTEUR DES PROCEDURES JUDICIAIRES (en conséquence d’entériner les décisions de résidence de l’enfant chez le père, volée sur des bases frelatées).

Des hypothèses peuvent être supposées sur ce curieux dossier.

=> AGISSEMENT EN RÉSEAU D’INFLUENCE?

La pétition lancée par Evelyne (lien bas page) indique que : « L'issue de cette procédure aurait été différente, si la France avait suivi la recommandation du Conseil de l'Europe relative à la prévention et à la résolution des conflits sur le déménagement de l'enfant ». D’autres conventions peuvent être évoquées pour venir au secours de cette mère désespérée devant l’inefficacité, et de l’application des conventions internationales, semblant être remplacé par un spécifique « droit local marseillais ».

Bien que : « Le procureur de Marseille et le Ministère de la Justice ont été alertés de cette situation, mais rien n'a avancé, ... », Evelyne ressent une immense lassitude, empêtrée dans ces procédures qui semblent avoir des rouages grippés par on ne sait quelle poisse.

La Collectif de la Grue Jaune a été saisi de cette affaire. Son secrétaire Michel Calbry (06.52.08.35.69) sera présent avec Evelyne (06.20.47.05.39) pour la soutenir dans cette nouvelle épreuve depuis trois ans :

UNE GREVE DE LA FAIM

Pour garantir une impunité sur les dysfonctionnements d’une instabilité organisée par l’entourage du père dans la vie de l’enfant, on entérine la situation de fait en utilisant l’argument de la nouvelle « stabilité » de l’environnement de l’enfant, acquis par trois ans de lenteur de procédure qui ont laissé courir les anomalies sans nullement les bloquer dans leurs conséquences. Voilà résumé un cas de figure fréquent.

Sous conseil d’un avocat trop souvent qui a oublié ou qui n’a que faire de la déontologie pour son chiffres d’affaire, une association prête à mal faire car idéologisée, un membre de la famille partie prenante qui ne mesure pas les conséquences persistantes de la séparation conflictuelle chez l’enfant, un membre influent dans un réseau mal défini dans ses finalités affichées comme philanthropes mais aux portées diaboliques au sens étymologique, le parent qui apparait « comme le plus diligent », ce parent s’ingénie à trouver une accusation, souvent soufflée, qui donnera « droit » contre l’autre parents, pour l’emmener à être exclus de la vie de son enfant et à déchirer le couples parental alors que le couple conjugal a explosé.

Le mouvement de l'égalité parentale a une autre idée de la justice familiale.

*********************************************

Extrait de la Pétition :

Evelyne demande au Ministère de la Justice de procéder au ré-examen au fond de la décision de Justice concernant la résidence principale de mon fils T----- , [---]


/l'enfant/ est privé, depuis l'âge de deux ans, de son droit de vivre auprès de moi ; il réside à 520 kms, et de par cet éloignement, ne peut profiter de ma présence, mon amour et mes soins maternels que 10 semaines par an, avec des coupures de liens affectifs de 7 à 8 semaines entre chaque période de vacances scolaires..
La résidence principale de /l'enfant/ , très jeune enfant, a été fixée au domicile de son père.
---
L'issue de cette procédure aurait été différente, si la France avait suivi la recommandation du Conseil de l'Europe relative à la prévention et à la résolution des conflits sur le déménagement de l'enfant : CM/ Rec (2015) 4.

Fin janvier 2013, le père de T----- a quitté le domicile familial, le laissant âgé de 2 ans, à ma seule garde ; mais 11 jours après, le père est revenu prendre /l'enfant/ chez la nourrice agrée.

Sans m'en avertir au préalable, le père a éloigné /l'enfant/ du domicile familial de 520 kms, et a fait obstruction à tout contact Le père a ainsi changé, du jour au lendemain, les conditions d'existence de notre enfant.

Provisoirement la résidence de /l'enfant/ au domicile du père, --- vu le 'blocage' du père, /l'enfant/ n'a pu me voir que dans un centre médiatisé, en moyenne 7 heures par mois, pendant 1 an ;


Après 3 décisions provisoires, la JAF a rendu sa décision définitive après remise de l'expertise : il aura fallu attendre une année complète, alors que l'examen de chacun des parents a duré 2 heures !--- Bien que l'expertise psychiatrique contredise de façon évidente les assertions à mon encontre, ---


En septembre 2014, la Cour d'Appel d'Aix en Provence a rejeté ma demande tendant à voir transférer la résidence de /l'enfant/ à mon domicile, en se bornant à affirmer que /l'enfant bénéficiait d'une réelle stabilité auprès de son père, et sans répondre à de très nombreux arguments de mes conclusions.


//oubliant// --- une réelle stabilité auprès de moi, mais ne conteste pas ; elle souligne cependant mes capacités parentales.

En novembre 2015, la Cour de Cassation a rejeté mon pourvoi, en confirmant que l'intérêt de ce très jeune enfant, qui bénéficiait d'une réelle stabilité auprès de son père, commandait de ne pas changer ses conditions d'existence.

--- et révélant un délai excessif des procédures.


---// l'enfant/ ne peut être auprès de moi que 10 semaines par an, le père refusant catégoriquement tous arrangements, et s'en tenant au strict minimum réglementé.

En mars 2015, la JAF a refusé une médiation familiale entre le père et la mère, et un élargissement de mes droits de visite et d'hébergement.

Premier semestre 2015, des investigations éducatives aux domiciles du père et du mien confirment les arguments --- jamais pris en compte :
le père a des horaires de travail amples, /l’enfant/ est pris en charge par ses grands-parents paternels, âgés de 80 ans, ...


*******************************************************

La pétition d'Evelyne JEUDI, La Maman de l'enfant :

(n'oubliez pas de signer)

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Mr_Jean_Jacques_URVOAS_Garde_des_Sceaux_Ministre_de_la_Justice_Reexamen_de_la_decision_de_Justice_tres_surprenante_conce/

Grève de la faim et pétition d'une mère pour dénoncer la lenteur judiciaire et les Eloignements Géographiques Volontaires
Evelyne fait une grève de la faim place st Michel à Paris à partir du samedi 23 avril 2016

Evelyne fait une grève de la faim place st Michel à Paris à partir du samedi 23 avril 2016

Le Collectif de la Grue Jaune soutient Evelyne

Le Collectif de la Grue Jaune soutient Evelyne

Grève de la faim et pétition d'une mère pour dénoncer la lenteur judiciaire et les Eloignements Géographiques Volontaires
Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 09:24
Prévention alors qu'un enfant est récupéré par la force publique

(mise à jour du lundi 25 avril alors que les menaces sur le père se précisent: mis au arrêts, suppression de la garde avec les visites pendant les vacances)

article original du 22 avril ici: => Alors que les forces de l’ordre viennent en ce moment même se faire restituer un enfant chez son père ayant dépassé le délais de restitution suite à un jugement de droit de visite et d'hébergement (moitié des vacances), une négociation est en cours pour restituer l'enfant selon une mesure conservatoire de manière qu'il soit placé provisoirement dans une structure d’accueil d'urgence provisoire d'Auvergne pour le protéger contre une situation à risque avérée auprès de sa mère dans le ressort de Nancy.

______________________________________

SIGNALEMENT PAR

Lyon, le 20 avril 2016.

ASSOCIATION RESEAU COLIN BAGNARD

Pour la sauvegarde du lien des enfants

avec leurs deux parents

dans les familles séparées divorcées

Siège : 33, rue Sœur Janin, 69005 Lyon

reseau-colin-bagnard@orange.fr Tél. : 06.68.71.31.21.- 04.27.89.48.33.

Nicolas Sègerie

Président du Réseau Colin Bagnard,

Représentant du Collectif la Grue Jaune.

Objet : SIGNALEMENT DE DEUX ENFANTS EN SITUATION DE DANGER LAISSES EN SITUATION PAR DES INSTITUTIONS MALGRÉ PLUSIEURS SIGNALEMENTS.

-POSSIBLE NON ASSISTANCE A ENFANT EN DANGER-

Fax A MONSIEUR LE PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE

TGI DE CLERMONT-FERRAND

Monsieur le Procureur de la République,

Suite à la saisine de Frédéric E------------ (père séparé) et de sa mère Dominique J--------- à l’association, j’ai été marqué par des éléments préoccupants au sujet de son fils K----- E--------- et de son demi-frère L----.

Un dossier que je connais depuis plusieurs années par l’intermédiaire d’un membre collaborateur responsable longtemps d’une association auvergnate aux objectifs similaires qui s’est impliqué sur ce dossier pour soutenir ce père.

Lorsque j’ai été saisi par la famille, il y a quelques semaines, apprenant que cette affaire n’était toujours pas prise en compte au titre de la prévention des maltraitances, j’ai demandé à compléter le dossier. J’ai de suite pensé qu’il s’agissait d’un cas où un signalement devait être fait immédiatement. Or je me suis aperçu dans ce dossier que toutes les institutions avaient déjà les éléments principaux du dossier et avait déjà fait des signalements ou avaient compris qu’il y avait qu’il y avait une incohérence et manifestement d’après ces intervenants un réel danger pour les enfants. Je me suis alors réservé de multiplier les saisines car inefficaces et rechercher pourquoi il y avait cette situation de blocage dans ce dossier.

Dossier qui met en scène :

  • Procédures aux affaires familiales et aux juges aux enfants pour « garder » (la mère) ou « récupérer » (le père) l’enfant K-----,
  • Multiplication de NRE (non représentation d’enfants) de la mère vis-à-vis du père doté de l’autorité parentale,
  • Crises « psychologiques » à but médiatique du père pour faire pression (inadapté mais compréhensible) pour les plaintes pour « non représentations d’enfants », (menaces à suicide ou verbales contre le procureur du lieu où vit l’enfant) [menaces déjà condamnées],
  • Violences conjugales (au sein du couple mère-compagnon où vivent les enfants),
  • Conséquences psychiques pour l’enfant (bilan scolaire, rapport médical,…)
  • Rendez-vous médicaux uniquement préoccupation de la mère que si période judiciaire,
  • Eléments de transfert des dossiers médicaux et de soutien en continu au plan scolaire type AVS (aide de vie scolaire)
  • Probables mêmes conséquences pour son demi-frère L-----,
  • Ambiance pathologique et addictive (drogue, alcool, etc…) de la mère,
  • Longue rétention d’information (dossier médical, dossier scolaire, greffe … par réseau d’influence),
  • Lenteur et multiplication des audiences au TGI de Nancy suspectes,
  • Expertises et avis aux conclusions curieuses (maintien d’AEMO et obstruction),
  • Rapports d’enquêtes TRES préoccupants (gendarmerie, police, brigade des mineurs, Renseignements Généraux…) inefficaces dans les saisines,
  • Expertises psychologiques non suivies (Cour d’Appel, hôpital, …),
  • Nouveau compagnon de la mère au passé judiciaire chargé (drogue, violence), toujours présent au domicile de la mère, malgré jugement pénal,
  • MISE A JOUR => ELEMENT NOUVEAU DANS CE DOSSIER en faveur du père: le nouveau compagnon de la mère avec laquelle il a un deuxième enfant a été interdit de se rendre au domicile suite à des violences commises sur la mère, mais il revient sans cesses au domicile (d'après des témoignages circonstanciés)
  • Influence illégale de personnes dotées de l’autorité publique sur du ressort de Nancy où vivent les enfants et d’un ressort (Nancy) à l’autre (Clermont-Ferrand), impliquées personnellement dans le dossier,
  • Classement de plaintes émanant du père ou la grand-mère,
  • Lettres infructueuses aux administrations, collectivités et préfectures,
  • Intervention de délégués associatifs selon des formes axée sur l’aspect médiatique plus que le sanitaire,
  • Pression sur la famille et les intervenants pour masquer la gestion suspecte de ce dossier depuis trois ans au moins,
  • Tentative par pression pour faire disparaître des éventuelles preuves judiciaires

(Indice qu’une enquête doit être menée d’urgence).

NB : Tous ces éléments là, les principaux, les TGIs de Nancy et de Clermont-Ferrand les ont, il est totalement inutile que je les joigne encore.

C’est pourquoi, sans même rappeler les éléments de base et les documents de ce dossier partagés par beaucoup de relais, avec les risques de toute nature connus (Fiona…) pour ce genre de dossier (12 ans d’expérience), je vous prie de prendre d’urgence une prévention au titre du code de la santé publique en oubliant celles des procédures judiciaires non prioritaires dans cette affaire en confiant provisoirement et immédiatement le placement chez son père (comme il l’a d’ailleurs demandé), ou à défaut à sa famille comme le prévoit la loi (grand-mère), qui réunissent les conditions normales d’accueil (logement, école, AVS, environnement) pour cet enfant traumatisé. Il semble qu’il y ait une inversion dans cette affaire qui dure trop.

Nicolas Sègerie

Porte parole du Réseau Colin Bagnard / responsable au Collectif de la Grue Jaune.

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 08:42
Témoignage d’un « père perché » réservé sur la Grue Jaune : Stéphane Joly

Quels que soient les niveaux d’éducation, les opinions politiques, les croyances cultuelles, tout papa ou toute maman a un droit inaliénable d’avoir accès à ses enfants; exceptionnellement au moins connaitre leur devenir et avoir des informations au titre du droit de surveillance dans les cas spéciaux au titre de la prévention de maltraitance.

Parmi les « pères perchés » certains refusent ou sont réservés à entrer dans une association ou une fédération d’association. En début d'année, Stéphane Joly a posté un commentaire sur ce blog qui sera pris tôt ou tard en compte.

--------------------------------------------------------------------

[les soulignements en gras sont de RCB]

Joly • 04-01-2016 05:20 • en commentaire au texte en ligne sur la Primaire de la Grue Jaune pour l'Election présidentielle 2017

Une élection présidentielle pour la grue Jaune 2017


mais pourquoi et surtout quel est le but à ceci pour constat la grue Jaune ce disant venant en aide à tout parents dévalorisés en justice familiale a fait du parti prenant sur certain pères comme sur certaine mères depuis 2013, j'ai été évincé suite d'avoir aussi organisé plusieurs actions pour une réelle cause égale en justice familiale en droits pères/mères/familles hors cela à beaucoup dé-plus puisque des équipes de grimpeurs ne mon jamais invité à aucune grimpe organisé autre que par moi même,j'ai du combattre l'hypocrisie a tout les niveaux comme j'ai pu le faire avec ceux et celles qui l'ont fait à mon coté et sa à été un long parcourt ou la demande de la grue jaune reste basé sur un souci de charge alterné principalement alors que je combat tout du mot injustice en justice familiale soit l'infériorisation des pères comparativement à la majorité mères ayant droits à tout d'un juge familiale en France comme en Europe, si la majorité femmes et mères prime de gain de cause même quand certaine d'entre elles sont coupables d'êtres aussi cruelles que misandres il me parait sage de me battre avec des gens qui ne diviserons pas papa et maman et qui n'oublierons pas que derrière chaque papa et maman privé d'enfants existe aussi une famille privé d'enfants ceci est plus qu'injuste car aucun magistrat ne peu ce justifié de telles privations d'enfants surtout dans la durée quand en exemple le parent privé d'enfants n'a commis absolument aucun délit de loi et ne subit qu'allégation d'ex épouse ou inversement, il est grand temps que la grue jaune progresse dans sa formulation en réclament que l'égalité soit faite en justice familiale via la politique complice des ingratitude faite contre la parité principalement et que la justice dans sa globalité exige enfin une sanction a toute personne hommes ou femmes ne respectant pas la vu et les liens avec enfants aux seconds parents avec des sanctions sévères mais égale aussi bien pour les pères que pour les mères pénalement comme en justice familiale, il faut réclamé de même que la fonction d'un magistrat de justice familiale est le pouvoir de sanction contre l'abus car en effet un magistrat vice président du tgi de montargis ma indiqué dernièrement qu'un juge familiale ne peu pas sanctionné l'abus d'une mère contre un père du tout n'étant pas un juge pénal (chercher l'erreur elle est énorme), donc l'alternance de charge d'enfants est une vrai possibilité pour deux parents de voir leurs enfants quand les deux parents s'entendent mais hélas l'enfant qui devra partir un coup chez son père et un coup chez sa mère finira souvent par en avoir marre de ceci d'après toujours ce vice président du tgi de montargis, je précise que je n'est jamais renoncé a me battre pour existé comme tout parents doit pouvoir existé pour voir et voir des liens avec ses enfants, je me bat pour deux fils orientés a me tué ceci fut enregistré et validé téléphoniquement par le tribunal de grande instance de montargis pour la précision mais affreux constat l'abus d'une mère peu durée car personne ne la sanctionnera dans le temps de ceci dans la magistrature le pénal ne prendra pas compte de plaintes d'hommes battus ou autres plaintes contre ex épouse abusant de droits comme d'autorité, ceci laisse la porte ouverte a tout les vices y compris le zapping totale fait contre chaque pères arrivant en audience JAF pris sous huis clos et ou souvent le ou la juge dira à ce papa de baissé la tête d'entré et de ce taire qu'il n'a rien a dire en revanche tout le monde écoutera avec attention l'ex épouse qui pourra si le désire et sans le moindre justificatif dire un peu tout et surtout n'importe quoi pour rayé de la vie des enfants le papa (ceci est très très fréquent hélas) et oui tout les pères ne sont pas des gens diaboliques ou violents certaine mères sont bien pire psychologiquement et physiquement contre leurs ex époux quand utiliserons enfants et amant pour nuire à l'ex époux ceci est aussi chose très très fréquente et non sanctionné évidement,la charge d'enfants dite aménagé donne la possibilité aux deux parents de pouvoir revoir et avoir un lien pour leurs enfants quand les deux parents vivent loin question distance entre eux, la médiation tout comme le principe de I comme identité ce révèlerons immédiatement être un énorme échec en face d'un(e) ex récalcitrant(e) et dans l’abus de pouvoir et d'autorité contre le second parents il faut resté clair donc oui ce battre pour une vrai cause juste et solidaire ACTIVE sur le terrain ENSEMBLE et partout je dit OUI pas évincé parce que je dois ou pas plaire a des Jean le bail ou de Stéphane Iltis les clans divisé je laisse sa a Pétain c'est pas mon truc dsl, donc je ne postule pas pour une présidence de la grue jaune je reste indépendant que ceci plaise ou non je ne dépend de personne sauf de moi même et de mes actions faite ou à faire dans l'avenir, je participe aux actions entreprise quand j'y suis invité et quand on ne me menace pas de mort pour m’empêchè d'y parvenir " " il est vrai que certain d'entre nous avons eu de l'impact médiatique et alors est ce normale que depuis 6 ans en aout 2016 je n'aurai jamais vu du tout deux fils parce que l'ex peu dire et ne rien prouvé de c'est dires et qu'en prime des pères s'organisant oublie bien de me joindre a leurs action parce que j'ai envie de hurlé ma peine dans un mégaphone a coté d'autres parents dans la même situation dramatique que moi qu'il sois des pères ou des mères peu m'importe je me bat avec des familles toutes entière si il le faut pour que les enfants est papa et maman et une famille, alors quand la grue jaune saura pensé un peu aux parents comme moi qui ce sont au moins bougé les fesses pour faire des actions énormes plutôt que de nous envoyé dans un placard ou toute les solidarité laisse place a un rejet sur un père déjà bien brisé, vous aviez la chance incroyable dans avoir un qui a une compagne et 5 enfants avec lui la preuve que la justice familiale est une sournoise perverse menteuse qui retire des enfants à de très très bons parents d'autant plus que mon casier judiciaire est tout blanc comme neige et qu'enfin je peu brisé la glace quand je suis en action avec des parents en hauteurs ce genre d'action que je fait non par plaisir mais parce qu'il en faut tout simplement plus que moins pour changé les choses et vous le savez tous et toutes très bien, a un moment personne ni croyais pour la cathédrale a Orléans mais qui a fait mieux depuis = personne et je sais refaire ce que j'ai fait sans choix de camarades qui participe est toujours bienvenu voila ce qu'est ce battre tous et toutes ensemble quand au région nord et région sud de France il faut cessé les clans et ce battre contre l'ingratitude des avocats et magistraux véreux qui pullule de partout et non en groupe car en groupe c'est comme mettre un père triste devant une armé de CRS furieux, il faut pour une justice égale a tout niveau pour la vu des enfants pères et mères que tout le monde ce surpasse mais ensemble l'avenir des enfants dépend pas du voisin mais de tout le monde quelque soit le sexe parentale a vous de savoir pourquoi vous bous battez et surtout contre qui (les pères privés depuis 6 ans d'enfants sans justificatif d'ex femme ou des magistaux et avocats véreux qui pourrissent vos et nos vies pour du pognon ? je reviendrai dans la cause quand on ne me traitera plus comme un sous humain ni un sous parent je suis un père qui aussi aime tout ses enfants pas juste ceux vivants sous mon toit ! la grue jaune est une belle chose mais dois amplifié sa puissance par une demande plus globalisante pour une égalité totale pas juste partielle de droits égaux on veux êtres les parents de nos enfants et vous ?



faite moi signe que lorsque l'égalité ne laissera plus sa place au clans de copains dans la grue jaune j'aime en effet que toute la parentalité subissant l'ingratitude JAF puisse ce battre a mon coté par juste le pote de quartier pour le détail de précision et les femmes aussi victimes que nous peuvent également ce battre a mon coté le droit des familles à existé pour l'enfance c'est MAINTENANT !



De Stéphane Joly

Souvenir de 2013: https://www.facebook.com/photo.php?v=10200744120838531

[RCB : Dans un avenir proche, un contact spécial sera mis en place au Collectif de la Grue Jaune pour donner une suite à ces revendications légitimes d’un père représentants beaucoup d’autres pères restés silencieux et non grimpeurs]

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans Grue Jaune
commenter cet article
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 15:37
Catherine Chauvel (Jamais Sans Papa) au centre, lors du retour de la Marche pour l'Egalité Parentale juin 2015
Catherine Chauvel (Jamais Sans Papa) au centre, lors du retour de la Marche pour l'Egalité Parentale juin 2015

Avec la préparation de l'Assemblée Générale Extraordinaire du Collectif la Grue Jaune du samedi 16 avril 2016, Catherine et Gérard Chauvel, qui ont participé à la formalisation statutaire de l'association en créant les statuts en juillet 2014, réagissent aux tergiversations internes.

Bonjour,

Je ne serai pas présente demain puisque je travaille.

Je n’ai pas souhaité m’exprimer davantage par courriel et répondre à untel ou untel considérant que tout ceci était une tempête dans un verre d’eau et, bien loin de ce pourquoi je me suis engagée pour le mouvement des pères il y a 19 ans.

Le Collectif de la Grue est une association crée par des hommes et des femmes de bonne volonté, responsable d’associations afin d’une part d’avoir une existence légale vis-à-vis des pouvoirs publics mais également pour pouvoir avoir un rôle d’information sur les différents projets de loi en cours.

Je rappelle que l’association n’a pas pour la vocation, ni la structure pour se substituer aux associations locales ou régionales qui accueille des particuliers et apporte un soutien.

Aujourd’hui l’association ne peut plus remplir sa mission première et les adhérents en sont choqués et s’en détournent.

Notre association a globalement 15 adhérents à jour de leur cotisation en 2016 [note RCB: en fait quelques une de plus], elle a des statuts qui existent et qui peuvent sans doute être améliorés, un bureau, un compte bancaire et un site internet qui fonctionne. Des outils de communication encadrés vis-à-vis d’associations amies et des adhérents sont nécessaires afin d’être tenus informés de ce qui se passe.

Nous n’avions pas jusqu’à présent de responsabilité civile car nous n’en n’avions pas les moyens ; or j’apprends qu’on en a souscrite une sans que le bureau en ait été informé. Des personnes se mandatent pour réaliser certains actes, des courriels calomnieux circulent à l’attention des adhérents pour discréditer telle personne ou telle façon de faire.

Pour moi, une association est un lieu d’échange et de liberté conforme aux fondements de la Déclaration du Droit de l’Homme et du Citoyen de 1793. L’échange avec certaines personnes du bureau ne traduit pas cet état d’esprit.

Nous sommes tous et toutes victimes des dysfonctionnements de la Justice et nous trouvons encore le moyen de nous blesser mais au nom de quoi ?

J’ai honte du spectacle que l’on donne sur les réseaux sociaux, dans les courriels ou les courriers postaux.

J’espère que vous saurez tous raison garder et faire en sorte que tout ce pourquoi des centaines de bénévoles se sont battus et se battent encore, ne soit pas vain et subsiste après cette assemblée générale extraordinaire.

Nous souhaitons l’égalité parentale réelle et n’oubliez pas que seule la victoire est belle !

Catherine Chauvel

Militante et femme libre

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 09:15
L'enquête d'Au Nom du Peuple au TGI de Lyon
L'enquête d'Au Nom du Peuple au TGI de Lyon

Jeudi 14 avril 2016, devant la trop fameuse adresse du 67 de la rue Servient que les bagnards et bagnardes de la région lyonnaise connaissent bien pour y avoir usé le dallage et qui reste toujours rénové, le Tribunal de Grande Instance, une délégation d'Au Nom Du Peuple filtre les "visiteurs" comme une ultime prévention avant les policiers du plan vigipirate, forts vigilants ce jour là, une caserne de CRS postée aux abord, une bonne dizaine de fourgons, à cause d'une manifestation autrement plus risquée. Les questions de salaire font rue comble, pas les familles.

Corinne Morel et les autres membres de la délégation procède pacifiquement et avec le sourire à une distribution de tracts d'information sur "l'enquête": GRANDE CONSULTATION NATIONALE SUR LA JUSTICE FRANÇAISE organisée par l'association AU NOM DU PEUPLE (voir lien)

Déjà plus de 300 questionnaires récoltés.

Se présentent tour à tour des justiciables venus pour une audience et souvent l'"exécution" d'un divorce, des trop jeunes demi-couples déjà défaits, des avocats en robe s'ébrouent avec leurs "clients" préparant l'arsenal ou ramassant leurs miettes; une ancienne avouée de la Cour d'Appel exprime que "rien n'est parfait" et que dans cette "maison" il y a des gens qui font leur travail; une juge qui arrive vers 15 heures quinze, un procureur empressé, des policiers, prévenants, cherchent la moindre serviette suspecte à exploser (c'est vrai qu'il y aurait bien quelques dossiers explosifs aussi sensibles que la nitroglycérine du "salaire de la peur" de certains lanceurs d'alerte, mais le gouvernement curieusement ne prévoient pas ceux des affaires hors des entreprises)... mais si la délégation est dûment estampillée par un macaron, les auxiliaires du droit ou les justiciables tracent l'espace le plus souvent incognito.

Certains justiciables prendront un peu de temps mais seulement en ressortant, c'est stressant cette ambiance quand on y vient pour ses affaires, pour un peu échanger avec l'association.

Si cette manifestation se situe devant un tribunal, symbole de la justice, des banques, des offices notariés ou autres "conseils", des collectivités territoriales, des associations "familiales" ou "sociales" sont souvent cités comme brebis galeuses dans un système qui pourrait mieux fonctionner si déjà on en respectait les règlements et les déontologies. Pour la présidente de l'association Au Nom du Peuple, il faut revenir aux fondement de la Constitution et à nos codes.

Une typologie des entorses aux droits, des arnaques fréquentes, des magouilles affinées, des organisations en réseaux, des tromperies pourrait être exposée. Certains des membres présents ont déjà résumé leurs affaires, une encyclopédie n'y suffirait parfois pas, dans un livre que Corinne Morel (présidente de l'association) a publié : Justice française, la Grande escroquerie, l'état de droit en danger, Bookelis.

(NB: Au Nom Du Peuple est la dernière association entrée dans le Collectif La Grue Jaune, qui en avait connu au delà d'une vingtaine...)

Echantillon:

L'enquête d'Au Nom du Peuple au TGI de Lyon
L'enquête d'Au Nom du Peuple au TGI de Lyon
Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 01:44
FICHE D’ADHESION AUX BUTS DU RESEAU COLIN BAGNARD

FICHE D’ADHESION AUX BUTS DU RESEAU COLIN BAGNARD

Crée le 8 septembre 2004- Déclarée préfecture du Rhône - 16 octobre 2006 - W691065788

Siège : Chez Nicolas Sègerie, 33, rue Sœur Janin 69005 Lyon

L’adhésion de membre est le fondement d’une association sur la base de ses objectifs.

Je soussigné(e) _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

□ J’ai lu les statuts déposés en 2006 ([1]), les statuts complets sur demande.

□ et j’ai lu la mise à jour 2009 ([2]) en 5 niveaux d’intervention.(statuts de fait, à valider en AG)

□ je suis de fait membre bénéficiaire de l’association depuis _ _ _ _ _ _ en bénéficiant de soutien, d’appui ou de l’intervention de l’association, devenu ainsi membre de fait. Même si aucune cotisation n’a été encaissée du fait de l’urgence ou de la distance ou de conditions financières.

□ je suis membre fondateur (2004 et suivantes). Rappeler à quelle phase de fondation.

□ je suis membre donateur. Rappeler pour quel montant _ _ _ € et quelle année _ _ _ _.

□ je suis de fait membre sympathisant de l’association depuis _ _ _ _ _ _ _ _ _ _notamment en lisant les articles de son blog ou ses pages associées (depuis le récent changement de la page facebook « Réseau Colin Bagnard » renommée Nicolas Sègerie ou le groupe « Réseau Colin Bagnard (association)».

□ j’ai déjà cotisé pour un montant de _ _ _ € l’année _ _ _ _.

je désire adhérer au titre de l’année en cours _ _ _ _ ou de celles passées.

□ je ne souhaite pas actualiser mon adhésion aux buts de l’association (merci d’expliquer par un email pourquoi à reseau-colin-bagnard@orange.fr) et me retirer des listings de l’association.

J’adhère aux objectifs et finalités de l’association Réseau Colin Bagnard fondée en 2004, déclarée en préfecture du Rhône en novembre 2006.

L’adhésion me donne droit à participer aux décisions, être informé et convoqué aux réunions.

Signature (important)

Le _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _à _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Merci de renseigner les informations de contact :(ces renseignements sont tenus confidentiels et communiqués qu'aux personnes habilitées dans l'association).

Nom prénom :

Téléphone :

Adresse email :

Profil page facebook :

Adresse courrier:

Envoyez ce document rempli, (et scanné)

- soit par email (au format .DOC ou .PDF ou open office) :

Au siège : reseau-colin-bagnard@orange.fr

Et doubler à la trésorière adjointe, comptable Brigitte Aubret, à :

brigitte.aubret@neuf.fr

éventuellement avec un chèque à l'ordre de "Association Réseau Colin Bagnard"

- Si vous préférez envoyer tout par courrier papier au trésorier (en informant aussi par email pour faciliter la gestion):

Philippe Le Maître,

Impasse des acacias,

38550 Clonas sur Varèze

Votre demande sera traitée dans les meilleurs délais par le bureau.

[1] http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/pages/Extrait_des_statuts_de_lAssociation_Reseau_Colin_Bagnard-1190790.html

[2] http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/pages/A_quoi_peut_servir_une_association_comme_Reseau_Colin_Bagnard-1216953.html

_____________________________________

Statistiques du 10 avril 2016:

164 enfants concernés

Demandeurs: 51 pères, 29 mères, 15 grands-parents, 2 enfants.

Nombre de bénéficiaires directs 261(au bas mots).

nombre de bénéficiaire indirects 341 (au bas mots).

au delà de 90 000 lecteurs facebook, 150 000 pages lues depuis la modification de la plateforme over-blog (perte technique ne pouvant restituer le bilan depuis 2009), environ 500 "amis facebook" en liens avec la problématique famille, une centaine de participant au groupe réseau colin bagnard (association).

Heure de conseils téléphoniques incalculable.

Un bilan détaillé en cours de préparation.

_____________________________________

Cotisation 2016:

Cotisation de membre bénéficiaire: 30 €

Cotisation réduite (RSA, sur justificatif, autre situation sur demande à Brigitte Aubret, trésorière adjointe, demande à faire par email de préférence (brigitte.aubret@neuf.fr).

Depuis 2004, les membres bénéficiaires y compris leur famille sont au nombre de plusieurs centaines. Très peu ont cotisé à RCB.

Cotisation de membre actif bénévole dans l'association : selon l'apport du bénévolat ou les services rendus acquièrent le statut de membre actif bénévole sur simple demande agrée par le CA.

Cotisation de membre bienfaiteur: au delà de 40 €.

Les membres fondateurs sont membres de droit, mais peuvent se manifester aussi sur ce plan.

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 17:10
Respect par les banques des minima sociaux: exemple en pays roannais

Brigitte Aubret est passée par un divorce, le moins qu'on puisse dire, conflictuel.

Mille conséquences de tous ordres depuis douze ans:

- disparition de sa vie de ses enfants pendant un temps considérable, avec durablement des conséquences en terme psychologique.

- le suivi de leurs scolarités longtemps bloqué avec des graves aspects curieusement étouffés.

- anomalie sur un appartement qu'elle croyait être le sien, mais qui s'est avéré avoir été vendu en catimini sans les actes nécessaires.

- des indélicatesses des services concernant les affaires patrimoniales se sont multipliés.

- le divorce n'est toujours pas liquidé après douze (12) ans.

- les pensions alimentaires dues ont été oubliées.

- elle a payé des impôts sur le foncier sur un appartement qui ne lui appartenait pas.

- anomalie au niveau des attributions des allocations par la Caisse d'Allocation Familiale, à un tiers qui détourne en toute impunité des sommes indues avec un trafic public de son compte d'allocataire avec des complicités évidentes d'élus et de personnels administratifs.

- la CAF après les saisines a clôturé en réponse son dossier alors qu'elle est "ayant droit".

A noter qu'un contrôle fiscal et une inspection financière de ses comptes bancaires depuis 2004, date du divorce, prouverait des minima vitaux non respectés.

Globalement, il y a eu mise en danger de sa personne mais les plaintes sont restées sourdes!.

- Aujourd'hui en situation de SDF, ses affaires personnelles ont été en grande partie séquestrés sans pouvoir les récupérer malgré la demande de soutien à l’association Emmaüs du Pays Roannais.

- De même séquestre sur ses papiers qui lui permettent, quoique cela parait illusoire, vu l'organisation en réseau mafieux qui semble s'être abattu sur elle depuis une décennie.

- Harcelée par des huissiers sur des griefs infondés, elle se trouve prélevée de sommes à la fois indues et néanmoins bien prélevées sur son maigre compte en banque.(107€/mois, soit un quart environ de ce qu'elle perçoit).

- la République a prévu des minima sociaux qui protègent les citoyens en difficultés, mais l'établissement bancaire en question n'a pas la même conception du respect des lois de ce pays malgré des courriers multiples.

(éléments juridiques liés à l'ASS et au RSA,

et SBI solde bancaire insaisissable)

- La banque n'a pas réagi malgré les diverses saisines (tribunal, Conseils Général...), ni que l'Association Française des Usagers de Banque ait été informée.(www.afub.org)

La banque n'ayant pas donné suite à ces courriers d'appel à l'aide, ci joint quelques pièces qui prouvent ces faits cette fois-ci devant les clients de la banque BNP du Pays Roannais.

Pour suivre ce dossier depuis plusieurs années, j'atteste en publiant cet article de la véracité des propos ici présentés et m'inquiète que les saisines n'ai pas eu plus de portée. Il se passe quelque chose dans les rouages de nos institutions qui nous ronge.

Avec ce qui se passe du côté des "paradis fiscaux", une vingtaines au moins (cf l'affaire "Panama letters") et de l'impunité des banques, je crois qu'il serait bon de rappeler que les banques ne sont pas plus que les citoyens au dessus des lois!

Notez qu'on retrouve cette banque qui s'acharne sur une citoyenne dans la tête de liste des abonnées aux paradis fiscaux.

Pour joindre et soutenir Brigitte, par Mail => aubret.brigitte@neuf.fr

Renouvellement d'ASS (Allocation Spécifique de Solidarité)

Renouvellement d'ASS (Allocation Spécifique de Solidarité)

Respect par les banques des minima sociaux: exemple en pays roannais
Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 12:19
Les fondamentaux pour Corinne Morel d'Au Nom du Peuple

Bonjour à toutes et à tous,

J’ai vu, comme beaucoup, circuler les messages concernant la polémique autour de Philippe Veysset.

M’efforçant de ne jamais perdre de vue l’intérêt général, je vous rappelle avant tout que l

'association Au nom du peuple a lancé une grande consultation nationale sur la justice française.

Cet audit des justiciables, absolument nécessaire pour savoir comment la justice est rendue en France et comment le système fonctionne, nous le réalisons.

Pour répondre au questionnaire, cliquez ici : http://fr.ze-questionnaire.com/repondre.php?s=76416&d=SPOwHZsGCXHV.

Votre voix compte. Exprimez-vous.

L’intérêt général étant rappelé, je précise que j’étais présente à la réunion du 30 janvier [Daddy's Day], lors de laquelle l’association Au nom du peuple a pris son adhésion à la Grue jaune.

La question d’un candidat aux élections présidentielles a été débattue.

J’ai, pour ma part, soulevé l’importance :

- de ne pas se précipiter,

- d’avoir un programme fédérateur : l’égalité parentale est un élément de l’égalité tout court et, par conséquent, toutes les formes d’injustice doivent être dénoncées. Faire le contraire serait créer de l’injustice et alimenter les autres inégalités,

- de revenir aux fondamentaux de la démocratie, ce qui signifie en premier lieu d’en parler,

- et, enfin, d’organiser les actions. Par exemple, une campagne de financement exige beaucoup de travail. Nous avons réussi une campagne de financement participatif avec l’association Au nom du peuple mais il a fallu nous en occuper. Il ne suffit pas de faire un appel de fonds.

Bref, l’appel à élire un candidat m’a semblé dans ce contexte plus que précipité.

Les déchirements au sein de la Grue jaune me peinent car si l’union fait la force, la division, on le sait tous, fait le jeu du système contre lequel, me semble-t-il, nous nous battons.

N’oubliez pas de répondre au questionnaire et d’inviter vos adhérents à répondre. L’association Au nom du peuple organise une réunion à l’Assemblée nationale, le 14 juin 2016, pour présenter aux parlementaires les résultats de notre audit et les solutions à mettre en oeuvre.

Bien à vous,

Corinne Morel

Présidente de l’association Au nom du peuple

www.aunomdupeuple.com

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 12:04
Communiqué d'Au Nom Du Peuple

Bonjour,

Face aux injustices et aux menaces qui pèsent sur l’Etat de droit, la seule façon d’obtenir des résultats est de nous regrouper pour mener des actions concrètes, construites et organisées.

L’association Au nom du peuple prend de l’ampleur, a déjà abouti dans certaines propositions, et va multiplier les actions sur le premier semestre 2016, notamment pour obtenir l’ouverture d’une enquête parlementaire.

Adhérer à l’association Au nom du peuple, c’est envoyer un signal fort aux élus et aux autorités, c’est dire “nous sommes là, nous sommes des citoyens éclairés, nous défendons la démocratie et nous voulons une justice égalitaire et respectueuse de nos droits constitutionnels”.

Périclès a dit : “Si l’on veut obtenir quelque chose que l’on n’a jamais eu, il faut tenter quelque chose que l’on n’a jamais fait”. C’est la raison pour laquelle, l’association Au nom du peuple tente ce qui n’a jamais été fait :

- l’affichage de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen dans tous les salles d’audience de tous les tribunaux, proposition soutenue par 219 parlementaires et retenue par le ministère de la Justice,

- la chanson et le clip : “Juge, dans ton tribunal”, avec une campagne de financement participatif réussie (tournage du clip à l’été 2016),

- une grande consultation nationale sur la justice (voir ci-dessous),

- un procès contre l’Etat, réunissant 51 particuliers.

Nous allons aussi créer, sur notre site www.aunomdupeuple.com qui est très visité, une page “Cas d’injustice” qui permettra à toutes les victimes d’abus judiciaires ou institutionnels de rendre leur affaire publique. Vous aurez la possibilité de parler de votre dossier.

Nous avons lancé en février 2016 une grande consultation nationale sur la justice.

Cet audit des justiciables, absolument nécessaire pour savoir comment la justice est rendue en France et comment le système fonctionne, nous le réalisons.

Pour répondre au questionnaire, cliquez ici :

http://fr.ze-questionnaire.com/repondre.php?s=76416&d=SPOwHZsGCXHV.

Votre voix est importante. Exprimez-vous.

Chaque personne qui adhère peut, si elle le souhaite, agir concrètement dans notre association.

Pour adhérer (cotisation 20 euros), adressez votre message à contact@aunomdupeuple.com.

Plus nous serons nombreux, plus nous serons forts.

Le triomphe de la justice sur l’injustice est à notre portée.

Bien à vous,

Corinne Morel

Présidente de l'association AU NOM DU PEUPLE

www.aunomdupeuple.com

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 20:47
Le candidat Xavier Martinaud à la primaire Grue Jaune des présidentielles 2017

Le 28/02/2016 à 21:10:48

chers parents, familles, et citoyens,

j'ai décidé de présenter ma candidature apres longue réflexion.
depuis trop longtemps tous les gouvernements successif n'ont que trop fragilisé l'ensemble des familles tant du point de vu parental que de celui du travail. des réformes doivent etre engagées sans attendre: la résidence alternée, la médiation familiale, la mise en place d'un système basé sur le modèle de Cochem, et surtout la déjudiciarisation des affaires familiales!
le système de la CAF sera également modifié, il en va de meme pour le congé parental d'éducation.
il nous faudra apporter une réforme sans précédent pour maintenir une véritable démocratie, réformer la magistrature par la mise en place d'un controle citoyen.
dans un cadre plus général, la constitution de 1958 n'est plus d'actualité; il appartiendra au peuple par le biais d'un référendum d'y apporter les modifications nécessaires.
il y a également d'autre point plus grave , comme la politique extérieure,la politique économique, qui seront traité plus tard.
beaucoup de vous connaissent mes ambitions, ma manière de discourir, ma capacité à prendre du recul et à examiner chaque situation.

c'est pourquoi je vous présente ma candidature pour cette élection Présidentielle.
pour nos enfants, pour l'égalité parentale, pour la France!

MARTINAUD XAVIER.

------------------------------

Martinaud Xavier

Le 09/03/2016 à 14:00:41

Mes Propositions pour 2017

Xavier Martinaud

Fédération Nationale De Défense Des Droits Des Pères Et Des Familles


Je reviens vers vous pour préciser les 12 points qui résument mon engagement citoyen, associatif, et parental dans le cadre des futures élections Présidentielles.

la proposition de loi APIE,étant conflictuelle dans le cadre inter-associatif, et compte tenu des désaccords au sein meme de "La Grue Jaune", il conviendra donc d'appliquer les propositions suivantes dans l'unité :

La proposition de loi APIE sera définitivement désinscrite des travaux parlementaires et sera remplacée par une « Commission Nationale Permanente des Abus de Justice » en matière familiale. Les conséquences de ce retrait définitif du texte APIE mettra fin aux tentatives malheureuses d’instituer un beau parent entre le père et la mère et permettra de protéger la résidence alternée qui serait effacée alors qu’elle provient de la loi du 4 mars 2002, qui est l’acquis que l’on a obtenu il y a 15 ans déjà, même si cette loi est encore imparfaite, mal appliquée et provoque de nombreux dysfonctionnements qui sont devenus avec le temps inacceptables. C’est pourquoi il faudra vite l’améliorer.

Les travaux de cette Commission Nationale Permanente des Abus de Justice serviront justement durant le prochain quinquennat à améliorer la loi de mars 2002 sur la coparentalité et à proposer, après concertation avec les associations existantes, de nouvelles mesures correctives et complémentaires pour améliorer l’égalité parentale dans notre pays, mais toujours en totale conformité des droits nationaux et de nos engagements internationaux (déclaration universelle des droits de l’homme, conventions internationale des droits de l’enfant et différentes conventions et directives européennes). Un sérieux bilan de l’application de la convention internationale des droits de l’enfant en justice familiale devra aussi être fait pour nous aider à concrétiser nos futures propositions.

Les futures dispositions législatives sociales en droit de la famille seront basées en priorité sur la parentalité biologique et le respect de tout enfant à être élevé et éduqué par son papa et par sa maman. Le respect de la présomption de paternité sera protégé. L’adoption des enfants sera réservé uniquement aux pères et aux mères clairement identifiés pour respecter les préconisations de la convention internationale des droits de l’enfant. La PMA pour femme seule voulant construire un foyer sans père et donner un enfant orphelin de père sera interdite et même sanctionnée pénalement. La GPA sera également interdite, sanctionnée pénalement sur tout le territoire français et la France s’engagera à promouvoir son interdiction au plan international, par respect du droit des femmes et pour empêcher la marchandisation du corps de la femme. Si besoin, ces propositions seront validées par référendum. La courbe de l’explosion des foyers monoparentaux sera inversée et les aides financières automatiques pour femmes seules, qui accentuent ce phénomène sociétal déséquilibrant pour nos enfants, sera maîtrisé pour permettre une juste redistribution des aides familiales entre les parents responsables de leurs enfants, pères et mères, mais sans distinction de sexe.

La déjudiciarisation des affaires familiales : je la vois forcément à partir de l’intérieur même de l’institution judiciaire ! Commençons par nous occuper des juges, avec un contrôle a postériori des citoyens sur les décisions familiales, avec des sanctions à la clef pour tous les manquements qui seront constatés. La magistrature en général sera aussi réformée et les juges auront une obligation de responsabilité en cas d’erreur manifeste ou de faute personnelle. Ensuite, il faudra engager la diminution importante du nombre des affaires familiales. Les séparations devront être traitées en dehors des tribunaux, par des voies pacifiques et respectueuses des deux parents, avec un respect égalitaire. Enfin, cette déjudiciarisation devra être accompagnée dans la durée par de nouveaux outils efficaces de gestion des conflits, qui seront mis en place à partir de la société civile et contrôlés par les citoyens. Le traitement en justice n’étant réservé qu’aux cas les plus extrêmes et complexes : divorces pour fautes, séparations internationales, éloignements géographiques volontaires, ruptures des liens non justifiés, etc. La justice familiale, une fois allégée, sera rénovée de fond en comble : elle sera soumise à des critères qualitatifs et à des résultats concrets pour rapprocher le nombre des décisions entre les résidences alternées paritaires, les résidences chez le père et les résidences chez la mère, l’ensemble devant évoluer pour atteindre un seuil d’une plus grande « égalité » entre les pères et les mères.

Une agence nationale indépendante pour la promotion de l'égalité parentale et de la coparentalité dans le respect de la CIDE et des Droits de l'Homme verra le jour.

Une nouvelle échelle des sanctions pénales sera établie (pour non présentation d’enfant, soustraction d’enfant, éloignement géographique volontaire, non communication en cas de déménagement, non information scolaire…), non pas sur la base d’amendes civiles, mais à partir de vraies sanctions judiciaires pénales ouvrant automatiquement à un réexamen des décisions de divorces et de séparations à la demande du parent victime.

La Caisse d’Allocation Familiale Nationale cessera de devenir un outil institutionnel et judiciaire au service des foyers monoparentaux maternels contre les pères. Son rôle sera reprécisé par circulaire dans un sens d’une plus grande neutralité vis-à-vis des deux parents.

Le congé parental d’éducation sera totalement revu pour favoriser l’état d’esprit de l’égalité dans la famille et permettre aux pères et mères d’en bénéficier à égalité.

Toutes les formes de médiations familiales en dehors des palais de justice seront encouragées, généralisées et regroupées dans toutes les grandes villes de France pour être accessible à tous dans des structures spécifiques. Ces formes de médiations familiales seront soutenues par des grandes campagnes nationales e communication.

Le rôle du père dans la construction de l’enfant sera valorisé localement dans des démarches pluridisciplinaires de soutien à la bi-parentalité, par des actions locales d’aide à la coparentalité et par des campagnes nationales publiques d’information.

La place des grands-parents paternels et maternels dans les séparations et les divorces sera protégée par des nouvelles avancées législatives et règlementaires, y compris pour leur donner une capacité d’expression pendant les médiations familiales, en dehors et en amont de toute procès justice.

Pour gagner tous les objectifs définis au-dessus, toutes les associations des droits des enfants, des droits des pères et de défense des familles sont invitées à se regrouper dès aujourd’hui dans un large mouvement inter-associatif unitaire comme entre-autre Génération Coparentalité, dont le but ne doit servir uniquement qu’à la promotion collective d’une vraie plate-forme revendicative entre associations et pour les années à venir, en regroupant tous ceux qui veulent agir concrètement. Pour que la coparentalité de demain soit imposée par un vrai mouvement citoyen et non pas avec des partis, des lobbies, des avocats ou des intérêts privés et partisans.


Ces propositions, nous nous engageons à les tenir et à les faire respecter.
l'établissement d'une charte inter-association scellera ces derniers.
Il est bien évident que malgré nos efforts nous ne seront pas élus, soyons relatif! Mais cette candidature sera le début d'une nouvelle ère: celle du respect des enfants, de la coparentalité, celle ou cessera toutes dérives judiciaire, celle ou les familles de France seront respectées, celle ou nos valeurs Liberté Egalité Fraternité prendront enfin la place qui leur est due!
Pour notre Démocratie, pour la Liberté, pour la France de demain!

MARTINAUD XAVIER.

***************************

Débat sur le groupe du Réseau Colin Bagnard:

https://www.facebook.com/groups/210355992631382/?fref=ts

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 20:44
Le candidat Olivier Munoz Rodriguez à la primaire Grue Jaune des présidentielles 2017

Le 26/02/2016 à 21:43:27

Chers parents.
Militant de base depuis des années, j’ai participé à de nombreuses actions médiatiques, Cathédrale d’Orléans, Mondeville 2 etc.., et divers manifestations. Le génocide familiale continu, les politiques restent passifs, le premier bénéficiaires, le Lobby des avocats. La justice familiale est une grosse administration de fonctionnaires, complètement dépassée, incapable de s’adapter à l’évolution de la société. La RATP a évoluée, il n’y a plus le poinçonneur des Lilas, qui fais des p’tit trous, des t’i trous, mais ils restent des JAF, qui continuent de reléguer la femme comme une mère aux fourneaux.
Les grandes victimes, de ces politicards, JAF et fonctionnaires des TGI sont NOS ENFANTS, enfants sont amputés sans ménagement d’un de leurs parents, généralement le père.
J’ai donc décidé de me présenter, comme Président pour l’élection 2017
Mon futur directeur de campagne et conseillés travail mon programme de campagne.
Très chères parents, Mères et Pères, votez pour moi, le changement CE N’ EST PAS POUR MAINTENANT
VIVE NOS ENFANTS


Coparentalement.


Le papa OLIVIER MUNOZ RODRIGUEZ

***************************

Débat sur le groupe du Réseau Colin Bagnard:

https://www.facebook.com/groups/210355992631382/?fref=ts

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 20:31
Le candidat Philippe Veysset à la primaire Grue Jaune des présidentielles 2017

Le 25/02/2016 à 19:10:55

J'ai le plaisir de vous informer que je suis candidat pour représenter les couleurs de notre mouvement à l'élection présidentielle de l'an prochain.

La plupart d'entre vous me connaissent et savent que j'ai consacré pratiquement ma vie à cette cause, depuis cette année 1989 où je me suis « barricadé » avec mes enfants jusqu'à aujourd'hui où j'ai la chance, grâce à votre soutien, de porter notre parole auprès des organes d'information et de présider notre Collectif.

J'axerai ma campagne sur nos axes habituels de revendication : inscription de l'égalité parentale dans la loi, résidence alternée de plein droit, déjudiciarisation, ainsi que sur les enjeux de société que ces trois réformes recouvrent.

Cependant, afin d'assumer, au moins à titre de projet, l'ensemble des responsabilités inhérentes à la fonction présidentielle, je présenterai dans les jours qui viennent un programme complet que je vous invite à enrichir dans les prochaines semaines. Il couvrira l'ensemble des registres de gouvernement de notre pays.

Vive le droit de l'enfant à ses deux parents ! Vive la République ! Vive la France !

------------------------------------------------

Le 29/02/2016 à 20:19:59

Chers amis,

Dans le cadre de nos élections primaires, j'ai le plaisir de vous présenter une profession de foi pouvant servir de base à un programme. Les réactions et commentaires sont les bienvenus.

Amicalement

ELECTIONS PRESIDENTIELLES DE 2017


Profession de foi de Philippe VEYSSET
candidat à l'investiture du Collectif La Grue jaune

Le mot qui anime ma vie est : dignité.

Je suis né en 1957 à saulce, petit village de la Drôme, d'un père auvergnat et d'une mère briarde. Mon père, médecin, a accouché ma mère et s'il est doux de naître entouré de ses deux parents, l'accouchement fut difficile car déjà en naissant, je brandissais le poing de la révolte, ce qui compliqua les choses. La Vallée du Rhône où j'ai passé les sept premières années de ma vie est une terre de contraste, à la fois ensoleillée et économiquement très active. Le ciel est pur, le mistral y souffle souvent.

Mes parents se sont séparés et, confié à la garde de ma mère, j'ai terminé mes études secondaires à Rennes où j'ai appris à connaître le tempérament breton, généreux et tenace. Puis ce fut Paris, la préparation et la réussite du concours de la rue d'Ulm, l'agrégation et le doctorat de philosophie, que je doublais d'une formation en droit et en sciences politiques. Je suis professeur de philosophie.

Après une brève expérience (un an et demi) de chef de cabinet du maire d'une ville moyenne (Vanves) puis d'un président de Conseil Général (Ardennes), je fus affecté comme professeur dans le Nord, où je découvris une nouvelle région, où tout se mérite mais où, aussi, l'optimisme est de rigueur en toutes circonstances et face à toutes les adversités. C'est là que je vécus, avec ma femme et mes trois enfants pendant huit ans mais aussi que je découvris, suite à un divorce, l'étendue du problème des droits de l'enfant à leur papa. Je créais alors ma première association, l'ADEV (Association de Défense des Enfants Veysset), qui devint, avec l'arrivée d'autres parents confrontés au même type de problème, la DESPA : Défense des Enfants Séparés d'un Parent. En septembre 1989, puis en 1991, je me barricadais chez moi avec mes enfants, à Valenciennes, ce qui me valut un bref séjour en prison mais me permit d'obtenir, par les retombées médiatiques induites, l'ouverture du débat sur l'égalité parentale.

En 1996, en marque de protestation vis-à-vis de la dérive de l'Etat dans son organe judiciaire, mais aussi pour me consacrer pleinement à un problème que je jugeais désormais crucial pour l'équilibre présent et à venir de notre société, je démissionnais de la Fonction publique.

Pour six années, j'entrais dans le secteur du consulting, comme chargé puis directeur d'études qualitatives, ce qui me permit de découvrir le monde de l'entreprise, sa rudesse, ses lois mais aussi la joie d'être utile à des hommes, des femmes qui s'investissent sans compter les heures dans la réussite d'un projet.

Je refondais une famille et deux enfants naquirent, deux garçons âgés aujourd'hui de treize et quinze ans.
Après six années de vie commune, confronté à une seconde séparation, avec son cortège d'injustices et de persécutions financières, je passai six nouvelles années en Belgique où je découvris un peuple tolérant et joyeux, tout en me familiarisant avec les institutions européennes dans le cadre d'une activité de consulting en philosophie pour manager. Je fis aussi, là-bas, la connaissance de papas militants et découvris la dimension internationale du problème.

Vous connaissez la suite : retour en France fin 2012, juste à temps pour assister à la renaissance du mouvement dans le sillage du beau geste de Serge Charnay, puis renforcement du Collectif La Grue jaune, tant dans sa structure juridique et financière que dans son image, en tant notamment que porte-parole, puis président.

Je réside aujourd'hui en région parisienne.

*
* *

Avec ses mille-cinq-cents ans d'histoire et au regard de certains Etats récemment créés, la France est un pays d'ancienne culture mais au regard d'autres pays telles l'Egypte, la Chine ou la Grèce, vieux de plusieurs milliers d'années, elle paraît bien jeune.
De plus, l'ancienneté, en soi, ne signifie pas forcément grand chose : l'esclavage (y compris la mise en coupe réglée d'une ou de plusieurs populations), la prostitution sont des institutions anciennes et pourtant totalement illégitimes.

La vraie question est de savoir si, aujourd'hui, une vraie culture existe en France. Et pour y répondre, il faut regarder :
si le peuple s'y gouverne lui-même, ce qu'on appelle une démocratie et qui suppose un peuple éduqué et qui tolère le dialogue en son sein (liberté d'opinion)
jusqu'où s'étend le respect de l'autre, autre non seulement par l'âge ou la religion, mais aussi par le sexe (homme-femme) ou par l'âge (adulte-enfant). Certains font aussi du respect des droits de l'animal un critère de civilisation
si le peuple français est respecté par les autres, ce qui passe peut-être par la crainte mais d'abord par la considération qu'on lui porte.

Depuis la Révolution de 1789, la France veut être une République démocratique. Mais le caractère démocratique de ses institutions se dégrade :
les juges ne sont toujours pas élus et s'érigent en contre-pouvoir
des intérêts privés prévalent dans les arbitrages d'intérêt public (importance des trafics d'influence, de réseaux qui doublent la structure administrative - système éducatif compris). Parfois même, on fait revoter des projets qui ont été écartés par le suffrage universel
La censure n'est plus si rare, même si elle s'opère par des voies indirectes (confiscation de la parole publique par les puissances d'argent).

La France est un Etat à dominante démocratique, mais à peine. La composante monarchique (présidence, en ses privilèges régaliens notamment) s'efface. La France glisse vers une dominante oligarchique, de surcroît insidieuse et opaque.

Au sein de la collectivité, le respect de l'autre se dégrade. La forme la plus dangereuse est le racisme d'Etat qui sévit au sein de l'institution judiciaire, avec son cortège de conséquences néfastes : défaut de construction identitaire chez nombre d'enfants devenant des citoyens, répression des agissements transgressifs qui s'ensuivent de ce défaut.

La France reste par ailleurs un pays riche même si les comptes de la Nation établissent un ratio déficit public/PIB qui avoisine les 4%. La France est donc riche en termes de production par habitant, mais endettée, avec une structure de dette qui la rend dépendante de l'extérieur. La répartition du revenu national fait état d'un éventail des revenus qui s'ouvre de 1 à 40, ce qui peut sembler beaucoup, même si certains pays connaissent des éventails bien plus larges. L'écart entre salaire moyen et salaire médian atteste aussi de cette très inégale répartition qu'une analyse par déciles rendrait encore plus criante.

Les français sont de moins en moins heureux.

L'indicateur IDH 2015 (indice de développement humain), censé mesurer au mieux le bonheur des résidents d'un pays, place la France au vingt-deuxième rang sur un total de 187 pays classés. La tendance est à la régression depuis plusieurs années.

La France s'est jetée un défi multiculturel qui n'a été précédé d'aucune évaluation anthropologique sérieuse sur le rôle des déterminismes culturels dans l'accomplissement de l'humain dans l'homme, mission souveraine de l'Etat. S'ensuivent des difficultés notables et des processus de fragmentation sociale (actes de racime, climat de défiance, système scolaire à deux vitesses, zones de non-droit).

Par ailleurs, les familles se disloquent, le père est éjecté, ce qui a pour effet de livrer l'enfant à une éducation privée matricentrée. Des persiflages ont lieu, dans le discours privé et parfois public, des fantasmes monstrueux peuvent à l'occasion prendre chair.

Faut-il chercher les responsabilités de cet état de chose? Avant tout, il faut réconcilier la France avec elle-même.

Pour ce faire, je propose au français le programme suivant, centré sur l'enfant et la défense de ses intérêts et de son avenir. Ce n'est qu'une ébauche:

1. La première mesure sera de faire voter une loi constitutionnelle proclamant la déclinaison parentale du principe républicain d'égalité

2. Une deuxième mesure consistera à proclamer un principe de droit commun de la résidence alternée en cas de séparation familiale dès lors qu'un parent la demande et que l'autre parent ne s'y oppose pas pour lui-même

3. La loi n'est rien si elle ne dispose pas des organes et institutions qui l'appliquent. Le traitement des différends familiaux sera donc retiré aux système judiciaire qui a sufisamment administré la preuve de son inaptitude dans cette tâche pour être confié à des médiateurs familiaux formés, agissant par couple

4. Les juges seront désignés par voie d'élection

5. Le Conseil Supérieur de la Magistrature sera majoritairement constitué de jurés tirés au sort

6. L'enfant doit grandir harmonieusement mais aussi devenir aussi un citoyen intégré avec l'aide et l'appui des institutions publiques. L'enfant doit également faire l'objet d'une aide de la part des institutions et notamment de la part de l'institution scolaire qui sera réformée dans le sens d'un plus grand apprentissage de la vie réelle et dégagée de toute influence idéologique ou sociologique. Le droit sera enseigné, l'enseignement de la philosophie étendu

7. L'équilibre entre capital et travail sera maintenu de manière qu'une relance par la consommation redevienne possible sans endetter les ménages

8. Le sentier d'expansion sera repris en limitant aussi bien le prix du travail que celui du capital et en procédant aux substitutions de production requises par une réactivité rapide aux modifications des coûts des facteurs de production, notamment à l'international, et de manière à développer une élasticité maximale à ces coûts

9. Une politique culturelle sera menée sur la base d'une écoute attentive des professionnels et des créateurs

10. Les études d'impact sur l'environnement effectuées par les entreprises seront gratifiées par un crédit d'impôt progressif. Une politique d'éducation à la protection de l'environnement et au respect de l'équilibre nature-culture sera menée

11. Compte tenu de l'effort à produire, nos structures de représentation à l'étranger seront réduites au minimum

J'ai confiance en l'avenir de notre pays. unissons nos faiblesses, il en sortira une force. Vive la France!

******************************

Débat sur le groupe facebook su Réseau Colin bagnard:

https://www.facebook.com/groups/210355992631382/?fref=ts

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 17:36
Un père reste un père
Un père reste un père

Remercions Scott Reiss car il faut dire qu'on est un peu saturé pour bien réfléchir... Et il peut bien accoucher de bonnes idées comme à son habitude. J'appuie sa proposition. Son message:

Friends,

Je discutais avec un collegue, pere prive de ses enfants, et l'on a
peut-etre trouve une solution pour les manifs du printemps. Comme le 21
m
ai tombe vraisemblablement sous le coup de l'etat d'urgence (jusqu'au
26 mai), de toute facon un troisieme weekend du mois, est-ce qu'on
pourrait se mettre d'accord sur la date du 11 juin, un second week
end du
mois?

Ainsi, chacun pourrait declarer sa propre manif, Delph-Nico, la
Grue Jaune, Rene Forney, Thierry Berger, voire d'autres, avec des
departs differents mais une arrivee commune, par exemple place Vendome
(qui est juste une suggestion de ma part, vue qu'on a souvent atterri la
& que c'est un peu le coeur du probleme). Evidemment, dans les
declarations &/ou dans les negociations avec la Prefecture de Police de
Paris, il faudrait preciser qu'il ne s'agit pas de contremanifs, qu'on
est tous ensemb
le, tout en restant a part. Ainsi libre a chaque groupe
ou association de gerer sa propre manif, mais a la fin on se retrouve
tous ensemble pour echanger & boire un coup, quoique je sache par une
douleureuse experience que c'est cher place Vendome, ou j'ai battu le
record olympique en payant 22euros un whisky.

--

Scott Alexander Gabriel R
EISS, father of / père de Rose

http://www.sagreiss.org

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 16:25
7 ans de blog du Réseau Colin Bagnard: 14 mars 2009

Voilà ce que j'écrivais il y a 7 ans déjà! Le14 mars 2009.(fin de page)

Aujourd'hui, est-ce que quelque chose a changé? Aurais-je écrit la même chose?

A l'époque certains me disaient, et encore récemment, que le nom BAGNARD n'était pas significatif, mais aujourd'hui, tout le monde sait ce qu'est un "bagnard" ou une "bagnarde", au sens de cette association!

J'en profite pour remercier les premiers membres, Philippe, Arnaud, Sophie, Yves, Cyril, Jean, Pierre ...

Faut-il continuer alors que l'objectif de niveau 5 n'est pas atteint? (cohésion nationale des revendications)

Faut-il continuer si je constate que pour ma propre famille, le message n'est pas encore passé?

Faut-il continuer alors que les membres de fait ne se signalent pas en adhérant auprès de Brigitte?

Faut-il continuer alors que les frais ne sont pas couverts...

Faut-il continuer si les opérations en collaboration sont pilonnées par nos amis par idéologie.

Faut-il continuer si les responsables associatifs de la cause co-parentale les plus hauts placés bloquent les concertations les plus prometteuses?

Faut-il continuer si continuent les intrusions illégales et blocages via l'informatique et autre moyens de communication?

NON si les bagnards et bagnards, qu'ils soient sympathisants de RCB ou hors ou contre changent de mode de relation.

Mais surtout car ces BAGNARDS ET BAGNARDES appellent encore à l'aide et qu'on ne peut y répondre sans les moyens adéquats.

==>

Bienvenue sur l'overblog du Réseau Colin Bagnard

ASSOCIATION

Loi 1901 sans but lucratif

RESEAU COLIN BAGNARD

Arrêtons le massacre des enfants victimes des conflits parentaux !

Arrêtons le massacre des enfants victimes des conflits parentaux !


Si vos enfants
ne voient pas leur père ou leur mère
;


Si votre enfant
ne voit jamais ses grands parents
;


Si votre enfant est exclu d’une branche
de sa famille paternelle ou maternelle
;


Si vous pensez que l’intérêt de l’enfant
n’est pas respecté
;


Si suivre sa scolarité est une galère,


Connaître sa santé un mystère,

Rejoignez le Réseau Colin Bagnard

contact: reseau-colin-bagnard@orange.fr

http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/article-29014856.html

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 09:12
Lettre à la ministre d'une enseignante les pieds dans la boue de la Cul-ture &quot;chiotte&quot;
Sandrine Porcher, une amie plus que facebook des réseaux sociaux nous relaie cette lettre de la présidente de SOS EDUCATION.
[---]

jeudi 10 mars 2016: "Bruits de chiottes" lettre ouverte d'une enseignante à Najat Vallaud-Belkacem

Le 10/03/2016

« Madame la ministre,

Mes élèves à moi apprennent à dire "wesh", "nique", "encule", "salope" dès le primaire.

Mes élèves à moi grandissent très souvent dans des familles où les parents ne parlent pas français, et où le summum de la réussite consiste à passer manager chez KFC.

Mes élèves à moi n'écoutent pas Boris Vian et Desproges, ignorent l'existence de Bach et Mahler.

Mes élèves à moi n'ont droit qu'à Booba, La Fouine, Orelsan et Gradur.

Mes élèves à moi doivent passer dix minutes sur chaque vers de Du Bellay pour espérer comprendre quelque chose.
Parce que leur référentiel principal, c'est Nabila et Touche pas à mon poste.

Mes élèves à moi poussent dans un environnement où les filles doivent dès la 6eme s'habiller et se comporter en bonhommes, ou se voiler, si elles veulent avoir la paix.

Mes élèves à moi découvrent le porno bien avant d'avoir la chance de rencontrer Balzac.

Nos élèves, madame la ministre, comprennent que s'ils veulent s'en sortir, accéder aux postes que leurs talents et un travail acharné leur feraient mériter, ils doivent d'abord se défaire de leur codes vestimentaires et langagiers, découvrir les pronoms relatifs, atteindre le pluriel et le passé simple, se reposer sur le subjonctif.

Ils savent, croyez-moi, madame, que si je m'escrime à leur faire répéter dix fois une phrase avec la bonne syntaxe et le ton juste, c'est parce que je refuse que nos lâchetés et nos faiblesses fassent d'eux ce que la société imagine et entretient : des racailles, des jeunes privés d'avenir car privés d'exigences, de langue, de style, de beauté, de sens, enfin.

Nous luttons quotidiennement au milieu de nos gosses de REP et REP+ contre les "salope !", "sale chien !", "tu m'fous les seum !".

Nous luttons pour leur donner une noble vision d'eux-mêmes quand tout pousse au contraire à faire d'eux des êtres hagards, décérébrés, violents.

Nous tentons de leur transmettre le Verbe, dans un monde qui ne leur offre qu'Hanouna et Ribéry.

Nous ne passons pas nos journées à jouer les thuriféraires de la pensée unique, rue de Grenelle, nous.

Nous ne nous faisons pas de courbettes entre deux numéros de cirque à l'Assemblée Nationale.

Nous avons les pieds dans la boue, une boue qui nous donne quelquefois la nausée, tant nous sommes seuls, et isolés, et décriés, tant notre tâche paraît ridicule et vaine.

Quand donc, à la radio, madame la ministre, vous lâchez votre "bruit de chiottes", en bonne petite bourge qui ne voudrait pas avoir trop l'air d'être loin du petit peuple, qui ne voudrait surtout pas faire le jeu de cet abominable élitisme dont tout le monde sait que notre société crève, n'est-ce pas, quand donc vous vous soulagez verbalement, ce n'est pas tant votre fonction que vous abîmez : c'est notre travail auprès des élèves, nos mois d'épuisement et leur espoir, nos années de travail et leurs efforts, nos séances passées à essayer de leur dire que ce n'est pas parce que ce monde-ci est laid qu'il faut lui ressembler.

Vous avez réussi, en quelques mois, à démontrer avec éclat votre conformisme, votre arrogance, votre paresse intellectuelle.
Nous n'ignorions rien de tout cela.
Désormais, nous savons que vous êtes aussi vulgaire.
On ne vous mettra pas de 0/20, puisque vous avez aussi décidé que l'évaluation, c'était mal, péché, Sheitan, vilainpasbeau.

Vous aurez simplement gagné le mépris absolu de milliers d'enseignants qui bien souvent, eux aussi, quand ils sont un peu à bout, aimeraient en lâcher une bonne grosse bien vulgaire, en classe, mais se retiennent, par souci d'exemplarité. »

Je crois que l'on ne saurait mieux dire... n'hésitez pas à faire suivre ce message à vos amis !

Claire Polin
Présidente de SOS Éducatio
n

source: http://by-jipp.blogspot.fr/2016/03/bruits-de-chiottes-lettre-ouverte-dune.html

---------------------------------------------------------------------------------------

Commentaire RCB: Ce qui m'inquiète, c'est que contrairement à mes enfants, je ne connais pas ces Bout bas, Ânonna, RIB & rit, et autres chenapans qui gagnent leur vie grassement en entretenant les "bruits de chiottes", subventionnés par la redevance, cautionné par l'Etat, dans le silence du CSA complice, et surtout ce qu'ils leur racontent!

Cela vaudrait comme je l'ai eut fait il y a quelques années refuser de payer cette redevance avec un courrier l'expliquant au service des impôts. Mais moi je n'appelle pas à la cédition comme ces détourneurs d'enfants qui nous volent à nous parents la plus grande partie de l'éducation que l'on veut leur donner, surtout quand loin de notre vigilance, comme parents séparés, la faille qui s'insinue entre eux et moi s'agrandit chaque jour.

Cela me rappelle, ne comprenant pas beaucoup de ces mots utilisés par cette sous-culture que je ne reconnais pas comme mienne, qu'il n'y a pas si longtemps, quand ma tante allait à l'école en Auvergne, il leur était interdit de parler sa langue maternelle (et paternelle) l'Occitan. Les élèves étaient punis si par malheur l'instituteur les entendaient prononcer un mot à ses camarades dans la récré. Et c'était au plus malin de faire punir quelqu'un d'autre, le dernier surpris emportant la punition. Aujourd'hui, le dernier parlant est souvent la télévision, car si vous l'a leur couper, en forme de sanction suprême, vous risquez une plainte pour maltraitance et à vous expliquer au commissariat.

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article

Articles Récents

Articles D'archives