Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 14:20

24colonnes.jpg

Le principal quotidien de Lyon a publié sur son site le 23/03/2014 à 06:34 Vu 646 fois le 25 mars 12h56 :

« Un participant au rassemblement de soutien pour l’égalité entre hommes et femmes dans les procédures judiciaires, a été assez sérieusement blessé à l’arcade sourcilière par un autre manifestant qui lui a porté des coups de porte-voix. Les faits se sont produits hier samedi dans l’après-midi, devant l’ancien palais de justice des 24 colonnes, à Lyon 5e. Selon la police, des participants au rassemblement avaient tenté de dissuader l’homme qui criait des slogans au mégaphone. Ce dernier se serait alors violemment énervé, frappant son vis-à-vis. Placé en garde à vue, il aurait commis outrages et rébellion. »

Revenons sur les faits :

 

Le manifestant blessé gravement, c’est moi Nicolas Sègerie, porte parole du Réseau Colin Bagnard, l’une des associations appelant à cette manifestation (voir photographie). [je reste réservé sur les détails vu l’enquête en cours]. Mais le quotidien lyonnais ne peut ignorer vu le nombre d’information qui leur ont été envoyé qu’il s’agissait d’une manifestation : « en soutien à René Forney, pour une justice sans dérives », appelée par l’association Au Nom du Peuple, le Réseau Colin Bagnard et le Comité de Soutien de René Forney, soutenus par d’autres dont plusieurs étaient présente (voir photo) et venant de toute la France [Avignon, Bordeaux, Montpellier, Grenoble, Clermont-Ferrand, Paris, Annemasse, Roanne, --- un échantillon représentatif des dérives à cette échelle, vu les blocages à la diffusion de l’information]. Une soixantaines de personnes présentes néanmoins.

 

Des informations précises sur le cas de René Forney ont été données par des proches comme Rachid Mabed et son avocate Florence Patrimonio.

 

Des revendications strictement juridiques « Pour une justice impartiale » ou « l’Egalité Homme – Femme » étaient défendues par Corinne Morel (au nom du peuple), Philippe Veysset (la Grue Jaune) tout au long des prises de parole et du parcours (auquel je n’ai pas participé hospitalisé par les pompiers).

 

Mais des slogans « sauvages » ont été lancés peu conformes à la rigueur d’une communication visant une opinion publique peu sensibilisée aux problématiques judiciaires et alentours. Ces slogans s’opposaient sur la méthode et aux intérêts de nos finalités.

 

Du reste, alors que bien informé, aucun journaliste (apparemment) d’aucun média lyonnais n’était présent pour couvrir la manifestation sur Lyon entre les deux palais de justice (les 24 colonnes et le nouveau TGI). Ce refus de donner le but principal de la manifestation, c'est-à-dire pratiquement la suspension de peine pour raison médicale, est un parti pris par le média ; une marque de déni certain pour ceux qui n’ont rien publié du tout.

 

Déjà à Grenoble, nous avons été confrontés à l’obstruction médiatique lorsqu’il s’agissait de René Forney « perché » sur la cheminée d’Eybens pendant deux mois et demi tout de même ! Bien que là les journalistes se déplaçaient, mais les comptes rendus étaient tronqués ou inexistants.

 

Le but de la manifestation présenté comme « pour l’égalité entre hommes et femmes dans les procédures judiciaires » n’est qu’un des aspects, mais non des moindre de cette manifestation. On peut regretter que les événements ont emporté un élément important de cette manifestation. Cela justifie donc les pratiques visant à la dispersion et l’irritation des manifestants. Puis, le déroulement de la manifestation a été gravement perturbé par cette agression qui semblait inévitable depuis le début du rassemblement, tant le personnage agresseur, connu dans le milieu des familles séparées, agit depuis longtemps d’une manière qui ne peut qu’inspirer la suspicion, le repli et même le recul… pas assez sans doute pour ce qui me concerne, devant le risque de dispersion de la manifestation inévitable si personne n’était intervenu tellement les propos incontrôlables visaient en fait le dérangement de l’ordre public et l’arrêt de la manifestation.

 

Le but de stopper cette manifestation était atteint par l’agresseur puisque suivi de la demande du porte parole du collectif La Grue Jaune, Philippe Veysset suite à cette agression, qui était venu de Paris. Ce que j’ai absolument refusé, car il est important que le droit de manifester soit totalement accompli, ce que déjà on nous refuse souvent (cf attaque le 1er mai dernier à Grenoble de plusieurs associations, plainte en cours ;  attaques ou menaces plusieurs années d’affilée de l’association Groupe d’Etude des Sexismes ; menace contre les conférences de Jean Gabard ; ou à Grenoble le 10 octobre dernier - - - ).

 

Par conséquent, ce sont nos droits fondamentaux constitutionnels de s’associer, de nous réunir, de manifester qui sont bafoués.

 

Alors pourquoi tant d’énergie libérée contre nous ? Que dérange-t-on comme pratiques ou trafics étant entendu que nous agissons dans le cadre de la légalité? « Le droit serait la force des faibles » ? Au sein même de nos rangs se trouvent des imposteurs qui cherchent à nous diviser sans relâches et avec des moyens disproportionnés devant les capacités qu’il nous reste suite à nos propres spoliations ! Des preuves de ces actions ne manquent plus. Les masques vont tomber !

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 11:54

A ceux qui aiment la République !

 

Réunis aux marches du palais

Et appuyés par toute la France,

Sur la cheminée d’Eybens, Grimpeur alerte,

Sur la médiasphère, lanceur d’alerte

Nous sommes sur les pas de René Forney,

Qui a payé le prix cher de son outrance.

 

Pour que cessent les dérives de la justice,

Et finissent ces immondices,

Mais un esprit plane sur cette manifestation

Pour que l’on conserve le Secret :

Que la République est en Danger

Qu’il faut finir la Révolution !

 

Basée sur l’initiation,

Société de caste et de corruption,

D’arrangements en connivences

L’Homme le plus honnête,

La Femme la plus franche,

Se voient tous réduit au silence.

 

A chaque pas, vous rencontrez

Toute une armée d’infiltrés,

Embusqué dans les institutions,

Des ectoplasmes innombrables,

Des fantômes insaisissables,

Emmitouflés dans cette religion.

 

Et pourtant, de mains expertes,

Des dossiers de prétoires

Avec toutes formes de pourboires,

Apparaissent paroles vertes,

Se multiplient bien des déboires,

Pour le justiciable, plus que des pertes !

 

Le juge le plus droit,

L’Avocat le plus intègre,

Le greffier le moins mafieux

Le notaire le moins véreux,

Tous doivent se soumettre au diktat

Sans quoi périssent et se désintègrent.

 

Du cœur pur de l’initié

A la vie de corrompu,

Voilà que le serviteur fidèle

A la règle la plus aisée

A l’éthique la plus pure

Finira sa vie vile ou pendu !

 

Aux citoyens les plus basiques,

Aux justiciables en résistance,

A ceux qui aiment la République,

Et qui détestent cette clique,

En réponse au manque de transparence,

Garderons-nous tous le silence ?

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 13:10

Appel à manifester !       (mise à jour 1)

 

Au Nom Du Peuple ; Réseau Colin Bagnard ; Le Comité de soutien à René Forney ; l'ANVEDJ,  et toutes les associations (  I Comme Identité - - -) et personnalités qui nous soutiendront appellent à une manifestation citoyenne : 

 

« Soutien à René Forney, pour une Justice sans dérives ».

le samedi 22 mars 2014 à Lyon à partir de 14 heures


Cette manifestation a pour but que cessent les graves dysfonctionnements de l’institution judiciaire afin de rétablir la confiance.

 

Son objectif vise :

  • à informer nos concitoyens,
  • à interpeller les responsables politiques,
  • à dénoncer le non respect des lois et règles de procédure par certains magistrats, auxiliaires de justice et associations parajudiciaires,
  • à dénoncer le traitement inégalitaire Homme-Femme dans les affaires familiales,
  • à refuser abus du pouvoir, réseaux affairistes, trafics d'influence, corruption par ceux-là même qui sont chargés de dire et faire respecter la loi.

Notre pays n'est plus un Etat de Droit lorsque ces pratiques perdurent en toute impunité.

 

Nous soutenons le lanceur d'alerte René Forney, emprisonné depuis le 7 février et en grève de la faim, combat depuis plus d'une décennie pour la justice de notre pays.


Quand, selon un récent sondage, 75% des français ont un sentiment de défiance à l'égard de l'institution judiciaire, comment les magistrats peuvent-ils continuer de prétendre rendre leurs décisions au nom du Peuple Français et en toute Démocratie?


Toutes les associations et personnalités, notamment du secteur juridique, concernées par ces problématiques sont invitées à faire connaître leur soutien à cette manifestation.

 

Rassemblement 14 heures =>  L’ancien Palais de Justice rénové dit « des 24 colonnes »

(1, rue du Palais de Justice, Lyon 69005, quai de Saône où les associations et personnalités appelant à la manifestation prendront successivement la parole en concertation avec les organisateurs).


Marchant à partir de 15 heures passée jusqu’au Nouveau Tribunal de Grande Instance,

 

=> La marche débutera du Palais des 24 colonnes
En passant par les trottoirs en remontant la Saône par le quai Romain Roland,
=> traversera le pont du Maréchal Juin,
=> suivra la rue de Grenette et la place des Cordeliers,
=> traversera le pont Lafayette, suivra le Cours Lafayette,
=> Empruntera la rue Duguesclin, un bout de la rue Servient jusqu’au n°67,
=> Rassemblement sur le parvis du Nouveau Tribunal de Grande Instance.

(dispersion prévue avant 18h30)

 

 

L’organisation de la manifestation est constituée par les associations et collectif:

 

L’association Au Nom Du Peuple, représentée par Corinne Morel, 04.72.36.91.95, http://www.aunomdupeuple.com

 

L’association Réseau Colin Bagnard, représentée par Nicolas Sègerie (06.68.71.31.21) et Philippe Lemaitre (06.06.56.11.04) qui gèrera le service d'ordre interne), http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org; reseau-colin-bagnard@orange.fr, https://www.facebook.com/reseaucolin.bagnard

 

l'ANVEDJ représentée par Nicolas Beaucourt et Jean Louis Guimberteau;

 

Le Comité de soutien à René Forney, représenté par Boris Lutz (06.76.43.82.75) et Laurent Vial (06.07.94.72.36) ; https://www.facebook.com/events/495793143863957/permalink/511265982316673

 

 

Comment les francs-maçons ont investi la police

Par par Laurent Chabrun, François Koch, Jean-Marie Pontaut, Romain Rosso et , publié le 19/04/2004

Les francs-maçons ont pénétré la police plus que tout autre corps de métier: 1 commissaire sur 4 serait frère. Presque autant chez les officiers. Mais moins à la base. De la philosophie au piston, les raisons qui poussent les policiers à s'initier sont multiples. Et posent des questions graves: que penser d'une telle concentration de pouvoirs entre les initiés exerçant leurs fonctions au c?ur de l'appareil d'Etat? Faut-il y voir une menace ou, au contraire, une garantie pour la démocratie? Enfin, doit-on s'inquiéter des connivences fraternelles lorsqu'elles concernent des affaires en cours? Enquête

Imprimer

0

 

 

C'est une affaire embarrassante. Depuis plusieurs mois, le tout-puissant Syndicat des commissaires et des hauts fonctionnaires de la police nationale (SCHFPN) est confronté à un choix délicat: sa revue publiera-t-elle une tribune libre, signée de l'un de ses membres, réclamant que les francs-maçons de la police se dévoilent? Ce texte, en tout cas, ne figurera pas dans le prochain numéro. "Avec le changement de ministre, il y a eu d'autres priorités dans l'actualité", indique-t-on au syndicat. S'il devait être diffusé dans le suivant, nul doute que, parmi les 2 018 commissaires de police en activité, des voix s'élèveront pour condamner cette initiative. Tollé en perspective. 

Ce thème polémique pourrait même ouvrir une crise dans les rangs de ce corps des commissaires, l'un des plus maçons de la fonction publique, tout comme d'ailleurs celui des officiers de police. Les estimations les plus extrêmes vont, dans ces corps, jusqu'à 1 policier sur 4, particulièrement à Paris. Enquête sur les plus secrets des Enfants de la Veuve. 

C'est une liaison troublante. Les policiers sont attirés par les temples comme les papillons de nuit par la lumière. "Parce qu'ils voient dans la franc-maçonnerie une grande institution républicaine, et même, consciemment ou pas, un grand corps de l'Etat", explique Roger Dachez, président de l'Institut maçonnique de France. "Parce qu'ils se sentent mal aimés et mal compris, ils plébiscitent des structures discrètes où ils peuvent se retrouver pour parler", ajoute l'ancien conseil maçon d'un syndicat de police. Confrontés à un quotidien morose et violent, les policiers, plus que toute autre profession, auraient besoin de s'aérer l'esprit. 

Et puis, il faut bien le dire, l'entrée en loge est aussi considérée comme un moyen de faire carrière. A défaut d'explications rationnelles, certaines promotions ou réussites sont liées, en partie, à ces réseaux discrets. Mais l'on connaît aussi au ministère certains grands flics qui, tout juste initiés, ont rendu leur tablier, déçus que l'ascenseur maçonnique ne soit finalement qu'un leurre. "Bien souvent, alors que je rencontrais un commissaire, il me faisait savoir qu'il était maçon en me serrant la main de manière particulière. Tous étaient convaincus que j'étais moi-même un frère, se souvient cet ancien patron du Syndicat des commissaires. Ils pensaient que se dévoiler pouvait être bon pour leur avancement." Ancien secrétaire général du syndicat Alliance, Jean-Claude Gleize a, lui, quitté le Grand Orient (GO), "dégoûté par le carriérisme, le copinage et la recherche d'intérêts personnels" de ses frères policiers. 

Alors, combien sont-ils, ces maçons dans la police? Les obédiences affirment être dans l'incapacité d'établir avec exactitude le poids des policiers de rang moyen et élevé, faute de fichier par profession. Seule certitude: comme dans beaucoup de corps professionnels, la proportion de maçons est forte chez les plus gradés et faible à la base. Il n'y aurait ainsi environ qu'une soixantaine de gardiens de la paix au GO. Pour la hiérarchie, l'affaire est complexe. 

Un policier du nord de la France, vénérable au GO, affirme que son obédience compterait précisément 460 commissaires de police, actifs ou retraités. "Si l'on extrapole aux deux autres grandes obédiences, la Grande Loge nationale française (GLNF) et la Grande Loge de France (GLF), on pourrait compter jusqu'à 1 commissaire sur 4", ose ce gradé. Alain Bauer, ancien grand maître du GO, devenu président de l'Observatoire de la délinquance, lui, en voit moins: de 10 à 15% des commissaires en activité seraient frères. Une estimation réalisée en pointant l'annuaire du SCHFPN, auquel Bauer est lié - il a coécrit plusieurs livres avec un ancien secrétaire général, Emile Perez

Pour Eric Vanlerberghe, président de la Mutuelle du ministère de l'Intérieur et initié lui-même au GO, ce taux est d'environ 20% sur les 14 939 officiers, c'est- à-dire près de 3 000 lieutenants, capitaines et commandants de police, majoritairement au GO. Ce qui est colossal au regard du nombre total de maçons au sein de la population française: 135 000. 

Leur nombre varie considérablement selon les villes et les régions. La préfecture de police de Paris, et particulièrement la police urbaine de proximité (PUP), constitue, de l'avis général, le plus grand fief maçon de la profession. L'un des puissants responsables de la sécurité publique à Paris et l'un de ses adjoints appartiennent ainsi à la même loge. L'ancien préfet de police de la capitale lui-même, Philippe Massoni, ancien commissaire des RG, qui occupa huit ans ce poste ultrasensible, est le maçon le plus célèbre de la police nationale. Un véritable totem. Après avoir fréquenté la loge de perfection 573 Le Parthénon ou le Sublime Aréopage 309 Lutétia, il obtint, en 1997, le titre de souverain grand inspecteur général du 33e degré. L'un des plus hauts grades de la GLF. Philippe Massoni, qui ne fréquenterait plus beaucoup le Temple aujourd'hui, est actuellement conseiller de Jacques Chirac pour les affaires de sécurité à l'Elysée. 

Les services de police ne sont pas égaux devant la maçonnerie. La sécurité publique, les Renseignements généraux (RG) et les CRS seraient plus maçons que la police judiciaire (PJ). Et l'on pourrait compter jusqu'à 1 frère sur 2 policiers dans certaines directions du ministère de l'Intérieur, comme celle de la formation. En revanche, les anciens directeurs de la PJ ou des RG, à l'exception de Paul Roux, premier patron socialiste nommé en 1981, et de Philippe Massoni, n'étaient pas des frères. 

Mais les maçons demeurent à des postes clefs. Actuellement, par exemple, l'un des sous-directeurs des RG porterait le tablier. De même, la plupart des syndicalistes les plus influents de la "grande maison" sont maçons. Les frères sont également très présents dans les associations internes à la police, comme l'orphelinat mutualiste ou l'Association nationale d'action sociale de la police nationale (Anas). De plus, leur pouvoir, réel ou exagéré, fait toujours peur. A ce jeune commissaire, affecté aux RG, un "vieux" directeur donna ce conseil: "Ne vous mettez jamais à dos les francs-maçons: ils peuvent briser votre carrière." 

Comment sont organisés les policiers maçons? Si certains se contentent, souvent en province, de la participation à un atelier, d'autres ont choisi de se regrouper au sein d'une fraternelle - tous les maçons qui exercent la même activité professionnelle - fort discrète et qui trouve ses racines très loin dans l'Histoire. 

En mars 1667, Gabriel Nicolas La Reynie est nommé par Colbert au poste de lieutenant de police. Il devient ainsi le premier "flic" de France, imposant son autorité à la maréchaussée et aux hommes du guet. La Reynie installe rapidement des commissaires dans tous les quartiers de Paris et met fin à l'existence de la dernière cour des Miracles. Il s'applique à faire de la capitale une ville propre et éclairée. 

Aujourd'hui, le club La Reynie regroupe les maçons de toutes obédiences et de tout grade de la place Beauvau. Ses statuts sont déposés en préfecture, comme pour toutes les associations loi 1901. On peut y trouver des sous-directeurs de sections administratives ou des employés. Mais 4 habitués sur 5 du cercle La Reynie restent des policiers. Cette fraternelle de l'Intérieur étend ses ramifications dans de multiples régions de France, chaque section locale étant dotée d'un bureau et d'un président. 

L'homme, âgé de 60 ans, qui veille sur ces frères policiers se fait appeler "Rémi". Il a été embauché à l'Intérieur il y a quarante-quatre ans comme porteur de télégrammes, puis a brillamment gravi les échelons, à force de cours du soir et de concours réussis, pour devenir sous-directeur du contentieux et des affaires juridiques et, aujourd'hui, inspecteur général de l'administration. Depuis deux ans, "Rémi", membre du GO, préside la fraternelle La Reynie. Ses réunions sont fréquentées par plusieurs centaines de policiers. 

Les milliers de frères du ministère de l'Intérieur ne sont pourtant pas tous regroupés au sein de cette fraternelle. Il en existe une autre, dissidente, logée sur les terres de la préfecture de police de Paris. "Il ne s'agit que d'une fraternelle de quartier!" clament, dédaigneux, ceux de La Reynie, qui suivent pourtant du coin de l'oeil les efforts de ce concurrent de la GLF, lequel regroupe quelques fonctionnaires de la préfecture... 

Et puis il y a ceux, souvent membres du Grand Orient, qui considèrent que les fraternelles sont un dévoiement de l'idéal maçonnique. Quand Alain Bauer était grand maître du GO, de 2000 à 2003, et voulait "kärchériser" les dérives affairistes qui gangrenaient les obédiences, il se déclarait carrément partisan de l' "éradication des fraternelles". Une ligne extrémiste, sur laquelle il a été mis en minorité au GO. "Les fraternelles sont une source d'emmerdements et de dévoiements permanents, persiste aujourd'hui Bauer, qui s'exprime désormais à titre personnel. Lorsque des frères d'un même métier se réunissent, on passe très vite de la relation fraternelle au copinage et du copinage à l'affairisme." La même prévention se retrouve à la fois dans le discours du grand maître de la GLF et dans celui de la GLNF. En revanche, pour Bauer, un groupement fraternel aussi large que La Reynie ne pose pas problème. D'ailleurs, les flics frangins ont toujours continué à organiser leurs "planches" - telles l' "hospitalisation sans consentement" ou l' "espace judiciaire européen" - et leurs agapes au septième étage du siège national du GO, rue Cadet, à Paris, en dépit des discours hostiles du grand maître. 

Si le travail en atelier est réel, beaucoup de policiers n'y entrent pas moins avec l'espoir, un jour, d'être pistonnés ou d'obtenir des passe-droits. "Je suis souvent approché par des collègues qui tiennent à me voir seul, dans mon bureau, confie ce syndicaliste policier. Là, ils me font comprendre qu'ils participent à des réunions philosophiques, le soir, bref qu'ils "en" sont. Puis ils me sollicitent pour favoriser une promotion, une mutation, une décoration ou une faveur quelconque, voire des interventions sur des affaires en cours." "J'ai vu le fils d'un policier maçon repêché alors qu'il avait échoué au concours d'entrée de la police", narre Jean-Claude Gleize. 

Un autre fonctionnaire maçon à la retraite se souvient que, lorsqu'il siégeait à la commission qui décide de l'avancement des carrières, réunissant les représentants de l'administration et ceux des syndicats, "1 personne présente dans la salle sur 2 était un frère". Du coup, quand un policier est promu sans raisons apparentes, ses collègues soupçonnent immédiatement l'intervention de réseaux occultes... "A l'inverse, celui qui est mis sur la touche trouve souvent une explication commode, raconte un commissaire: ''C'est parce que je ne suis pas maçon.''" Les demandes viennent parfois de l'extérieur, souvent pour faire sauter des PV. Mais aussi pour des requêtes plus importantes. Ce commissaire de la PJ raconte ainsi qu'on s'inquiétait parfois auprès de lui de certaines gardes à vue de frères. "Un chirurgien orthopédique, qui savait que j'étais maçon, voulait que je le mette en relation avec le ministre, car il avait un projet pour les accidentés de la route", se souvient cet autre policier. 

Il est vrai que, chaque ministre ayant des frères dans son entourage, certains fonctionnaires peuvent espérer entrer dans ses bonnes grâces en devenant maçons eux-mêmes. Au cabinet de Pasqua, c'était le frère Daniel Léandri, ancien brigadier promu officier, qui centralisait les dossiers sensibles et les demandes d'avancement. Côté socialiste, Pierre Joxe, initié lui aussi, avait truffé son cabinet de frères. De même, quelques fonctionnaires de la préfecture de police de Paris ont dû penser qu'il serait peut-être bon pour leur carrière d'être cooptés à la GLF, où Philippe Massoni occupe les plus hautes fonctions. "On m'avait dit: ''Jamais tu ne pourras devenir contrôleur général de la police nationale si tu n'es pas franc-maçon.'' J'y suis arrivé quand même!" confie Jacques Genthial, ancien directeur central de la police judiciaire. 

De plus, certains maçons ayant quitté la police ont conservé des liens fraternels avec leur ancien milieu. Le cas le plus célèbre est celui de Michel Baroin. Cet ancien commissaire des RG, disparu dans un accident d'avion, devenu grand maître du GO et président de la puissante Garantie mutuelle des fonctionnaires (GMF), employait certains de ses frères collègues à la retraite. De même, un autre ancien commissaire des RG, passé à la préfectorale, occupe actuellement un poste sensible à la mairie de Paris. 

Mais, attention! chaque médaille a son revers et le coup de pouce peut se révéler contre-productif. Cet ancien grand maître raconte qu'il recevait des appels téléphoniques de frères policiers souhaitant obtenir une intervention de sa part. "Il m'est arrivé d'intercéder, confie-t-il, après avoir précisé au demandeur que ma démarche pouvait lui nuire autant que lui apporter." "Le racisme antimaçon existe encore chez certains chefs", ajoute Vanlerberghe. L'appartenance à une loge est d'ailleurs souvent utilisée dans des querelles de pouvoir. "C'est la dernière accusation qu'on balance quand on n'a plus d'arguments", s'indigne un policier responsable syndical. Ce membre du GO est actuellement la victime d'une campagne de dénonciation au sein de son organisation. Dans un tract, on parle de sa "philosophie", on le dit "logé", etc. Quelques mots suffisent pour comprendre que c'est un "franc-mac". Il réfléchit à déposer plainte devant la justice. 

Ces batailles internes entraînent des querelles de chapelles compliquées. Ainsi, parmi les innombrables remous internes à la défunte Fédération autonome des syndicats de police (Fasp), c'est carrément une vraie liste de "frangins" qui avait circulé pour dénoncer une prise de pouvoir "maçonnique", en 1996, du jeune Jean-Louis Arajol à la tête du premier syndicat de police français. Patron de la principale organisation affiliée à la Fasp, le Syndicat général de la police (SGP), Arajol était membre de l'association Initiative républicaine, créée par un ancien conseiller de l'ordre du GO, Bernard Teper, chargé de la communication de la Fasp, et soupçonné par ses détracteurs de tenir Arajol sous influence. "Initiative républicaine n'a rien de maçonnique, c'est un club d'intellectuels laïques", réagit un proche de Teper. 

Le mystère et les fantasmes entourant la maçonnerie peuvent rapidement se transformer en soupçons et en accusations. Un important franc-maçon du ministère de l'Intérieur en a fait la pénible expérience. Jean Nadolski, un commandant de police, alors président de La Reynie, fréquentait la loge Spinoza de la GLF, la même qu'Eric Turcon, avocat d'Alfred Sirven, l'un des principaux protagonistes de l'affaire Elf et... maçon lui-même, au GO. Or, en fuite, ce dernier semblait se jouer des recherches des policiers français comme s'il bénéficiait de complicités dans les couloirs du ministère. Le frère Nadolski fut vite soupçonné car il était chargé des relations internationales, avec le secteur du monde englobant les Philippines... justement là où Sirven se cachait. Entendu, à sa demande, par le directeur général de la police, Jean Nadolski a été blanchi de toute accusation. 

Certains policiers maçons ont aussi été, par le passé, mêlés à de véritables affaires d'Etat. "La franc-maçonnerie est une réplique de la société française, plaide Vanlerberghe: il y a autant de déviances qu'ailleurs." 

On se souvient du scandale de Carrefour du développement, qui mit aux prises Christian Nucci, ministre de la Coopération, et Yves Chalier, son chef de cabinet, tous les deux frères en maçonnerie dans la loge Victor-Schoelcher du GO. Les divers rebondissements de ce feuilleton ont conduit à la mise en examen d'un policier maçon, Jacques Delebois. Cet ex-n° 2 du Service de coopération technique internationale de la police et ancien commissaire à la DST a été accusé d'avoir fourni le vrai-faux passeport utilisé par Yves Chalier pour fuir la France. 

Non moins célèbre, l'affaire Schuller-Maréchal, en 1995, a commencé avec un chef d'entreprise, Francis Poullain, ancien brigadier de police maçon, qui avait conservé un véritable réseau d'influence. Lors de l'affaire du vol de scellés d'Elf, en 1997, quand des procès-verbaux disparurent mystérieusement de l'un des bureaux de la sous-direction des affaires économiques et financières de la rue du Château-des-Rentiers, un autre policier maçon, proche d'un directeur de la même obédience, fut suspecté. Cette hypothèse n'a pas été confirmée par l'enquête judiciaire, qui a abouti à un non-lieu. Elle a, en tout cas, beaucoup pesé sur les investigations. 

Donnée comme un haut lieu de la franc-maçonnerie, et en particulier de la GLNF, la région niçoise est citée comme le meilleur exemple de cette confusion des genres. Le procureur Eric de Montgolfier, qui s'est lancé dans une croisade contre des filières maçonniques locales suspectées d'intervenir au sein même de la machine judiciaire, a mis en évidence la troublante attitude de certains policiers locaux. Alain Bartoli, gardien de la paix, affecté à la police de l'air et des frontières et par ailleurs frère de la GLNF, avait ainsi utilisé, en 1999, les fichiers de la police pour obtenir des informations sur des candidats aux loges de son obédience. Il aurait interrogé à plus de 600 reprises, en dix mois, les systèmes informatiques du ministère de l'Intérieur, étendant son insatiable curiosité à d'autres personnalités: Jacques Chirac, Jean-Pierre Chevènement, alors son ministre de tutelle, Alain Delon... 

Le frère Bartoli, trésorier de la loge Lympia, désigné comme député grand porte-glaive à la Grande Loge provinciale Alpes-Méditerranée de la GLNF, une sorte de procureur, n'avait, semble-t-il, repris que de vieilles traditions. Son supérieur au même poste en maçonnerie, Alain Taddeï, ex-enquêteur de la brigade financière de la ville et désormais à la retraite, avait été interdit de présence par le procureur Eric de Montgolfier dans les locaux du commissariat où il conservait, jusqu'alors, ses habitudes. Au siège de la GLNF, on souligne que ces faux frères flics ont été exclus. 

L'implication de policiers maçons dans divers réseaux aux objectifs sinon troubles, du moins mystérieux a pu également se vérifier à l'occasion des tentatives maçonniques pour trouver une solution au problème corse. Des négociations qui conduisirent à la démission du grand maître du GO: Simon Giovannaï. 

Le 22 janvier 2000, une réunion discrète se tient au siège du Grand Orient. Des indépendantistes corses, maçons pour la plupart, et au moins un représentant du Parti socialiste - le Premier ministre Lionel Jospin a toujours nié être au courant de ces tractations - tentent d'amorcer le dialogue. Il est surprenant que le contact entre le GO et les nationalistes soit alors un officier des RG. Présent à toutes les étapes de cette affaire, ce dernier a finalement rendu compte à sa direction. Etonnante confusion des rôles, où l'on voit un maçon policier dénoncer d'un côté ce qu'il aide à mettre en ?uvre de l'autre. 

Mais la maçonnerie a également des vertus: elle insuffle les valeurs démocratiques à l'institution policière. "Ils retrouvent en maçonnerie ce qu'ils ont appris dans les écoles de police: l'idéal républicain", explique un frère. "C'est très facile de reconnaître un policier maçon: il n'y a qu'à l'écouter parler." A les entendre, en effet, certains ne sont pas loin du mysticisme républicain. Mais l'apport de la maçonnerie ne se limite pas aux mots, il passe aussi par des actes. 

A cause des dérives du passé, les flics frangins, en fait, surveillent les autres policiers comme le lait sur le feu, en veillant à éviter tout dérapage. Ne pas transformer les CRS en milices a ainsi été une préoccupation des responsables syndicaux, fortement entourés par les maçons, en Mai 1968. "Si on n'a eu aucun mort, c'est un peu grâce à la maçonnerie, explique un syndicaliste membre du GO. Parmi les officiers qui encadraient les CRS, les maçons faisaient sans cesse le tour des compagnies pour leur rappeler les limites à ne pas dépasser. Les commandants d'unité étaient sur la même longueur d'onde et les CRS s'en sont tenus au maintien de l'ordre républicain." 

Autre exemple: "Quand un fonctionnaire passe devant la commission paritaire de discipline pour un tabassage ou un dérapage raciste, témoigne l'un de ses membres, les frères s'efforcent aussi de voir le chef de service, de le sensibiliser au respect du Code de déontologie de la police nationale." Ce code moral est le bréviaire des maçons. Il a été instauré par le frère Pierre Joxe - mais mis en application par Charles Pasqua, en 1986 - avec le concours de la Fasp. Tout fonctionnaire de police doit en avoir sur lui des extraits et le texte est affiché dans tous les commissariats. 

La maçonnerie se pratique aussi au quotidien, sur le terrain. "J'avais 120 personnes sous mes ordres, raconte cet officier, maçon depuis onze ans. A chaque réunion du matin, je leur rappelais que je ne tolérerais aucune bavure ni qu'un gardé à vue soit tabassé." "La plupart des frères policiers ont une façon moins musclée de procéder à une interpellation ou à un interrogatoire, renchérit Eric Vanlerberghe. Ils ont spontanément à l'esprit des principes. Même si, parfois, une bonne paire de baffes pourrait être plus efficace!" 

Roger Dachez a, lui, d'autres raisons de se réjouir: "La franc-maçonnerie est doublement heureuse de nourrir en son sein autant de policiers. D'abord, cela la place au-dessus de tout soupçon de complot anti-étatique, accusation qui l'a poursuivie jusqu'au régime de Vichy. Ensuite, nous ne redoutons plus d'être infiltrés par la police: elle est chez nous!"


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/comment-les-francs-macons-ont-investi-la-police_489886.html#15z4ejpHIBmxcB27.99

 

Soutiens (liste et informations en cours non exhaustive):

 

Association I Comme Identité (représentée par Jean Le Bail 06.77.47.50.82 link)

 

- - - nous vous attendons - - -


 

 justitia1.jpg

 

trajet-manif-22-mars-2014.jpgTrajet de la manifestation sous réserve de modification en cas de grande mobilisation.

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 09:36
Le crime d'être père, de Sylvain Moraillon, Ed. La boîte à Pandore.

Les histoires d'amour finissent mal en général...et quand il y a des enfants, la guerre que certains parents déploient devient meurtrière. C'est ce qu'il advient à Sylvain Moraillon. Le cas récurrent ces derniers mois de pères juchés au sommet de grues pour réclamer une révision de leur dossier de garde ou de visite est l'arbre qui cache la forêt.

Non, les droits des pères en France ne sont pas égaux à ceux des mères.

Oui, la garde partagée qui est privilégiée automatiquement dans certains pays européens n'est pas appliquée facilement en France.

Sylvain Moraillon met en cause la justice française et les services sociaux avec un réalisme qui fait froid dans le dos. Tout le monde passe à la moulinette de son expérience : le JAF, les procureurs, les experts mandatés, les psychologues et les avocats.

Alors, avec une plume méchante, agressive, vraie et cruelle, Sylvain Moraillon raconte son calvaire et celui des autres parents.

Car aujourd'hui, les pères hurlent leur désarroi et leur tristesse : ils aiment leurs enfants et veulent s'en occuper !

Non, un enfant n'est pas un jouet.

(Editions La Boîte à Pandore - 6 mars 2014)

le-crime-d-etre-pere.jpg 
Sylvain Moraillon est parolier, compositeur, producteur de télévision. Il est père de 3 enfants et vit à Paris. Il est vice-président de l'association Violette-Justice (association de lutte contre la maltraitance institutionnelle infligée aux enfants et à leur famille) et de l'ADUA (association de défense des usagers de l'administration).

Acheter le livre

http://livre.fnac.com/a6537681/Sylvain-Moraillon-Laissez-moi-etre-pere

http://www.e-leclerc.com/espace+culturel/produit/le-crime-d-être-père,19685451/
-
Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 11:08

Pierre Marie DESCOURS                                                                         Vinay, le 10 mars 2014

24, Cours Stalingrad

38470 – Vinay

 Monsieur le Président de la République

                             Palais de l’Elysée, 55, Faubourg St Honoré

75008 - Paris


               Madame le Garde des Sceaux

13, Place Vendôme

75001 - Paris

 

Au Président de la Cour d’appel

T.G.I. de Grenoble, Place Firmin Gautier

38000 - Grenoble

 

LETTRE DE SOUTIEN A  RENE FORNEY


 

 

                                   Monsieur le Président de la République,

 

                                   Madame le Garde des Sceaux, Ministre de la justice,

 

                                   Au Président de la Cour d’appel de Grenoble,

 

 

            Par ce courrier, je vous signale le cas d’un justiciable grenoblois, René Forney dont la vie est en danger aujourd’hui. Il vient de suspendre une grève de la faim et de la soif de près de trois semaines pour crier à l’injustice, il a dû aller jusqu’à mettre gravement sa santé en péril pour dénoncer le traitement ignoble que la justice grenobloise lui inflige depuis une quinzaine d’années. On n’a aucun reproche à lui faire et pourtant, il se trouve depuis plus d’un mois derrière les barreaux d’une prison pour purger une peine d’emprisonnement ferme d’une année ou plus, on ne sait pas. Bien que n’ayant à l’origine aucun rapport avec son histoire, je me trouve lié à son sort depuis une agression que nous avons subie ensemble il y a bientôt dix ans sur le parvis du Palais de justice de Grenoble, sous trois caméras de surveillance et sous les yeux de plusieurs témoins figés par la brutalité de l’agresseur et la gratuité de l’attaque, c’était le 4 avril 2006, il était 14 H 30.

 

« On n’a rien à lui reprocher, et il se trouve en prison ? » Là, pour comprendre, je dois parler de notre agresseur et de son entourage : un ancien commissaire de police, révoqué, reconverti dans le banditisme, Bruno C--- [RCB:comme il fait peur a tout le monde, il faut masquer son nom et faire persister le silence de ce mafieux] et toutes ses relations. Cet ancien serviteur de l’Etat avait pendant ses vingt années de service au commissariat de Grenoble tous les policiers à ses ordres et ils traquaient les malfrats, aujourd’hui, radié de la police pour fautes graves depuis 1992, il est passé de l’autre côté et a encore à sa botte nombre de fonctionnaires de la République, pas seulement dans la police qui lui reste pour l’essentiel servile mais aussi dans la justice et dans la médecine au besoin. Lui et sa meute s’en prennent aujourd’hui à ce citoyen courageux et déterminé, René Forney qu’ils ont fini par faire embastiller le 7 février dernier. Nous n’avons plus de justice à Grenoble, nous avons à la place une véritable organisation criminelle aux ordres d’un mafieux et de son réseau de serviteurs zélés, une multitude de magistrats, d’avocats, de notaires, d’avoués, d’huissiers, d’experts et même de médecins quant à l’occasion, il lui faut une attestation du C.H.U. pour couvrir ses délits, retourner ses violences et persécuter encore ses victimes.

 

Je vous livre quelques réflexions de différents acteurs locaux qui ont eu affaire à l’individu pour peu qu’ils aient le courage de parler.

 

Au Dauphiné Libéré, un journaliste : « C---, c’est un [modifié par RCB en: membre d'une communauté qui existe dans la communauté nationale], un [membre d'association cultuelle dont on a déjà parlé sur RCB] et c’est un ancien [modifié par RCB en: vocable choisi pour désigner un agent de police], contre lui vous n’avez aucune chance. »,

 

un autre : « Moi, je me mets pas devant lui, il donnait des cours de karaté à ses policiers pendant ses vingt années au commissariat de Grenoble. »

 

Moi non plus, il est venu sur nous par derrière, nous ne l’avons pas cherché.

 

Un avocat grenoblois, Me Patrick Martin me met en garde : « Faites attention ! C--- ne risque rien. Je peux vous dire qu’il n’a aucun problème pour obtenir des permis d’inhumer des procureurs de Grenoble. Il a la protection de toutes les institutions d’ici jusqu’à Nice. » Cet avocat a passé deux années au barreau de Bastia, il me disait dans la foulée : « Même là-bas, je n’ai pas connu la corruption qu’il y a à Grenoble. »

 

Un policier du Palais de justice que je croise en ville, au sujet de ce que j’ai entendu : « Ça, tout le monde le sait. On le craignait tous quand c’était le Patron. C’est une pourriture mais il a ses relations, on peut rien faire. »

 

En effet, il n’a été dénoncé deux fois que par lettres anonymes dans une gendarmerie grenobloise. La première fois en 1992, il employait ses policiers pendant leurs heures de service pour effectuer des travaux dans sa villa et dans l’étude d’huissiers qu’il prévoyait occuper après sa mise en disponibilité, ses fournitures étaient payées par le commissariat, sur ces faits il a été définitivement radié de la police.

 

La deuxième fois en 2003, avec la complicité d’un de ses anciens subordonnés, il sortait des fichiers confidentiels de la police qu’il vendait à une société de contentieux et de recouvrement de créances dans le centre de la France, il encaisse plus de 700.000 euros en deux années de ce trafic et n’est condamné au final qu’à une amende de 2 % du butin et quelques mois de prison avec sursis.

 

René Forney s’est fait dépouiller de tous ses biens par ce trafic et les complicités des hommes de loi qu’il avait engagés pour sa défense. C’est à la sortie d’une audience d’appel dans cette affaire de fichiers volés à la police, le 4 avril 2006 à laquelle il assistait comme partie civile, que nous nous sommes fait tabasser, René Forney et moi, par cet escroc ancien commissaire de police, simplement parce que René s’était déclaré victime de son escroquerie. L’agression a été filmée par les caméras de surveillance du parvis du Palais de justice, on nous a affirmé qu’elles n’avaient rien vu de l’altercation et que de toute manière les enregistrements étaient effacés au bout de sept jours ! Nos quatre témoins ont été écartés des débats parce qu’ils nous connaissaient et que leurs dires ne pouvaient qu’être tendancieux, la justice a par contre retenu les témoignages de deux avocats grenoblois qui ont donné une version invraisemblable des faits. Les policiers de leur côté ont entièrement réécrit nos dépositions pendant nos 48 heures de garde à vue et photocopié nos signatures au bas de leurs textes. Et pendant notre détention, l’ex commissaire est allé dicter une attestation totalement imaginaire au médecin urgentiste du C.H.U. de Grenoble. Il n’avait pas la moindre égratignure mais se fait diagnostiquer une fracture fermée à une côte sans pouvoir dire de quelle côte il s’agissait, l’urgentiste a accordé 2 jours d’arrêt de travail, pas d’I.T.T. pour cette "fracture" puis il a refusé de signer le certificat ou d’y apposer le cachet de l’hôpital, ce papier n’a dès lors aucune valeur. C--- s’est fait alors réimprimer l’attestation par le C.H.U. le lendemain et sans nouvel examen, il s’est inscrit lui-même au stylo 5 jours d’I.T.T., 5 jours d’Arrêt de travail et 30 jours de soins, là le médecin urgentiste a reçu l’ordre de son chef de valider le certificat et la justice l’a ensuite enregistré.

 

Je suis allé parler de l’affaire à la Police Judiciaire de Valence, les enquêteurs connaissaient C--- de réputation, « ce polonais qui vendait les fichiers de police », l’affaire avait fait du bruit à l’époque, et ils m’ont fourni eux, la preuve qu’au moins un des PV avait été falsifié. Nos premières auditions s’étaient déroulées le 4 avril en même temps, de 18 H 05 à 19 H 10 pour René devant le policier P. B. [anonymé] et de 18 H 05 à 19 H 25 pour moi devant l’OPJ C.D.[anonymée], dans deux bureaux distincts et avec deux postes de saisie différents, pourtant les six pages des deux PV d’audition portaient toutes le code identificateur du même poste de saisie, c’était impossible, le même poste n’avait pas pu écrire les deux textes à la fois, il y en avait forcément un qui était un faux, la preuve était irréfutable. La justice grenobloise a balayé l’argument en n’en faisant qu’« une imperfection technique sans conséquence pratique. »

 

Circulez ! Faux témoignages des deux avocats grenoblois, faux en écriture publique de la Police Judiciaire grenobloise et faux certificats médicaux du C.H.U. de Grenoble, une justice et une police aux ordres d’un truand chevronné. Et toutes nos plaintes ont été classées, sans exception.


Un couple de témoins, donc d’"amis" venant d’Aubenas en Ardèche avait un appareil photo, notre amie était justement en train de nous photographier lorsqu’elle aperçut C--- se diriger vers nous, j’apparais sur toutes les photos, neuf au total, je n’ai fait que tourner la tête entre les trois premières et les six suivantes, on pouvait donc prouver que nous n’avions pas fait un pas dans sa direction quand lui avait monté avec sa compagne les huit marches qui permettent d’accéder au parvis depuis la rue. Nous étions donc en cas de légitime défense, la justice a du le reconnaître mais elle a argué que la riposte avait été disproportionnée par rapport à l’attaque en niant l’évidence, ignorant que nous avions été examinés, René et moi pendant notre garde à vue par un médecin réquisitionné par la police qui nous avait prescrit à chacun 3 jours d’I.T.T. pour de bien réelles blessures au visage et aux membres supérieurs, et que, quand nous avons pu consulter nos médecins de famille respectifs, René en avait eu 3 de plus, et moi 2 de plus. Nous avions donc 11 jours d’I.T.T. à tous les deux, lui n’avait que 2 jours d’Arrêt, et encore de complaisance, malgré cela le président JYC [anonymé] de la justice grenobloise a décidé contre toute logique que nous avions eu le dessus, que nous lui avions cassé une côte, nous étions coupables de violences volontaires en réunion, condamnables et cette justice nous a condamnés à deux mois de prison avec sursis, à verser 3.600 euros de réparation à notre agresseur et elle nous a privés pendant trois années de nos droits civique, civil et de famille.

 

Voilà au travers de cette expérience commune le genre de justice grenobloise que subit René depuis 1998 avec ses magistrats, ses notaires, ses avocats… Et vous pouvez le comprendre maintenant, comprendre son ressentiment contre ceux qui l’ont dépouillé.

 

photo10 agression TGI contre Forney et Descours4 avril 2006 devant le TGI de Grenoble

 

Pour moi aujourd’hui l’affaire n’est toujours pas close puisque, huit années après les faits on me convoque encore devant la Cour d’appel pour répondre d’un refus de prélèvement biologique. En réalité, nous avons été soumis tous les deux, René et moi à un prélèvement biologique quelques minutes avant de passer devant les enquêteurs de police, puis on n’en a plus entendu parler jusqu’en fin octobre 2010 où j’ai été convoqué pour me soumettre à un nouveau prélèvement. J’ai refusé en disant que cela avait été fait le 4 avril 2006. Le gendarme m’a entendu et me dit qu’il me signalerait s’il devait y avoir une suite, puis plus de nouvelle jusqu’en mai 2013, là, convocation devant le tribunal correctionnel pour refus de prélèvement biologique ! Demain 11 mars 2014, une nouvelle audience d’appel pour traiter encore des suites du 4 avril 2006, ce prélèvement n’a, huit années après les faits, plus aucune raison d’être, là, c’est devenu à l’évidence, du harcèlement judiciaire.

 

J’ai écrit ce texte pour me défendre devant la Cour d’appel mais surtout pour prendre la défense de René, pour exposer, pour expliquer sa situation, on peut rendre hommage à son courage exceptionnel face à l’arrogance des magistrats, ces traîtres de la justice telle qu’on se la conçoit avant de la fréquenter. Je demande à ce qu’on fasse la plus grande publicité à cette lettre de soutien, qu’on dénonce ces magistrats tout puissants, au dessus des lois, leur sadisme jouissif quand ils s’en prennent à d’honnêtes citoyens pour protéger des criminels avérés, pour se protéger eux-mêmes.

 

Nous apprenons ce soir avec stupeur que René qui avait suspendu sa grève parce qu’il avait retrouvé confiance dans l’hôpital de Lyon doit être ramené à la prison de Grenoble-Varces demain. Il va reprendre sa grève de la faim. Le magistrat Pierre Marie C--- l’a fait interner à Varces pour le liquider, René le sait, il le sent, les magistrats n’ont pu le faire taire en l’intimidant, ils l’élimineront là, et ils ne risquent rien puisque c’est eux qui feront l’enquête. René sait et vous savez vous aussi maintenant comment C--- a retourné l’agression pour nous en rendre les auteurs, C--- et tous ses magistrats grenoblois, ils sont chez eux à Varces, René leur est livré. Sans défense. Tous ceux qui auraient pu agir et qui ne l’ont pas fait sont responsables, et seront dénoncés publiquement.

 

René, on est tous avec toi. Tiens bon, on prie tous pour toi. Que Dieu te garde.

 

Pierre Marie DESCOURS

 

[NB RCB: n'étant pas juriste dans le droit de la presse, mais tenant à rendre vivace le droit d'expression et d'information constitutionnel, je me réserve quand aux détails que je pourrais compléter s'il y a lieu ultérieurement.]

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 15:16

RCB: René va mieux!

 

Le comité de soutien de René Forney compte actuellement 567 participants, ajouté à 57 qui ne savent s'ils vont assister à la manifestation prévue le samedi 22 mars à Lyon, c'est à dire 624 membres au minimum à ce jour. D'autre le rejoindront sans doute.

 

René est actuellement transféré en soin à l'hopital-prison de Lyon (il n'existe que peu de services hospitaliers de ce type en France créés depuis quelques années seulement; leur financement est même menacé mais ces centres spécialisés de haute sécurité comme j'ai pu m'en rendre compte vue la vigilence de la sécurité du site, sont nécessaire à soutenir car les besoins sont importants pour éviter les disparitions faute de soins suffisants de détenus abandonnés ou trop souvent des suicides carcéraux mal anticipés.

 

Son avocate Florence Patrimonio l'a trouvé très affaibli, très pâle. Mais il est très préoccupé à répondre aux nombreuses lettres qu'il reçoit. Il ne peut pas répondre à tous et peut-être ne reçoit-il pas tout ce qui a été envoyé. Il remercie tout ses soutiens ! Il garde le cap qu'il s'est donné bien qu'il se mette en danger.

 Hopital-Prison.jpg

 

 

COMMUNIQUE DU COMITE DE SOUTIEN:


René Forney, âgé de presque 60 ans, est abusivement emprisonné depuis le 7 février 2014 à la prison de Varces (Grenoble 38) pour avoir traité un magistrat de "truand".

Victime depuis 17 ans des « magouilles » de « la justice », René est en grève de la faim et de la soif .

Après avoir violé ses droits à une vie de famille, après avoir spolié ses biens, après l'avoir précarisé socialement, la justice grenobloise s'acharne sur René au prétexte qu'il dénonce les dérives, trafics d'influence et abus de pouvoir d'intervenants de la justice.

Parce qu'il a des valeurs de moralité, de probité, qui font défaut à nombre d'intervenants du milieu judiciaire, René subit les représailles d'individus dépositaires de l'autorité publique qui veulent le réduire au silence quitte à lui faire perdre la vie.
Pour avoir osé réclamer que la loi et les règles de Droit soient respectées en France, René risque sa vie.

Lorsque ceux là même que l'Etat a chargé de faire respecter la loi abusent du pouvoir de leurs fonctions, participent à des réseaux affairistes, s'adonnent à la corruption, au trafic d'influence, violent les lois et les règles de procédure, notre pays n'est plus un Etat de Droit.

Quand 75% des français ont un sentiment de défiance à l'égard de l'institution judiciaire comment les magistrats peuvent continuer de prétendre qu'ils rendent leurs décisions au nom du peuple français ?
Le combat de René pour la justice dans notre pays est notre combat à tous.

Pour en savoir plus ,cliquez sur les liens ci-dessous et rejoignez nous :


Comité de soutien :

https://www.facebook.com/events/495793143863957/506451682798103/?comment_id=506455879464350&notif_t=event_mall_reply

Vidéos instructives et explicatives sur les dénonciations de René Forney :

http://www.dailymotion.com/video/x38njo_le-proces-de-la-mafia-grenobloise_news?start=63

http://www.youtube.com/watch?v=v4WKreeOwwM

http://www.dailymotion.com/video/xty0fp_magistrats-mafieux-recuses-en-public-grenoble-resistance-aux-abus_news

site web de René : http://www.trafic-justice.com/

soutien ET INFO :
http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/article-rene-forney-ecrit-a-la-ministre-reponse-une-incarceration-122468775.html

http://echosdesmontagnes.e-monsite.com/pages/rene-forney-prison-varces-policiers-justice.html

Intervention de René fin janvier au colloque sur la justice ,organisé par Mme TAUBIRA :

http://www.trafic-justice.com/sitene24/scandal/JUSTICE-du-21-SIECLE-forney100114.wav

 

[==> N'oubliez pas de mettre votre email dansle module pour les news letters et les articles RCB]

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 12:48

Monsieur le Prefet,

Suite a une certaine fatigue des hommes qui luttent contre la privation de leurs enfants depuis des annees, nous avons decide d'attendre lundi pour la manifestation et aviser ce weekend, L'Isere peut dormir tranquille ce soir. Le con d'Americain reste en Ardeche. Je vous tiens au courant de l'evolution.

Cependant, nous sommes plus que consternes par le traitement reserve a notre ami Rene Fournay ([erratum: Forney], un homme de 62 ans, en greve de la faim [et de la soif], malade, apparemment souffrant du coeur au point de necessiter un electochoc SANS LA PRESENCE D'UN MEDECIN, tout ca pour avoir eventuellement insulte quelques magistrats. Le fait de rapporter son audience a la fin mars peut lui etre fatal. Vous pensez vraiment que l'outrage contre un magistrat vaut la peine de mort? Meme au Texas il faut faire un peu mieux que cela pour etre assassine par l'Etat.

Je vous prie donc d'intervenir en faveur de M. Fournay [Forney].

Merci.

Scott, pere de Rose, ami de Rene


etoile-de-Sherif-Texas.jpg

 

(Remarque: envoyé au préfet hier vendredi 28 à 22h; les gras et crochets [---] sont des ajouts RCB) 

 

Complément: la lettre de déclaration de manifestation:

declaration-de-manif-28-fevrier-2014.jpg

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 20:40

 Voilà enfin que Florence Patrimonio me dit être avec René Forney en chambre carcérale au CHU de Grenoble.

 

Elle a passé toute la journée avec William Bec et Pierre Marie Descours pour faire exécuter son autorisation de « permis de communiquer » délivré par le juge d’application des peines lundi passé à la maison d’arrêt de Varces ; mais après maints refus par le personnel hospitalier sous obligation hiérarchique, il aura fallu attendre et attendre des heures durant toute la journée pour obtenir enfin une nouvelle autorisation du préfet de police pour accéder au lit de René. Depuis plusieurs jours, après les courriers réceptionnés par les uns ou les autres, nous étions très inquiets. Avec une voix très affaiblie, j’entends la voix de René !

 

René m’explique alors qu’il a senti qu’on voulait le mettre en isolement total dès le début de son incarcération. C’est ce qui l’a décidé à entamer une grève de la faim et de la soif ! Par conséquent c’est depuis le début, le 8 février, il y a 19 jours ! Si pour une grève de la faim, des études ont montré qu’il était dans certaine conditions possible de tenir plus d’un mois, en revanche pour l’alimentation en eau, quelques jours suffisent pour terrasser n’importe quel molosse. René m’a expliqué sommairement ce qui se passe dans son corps : comme un engourdissement général lorsqu’on s’appuie trop sur une jambe.

 

René m’explique qu’il est tombé plusieurs fois dans un état inconscient et que le service de l’infirmerie de la maison d’arrêt a même utilisé le 17 février des électrochocs par deux fois. C’est ainsi que sonné, mais à demi conscient, car il n’a pas eu d’arrêts cardiaques comme on le supposait, entre deux perfusions, il a senti sans rien pouvoir faire une douleur tellement intense : « comme si on vous enfonce un râteau dans la cage thoracique ! » D’où le dessin qu’il a envoyé à plusieurs d’entre nous. Devant l’affolement, les agents de l’infirmerie ont appelé les pompiers qui l’ont transporté au CHU une première fois. La situation, mais cette fois-ci sans électrochocs s’est reproduites deux autres fois.

 

Torture-aux-electrochocs-a-l-infirmerie.jpg

 

Il m’a expliqué dans quelles conditions il avait été arrêté, sous la diligence du juge qui le poursuit qui est intervenu alors même qu’il avait fait opposition au TGI pour son incarcération mais une opposition qui n’a semble-t-il pas été enregistrée bien que le dépôt ait été effectif. Le juge a requis deux policiers directement. René a expliqué combien il était évident que c’est par des anomalies de procédure que son droit à la défense a été bafoué.

 

René est rentré de nouveau dans le détail des affaires qu’il dénonce sur lesquelles nous rentrerons dans les détails un autre moment. Disons qu’il rappelle les liens entre des policiers reconnus coupables et révoqués, des sociétés qui touchent à l’immobilier, des collectivités territoriales dont les services sont reliés à ces sociétés par des relations matrimoniales, et en définitive que c’est une partie de la classe politique qui s’est partagée les bénéfices d’affaires frauduleuses au prorata du nombre d’électeurs pour financer des opérations électorales. Que ce système n’est pas nouveau à Grenoble et se reproduit dans le temps et dans l’espace dans un certain pluralisme.

 

Là, j’ai rassuré René qui m’aurait détaillé la saga grenobloise si la fatigue et l’extinction de voix ne le dissuadait pas ; en lui indiquant que nous étions nombreux à le soutenir avec un comité de soutien décidé, aux nombreux membres, et qu’il avait fait le principal. Nous le remercions. Il doit maintenant se reposer, nous prenons le relais en commençant par la demande de suspension de peine pour raison médicale.

 

Nous pouvons tous remercier Pierre Marie, William, Florence et ceux qui les ont accompagnés ou faciliter le respect des droits de la défense toutes cette longue journée, mais qui nous rassure tous !

 

(voir aussi https://www.facebook.com/reseaucolin.bagnard)

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 16:30

 Lyon - Grenoble le 27 février 2014.

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Rene-Totem.JPG(photo Yves Pomel)

 

René Forney a été hospitalisé en soins intensifs par trois fois dans un état grave le 17 février et grâce au SAMU en urgence le 25 février 2014 au CHU de Grenoble à la demande de son avocate à la suite d’un courrier tout à fait alarmant ; et on apprend qu’il a été réadmis aujourd’hui à l’Hôpital Michallon.

 

Le SAMU que son avocate a été obligé de réclamer vu les informations préoccupantes a constaté sa perte de connaissance et l’alerte a vraisemblablement sauvé le détenu car nous savons qu’il a subit des électrochocs en prison, indices de défaillances cardiaques.

 

L’administration pénitentiaire a refusé tous les permis de visite de ses nombreux soutiens et notamment son frère n’a pas pu le voir ;

 

L’hôpital refuse que son avocate puisse lui parler alors qu’elle autporise la présence de nombreux policier dans la chambre !

 

La directrice et la chef d’établissement de l’administration pénitentiaire ont refusé l’accès aux informations médicales ;

 

Le greffe du juge d’application des peines refuse de faire la photocopie du dossier de condamnation à son avocate ;

 

Il ressort une carence manifeste de la maison d’arrêt de Varces  pour ce condamné ;

 

Qui a été réincarcéré en maison d’arrêt malgré son état hier le 26 février ;

 

Qu’il a perdu 10 kg pendant son séjour et qu’il a failli décéder à ces deux ou trois reprises ;

 

René Forney est gréviste de la faim et de la soif depuis le 8 février en conséquence de sa situation où il n’a pas pu bénéficier de tous les recours du droit ;

 

Il a été condamné à une peine de 6 mois de prison ferme par la Cour d’Appel de Nîmes le 26 juin 2013 pour « outrage à magistrat » alors que en première instance le 3 mai 2012 était de 3 mois pour des faits du 19 février 2009.

 

René Forney a été écroué le 7 février 2014 pour « outrage à magistrat » et la révocation du sursis concernant un autre dossier de « dénonciation calomnieuse » et « violence volontaire en réunion » totalement fictive. Un ancien policier révoqué pour faute grave a fait passer judiciairement une attaque sur ses victimes René Forney et Pierre Maire Descours en agression alors tout le monde peut voir en ligne ces faits contredis. Depuis René Forney n’a que des ennuis car il veut faire rétablir la vérité par la justice.

 

A l’origine de l’agression devant le TGI par ce policier qu’il estime corrompu et qui a été condamné, la dénonciation par René Forney de trafic d’influence par le détournement de fichiers de police au bénéfice d’actions de spoliations patrimoniales alimentant des campagnes politiques avec détournements de courriers, écoutes téléphoniques… des pratiques toujours en cours actuellement.

 

René Forney est un  polytechnicien, très rigoureux, avec le sens de l’honneur étant d’origine corse qui ne supporte pas la corruption. Il est absolument sans danger autre que pour les campagnes locales ; Pourtant à l’hôpital Michallon, se sont une dizaine de policiers qui le surveillent ! Nombreux sont ceux du comité de soutien qui attestent que René Forney n’est pas le malfrat qu’on veut faire apparaître. (Facebook « comité de soutien à René Forney »)

 

Il est reconnu par ses activités comme allant jusqu’au bout de ses idées : deux mois et demi perché sur une cheminée d’Eybens cet été, ce qui a été perçu comme un risque politique par les responsables de la communauté urbaine de l’agglomération grenobloise si privée de chauffage; il avait déjà suivi plusieurs grèves de la faim pour rétablir sa vérité judiciaire en particulier sur un divorce entaché de malversations notariales évidentes.

 

Comme il ne présente aucun danger pour les personnes sans compter son état d’épuisement, il est nécessaire de prévoir une suspension de peine pour raisons médicales,

 

Dans ces cas où le pronostic vital étant engagé, le code de procédure pénale prévoit la suspension de peine pour raisons médicales, le risque cardiaque étant évident puisqu’il a subit des électrochocs ;

 

Les dispositifs d’aménagement pour les courtes peines auraient dû s’appliquer d’amblée mais on ne fait que constater un acharnement judiciaire ;

 

La mission de réinsertion des condamnés n’a pas pour vocation leur disparition ;

 

L’infraction « outrage à magistrat » ne saurait être sanctionnée plus durement;

 

Il doit être libéré au plus vite déjà pour se rétablir puisque le service d’infirmerie de la maison d’arrêt ne peut pas assurer sa sécurité puisque deux ou trois fois il a été hospitalisé aux urgences du CHU de Grenoble ;

 

Vu l’urgence, il doit être libéré au plus vite, la responsabilité de l’Etat étant engagé en cas de décès.

 

 

Nicolas Sègerie,

Porte-parole du Réseau Colin Bagnard,

Un des Portes parole du Collectif la Grue Jaune pour l’Egalité Parentale.

 

 

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 16:15

Lettre ce jour à Georges Fenech,

Député du Rhône, ancien magistrat, spécialiste des sectes.

fronton-assemblee-nationale.jpg

 

Monsieur Georges Fenech,

Je vous interpelle d'urgence: René Forney incarcéré à Varces près de Grenoble semble-t-il de manière abusive est en danger de mort car il fait une grève de la faim et de la soif depuis le 9 février. Son avocate Maître Florence Patrimonio n'a appris cela que hier! La direction de la prison lui a refusé l'accès au prisonnier où elle s'est déplacée avec deux témoins.

Il s'agit d'un délit politique (6 mois fermes pour "outrage à magistrat" dans une lettre à la Garde des Sceaux et "dénonciation calomnieuse" sur internet; nous n'avons pas le détail). Comparé au "mur des cons", il y a deux poids deux mesures.

Je vous avais déjà sollicité cet été pour les dérives judiciaires pas seulement sur Grenoble (René n'étant que le haut de l'iceberg). Je pense que vous seriez fondé de demander une commission d'enquête sur ce qui se passe dans les palais dans notre République. Nous avions évoqué la questions des réseaux manifestes à l’œuvre mais il ne s'agit pas de cibler a priori tel ou tel; on sait bien que c'est plus compliqué. une conséquence est l'abandon de la réforme de la famille (heureusement d'un certains côté, mais cela bloque toute avancée du coup). La déception de tout le mouvement de l'égalité parentale est profonde.

J'apprends à l'instant que René Forney a été pris en charge par le SAMU à la demande de Maitre Patrimonio et déplacé en service intensif à l’hôpital Michallon de Grenoble.

Vous pourriez intervenir pour que la peine de ce curieux prisonnier que les gardiens de Varces ne trouvent pas à sa place soit déjà protégé dans sa survie, puis que l'on trouve rapidement un aménagement de peine, une suspension ou un suivi électronique puisqu'il cumule les critères d’honnêteté et de non dangerosité autre que contre lui-même par ces grèves vu son état de santé déjà affecté sans parler de plus que cela dans ses affaires très localisées.

Monsieur le Député, j'attends une réponse à cette missive urgente.

Je compte sur votre connaissance du système judiciaire et de ses problématiques pour agir au nom du peuple.

Merci d'avance.

Nicolas Sègerie, pour le Réseau Colin Bagnard
04.72.38.77.62 - 06.68.71.31.21.
reseau-colin-bagnard@orange.fr
http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/article-rene-forney-en-danger-a-la-maison-d-arret-de-varces-122712018.html

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 01:53

Sujet : proposition de M. FONVIEILLE pour René FORNEY

Date: Wed, 19 Feb 2014 08:57:27 +0100
From: anvedj81@orange.fr
To: [- - -]
Subject: re: infos pour René FORNEY

Bonjour Madame [- - -],
 
Il me semblerait très important que sous le couvert d'une association nous lancions une pétition (Avaaz.org, Change.org ou autres...) pour soutenir René adressée au Président de la république.
 
Pour ce faire, le contenu de cette pétition devrait mentionner que toutes les centaines, voire des milliers de victimes (spoliées, détruites, anéanties) se reconnaissent dans son combat et demandent d'être également incarcérée au même titre que René vue que nous nous reconnaissons dans son incarcération indirectement, pour certaines victimes, certaines d'entre-elles ont connu la prison et un très grand nombre d'autres les enfermements psychiatriques et ou tout type d'intimidations, menaces et de maltraitance de toutes natures.
 
Et de mentionner qu'une partie de nous nous a été une fois de plus détruite et que la répression du tout pouvoir abusif et malveillant ne pourra que engendrer d'autres conflits massifs et incontrôlables.
 
Que l'ensemble des victimes demande instamment la libération de René et de toutes les autres victimes et que chaque victimes de quelles natures soient-elles soient reconnues comme victimes et que leur(s) auteur(s) soit (soient) poursuivi(s).
 
Oui pour un pays démocratique, non à la dictature.
 
Cordiales salutations.
 
Jean-Claude FONVIEILLE

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 00:40
 A tous les amis de René, 
 
 J'arrive [lundi 24 février] d'une visite 
à la Maison d'arrêt de Grenoble-Varces
dans laquelle René est incarcéré
depuis le vendredi 7 février,
depuis 16 jours aujourd'hui.
 

maison d'arrêt de Varces

J'étais avec Me Florence Patrimonio du barreau de Paris qui avait reçu hier de son cabinet de Paris une lettre de désignation de René, c'était la première manifestation de sa part depuis deux semaines en réponse à nos multiples courriers, et elle s'est déplacée sur le champ pour venir lui rendre visite. Nous sommes restés plus de deux heures devant la prison, elle dans les murs, moi devant l'entrée et elle n'a pas pu le voir, il était trop faible, paraît- il, pour pouvoir se déplacer. Il a commencé une grève de la faim dès son arrivée, il a été hospitalisé la semaine dernière et de retour à Varces, il refuse même de boire depuis ces derniers jours, la situation est des plus graves, René est en danger. Nous n'avons pas eu le droit d'en savoir plus, de le voir ni de voir un médecin de la prison.

 

René ne cèdera plus maintenant, les magistrats grenoblois l'ont entièrement dépouillé, on lui a tout volé au profit d'escrocs officiellement soutenus et encouragés par la justice grenobloise, cette véritable organisation criminelle, et parce qu'il a osé dire quelques vérités à tous ces parjures, ils l'ont condamné à six mois de prison ferme. L'ancien commissaire de police Bruno Cwikowski révoqué depuis plus de vingt ans qui nous a agressés et qui a volé lui près d'un million d'euros à l’État n'a eu que quatre mois ferme, et encore parce qu'il les avait faits en préventive.

 

Il faut se mobiliser au plus vite contre cet assassinat planifié par la magistrature grenobloise simplement parce que René, un justiciable honorable a osé exprimer la crasse injustice dont il était victime depuis presque deux décennies.

 

A diffuser le plus rapidement

 

Pierre Marie Descours

 
 *********************
 RCB: Plus d'information: 
 René Forney écrit à la ministre; réponse: une incarcération!

 Rejoignez son comité de soutien: Comité de soutien à René Forney
 
Vos commentaires sur la page facebook
du comité de soutien.


 NOUS DEVONS TOUS NOUS SOUDER 
POUR EN FINIR AVEC LA
PREDATION DES RESEAUTEURS !

 ILS DETRUISENT 
TOUTES LES VALEURS
CONSTRUITES
AVEC LE SANG ET LA SUEUR
DE NOTRE REPUBLIQUE
!
 RENE, ON S'EN DOUTAIT, 
SERAIT EN DANGER
DES LORS QU'IL SERAIT
ENTRE DES MAINS SERVILES
A CES CAUSES MALHONNETES
QU'IL A DENONCEES !

DEJA DES MENACES
ONT ETE PROFEREES CET ETE,
TOUTES LES CIBLES
CONCERNEES ONT ETE ATTEINTES !

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 00:10
 [article altéré par une intrusion informatique comme à chaque fois qu'il s'agit de défendre nos amis]

Message de Pierre Marie Descours

A tous les amis de René
,
 
 J'arrive [lundi 24 février] d'une visite à la Maison d'arrêt de Grenoble-Varces dans laquelle René est incarcéré depuis le vendredi 7 février, depuis 16 jours aujourd'hui. 
 maison d'arrêt de Varces
J'étais avec Me Florence Patrimonio du barreau de Paris
qui avait reçu hier de son cabinet de Paris
une lettre de désignation de René,
c'était la première manifestation de sa part
depuis deux semaines en réponse à nos multiples courriers,
et elle s'est déplacée sur le champ pour venir lui rendre visite.
Nous sommes restés plus de deux heures devant la prison,
elle dans les murs, moi devant l'entrée et elle n'a pas pu le voir,
il était trop faible, paraît- il, pour pouvoir se déplacer.
Il a commencé une grève de la faim dès son arrivée,
il a été hospitalisé la semaine dernière et de retour à Varces,
il refuse même de boire depuis ces derniers jours,
la situation est des plus graves
, René est en danger.
Nous n'avons pas eu le droit d'en savoir plus,
de le voir ni de voir un médecin de la prison.
 René ne cèdera plus maintenant, les magistrats grenoblois 
l'ont entièrement dépouillé,
on lui a tout volé au profit d'escrocs officiellement soutenus
et encouragés par la justice grenobloise,
cette véritable organisation criminelle,
et parce qu'il a osé dire quelques vérités à tous ces parjures,
ils l'ont condamné à six mois de prison ferme.
L'ancien commissaire de police Bruno Cwikowski
révoqué depuis plus de vingt ans qui nous a agressés
et qui a volé lui près d'un million d'euros à l’État
n'a eu que quatre mois ferme, et encore
parce qu'il les avait faits en préventive.
 Il faut se mobiliser au plus vite contre cet assassinat planifié par la magistrature grenobloise simplement parce que René, un justiciable honorable a osé exprimer la crasse injustice dont il était victime depuis presque deux décennies. 
 
 A diffuser le plus rapidement 
 
 Pierre Marie Descours
 ********************* RCB: Plus d'information: 
 René Forney écrit à la ministre; réponse: une incarcération!
Rejoignez son comité de soutien: Comité de soutien à René Forney
Vos commentaires sur la page facebook du comité de soutien.
 NOUS DEVONS TOUS NOUS SOUDER 
POUR EN FINIR AVEC LA PREDATION
DES RESEAUTEURS !

 ILS DETRUISENT TOUTES LES VALEURS
CONSTRUITES AVEC LE SANG ET LA SUEUR
DE NOTRE REPUBLIQUE
!
 RENE, ON S'EN DOUTAIT, 
SERAIT EN DANGER DES LORS
QU'IL SERAIT ENTRE DES MAINS SERVILES
A CES CAUSES MALHONNETES
QU'IL A DENONCEES !

DEJA DES MENACES ONT ETE PROFEREES
CET ETE, TOUTES LES CIBLES CONCERNEES
ONT ETE ATTEINTES !
Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 03:09

Michel Havard est le leader de l'opposition municipale à Lyon, raliant les personnalités de droites et du centre et de la société civile.

 

Quelle n'a pas été la bonne surprise de constater dans son dernier tract: le tripique sécurité, prévention, dissuasion avec enfin des solutions que nous attendons tous pour les familles.

 

Ce plan pour son aspect PREVENTION est conforme à ce que nous avons proposé dans le cadre de la CAMPAGNE des MUNICIPALES et des EUROPEENNES pour l'EGALITE PARENTALE.

 

Ce qui facilite le lien éducatif des parents séparés divorcés est valable pour tous les parents concernés par le décrochage scolaire et toutes ses conséquences (voir un remède que nous avons proposé localement: projet DIGIMATH).


 

Prevention-Generation-Lyon-Opposition-municipale.jpg(extrait du tract distribué dans mon quartier du 5ème arrondissement de Lyon)

 

Bonne chance à ce projet social prioritaire !

 

Je pense que d'autres candidats vont suivre cet exemple bien inspiré... mais il faudra des moyens et des compétences et bousculer encore quelques pachydermes.

-

 


 

 

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 02:13

 

La Résidence alternée: problème des parents européens !

------------.jpg

(dessin issu du site: http://spitalas.blogspot.fr/)

 

Envoyé par Nikos Spitalas (papa grec): mardi 19 mars 2013 À : François de Rugy

(député écologiste EELV de Loire Atlantique - Nantes)


Objet : information

Monsieur de Rugy,

Aujourd'hui, en France, suite à un divorce ou une séparation parentale, dans près de 9 cas sur 10 les enfants sont privés d'un de leurs parents : le père, et ce malgré la loi du 4 Mars 2002 sur la résidence alternée.

La justice familiale privilégie les liens mère-enfant car elle pense encore que les pères sont inaptes à aimer et à éduquer leurs enfants.
Cela est contraire :
  • aux besoins fondamentaux des enfants
  • aux avis des meilleurs spécialistes de l'enfance
  • à l'implication croissante des pères dans le quotidien et l'éducation de leurs enfants jusqu'à l'âge adulte
  • à la convention de New York "les droits de l'enfant" (à ce titre voir notamment l'article 9)
  • aux lois portant sur la discrimination
  • aux valeurs même du féminisme...
Dans l'intérêt supérieur des enfants (La Convention de New-York - Les Droits de l'Enfant), pour le maintien de leurs liens avec leurs deux parents au-delà de 4 jours par mois, je vous appelle à co-signer la proposition de loi n°309 de Messieurs les députés DECOOL et DELATTE.
Ici, il ne s'agit pas de défendre une conviction politique, mais de savoir qu'elle vision de la parentalité et de la justice nous voulons transmettre à nos enfants...

Avec mes remerciements, veuillez recevoir mes sincères salutations.
 
Nicolas Spitalas
*******************************************
Απάντηση, στις 14/02/2014 από fderugy@assemblee-nationale.fr :
Objet : Résidence alternée.
Bonjour,
Vous  avez récemment appelé mon attention sur la question de la résidence alternée en cas de divorce ou de séparation, ce dont je vous remercie. Mon agenda parlementaire ne m’a pas permis de revenir vers vous précédemment mais je tenais à vous expliciter la position que je défends, avec la majorité de mon groupe, sur ce sujet.

En France, la loi du 4 mars 2002 pose comme principe l’exercice commun de l’autorité parentale, c’est–à-dire l’égalité des droits et des devoirs des mères et des pères dans l’éducation des enfants. Néanmoins, en cas de divorce ou de séparation, la mise en place effective de la coparentalité peut s’avérer laborieuse et susciter des conflits, notamment sur la question de la résidence.
Les familles françaises restent marquées par une « spécificité des rôles » : dans 70 % des cas, les femmes sont particulièrement impliquées dans les tâches domestiques et éducatives alors que les hommes assument une part plus importante des charges financières du foyer. Un divorce ou une séparation peuvent alors agir comme révélateur d’une inégale répartition du travail parental : les mères se sentent lésées sur le plan matériel et professionnel, les pères marginalisés sur le plan relationnel.
Si la résidence alternée est en augmentation depuis 2002 – elle atteignait 16,5% en 2010 et 27,8% pour les divorces par consentement mutuel – la résidence principale chez la mère demeure majoritaire. En outre, les experts de la famille s’accordent pour dire que les suites d’un divorce ou d’une séparation fragilisent davantage la relation père-enfant que la relation mère-enfant.
Pour le législateur, qui considère la protection de l’intérêt de l’enfant – c’est-à-dire « la prise en compte des besoins fondamentaux, physiques, intellectuels, sociaux et affectifs » - comme une priorité, cette réalité doit être considérée.

C’est pourquoi j’ai déposé, avec huit de mes collègues députés écologistes,  une proposition de loi visant d’une part,  à promouvoir le maintien du lien entre l’enfant et ses deux parents, et d’autre part, à favoriser l’interaction entre mères et pères. Convaincus que les situations défavorables à l’instauration d’une résidence alternée sont celles où le dialogue entre les parents n’est plus assuré correctement, il nous est en effet apparu indispensable de lier la question de la garde à celle de la médiation : systématiser la médiation permettrait d’encourager la résidence alternée.
Lors du récent débat sur l’égalité entre les femmes et les hommes, mon collègue Denis Baupin a défendu un amendement reprenant ces propositions. La Ministre des droits des femmes lui a alors indiqué que cette disposition relevait - selon elle- de la politique familiale et non d’une question d’égalité entre les femmes et les hommes.

Compte-tenu du recul du gouvernement sur le projet de loi famille, le groupe écologiste réfléchit actuellement à la possibilité d’activer tous les leviers législatifs dont il dispose pour inscrire ce débat à l’ordre du jour et tenter d’y apporter des solutions concrètes.
Vous invitant à prendre connaissance de la proposition de loi déposée en septembre 2013 - http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1369.asp - je reste à votre disposition et vous prie de croire en l’expression de ma considération distinguée.
François de Rugy
****************
Complément: Nicolas Spitalas est un papa grec militant:
Prochainement, sera organisé un colloque en Grèce comme dernièrement en janvier à Drama. (Rencontres internationales sur les politiques du divorce).
17 - 18 APRIL 2010 AT DRAMA (GREECE NORD)
Building: Departement of University Institut of Landscape Architecture
(corner of streets: 1 July-Chrissovergi-Kassandrou)
Contact: ++2521032235 / ++6942989785
International meeting for human rights of divorced people and children.

After the international declaration of LANGEAC in 1999 (participations of France, Espagne, Irlande, Deutschland, Holland, England, Chile), we make the declaration and creation of political 'plateforme' in the same spirit and this of 'European social movement-coustodia compartida'.
All the associations and institutions are invited of the world.

Remember: INTERNATIONAL DAY OF PARENTAL ALIENATION 25 APRIL
Last year (january 2009), presents: From New Zeland: Peter Zohrab, from UK: Robert Whiston, from Holland: Peter Tromp.

Contact:
Dr Nicolas Spitalas:
++306906275419) et e-mail: spitalas@gmail.com
 ++2310524285 / ++6942989785

SYGAPA association:
Fraggon 19, Thessaloniki-Greece, fax:++2310524319
goneas2005@yahoo.gr / spitalas@yahoo.gr
SYGAPA ASSOCIATION (MENS' & FATHERS' DIGNITY)
http://www.sos-sygapa.eu/
http://goneas.blogspot.com/
http://internationalienation.blogspot.com/

La grèce, ce n'est pas que des plages et des civilisations antiques, c'est aussi des papas, des mamans, des enfants, des familles parfois à cheval entre plusieurs pays. Une occasion peut-être de voir les vrais problèmes communs des européens!

drapeau-grec.jpg
Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 21:54

(corrigé)

COMMUNIQUE DE PRESSE DES ASSOCIATIONS


DESPA

LOGO-despa.jpg

 

BARBES A PAPAS

(je ne trouve pas le logo)


FEDERATION LES ENFANTS ONT DEUX PARENTS  

imageNOS-ENFANTS-ONT-DEUX-PARENTS.jpg

RESEAU COLIN BAGNARD

images-rcb.jpg

 

Outrage à magistrat ou justice outragée ?

 

Au premier rang des qualités qu'on est en droit d'attendre d'un juge figurent la mise à distance des inclinations comme des aversions personnelles, la prudence dans l'application de la loi (équité), la probité et le respect scrupuleux du principe d'égalité. Si, quelque part, un juge perd ces qualités, l'homme qui a le courage de le lui dire sera sans doute puni, mais est-il coupable pour autant? N'est-il pas au contraire utile au corps social ?

 

Privé du contact de ses enfants depuis quinze ans, ruiné par la liquidation de la communauté selon des pratiques qu'il dénonce, René Forney, papa militant (il est resté deux mois et demi au sommet de la cheminée d'Eybens (Grenoble) de fin juin à la mi-septembre 2013), vient d'être condamné à quatre mois de prison ferme pour « outrage à magistrat » et se trouve actuellement sous les verrous.

 

Sensible à la dimension de rétorsion de cette décision de justice, le Collectif La Grue jaune s'inquiète de son caractère apparemment disproportionné et arbitraire.

 


Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 12:25

Nous sommes tous concernés par l'incarcération de deux poids deux mesures de notre ami René Forney, qui a fait avancé notre cause de l'égalité parentale depuis une douzaine d'années.

 

Rene-bien-surveilles-2-octobre-2013-copie-1.jpg

 

Combien de coups de fils a-t-il reçus et de déplacements a-t-il engagés?

 

Le dernier qui a occasionné son interpellation pour soutenir un copain.

 

L'un des derniers il était présent à Paris pour le colloque organisé à la maison de l'UNESCO pendant lequel il a donné en "main propre" à Madame Christiane Taubira, sous laquelle tutelle était cette réunion pour préparer la "loi sur la [destruction de] la famille" que nous savons ajournée maintenant sine die... suite à la manif pour tous  Comme plusieurs d'entre-nous qui nous étions inscrits, mais à qui on n'a refusé l'accès, il avait malgré tout fait le déplacement malgré ses faibles moyens pour représenter les associations de familles séparées de leurs enfants. Car ce colloque était en effet très orientée ultra-féministes et qu'à l'exception d'un seul participant, uniquement des représentant des professions juridiques. En somme un corporatisme aggravé par le ministère de tutelle.

 

Vous trouverez le lien du comité de soutien où vous pourrez expliquer quelle relation vous avez pu avoir avec ce citoyen "si dangereux" pour la République au point que pour lui, il n'a pas fallu beacouop de temps pour avoir une réaction à cette lettre qu'il a donnée en main propre.

 

Dans nos quartiers, certains trafiquent en toute impunité, vous menacent, vous insultent, vous frappent et il n'y a jamais de suite aux plaintes... mais là immédiatement, la justice est diligente...  C'est le sens d'ailleurs de la poignée de main narquoise de la garde des sceaux à René, pour quelques malheureux mots peut-être mal choisis car tellement évident pour son scripteur maladroit devant la gravité des faits qu'il dénonce.

 

Nous souhaitons demandée à madame LE ministre si pour la Saint Valentin elle ne pourrait pas offrir à René un bracelet car à bien des égards, René en recouvre largement les critères. Là la dépendance de la justice utilisée à bon escient.

 

L'idée du bracelet vient de maître Florence Patrimonio, toujours diligente à trouver des solutions aux causes désespérées. Elle était intervenue déjà cet été pour introduire une médiation pour empêcher que la "descente" de la cheminée se fasse avec fracas et se finisse très très mal. Nous pouvons dire qu'elle y a réussi!


Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 12:19

Message de Julien qui comme nous soutien l'égalité parentale:

 

Logo-rapioCapitola.png

 

Dans le cadre du droit à la liberté d’expression Radio Capitole est LA radio dédiée aux droits des enfants, à la famille ainsi qu’aux parents rencontrant des difficultés d’ordre socio-judiciaires.

 

Bonjour à tous, 


Nous vous invitons à vous rendre sur notre page Facebook  : https://www.facebook.com/radiocapitole?fref=ts

Egalement à vous rendre sur notre site internet  : www.radiocapitole.com/fr

Je vous invite à nous adresser un message sur  : contact@radiocapitole.com  si vous souhaitez participer à une interview. 

Je vous invite à relayer sur vos sites, et à partager notre site internet destiné à la famille, et aux droits des enfants. 

La première WEB RADIO qui devient internationale. 

Pour exemple voici les stats  de cette semaine  : 
Ce sont 1800 visites que nous avons eu dans le monde entier hier. Cela marche plutôt bien alors si vous souhaitez y participer c'est le moment...
Merci de relayer l'infos cher amis, et de faire le maxi pour diffuser l'info. 

Merci à tous . Julien
Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AUX MEMBRES
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 13:26
Sur facebook...pour info Actualité > Société > Francs-maçons : un avocat radié

Francs-maçons : un avocat radié

Publié le 05-02-2003 à 07h07

Bernard Méry, qui exerçait au barreau de Paris, dénonce la mainmise des francs-maçons sur la justice, en particulier dans les tribunaux de commerce.

Partager equerrecompas.jpg
Un avocat parisien, Me Bernard Méry, 60 ans, qui dénonçait avec virulence la mainmise de la franc-maçonnerie sur la justice, a été radié par le Conseil de l'Ordre, annonce le Barreau de Paris dans son bulletin à paraître mardi.
Me Méry, docteur en droit, qui avait obtenu 10% des voix aux élections professionnelles du 25 novembre 2002, a été radié le 17 décembre, avec exécution immédiate, ce qui est exceptionnel.
Les autorités du Barreau lui reprochaient d'avoir usé de l'invective à l'égard de magistrats, de confrères ou d'experts, notamment. L'affaire "ne concerne que les bonnes relations entre confrères", a déclaré un de ses représentants.
Me Méry avait déjà recueilli des voix aux élections de 1999, 2000 et 2001, sans être élu, après la publication de deux ouvrages, "Justice, Franc-maçonnerie, corruption" (1998) et "Les nouveaux parrains" (1999). Les ouvrages visent principalement les tribunaux de commerce et lui ont valu de nombreux procès, dont il dénonçait le déroulement, ajoutant que les autorités judiciaires le faisaient "passer pour fou".

"Je m'attaque aux réseaux"

Son éditeur était à l'origine un commerçant parisien qui avait perdu un procès devant le tribunal de commerce de Paris.
"J'ai mis le doigt en plein dessus (...) je m'attaque aux réseaux qui sont à l'intérieur de la justice et qui détournent le cours de la justice au bénéfice d'une partie", avait-il déclaré lors du lancement de la procédure disciplinaire. Il ajoutait que "les distributions d'honneurs et de places dans la justice sont aux mains des loges maçonniques".
Me Méry, immédiatement supprimé de l'annuaire en ligne des avocats, a fait appel. Sept radiations ont été prononcées en 2002, selon l'Ordre.
Lire par exemple: http://bernard.mery.free.fr/frameset.htm qui montre que tous les avocats ne sont pas à mettre dans le même sac!
Avocats qu'il nous faut soutenir.
Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 15:25

Lorsqu'on observe ce qui se passe dans ce pays au sujet des pères et mères perchés, les familles séparées, les questions d'affairismes partout, on ne peut que se poser la question: La franc-maçonnerie ne fait-elle pas autre chose que ce qu'elle prétend puisque tant de familles semblent empétrées pendant des années durant par ces phénomènes de réseaux occultes.

 

(voir concept de réseaux : link)

 

A partir d'une simple bibliographie, on tire des informations contradictoires:

 

 

Micro Bibliographie FM Mafias Sectes

 

1.      Alain Guichard, 1969, Les francs-maçons, Ed. Bernard Grasset, 299 p.

 

2.      Les secrets de la loge, octobre 2013, n°6, Franc Maçonnerie, les origines oubliées, 100 p.

 

3.      Hayat El Mountacir, 1994, Les enfants des sectes, Ed. Fayard, coll. Les enfants du fleuve, 367 p.

 

4.      Georges Fenech, 2012, Apocalypse menace imminente, les sectes en ébullition, Ed. Calmann-Lévy, 2012, 320 p.

 

5.      Alain Combes, 2006, Histoire de la Franc-Maçonnerie à Lyon des origines à nos jours, Ed. Des Traboules, 527 p.

 

6.      Musée des Beaux Arts de Lyon, 2006, Lyon carrefour européen de la Franc-Maçonnerie, 28 juin-22 septembre 2003, mémoire active.

 

7.      Le pouvoir des francs-maçons, les noms, les réseaux, les affaires, L’Express n°2439, 2-8 avril 1998.

 

8.      Trafic-Corruption-Blanchiment, Les mafias françaises, L’Express n°3227 8-14 mai 2013.

 

9.    Renaud Leblond, Le pouvoir des sectes,Ed. E/P/A Hachette livre, 2009, 255 p.

 

 

- - - et combien de site internet qui apportent des preuves de dérapages sectaires.

 

 

Par ailleurs, A partir des critères pour définir une dérive sectaire (cf les rapports de la MIVILUDES rapport 27 mai 2005):

 

1 - La déstabilisation mentale.

 

2 - Le caractère exorbitant des exigences financières.

 

3 - La rupture avec l'environnement d'origine.

 

4 - L'exigence d'atteinte à l'intégrité physique.

 

5 - L'embrigadement des enfants, le discours antisocial, les troubles  à l'ordre public,

 

6 - L'importance des démélés judiciaires.

 

7 - L'éventuel détournement des circuits économiques traditionnels.

 

8 - Les tentatives d'infiltration des pouvoirs publics.

 

9 - La menace d'atteinte à l'ordre public.

 

10 - Les conditions de vie déstabilisantes.

 

11 - Les atteintes à des personnes en état de faiblesse ou d'ignorance.

 

12 - La sujétion mentale conduisant à des actes ou des abstentions préjudiciables.

 

13 - L'offre de soins exclusive du recours à des pratiques conventionnelles.

 

14 - La violation des principes fondateurs de la République.

 

15 - Le non-respect des conventions internationales ratifiées par la France.

 

Chacun peut rechercher pour son cas familial combien de critères il constate objectivement et peut saisir la MIVILUDES.

 

 

 

A partir du constat des militants, dans leur tribulations, leurs dossiers, leurs affaires, leurs familles, on observe des dérives manipulatoires maltraitantes pour les enfants en bas âge ou d'autres personens fragiles.

 

Exemple: ce dessin d'un enfant de 5 ans fait sous ce type d'influence (en fin de page).

 

 

 

Sans que ce soit une carte définitive, mais la présence de réseaux qui ne devraient n'être que spirituels ou cultuels sont manifestement en dehors de tout contrôle de leurs maîtres de loges.

 

Quelles réponses réponse apportent ces maîtres de loge maçonniques à ces questions posées de dérives sectaires par beaucoup de concitoyens ?

 

France-francmaconne-a-completer-copie-1.jpg

 

 

A vos compléments d'information en commentaire ci-dessous ou sur reseau-colin-bagnard@orange.fr

 

Merci

 

 

Dessin-sous-influence.jpg

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 23:28

(mise à jour)

Hier René Forney m'a informé être écroué:

 

1 - L'information dans la presse:

 

article-Dauphine-Libere-sur-Rene-ecroue.jpg

(cliquer pour lire)

 

2 - Résumé de la lettre à Madame Taubira, garde des sceaux, du 25 mars 2013:

 

S'adressant dans style tout à fait poli à la ministre de la justice, il évoque la requête du 5 mars dernier contre l'impossibilité d'être assisté d'un avocat obligatoire au civil après un renvoi devant la cour de cassation.

 

Il rappelle les affaires de policiers ripoux de l'agglomération de Grenoble.

 

Indique que selon lui un des magistrats de la Cour d'Appel couvre ses collègues et d'autres professions.

 

Il rappelle les conséquences de ces actions sur sa vie de famille et personnelle.

 

Rappelle les preuves sur ce qu'il relate.

 

Appelle à des sanctions disciplinaires.

 

Et salue Madame le Ministre.

 

******************************************************

3 - Commentaires: On regrette que dans les faits, la réponse à cette missive s'apparente à une réponse judiciaire pour un homme qui appelle justement à la JUSTICE, qui a fait avancer la cause de l'égalité parentale, qui soit maintenant en détention alors que des recours auraient été certainement possible et que l'essentiel de ce dossier n'est pas dans les vocables proférés de manière totalement marginale dans cette lettre, mais dans l'aspiration à une réelle justice incorruptible, comme pour nous tous, parents séparés et autre justiciables...

 

4 -  Pour avoir des informations et rencontrer René et le soutenir :
Maison d'arrêt de Grenoble-Varces
  Numéro d'écrou de René Forney: 38061

 (à rappeler pour tout courrier)

BP 15
38763 VARCES ALLIERES CEDEX

Contacts
Téléphone : +33 4 76 73 29 50
Télécopie : +33 4 76 72 87 63

Géolocalisation :link


Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 00:00

Copie collé, une fois n'est pas coutûme, depuis facebook:

 

Depuis un an déjà, c'est le champ de mine à chaque opération, et toutes sont non contrôlées par personne! A chaque fois qu'il y a eu une réunion pour parler des opérations non légales consistant à monter sur quelque chose et de tout ce qui tourne autour (les affaires de dérapages tels que celui-ci), tout a été fait pour que ces ordres du jour ne soient pas discutés...

 

Alors aujourd'hui, vous êtes nombreux à me demander de retirer ce post alors que j'ai été attaqué sans pouvoir même savoir ce qu'on me reprochait! Et bien si j'ai dit à William que j'entendais sa demande et que je note celles que je lis maintenant (en me privant de mes enfants), je pense qu'il vaudrait mieux qu'avant que j'enlève ce post qui n'est pas le fait qui s'est passé dans l'appartement d'une des nôtres, de ces mères perchées, que nous nous mettions résolument d'accord sur quelques principes de base:

 

1 - nos actions ne sont pas à cacher, nous ne sommes pas des délinquants!

 

2 - Nous devons Tous nous afficher avec nos identités, certains des masqués parmi nous sont pas clairs sur leurs intentions (mafieuses, espionnage, politique, ou plus graves...);

 

3 - Le modèle de collectif La Grue Jaune qui a été créé par nombre d'entre nous, à partir des initiatives initiales et anciennes doivent exister concrètement alors tout a été fait pour les saborder car non contrôlée par certains qui voulaient imposer à tous leurs seuls objectifs, ce modèle doit repartir comme cela a été décidé et les imposteurs antidémocratiques doivent le quitter. Les modalités du droit des associations et des fédérations sont disponibles pour clarifier tout cela!;

 

4 - Il faut résolument remettre en cause la modalité des "opérations perchées" et "grèves de la faim" qui apportent que des soucis dans les procédures vis-à-vis de leurs enfants à ceux qui s'y sacrifient, même si c'est respectable! ce n'est pas l'objectif que de réduire nos capacités à accueillir nos enfants en se décrédibilisant par des opérations risquées ou aliénante qui donne l'occasion de dérapage par fatigue, accident ou violence grave;

 

5 - Les nouvelles modalités, puisque celles des croyances en la voie politique ont échoué (c'était prévisible, et ceux qui ont l'expérience politique l'avait prévu!), nous devons maintenant constituer un groupe de pression "politique" indépendant, c'est à dire un parti (ex: le parti pour l'égalité parentale) car c'est toute la vision de la société qui est visée et qui est détruite autour de nous! Quand nous seront tous d'accord sur un principe général de ce type, alors je veux bien retirer ce post qui est loin d'être l'essentiel de notre combat! la question de l’anonymat et de la vie privée; c'est la Justice qu'on vise Ce n'est pas moi qui affiche toujours mon identité dans mes commentaires qui doit être le premier ciblé quand il s'agit de tir au pigeon.

 

6- Il y a une demande information pour les différentes affaires, et bien créons notre organe de presse indépendant!

 

7- Je rejoins ceux d'entre nous qui affirme que notre message doit être Pacifique, et ce n'est pas ce qui s'est passé ni dans les pages FB, ni dans les commentaires, ni dans les "apparts" privés! Comme dirait René Girard, ne cherchez pas à envoyer un bouc émissaire dans le désert (qui y est déjà pour beaucoup d’entre nous après ces séparations), mais prenez le par les cornes : construire un modèle pour soutenir concrètement les dossiers en cours  des bagnards et bagnardes, selon les formes usuelles, mais en réorganisant les soutiens de ceux qui en nécessitent, en se donnant les moyens de suivre les affaires, de se garantir des appuis dans les professions concernées, par des chartes et conventions, en redonnant aux parents leurs rôle éducatif partout où cela doit l'être, et premièrement dans l'école où les parents séparés sont inexistants alors que la loi le leurs permet! Il faut donc construire une organisation nouvelle, une sorte de syndicat des familles séparées! Là nous ne perdrons plus notre temps et nos espoirs!

 

Nous incarnerons alors même l'ESPOIR! après avoir connu le déchirement...

 

J'attends vos réactions, ceux qui n'ont pas déjà blacklisté mon "amitié".

 

Combien de dossiers certains d'entre nous on dû laisser de côté pour s'occuper de ces péripéties sans lendemain! Il faut changer notre méthode! Merci d'avance pour nos enfants!

Réseau Colin Bagnard [j'ai néanmoins supprimé les patronymes à vos demandes - - - et tout ceci servira à quelque chose plutôt qu'à ce gâchis!]

 

vos commentaires ==>

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AUX MEMBRES
commenter cet article
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 23:35

Messages de Jean Gabard:

 

Bonjour

 

Où est le respect du droit à la différence ?

 

Ci-dessous :

 

-Ma position sur les Etudes de genre :

Interview de Mr. Jean Gabard - Vimeo  Film "Adieu Gender" /

 

http://vimeo.com/user12224338/review/83965501/9d8f362f4b 

 

 

-Réflexion sur « la « théorie » du genre et ses conséquences sur les relations hommes/femmes et l’éducation des enfants »

 

http://blogdejeangabard.hautetfort.com/archive/2014/01/31/la-theorie-du-genre-et-ses-consequences-sur-les-relations-ho-5286736.html

 

 

 

- Réponse aux auteurs de l'article paru sur http://rebellyon.info/?Communique-de-presse-du-Planning    (à propos de leur tentative de faire annuler la conférence : « La place du père et de la mère dans l’éducation des enfants… »)

 

=> Mmes Mrs

Ci-dessous le commentaire (PFR) publié sur http://rebellyon.info/?Communique-de-presse-du-Planning    

avec en rouge (JG) mon commentaire (que vous n’avez toujours pas publié)

 

En documents-joints : 2 articles du Progrès sur l’évènement. 

 

Le-Progres-St-Genis-les-Ollieres-conference-001.jpg

 


 

 

PFR  Le 14 janvier 2014, le CCAS de Saint Genis les Ollières a organisé

 

JG  et même très bien organisé, mais vous ne lui avez pas facilité le travail et il n’a pas vraiment apprécié 

 

une soirée débat avec Jean Gabard, un professeur d’histoire-géographie présenté comme un « spécialiste de l’éducation ».


JG  FAUX    je n’exerce plus la fonction de professeur d’histoire-géographie. Et même si c’était le cas, y aurait-il incompatibilité avec d’autres centres d’intérêt ? N’est-ce pas contradictoire de vouloir lutter contre les stéréotypes et en même temps d’enfermer les personnes dans un rôle ? La personne exerçant la fonction de professeur n’aurait-elle pas la possibilité de se construire socialement autrement ?
 

 

PFR    Jean Gabard produit un discours


JG    FAUX Je n’ai pas la prétention de produire un discours. Je ne fais que reprendre les discours de psychologues, psychanalystes, sociologues, philosophes, ethnologues, historiens, connues et reconnues en France et dans le monde


PFR    qui se situe clairement dans une optique masculiniste 


JG   Qu’est-ce qu’une optique « masculiniste » ?


PFR    en prétendant défendre l’égalité femmes-hommes


JG    FAUX Je ne prétends absolument pas défendre l’égalité femmes-hommes parce que celle-ci n’existe pas et ne peut pas exister. C’est la raison pour laquelle je trouve absolument obligatoire qu’il y ait égalité en droits et que celle-ci soit respectée. La confusion entre égalité en droits et droits à l’égalité est une des dérives féministes que je dénonce dans « Le féminisme et ses dérives-Rendre un père à l’enfant-roi »


PFR    et le bien-être des enfants


JG    Qui ne peut souhaiter le bien-être de nos enfants ? Je défends aussi leur droit à l’éducation


PFR   il diffuse en réalité une vision particulièrement archaïque


JG    FAUX Ce que vous dites n’est pas la réalité mais le fruit de vos suppositions. Ma vision s’oppose à la vision de la société patriarcale traditionnelle et veut dépasser la vision féministe qui devient aujourd’hui conservatrice et connaît des dérives (et ceci vous dérange).


PFR    et inégalitaire des places de chacun-e dans la société et dans la famille en particulier


JG    FAUX Dans la société, les différences doivent être combattues (et je les combats) lorsqu’elles ont pour cause des injustices.  Le fait que les fonctions symboliques soient différentes dans l’éducation des enfants ne veut pas dire que l’une doit être plus importante que l’autre et à plus forte raison que ceux qui l’exercent soient dominants ou dominés. Assumer la différence des sexes, c’est assumer qu’il y ait des différences sans qu’il y ait d’infériorité ou de supériorité. Mais c’est difficile d’assumer la différence et donc de renoncer à son fantasme de toute-puissance !

 

PFR   La pré­sen­ta­tion qu’il fait de sa confé­rence contient des propos alar­mants autour des rôles des femmes et des hommes


JG    FAUX Je lutte contre les stéréotypes sexistes. Mais la conférence ne traitait pas des rôles sociaux (qui peuvent tout à fait être interchangeables) mais des fonctions symboliques dans l’éducation


PFR    dans la paren­ta­lité, typi­ques des cou­rants mas­cu­li­nis­tes :

   Le père serait seul garant pos­si­ble de « l’auto­rité » dans la famille, la mère en étant inca­pa­ble (le père : « seul à la bonne place pour repré­sen­ter la loi »).


JG    FAUX c’est bien de me citer, vous devriez le faire plus souvent, mais en donnant la phrase entière : « Le père est seul à la bonne place avec un petit enfant pour représenter la loi » et ceci n’a aucun rapport avec la capacité ou l’incapacité de la femme mais avec la vision qu’a l’enfant de sa maman. Ceci a pourtant bien été précisé dans la conférence et repris dans le débat


PFR      Monsieur Gabard avance également une vision « vic­ti­mi­sante » des hommes, mas­quant les véri­ta­bles iné­ga­li­tés femmes-hommes


JG    FAUX je dénonce toujours les inégalités femmes-hommes quand celles-ci sont dues à des injustices et quelles que soient les victimes, hommes ou femmes. Mais, encore une fois, ce n’était pas le sujet de la conférence 


PFR   : ils seraient notam­ment écartés sys­té­ma­ti­que­ment de la garde des enfants en cas de sépa­ra­tion (« l’on sait que dans 80 % des cas les enfants sont confiés à la maman »


JG    FAUX « dans 80% des cas » ne veut pas dire « systématiquement » et de plus je n’ai pas donné d’avis sur cette réalité 


PFR   : si c’est effec­ti­ve­ment le cas, c’est dans 85% des cas une déci­sion prise de manière concer­tée entre les parents).


JG    Ce n’était pas le sujet et, qui en l’occurrence est en train de se défendre (alors qu’il n’y a eu aucun jugement) en se sentant victime ?


PFR      Enfin, la seule vision avan­cée de la famille est celle de la famille cel­lu­laire clas­si­que : un père, une mère et des enfants. Nulle famille mono­pa­ren­tale, recom­po­sée, homo­pa­ren­tale ne semble exis­ter dans la vision du monde Monsieur Gabard.


JG    FAUX J’ai expliqué la fonction du père à partir de la situation la plus simple. Cette explication faite, j’ai dit dans le débat comment cette fonction pouvait plus ou moins bien se jouer (et pourquoi), dans une famille « cellulaire classique », dans une famille monoparentale, dans une famille recomposée, dans une famille homoparentale. Je l’ai dit clairement mais il  fallait écouter jusqu’au bout !


PFR    Comment dès lors trai­ter du thème de la paren­ta­lité de manière per­ti­nente ?


JG    Comment faire une critique pertinente sans écouter ce qui est dit ?


PFR    « Cette confé­rence… n’est pas quel­que chose de mili­tant ni de poli­ti­que » affirme Lorette Deneulin-Ville, adjointe délé­guée à l’Action sociale dans un arti­cle du Progrès daté du 14/01/14.


JG    Pourquoi mon discours serait-il plus militant et politique que le vôtre ?


PFR    Pourtant, il s’agit bien d’une tri­bune accor­dée à un repré­sen­tant mili­tant


JG    FAUX Contrairement à vous,  je n’appartiens à aucun mouvement et ne défends personne. Si je suis prêt à m’engager c’est pour défendre la liberté de penser, le débat d’idées, la réflexion,  l’esprit critique, la tolérance. Oui, je défends la démocratie et peux pour cette raison m’opposer aux personnes qui prétendent détenir la Vérité et qui cherche par des appels anonymes et du chantage à empêcher ceux qui ne pensent pas comme eux de s’exprimer


PFR    des cou­rants réac­tion­nai­res qui remet­tent en cause l’égalité entre femmes et hommes.


JG    FAUX Comment remettre en cause quelque chose qui n’existe pas ? Je dénonce par contre les discriminations qui ne respectent pas l’égalité en dignité et en droits. Et la liberté d’expression est un droit qui appartient à tous quels que soient le sexe, la religion, les opinions… à partir du moment où les règles de la République sont respectées. Et je les respecte. Pas vous !


PFR    Aussi, le Planning Familial a alerté la Maire de Saint Genis les Ollières sur l’idéo­lo­gie repé­rée chez ce confé­ren­cier, et dénonce


JG    FAUX Vous n’avez pas fait qu’alerter et dénoncer. Vous avez aussi exercé des pressions, sous forme de chantage, pour faire annuler la conférence.

Vous avez par contre raison de ne pas en être fiers et de ne pas le signaler…


PFR    l’uti­li­sa­tion de fonds publics pour l’orga­ni­sa­tion de cette soirée très conno­tée poli­ti­que­ment.


JG    FAUX Qui de vous ou de moi milite pour un mouvement très connoté politiquement ? La réponse est claire. La preuve : tout ce que vous avez dit sur ma vision du monde est faux et vous êtes totalement incapable de dire pour qui je vote (et ceci n’a d’ailleurs aucune importance compte tenu du sujet). Si je défends une vision de l’éducation (c’est le sujet de mes conférences), je ne défends pas de camp politique (si ce n’est la démocratie). D’autres parts, si des fonds publics n’étaient pas utilisés par votre mouvement, il me semble que votre propagande serait moins efficace et que vous ne perdriez pas autant de temps à vouloir censurer les autres.

 

Etant donné le nombre de réponses fausses dans votre article, si j’exerçais encore la fonction d’enseignant, j’aurais des difficultés à valoriser un travail qui n’a pas été fait sérieusement et ne pourrais que vous encourager à être plus attentif et plus rigoureux la prochaine fois. Je rajouterai à faire preuve d’honnêteté en ne prenant pas ce qui vous arrange pour la réalité.C'est effectivement plus facile de répondre aux arguments de réactionnaires sexistes que de répondre aux arguments que j'avance. Vous avez parfaitement le droit de ne pas les partager mais vous n’avez pas le droit de me faire des procès sur des propos que je n'ai jamais tenus.

 

Je renouvelle donc ma demande aux auteurs de cet article, (pour ne pas rester dans la pensée binaire), de lire ou d’écouter mes propos (livre, articles, conférences…) attentivement. S’ils le peuvent qu’ils citent, sans les déformer, d’éventuels propos sexistes et réactionnaires au lieu de les inventer. Et s'ils en trouvaient de faire respecter la loi et de me faire condamner 

 

Pour terminer, je rappellerai cette phrase attribuée à Voltaire : “Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.” À méditer  …

 

 

Merci de votre écoute et de publier, cette fois-ci,  ma réponse

 

Jean GABARD  auteur   conférencier

relations hommes / femmes   éducation des enfants

 

Thorée 42520 Maclas Fr.

tél : 04 74 58 11 51     06 45 28 66 81

http://blogdejeangabard.hautetfort.com

http://www.jeangabard.com

jean.gabard@gmail.com

https://www.facebook.com/jeangabardofficiel                                                                

https://www.facebook.com/jean.gabard.33

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 13:58

Hier dimanche 2 février une immense manifestation a parcourru le centre de Lyon pour dénoncer la destruction de la famille

 

IMG_0142-familles-destructurees.jpg

 

 

Avec des manifestants venus de toutes les régions du sud de la France:

Auvergne, Bourgogne, Catalogne, Franche-Comté, PACA, Rhône-Alpes,

--- et même des Polonais !

 

IMG_0097-Franche-Comte.jpg

IMG_0118-l-Auvergne-s-est-deplacee.jpg

 

IMG_0257-Polska.jpg

IMG_0246.jpg

IMG_0203.jpg

IMG_0248.jpg

IMG_0243.jpg

 

La guerre des nombres: annoncé pendant la manifestation de 40000 alors que sur les médias on lit 20000! je suis sûr que c'était bien plus!

 


 

Les slogans sont illustratifs que le Peuple de France n'a pas la même opinion que son gouvernorat !

 

IMG_0145-gouvernement-predateur-des-familles.jpgQuelles que soient les moyens !


IMG_0179-poule-ou-coq.jpgAvant on ironisait: "qui a été le premier; l'oeuf ou la poule? " mais là !

 

 

IMG_0231-nous-adoptes.jpg

Quelles que soient les situations de famille !

 

 

IMG_0153-festruction-de-toutes-les-familles-qqs-le-copie-1.jpgQuelles que soient les confessions !

 

IMG_0238-made-in-Papa-maman.jpg

Quelles que soit l'âge !

Vidéo:

http://youtu.be/1iXy2aCX0oQ

 

(en cours de construction)

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 13:35

Papaoutai.jpg

 

Des pères (et mères) arrivent de plusieurs régions pour lutter contre l'injustice familiale et l'exclusion parentale via la privation d'enfants, à Saint Etienne, bastion national de l'éviction des pères et "casse organisée" de la relation père-enfant.

Objectif: soutenir le sit-in "PAPAOUTAI" au T.G.I. de Saint Etienne (lien).

L'action se veut calme, pacifique et non violente priorisant la force des images aux discours.
Les images sont "choc" et ne prêtent pas à interprétation.


Le discours est unique et son contenu de problématique nationale.

Aucun but individuel.
(Démarche inspirée de l'action de Gandhi)
Ce sit-in est de plus en plus médiatisé. (21 jours)

Merci à toutes celles et ceux qui peuvent consacrer une - voire - plusieurs journées en présence active (logement et gite assuré et gratuit)

OUI A L'AMENDEMENT PRIORISANT LA RÉSIDENCE ALTERNÉE

 
NOS ENFANTS ONT DEUX PARENTS: STOP A 40 ANS DE MONOPARENTALITÉ.


L'INTÉRÊT SUPÉRIEUR DE L'ENFANT EST DE N’ÊTRE NI PRIVE DE SON PÈRE, NI PRIVE DE SA MÈRE


ÉGALITÉ HOMME / FEMME (en droit) = ÉGALITÉ PÈRE / MÈRE.

SOUTENONS TOUS L'ACTION "PAPAOUTAI" !


MERCI DE PARTAGER.

 

 

Rappel contact local: William 06 79 76 46 67

https://www.facebook.com/william.bec.378

50-H-50-F.jpg

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article

Articles Récents

Articles D'archives