Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 16:15

Lettre (modèle) envoyée par l'association loi 1901 "Nos enfants ont deux Parents"

 

Au Conseil supérieur de l’audiovisuel

Tour Mirabeau 39-43 quai André Citroën

75739 Paris cedex 15

 

Le Puy en Velay, le 31 janvier 2014       

.

Objet : documentaire “Violences conjugales, parler pour renaître”,

De Serge Lebas et Laurent Dy, le lundi 13 janvier 2014 sur France 3

 

.

Madame, Monsieur

 

Nous nous permettons d’attirer votre attention sur le documentaire précité, que les membres de notre association, très sensibles au sujet traité, ont regardé avec soin.

Malgré son intitulé à portée générale, le documentaire présente la violence conjugale comme exercée exclusivement par des hommes, et subie exclusivement par des femmes. Cet a priori est posé d’emblée, de manière implicite ou explicite, et réitéré jusqu’à la fin. Il est conforté par le choix des témoins : toutes les victimes qui s’y expriment sont des femmes, tous les auteurs sont des hommes. A aucun moment n’est évoquée ou présentée la moindre forme de violence exercée par des femmes sur des hommes. Le documentaire opère donc le déni d’un pan entier du sujet, se fondant sur un parti-pris sexiste, qui suppose que la violence conjugale serait le fait d’un seul sexe, et qu’elle serait subie exclusivement par l’autre sexe.


Nous nous permettons de vous rappeler que l’Observatoire national de la délinquance évalue, dans son Rapport 2012, le nombre d’hommes victimes de violence conjugale en 2010-11 à 137 000

(tableau 36A, p. 97 http://www.inhesj.fr/fr/ondrp/les-publications/rapports-annuels/8).


Concernant les mineurs, ce parti-pris peut avoir un effet désastreux, en leur présentant une image faussée et antagoniste de leur environnement familial : les mères correspondant au “ bon” parent, les pères au “mauvais” parent.


Il nous semble qu’il y a en l’occurrence un manquement évident aux règles d’honnêteté de l’information d’une part, à celles concernant la protection des mineurs d’autre part.

 

Nous vous demandons donc d’intervenir auprès de France 3, ce d’autant plus que le sujet est appelé à être traité à nouveau et souvent à l’avenir.


Dans l’attente de vous lire, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos sentiments respectueux.

 

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 15:52

Message de Bénédicte Louis, présidente de Cosette et Gavroche



 

Aux côtés des grandes villes d’Europe, …Lyon, capitale des Gaules, va accueillir un nouveau rassemblement pour défendre la famille et dire non au diktat du lobby LGBT européen, au Gender et rappeler la liberté fondamentale des parents à éduquer leurs enfants (cf. Art 26-3 de DUDLH « les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants »).



 

Si je me permets de vous écrire ce petit mail c'est pour vous confier quelques points sur la très forte mobilisation. En effet, dimanche, nous attendons près de la moitié sud de la France sur la place Bellecour. Au regard des indicateurs factuels que nous avons: 55 cars (contre 22 le 17 novembre 2012) venant de Lourdes, Perpignan, Pau, Tarbes, Montpellier, Montauban, Chalon, Clermont, Oyonnax, Dijon, Dôle, Marseille, Toulon, Chambéry, St Etienne et 10 cars de la Drôme..., 2 rames de TGV du Languedoc (contre zero le 17 nov), 130 voitures annoncées rien que pour la ville de Toulouse (Manif Circus),  nous allons vivre peut-être la plus grande et la plus importante mobilisation de l'histoire de notre ville. 



 

 mani 2 février agglo de Lyon

Nous avons besoin de tous pour aider, recevoir, proposer, anticiper l'accueil des milliers de gens venant de toute part!

N'oubliez pas que Lyon, fière ville de résistance, doit aussi être la ville la plus accueillante et la plus conviviale!

Rhôdaniens, lyonnais, nous devons être nombreux, plus nombreux encore, que ceux qui font le déplacement de très loin, pour honorer leur démarche, pour défendre la famille attaquée, pour lutter contre des lois iniques. 



 

Ce n'est pas une énième manif pour rien, car les précédentes ont déjà un peu payé, indirectement on n'aura pas la PMA dans la loi Bertinotti d'avril, (mais on l'aura en septembre!!!!) c'est SURTOUT une manif à 2 jours de l'étude de la feuille de route des LGBT : Lesbien, Gay Transexuel, Bi et Indifférencié , proposée par Madame Lunaceck au Parlement Européen, une loi Taubira version européenne qui nous verrouillera juridiquement et nous imposera  le Gender partout en Occident.



 

C'est une Manif  pour dire non au gender, au sexe à l'école, oui à l'instruction, à la liberté des parents, au respect des personnes et de leurs vies intimes.Bien sur, je le dis et je l'assume, nous autres, dans nos quartiers sympas et nos écoles cathos, dans nos centres villes et périphéries chics, nous ne sommes pas encore touchés (bien que)... Mais les quartiers populaires ont fait un formidable travail d'enquête sur la formation données par l'éducation nationale aux enseignants en ce moment pour préparer la rentrée 2014, avec l'ABCD de l'égalité. Le Rhône, avec ses 46 écoles pilotes de l'ABCD de l'Egalitéest davantage concernée que tous les autres. Nous devons soutenir l'école en danger, nous devons sortir encore dans la rue, bravant nos codes et nos conventions pour protéger la France de cette dérive totalitaire: l'éducation sexuelle est notre vie privée, elle n'est pas du ressort des Etats Membres.



Les élections européennes du 25 mai 2014 seront cruciales, nous devons être le levier de pression pour obliger nos candidats et nos élus à re-devenir (car peu le sont encore) les représentants du peuple.



Je compte sur vous, et vous dis à dimanche Place Bellecour à 14h (emmitouflés), parce qu'on ne lâche rien , jamais , jamais , jamais ! 

 

Et toutes les associations réunies au sein de la LMPT 69 ( VITA , Les Musulmans pour l'Enfance, AFC, Juristes pour l'Enfance, Tous à la Mairie, En Marche pour l'Enfance, Cosette et Gavroche et tant d'autres ...)   vous disent à dimanche ...avec vos cousins, voisins, amis ...

 

Bénédicte LOUIS

Cosette et Gavroche

06 64 65 10 94

 

 

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 15:55

CONFERENCE à LYON (5ème arrondissement)

 

Invitation de LA FONDATION DE L'ASSURANCE MAIF sur un thème qui nous est malheureusement fréquent en famille séparées divorcées.

(je pense que certains parents seront mieux sensibilisés à ces difficultés:

(sur inscription!):

 

JEUNES ET RISQUES EXTREMES

 

jeunes-et-risques-extremes-MAIF-4-fevrier-2014.jpg

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AGENDA
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 02:27

Chronique 5 envoyée par Paritolog:

 

Insistance lourde sur le congé de paternité à l’A.N.

AN.jpg 


La nuit dernière (du 20 [l'aniversaire d'un certain colin, même pas invité!] au 21  janvier), l’Assemblée Nationale a commencé ses séances publiques sur le projet de loi portant sur l’égalité entre les femmes et les hommes. 

 

 

Déclaration introductive de la ministre.

La ministre NVB, dans un flot d’énumérations d’intentions, a glissé une brève pensée pour « la place des pères ».

Alors ce faisant, elle a bien confirmé que ce projet de loi n° 1380 ne peut  pas ignorer que les femmes et  les hommes Réels – et pas  seulement les personnages utopiques d’une idéologie – sont en  général mères en  tant que femmes et pères en tant que masculins : ainsi rétrospectivement le balayage de l’article 17 bis  en commission des lois au prétexte que ce n’est pas le sujet était bien de la plus détestable  mauvaise foi !


D’ailleurs dans l’ensemble de ce projet 1380 il y a plusieurs articles en lien avec la vie familiale, on peut citer l’intention d’associer en urgence le JAF pour « monoparentaliser » dans la foulée de l’ordonnance d’éloignement (sans jugement, sur simple présomption de violence intra-familiale sans contradictoire). 


Peu après dans le cours de son laïus la ministre parle d’ « implication  des  pères » … oui mais  il ne  s’agissait QUE du  contexte péri-natal, dans le  cadre de la fixation obsessionnelle sur le congé de paternité. Obsessionnelle, mais pas seulement : il s’agit à n’en pas douter d’une posture très calculée pour délégitimer la parité mère-père par induction psychologique.

 

L’orateur du groupe RRDP Jacques Moignard : auto-censure ou pressions externes ?

A l’assemblée, le groupe RRDP est l’équivalent du  groupe RDSE au sénat, ce groupe qui avait introduit l’amendement 108 issu de concertations dans certains cercles discrets.

Or dans son discours général préalable pour son groupe RRDP, J. Moignard n’a pas soufflé mot sur cet article 17 bis introduit par ses collègues radicaux (et assimilés) puis bassement attaqué en commission…

A toutes fins utiles,  il faut considérer que le député Moignard a été élu en tant que suppléant de Sylvia Pinel nommée  au gouvernement : a-t-il eu peur de ne pas être repris comme suppléant en 2017  s’il ne « filait pas doux » ?  Rien n’interdit de le penser…


Jacques Moignard est actuellement maire de Montech, une commune du Tarn-et-Garonne connue pour avoir sur  son territoire un plan incliné à péniches qui permet de shunter plusieurs écluses sur le  canal latéral à la Garonne. M. Moignard sera-t-il candidat à sa succession en mars prochain ? Et s’il était débarqué comme une vieille péniche à la suite de la diffusion d’un tract-missile « patriot » (1000 exemplaires) entre les 2 tours ?

 

La verte Barbara Pompili omet de parler de l’alternance paritaire.

On se souvient qu’immédiatement après l’événement de liberté politique en septembre au sénat, le parti écolo-vert avait déposé une proposition de loi essentiellement axée sur la médiation (comme une sorte de panacée miraculeuse), et accessoirement sur la résidence alternée « à l’essai ». Pas un mot sur la Nouvelle Conciliation…


Plus récemment en  commission des lois  en  décembre, le groupe  écolo-vert a présenté un amendement  voulant supprimer 80% de l’article 17 bis et altérer les 20% restants. Avec les 2 mêmes points : médiation et suspicion sur la RDP (résidence duale alternée) via 6 mois « d’essai » obligatoires.


Dans son intervention en séance publique, Mme Pompili a clamé l’intention de son groupe d’ « aller plus loin encore » (que le projet gouvernemental) ce qui correspond à la  posture écolo habituelle de se camper comme avant-gardistes. Elle commence par la volonté de simplifier la procédure de « changement de sexe »… quel rapport avec la Parité, si ce n’est en pratiquant un énorme déni de l’origine bio et écologique de cette même Parité ??? Puis elle réclame un « véritable service public de l’enfance » … comme ce fut le cas en URSS (et on a vu où cela a mené…) … et un peu comme Hitler en avait rêvé (le Lebensborn). Enfin seulement, à la fin, elle range comme si c’était révolutionnaire la vieille recette de la médiation … il est vrai que la clientèle électorale des verts est relativement abondante parmi les milieux du dit « travail social » donc en particulier parmi les médiateurs qui craignent pour leurs emplois,  car le ministère de la justice trouve que la médiation coûte trop cher


Mme Pompili a annoncé « un amendement renforçant la  médiation, étape déterminante en faveur de la garde alternée en cas de séparation ». C’est ainsi une façon de conditionner la parité mère-père temporelle concrète à une double volonté d’accord de  chaque parent. Mais qu’advient-il si une mère s’acharne à extorquer le matriarcat en sabotant conciliation, négociation, médiation : alors la RDP devient impossible. CQFD. Et au passage ce mécanisme pervers (pères-verts ?) épargnera l’image de la magistrature qui fera valoir que ce ne sont plus les juges qui barrent la parité. On sait que le syndicat SM, ce fameux syndicat avec un glorieux Mur des Cons, est très proche idéologiquement des écolos-verts, le parcours d’une  très voyante magistrate médiatique illustre cela de façon éclatante.

 

La vieille argutie de la nécessité d’accord dure depuis presque 40 ans.

Dans les années 70-80 cela a servi à  empêcher des droits de visite-hébergement, puis après 1987 à ne pas généraliser l’exercice dual de l’autorité parentale, et depuis 2002 contre la RDP si pas consensuelle. Mme Pompili ne fait donc que re-formuler cet obstacle tout en faisant plaisir à des amis politiques (médiateurs : économiquement et magistrats : psychologiquement).


Et puis Mme Pompili  n’a pas eu un mot sur sa proposition en  commission d’une RDP sans médiation ne serait-ce « qu’à l’essai » !

Alors quel est le crédit de sincérité que l’on peut accorder à Mme Pompili pour sa signature dans la pétition de femmes, à côté de celle d’Evelyne Sullerot ?  Et s’il ne s’agissait que d’une action de singularisation politique dans le cadre de sa stratégie de carrière ?

 

 

Le congé de paternité, instrument psychologique pour discréditer l’alternance paritaire sans le dire.

Plusieurs articles ou alinéas examinés lors de la séance de nuit ont montré que le congé de paternité est l’objet de « soins » insistants, ce qui est pour le moins curieux en regard du refus de la parité en cas de séparation.

Après la ministre,  de nombreuses prises de parole ont eu lieu à propos du congé de paternité. On peut citer notamment la députée socialiste Barbara Romagnan, élue du Doubs, qui est allée jusqu’à parler  de « congé parental égalitaire ».


Mais pourquoi donc un tel amour pour l’égalité parentale là, autour du nouveau-né ? C’est bête comme tout : parce que c’est la séquence vivipare-mammifère {gestation puis délivrance puis allaitement} qui souligne évidemment la dissymétrie charnelle chez les humains comme les autres mammifères entre programme féminin et programme masculin dans la parenté-parité ! Cette insistance  pour infliger de l’égalité socio-professionnelle à propos du périnatal  revient, en arrière-pensée, à magnifier le principe d’égalité là  où la différenciation est le plus marquée. Il s’agit d’une tactique de communication paradoxale : autrement dit cela cache quelque chose…


Et voilà le calcul sous-jacent : l’intention est de culpabiliser les pères de façon subliminale (coupables de manquer d’utérus), de les imprégner d’une acceptation de statut de supplétif, de subordonné, en quelque sorte de « harki de la famille ». En grossissant sans retenue l’après-grossesse, en focalisant sur le hardware qui empêchait les préhistoriques de savoir la parenté-parité, on fait diversion pour ne pas donner à voir ce que les Lumières de la Science ont montré : la parenté-parité se  lit dans l’ADN  qui détient le software, le vrai Génie du Vivant. Dans l’ADN, la mère n’est qu’à parité avec le père, alors que l’enveloppe charnelle donne l’illusion archaïque que la matrice mammifère serait en toute-puissance sur la génération.


Et puis il y a une autre dimension de cette habile ficelle de manipulation des consciences : la réalité sociologique actuelle du congé de paternité. En effet,  le % de pères voulant ou (plus souvent) pouvant assumer le congé de paternité périnatale est faible, de l’ordre de 5%. Mais sont-ils les seuls à en décider ainsi ?


Comment ne pas voir qu’à partir de ce 5% maigrichon,  par amalgame, le lobby néo-matriarcal veut en inférer que cette froideur statistique envers le congé de paternité périnatale « prouverait » que les pères (en général) ne sont pas légitimes à défendre la vraie parité ?

Du moins  les pères actuels … on voit bien que le lobby matriarcal va se faire plaisir avec une promesse aux calendes grecques : « dans 20 ou  25 ans, quand les pères auront  commencé à s’intéresser aux enfants dès la naissance, alors seulement nous pourrons  condescendre royalement à leur concéder la garde alternée »… [RCB: c'est tellement insultant!]

 

Mauvaise foi,  amalgame, atermoiement : brelan de drôles de dames… il manque la Dame de Cœur !

 

******************************************

Commentaire RCB: On sentirait une tantinet une orientation politique substantiellement divergente avec la tendance progouvernementale?! On dirait une confusion politicosexiste!   

 

Or nous sommes promoteurs d'un message a-politique ! Mais c'est vrai que vu la tournure alambiquées que prend cette loi d'égalité "pas rentable" pour nous les bagnards et bagnardes, on comprend les vifs propos pour en changer !

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 01:33

Message de la Manif Pour Tous du Rhône:

avant les élections

A la veille des élections municipales et européennes, nous voulons faire entendre aux candidats que nous ne lâchons rien ! Ces candidats de tous bords portent une responsabilité historique pour l’avenir de notre société :

- sauver la filiation

- reconnaitre l’altérité des sexes

- refuser la liberté d’action pour l’Industrie de la Fabrication artificielle d’enfant (PMA, GPA)

- ne pas faire de l’Europe un outil pour contourner les lois des Etats

 

 

la-manif-pour-tous-du-2-fevrier-2014.jpg

 

 

***********************************************

Commentaire Réseau Colin Bagnard:

 

TOUT BAGNARD OU BAGNARDE DE LA REGION DEVRAIENT S'Y RENDRE CAR :

 

La reconnaisssance de l'éducation de leurs enfants par les parents séparés passe par celle de la complémentarité Homme - Femme, c'est à dire l'existence d'une différence de genre intrinsèque à la biologie humaine,

 

Que le seul sentiment amoureux n'est pas le seul fondement du mariage, les soucis de positions divergentes sur l'éducation des enfants souvent à l'origine des séparations et consécutives au divorce le nous rappellent,

 

mais aussi celles des filiations,

 

Tout comme l'ensemble des transmissions intergénérationelles,

 

En particulier vis-à-vis des enfants issus de ces mariages ou même en dehors, étant sans attaches identitaires, et donc sans "repères"!


Que l'identité (genre, origine, caractéristiques) ne s'achète pas, qui fixerait les prix?

 

Que les pratiques effectives liées à la procréation et gestation assistée et l'adoption sont déjà dans plusieurs pays si proches de celle de l'eugénisme (amélioration contrôlée des gènes par critères de sélection à la naissance ou intrafoetale), dérive du darwinisme, la sélection négative, on l'a connait bien! 

 

Que ce sont toujours les plus démunis qui seront l'objet d'un néo-esclavagisme ! (dérive vers une société de classes ou même de castes), paradoxalement alors qu'on nous parle "d'égalité", esclavagisme et manipulation vont de paires!

 

Nous sommes contre le développement de certains lobbys marchants du corps humain, qui existe déjà sous diverses formes par l'existence d'organismes intermédiaires (sang, tissus, organes, fluides copporels ... enfants).

 

 

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 19:45

  William Bec, un des pères perchés du puit du St Etienne, fait la grève de la faim depuis une semaine!

 

Il a été rejoint par Fatiha Benamar et Eric Manceau

(qui ne font pas la grève de la faim).

 

greve-de-la-faim-William-Fatiha-et-Eric-pour-l-egalite-p.jpg

 

 

MESSAGE DE WILLIAM BEC A MADAME AUCONIE

 

(membre du parlement européen)

 

à transmettre au Parlementaires européens et au Président de la République

 

 

 

INJUSTICE FAMILIALE  / TGI DE SAINT ETIENNE (42)

 

"Ce n'est pas tant l'oppression qui est à craindre, c'est le silence des opprimés"!

Je m'adresse à nouveau au corps politique français pour lui faire part de l'injustice commise dans ses tribunaux, injustice intolérable de la privation (abusive) des enfants des pères et mères de notre pays.


Je vous supplie, Monsieur le Président de la République, d'entendre la colère des pères et mères injustement privés de leur(s) enfant(s).


Ne pensez-vous pas qu'il n'y a pas pire injustice que celle prononcée par un Juge?


Devant l'incroyable supplice de la privation de nos enfants, je vous demande à qui profite le crime?


A qui profite l'enlèvement de nos enfants, à qui profite l'éviction d'un père ou d'une mère?


Pourquoi la République reste-t-elle sourde face à l'injustice familiale?


Croyez-vous vraiment qu'un parent (4/5 père) puisse véritablement éduquer et accompagner son enfant vers l'autonomie à raison de quatre jours par mois?


Je suis père de 4 enfants dont un seul est en Résidence alternée. (Adhérent à l'association "Nos enfants ont deux Parents")


Que le Juge des Affaires Familiales me dise enfin au nom de quoi mes enfants sont privés de leur père !


J'entame mon septième jour de la grève de la faim sur les marches du TGI de Saint Etienne car j'estime être en droit d'exiger que mes enfants voient leur père autant que leur mère.


Préfet et Procureur de la République ignorent mes sollicitations à les rencontrer.


Sachez que je suis déterminé à aller jusqu'au "bout" de mon action, quel que soit le silence assourdissant des médias, quel que soit le silence de la République.


A mes yeux, vous porterez seul la responsabilité des crimes et atteinte aux droits de nos enfants à voir leurs deux parents, droits bafoués au regard de la Convention Internationale des droits de l'enfant (C.I.D.E.) dont la France est signataire.


Je renvoie aux juges leurs responsabilités au regard du très controversé article 373-2-9 du Code Civil.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 16:41

COMMUNIQUÉ  de SOSPAPA

 

par Bruno LAGADEC Secrétaire Général

ou

le Bureau Exécutif du Président COLLEAU  

(clarification en fin de page)

 

 

 

SOS PAPA APPORTE SON SOUTIEN AU CONFÉRENCIER JEAN GABARD 

ET DÉNONCE LES INTIMIDATIONS ET AUTRES TENTATIVES D’EMPÊCHER

LA BONNE TENUE D’UNE RÉUNION PUBLIQUE INTITULÉE

 

    Une conférence intitulée « La place du père et de la mère dans l’éducation de l’enfant » doit se tenir ce jour, mardi 14 janvier 2014, à 20h30, au lieu dénommé l’Escale, 21 avenue de la

Libération, à Saint-Genis les Ollières (69290).

 

Or, cette réunion publique pourrait faire l’objet d’une perturbation volontaire par des féministes radicales ou même ne pas se tenir du tout pour des raisons de sécurité.

 

En effet, l’intervenant principal de cette conférence-débat est Monsieur Jean GABARD, auteur de plusieurs prises de position et d’écrits très courageux mettant en exergue l’influence très néfaste de courants féministes radicaux dans l’accès à la parité familiale et dans l’effectivité des droits parentaux entre les pères et les mères, non seulement durant tout le processus dans l’éducation des enfants mais aussi lors des procédures hyper-judiciarisées lors des divorces et des séparations parentales.

 

Il se trouve que depuis plusieurs jours, l’Adjointe au Maire de la commune et Déléguée de l’Action Sociale de Saint-Genis les Ollières fait l’objet de pressions et de menaces de la part de mouvements et autres groupuscules féministes radicaux pour empêcher que cette réunion publique puisse se dérouler normalement, et ce au seul prétexte que ces féministes militantes ne partagent pas le point de vue énoncé de Monsieur Jean GABARD.

 

Trois mois après l’intrusion outrancière de féministes et anarchistes gays et lesbiens lors d’une autre conférence sur « l’égalité parentale par la résidence alternée » qui s’était tenue à Grenoble, l’Association SOS PAPA tient à rappeler que la liberté de réunion et la liberté d’expression sont dans nos démocraties européennes deux droits essentiels corollaires à la liberté d’association qui font l’objet d’une garantie juridique protégée par la Convention Européenne de sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales, sans compter d’autres mentions protectrices déjà définies au travers de l’article 20 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et de l’article 21 du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques.

 

C’est pourquoi, SOS PAPA apporte depuis PARIS son soutien plein et entier à l’Adjointe au Maire et Déléguée de l’Action Sociale de Saint-Genis les Ollières, commune à l’Ouest de LYON et organisatrice de cette réunion publique, ainsi qu’au conférencier, Monsieur Jean GABARD.


Aucune intrusion ou perturbation ne doit empêcher une conférence-débat sur des sujets aussi importants que la place du père et de la mère dans l’éducation de l’enfant, la résidence alternée, l’égalité parentale, la coparentalité, la conciliation familiale, les droits supérieurs de l’enfant, etc. 

 

Pour SOS PAPA, il est hors de question que des associations ou des organisateurs de débats puissent faire l’objet d’une quelconque atteinte à la liberté de réunion et à la liberté d’expression, et ce d’autant plus que le Conseil Constitutionnel a déjà clairement défini ce que doit être dans notre démocratie républicaine « le droit d’expression collective des idées et des opinions ».


 Fait à PARIS le 14 janvier 2014   Bruno LAGADEC

 

           Secrétaire Général de SOS PAPA

 

ou
 

 

Le Bureau Exécutif du Président COLLEAU (sous réserve suite à email confus)

 

Votre contact direct à SOS PAPA => Bruno LAGADEC – sospapa.secretairegeneral@gmail.com

 

 

"Un enfant a besoin de ses deux parents"

 

Association Familiale SOS PAPA

Membre de l'UNAF ( Union Nationale des Associations Familiales ), Association d'aide aux victimes.

Site Internet : , Siège : 84 bd Garibaldi 75015 PARIS, Tél : 01.47.70.25.34

 

******************

Commentaire Reseau Colin Bagnard:

merci à l'association SOSPAPA de réagir vivement de concert avec les associations rhônealpine:

G-E-S (Groupe d'Etudes sur les Sexismes,

Père-Enfant Mère 

ou d'autre plus lointaines comme Homme Culture et Identité.

 

-

Clarification envoyée par SOSPAPA:

 

Merci pour la réactivité de Colin Bagnard !


Précision : 
Bruno LAGADEC est bien membre du Bureau Exécutif présidé par Jacques COLLEAU et dont l'instance a été désignée le 8 octobre 2011 lors d'une Assemblée Générale.
Malgré les aléas judiciaires du conflit interne, cette AG du 8 octobre 2011 a donné à ce jour l'unique légitimité encore valable juridiquement suite au dernier jugement qui a été rendu le 15 octobre 2013, et ce malgré l'appel en cours... 

 

Cordialement 

Le Bureau Exécutif du Président COLLEAU

-

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REACTIONS
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 14:34

APPEL à MOBILISATION autour de Lyon ce soir!

 

Au sujet des pressions des ultraféministes pour faire annuler la conférence de Jean Gabard ce soir, (cf: Liberté d'expression bafouée: Les féministes veulent faire annuler une conférence! ) à 20h30 à Saint Genix les Ollières (proche de Lyon), voici une preuve des pressions telles que celles que nous avions nous mêmes subis pour d'autres événements de conférences débat:

 

 

[extrait] Message reçu par Jean Gabard:

 

Preuves des pressions exercées pour faire annuler ma conférence Voici un mail intercepté qui m’est parvenu par des amis : 

De : <clas@no-log.org>
Date : 10 janvier 2014 15:33
Objet : URGENT ! ALERTE conférence masculiniste organisée par le CCAS de St Genis les Ollières le 14 janvier]
À : femmessolidairesrhone@gmail.com

 

Bonjour,

Voici l'info à transmettre rapidement à toutes les associations féministes et pro-féministes susceptibles d'alerter la mairie de St Genis les Ollières pour faire annuler cette conférence de Jean Gabard qui a lieu ce mardi 14 janvier.

Il faut savoir que le site mascuwatch a classé Jean Gabard dans la catégorie des "gurus" du masculinisme. Ce dernier a notamment écrit un bouquin anti-féministe et attaque la légitimité des études relatives au genre en instrumentalisant la parentalité et les enfants.

La responsable du CCAS m'a rappelé pour me dire qu'elle ne pourrait pas faire annuler cette conférence sur l'unique base d'un unique appel téléphonique. Néanmoins, elle m'a dit qu'elle prenait note des informations que je lui ai transmises et qu'elle allait interroger, le planning familial de Tassin, Jean Gabard et sa hiérarchie. Je lui ai dit aussi que l'info allait circuler parmi les association féministes du Rhône et qu'en cas de non annulation de cette conférence il y aurait certainement une ou des actions visant à dénoncer le fait que l'argent public aura servi à diffuser la propagande masculiniste. Si d'autres personnes téléphone à cette mairie, il n'est donc pas impossible que nous obtenions l'annulation de cette conférence.

Salutations féministes,


Mélusine Vertelune pour le Collectif Libertaire Anti-Sexiste.

 

********************************

COMMENTAIRE DE RCB:

 

clas@no-log.org est l'adresse email du collectif libertaire anti sexiste (CLAS)

 (leur forum est: http://forum.anarchiste.free.fr)

logo-CLAS.jpg

Mélusine Vertelune agit sur le site http://grenoble.indymedia.org qui ne cesse de faire des ragots et des pressions odieuses ( Quand les féministes cherchent à diviser les "égalitaires parentaux"! ou plus récemment: http://grenoble.indymedia.org/2013-10-08-Rassemblement-contre-une)

 

femmessolidariterhone@gmail.com est l'eamil du forum femmes solidarité Rhône qui sont très actifs (au masculin comme au féminin) par le biais de brichures rendez-vous "gratuir" dans les palais de justice ou maison du droit, numéros, associations, subventionnées par les collectivités et l'état, qui rémunére de manière anticonstitutionnelles des activités uniquement orientées vers un sexisme anti-HOMME.

 

C'est une réelle discrimination contre laquelle dans ce contexte il est difficile de lutter!

 

Parmi les membres de ce réseau, on trouve par exemple la scénariste Natacha Henry, qui a fait un des films de propagande ultraféministe qui montre comment les moyens sont organisés de manière sexiste par les institutions sans réel droits de défense sur le dos des hommes comme systématique:(lien)


à noter que les quatre mois vont être prolongé à six par la réforme de la famille en cours (cf débats parlementaires de la commission soi disant "pour l'égalité parentale")


Cette Natacha Henry est lauréate du GermanMarshall Fund os the United States (lobby américain sur les institutions européennes ou autres (voir lien), preuve de l'influence exogène dans notre pays) (voir lien)


ou journaliste membre du International Media Foundation

(voir lien)...

 

notamment (cf link).

 

Les techniques de lobbying que je ne vais pas développer ici sont érpouvée depuis des décennies. Nous, mouvements antisexistes, passons notre temps à nous disputer, comme ce François soi disant de la grue qui n'arrête pas d'agir en intervenant pour "virer" des associations ou des personnes au nom du Collectif la Grue Jaune, (cf action contre Philippe Veysset, moi-même, et d'autres qui ne le savent pas et ne se méfient pas), collectif qu'il utilise et qu'il détourne de ses intentions a-politiques ! (Avis)

 

MOBILISONS-NOUS POUR SOUTENIR LA LIBRE EXPRESSION

CE SOIR POUR LA CONFERENCE DE JEAN GABARD,

libre à chacun d'apprécier ou de contester ses propos avec des arguments autres que la violence ou la pression comme on le constate trop souvent en dépit du droit d'association, de réunion, de manifestation!



 

-

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REACTIONS
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 13:03

Mme Najat Vallaud Belkacem et Mme Bertinotti. A tous les JAF.: défendre la résidence alternée, la prioriser

 

Rédigée par Stéphanie HAIN.

 

Pourquoi c'est important

Pétition exclusivement réservée aux signatures féminines. Merci

 

Aujourd’hui, comme chaque jour en France, la justice se prononcera sur la résidence de plus de 1.000 enfants dont les parents se séparent.


Aujourd’hui, comme chaque jour en France, plus de 80% d’entre eux seront confiés en garde exclusive à leur mère.


Et bien NON, je revendique en tant que femme le fait de vouloir opter pour la résidence alternée.


POURQUOI ?
Parce que je suis une mère et qu’en tant que telle :
Je ne culpabilise pas de passer le relais à leur père.

Je me fais confiance et je lui fais confiance.

Je suis détendue et disponible pour eux quand je les récupère ensuite.

Mes enfants restent ma priorité et je reste une mère à 100%.

 

Mais aussi par ce que je suis une femme active :
Il est difficile de concilier vie de famille en solo et carrière professionnelle. L’égalité des hommes et des femmes dans le monde du travail doit impérativement passer par le partage des contraintes d’organisation et de garde.


Et surtout parce que je suis une femme :
Culpabilité, fatigue, manque de temps… Pas facile de se reconstruire et de retrouver une vie de femme. Le solo maternel est austère si le papa des enfants n’assure pas le relais.
La résidence alternée permet d’équilibrer pour les 2 parents leurs chances de rebondir après la rupture.


Bien que la loi ne prévoie aucune discrimination entre les deux parents, les pratiques actuelles conduisent à privilégier un parent, principe contraire à une vraie parité et égalité entre les hommes et les femmes.


La liste des signataires est un premier acte de révolte. Pour la première fois, des femmes ont décidé de briser le tabou de la toute puissance des mères.


Nous sommes de tous horizons professionnels, sociaux et géographiques. Nous ne sommes que des mères, grands-mères, amies, soucieuses avant tout d’une vraie égalité entre les hommes et les femmes et préoccupées par le développement équilibré de nos enfants.


C’est pourquoi je revendique, aujourd’hui, ma volonté de défendre la résidence alternée et de la prioriser par rapport aux autres modes de résidence.


 

Parmi ces premières signatures, figurent :

Sophie AUCONIE (euro députée)

Clémentine AUTAIN (militante Féministe)

Geneviève FRAISSE (philosophe et historienne de la pensée féministe)

Barbara POMPILI (députée)

Marlène SCHIAPPA (Fondatrice de "Maman travaille")

Anne Joséphine THONI (Fondatrice de l'Association TEMFOR)

Laetitia CARTON (réalisatrice)

Elodie CINGAL (psychologue)

Irène DUFEUTRELLE (médiatrice familiale)

Laurence GARNIER (enseignante)

Béatrice GHELBER (Avocate)

Gaëlle GODEFROY (Assistante)

Stéphanie HAIN (Conseillère en insertion professionnelle)

Marie MONNERIE (éducatrice spécialisée)

 

La pétition (ces dames) que j'invite à signer sur:

https://secure.avaaz.org/fr/petition/A_Mme_Najat_Vallaud_Belkacem_et_Mme_Bertinotti


Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 12:41

Communiqué - 15 janvier 2014.


Action parentale en faveur de la résidence alterné égalitaire


Alors que depuis 2002, le législateur a prévu que les enfants puissent bénéficier équitablement de leurs deux parents après leurs séparations, parl a mise en place d'une résidence alternée, l'inertie des pratiques de l'institution judiciaire continue de privilégier une répartition inéquitable en fixant la résidence des enfants chez la mère et en accordant des droits dits "classiques" au père, un week-end sur deux en dehors des vacances.

 

26 - 04 (jours par mois) est l'interprétation par la justice familiale de l'égalité des deux parties devant la loi.

 

En septembre dernier, le Sénat a adopté un amendement qui vise à examiner prioritairement la résidence alternée égalitaire lorsqu'au moins un des deux parents la demande et, en cas de refus de ce mode de résidence, à demander au juge de motiver sa décision par des raisons objectives.

 

Avec un conservatisme incompréhensible, le gouvernement veut faire retirer cet amendement de la loi pour l'égalité entre les femmes et les hmomes.

Il se met ainsi à dos les femmes modernes qui travaillent et réclament un partage équitable de la charge éducative de leurs enfants, ainsi que les pères qui, selon les dernières statistiques du Ministère de la Justice continuent de se voir refuser leur demande de résidence alternée égalitaire dès que leur ex-conjointe y est opposée pour plus de 75% des enfants concernés.

 

L'action du 15 janvier à Paris traduit cette incompréhension vis à vis du gouvernement opposé à l'inscription dans la loi d'un principe d'égalit édes deux parents dans le domaine des affaires familiales.


RA---Hamac-entre-deux-maisons.jpg(illustration proposée par Stéphanie Hain :

voir la pétition accompagnant cette démarche)

 

Liens

Amendement adopté par le Sénat

http://www.senat.fr/amendements/2012-2013/808/Amdt_108.html

 

Pétition de femmes pour la résidence alternée égalitaire

(en lien sur l'article qui suit)

 

Contacts :

Stéphanie HAIN - Auteur de la pétition de femmes pour la résidence alternée.

stephanie.hain@bbox.fr

(cf article qui va suivre)

 

Jean LE BAIL - Collectif La Grue Jaune

jean.lebail@free.fr

 

Sébastien DOLO - Fédération Nationale De Défense Des Droits Des Pères Et Des Familles

sebastien.dolo@gmail.com

 

[Action soutenue par le Réseau Colin Bagnard]

 

Mercredi 13 heures

Rassemblement Place de la Concorde

coté jardin des Tuileries.


Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 23:09

Depuis bien longtemps avant même la fondation de l'association Réseau Colin Bagnard, je partageais avec de nombreux parents le sentiment que l'on ne fait pas tout contre le décrochage scolaire !

 

Qu'il existe des négligences dans la sollicitation de toutes les possibilités pour soutenir les jeunes en difficultés scolaires passagères ou plus graves... Si encore elles étaient identifiées et totalement prises en compte !

 

Dans le cadre des activités du Réseau Colin Bagnard,

qui s'occupe déjà de la question scolaire sous plusieurs aspects,

et conformément à ses statuts puisque prévu dès la fondation,

et tenant compte du constat confirmé de la fréquence de difficultés scolaires dans les familles séparées ou divorcées,

il me semble n'avoir que trop tardé à proposer un service adapté de diagnostic pédagogique et de cours particuliers et soutien scolaire :

 

C'est le PROJET DIGIMATH:

 

Logo-Digimat-colore-avec-RCB.jpg

 

J'ai exercé principalement comme enseignant en mathématiques ou sciences physiques, parfois pour d'autre matières comme la biologie, l'informatique, l'histoire-géographie, le français, l'économie ou la gestion);

 

avec des élèves (ou adultes) des sections générales ou visant les secteurs professionnels artisanaux, commerciaux ou techniques. Selon la demande de diagnostic, mon intervention peut concerner l'ensemble des matières (méthodologie, documentation, orientation).

 

Depuis 1992, j'ai exercé sous de nombreux contrats dans un panel d'établissements (publics ou privés, consulaires ou associatifs, formation d'adultes ou centres professionnels ou agricoles);

 

avec la diversité des élèves (collège, lycée, préapprentissage, professionnel ou technique);

 

et des régions: en Auvergne, Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes, Région Parisienne.

 

Le système éducatif est complexe et évolue. Les situations aussi semblent se dégrader. Il faut accompagner les élèves et leurs parents parfois perdus et désemparés !

 

Spécifiquement pour les élèves qui ont des difficultés importantes qui semblent insurmontables, l'expérience n'est pas de trop pour les aider :

 

comprendre leurs conditions de vie de famille,


leur situation familiale (culturelle, socioprofessionnelle et en particulier s'ils sont issus d'une famille séparée ou recomposée),

 

apprécier et aider au suivi scolaire des parents parfois gênés

(accès aux écoles et développement de l'Autorité Parentale Conjointe),


agir sur leur environnement de travail au domicile si c'est nécessaire,


les aider à s'approprier les connaissances par leurs seules facultés,


les aider à s'organiser dans leur travail,


prendre en compte leur rapport à l'établissement scolaire

 (surtout en cas de mauvais rapports),

 

dédramatiser le sentiment d'insécurité pour l'avenir pour l'élève et ses parents,

 

s'adapter selon l'enfant ou adolescent ou jeune adulte

à partir des éléments accessibles au pédagogue,


s'appuyer sur les capacités langagières, graphiques et comportementales,


appui à l'orientation par un questionnement approfondi et l'accès aux banques de données adaptées aux filières professionnelles,


diagnostiquer les réelles difficultés cognitives ou les simples carences et oublis,


adapter le panel des méthodes pédagogiques à la capacité de l'élève,

 

Proposer des solutions en tirant partie de l'ensemble des sources accessibles à l'élève,


reconstruire sa confiance à partir de sa propre appropriation des connaissances et pratiques,

 

Proposer un vrai diagnotic pédagogique (rapport écrit),

 

et apporter le soutien scolaire ponctuel ou périodique de la manière la plus efficace en tenant compte des contraintes de la famille.

 

Ce sont des années d'expérience au service des familles pour commencer 2014 !

 

 

Vos questions et demandes sous reseau-colin-bagnard@orange.fr

ou SMS 06.68.71.31.21. (après midi)

 

Tarifs associatifs (adhésion préalable à RCB comme membre bénéficiaire ).

(adaptés à toutes les familles selon leurs possibilités, il y a toujours une solution!).


 

Me déplacerai sur région lyonnaise (ou plus loin si besoin selon demande spécifique ne concernant qu'un diagnostic). (participation aux frais demandée si déplacement significatif).

 

A vos cahiers !

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans Sommaire et ACTU
commenter cet article
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 20:43

Hier le blog RCB annonçait une conférence ( "La place du père et de la mère dans l'éducation des enfants", conférence de Jean Gabard le 14 janvier 2013 );


aujourd'hui j'apprends qu'elle est menacée par les féministes!

 

Comme cela avait déjà été le cas lors d'une conférence à Grenoble ( Restitution vidéo de la conférence (empêchée et attaquée) PEM&RCB de Grenoble ) où des destructions ont eu lieu avec des menaces et des insultes.


Cette intolérance est insupportable!

 

Des menaces ont eu lieu aussi autour des conférences du Groupe d'Etudes contre les Sexismes ( RAPPEL Conférence sur le sexisme et les hommes battus à Lyon ).

 

On se souvient aussi de la manifestation du 1er mai 2013 à Grenoble où le droit de manifester a été refusé aux "pères perchés" de Grenoble.

 

Cela ne peut plus durer! Je demande à tous ceux qui le peuvent de venir assister à cette conférence le 14 janvier prochain à St Genis les Ollières (région de Lyon: voir à l'article précédent les détails). Si les intrus viennent perturber la conférence comme ils/elles l'ont fait en toute impunité depuis plusieurs années, nous seront sûrs que c'est avec des protections antidémocratiques et antipluralistes que ces gentes dames et gentilhommes agissent!

 

***************************************

Message de Jean Gabard:

 

Bonjour,

 

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

 

Que cette phrase soit de Voltaire ou non, elle reflète bien ce que doit être notre liberté d’expression. Elle concerne bien évidemment tout citoyen, tout démocrate.

 

L’Adjointe au Maire, Déléguée à l’Action Sociale de Saint-Genis les Ollières, a subi des pressions. On lui demande d’annuler une conférence en la menaçant de contacter la presse. Au nom de quoi ? Pour dire quoi ? Quelle diffamation ?

 

 

Il se trouve que je suis l’animateur de la conférence-débat en question qui doit avoir lieu à Saint-Genis les Ollières le mardi 14 janvier.

 

Ce n’est pas la première fois que des féministes qui ne partagent pas mon point de vue font des pressions pour faire annuler mes conférences. Je suis, parait-il, un « conférencier qui décoiffe » OK, mais je n’apprécie pas beaucoup ces méthodes ni que l’on confonde Dieudonné et Jean Gabard (ni d’ailleurs le stalinisme et la démocratie). La liberté d’expression est un droit qui n’est pas réservé qu’à certains féministes, il me semble !

 

 

Pour lutter contre ce chantage,  contre ces diffamations, contre cette discrimination,  pour défendre la liberté d’expression (et bien sûr vérifier que je respecte les lois qui l’accompagnent concernant les propos racistes, sexistes ou incitant à la haine), je vous prie, en tant que responsable, de bien vouloir assister à ma conférence-débat et de témoigner de ce que vous entendrez. 


Non au refus de la différence, Non à l'intolérance !

 

 

En vous remerciant à l’avance

 

Très cordialement

 

Jean GABARD

 

 

feministes_partout.gif 

(affiche qui explique le besoin d'expression des féministes ---

--- mais ne le reconnait pas chez d'autres!)

 

Jean GABARD  auteur   conférencier

relations hommes / femmes   éducation des enfants

Thorée 42520 Maclas Fr.

tél : 04 74 87 34 56     06 45 28 66 81

http://blogdejeangabard.hautetfort.com

http://www.jeangabard.com

jean.gabard@gmail.com

https://www.facebook.com/jeangabardofficiel                                                                    

https://www.facebook.com/jean.gabard.33

 

LA CONFERENCE du 14 janvier ==> "La place du père et de la mère dans l'éducation des enfants", conférence de Jean Gabard le 14 janvier 2013

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 19:31

Mes meilleurs vœux envoyés par Jean Gabard pour l’année 2014 que l'on remercie.

 

Conférence le 14 janvier 20h30

à l'ESCALE, 21 avenue de la Libération,

à Saint-Genis les Ollières

(lien cartographique : ouest lyonnais)


sur la place du père et de la mère dans l’éducation des enfants

 

Saint-Genis-les-Ollieres-affiche.jpg


Jean Gabard vous propose ci-dessous une réflexion

(parue dans La Pensée et les Hommes) 

 

Etre père aujourd’hui  ?

 

Jean GABARD

 

 

Dans la société patriarcale traditionnelle le père était le chef de la famille. Son rôle apparemment déterminé et indiscutable a été remis en cause radicalement par la « révolte contre le père » des années 1960. Un nouveau père est né. Après un demi siècle d’expériences diverses, pourtant, nombreux sont ceux qui s’interrogent encore sur la nouvelle place à donner à ce père dans la famille…

 

Pendant des millénaires et pratiquement dans l’ensemble des sociétés, alors même que le géniteur restait « incertus », le statut de père était connu et reconnu.  L’homme identifié comme tel savait parfaitement le comportement qu’il devait adopter. Il lui suffisait d’appliquer ce qui lui avait été appris par ses parents et qui se transmettait de générations en générations. Les rôles de chacun étaient fixés et les règles nécessaires à la survie du groupe ne souffraient aucune discussion.

 

Avec la contestation de son autorité dite d’origine divine (1), la société toute entière a été transformée. L’autorité paternelle devenue insupportable a disparu au profit de l’autorité parentale : une autorité exercée par les pères et les mères dans l’intérêt de l’enfant ayant acquis des droits. Si cette définition paraît claire, il est cependant encore nécessaire de préciser ce que les mots « père » et «mère »  contiennent et comment cette autorité peut fonctionner dans des rapports démocratiques.

Le mot « père » qui semble si simple revêt pourtant une grande complexité. Il y a en effet dans le mot « père » trois dimensions.

 

Le père désigne tout d’abord le géniteur, qui fut longtemps incertain (2). Pour qu’il le soit un peu moins, des règles strictes étaient imposées aux épouses. 

Alors que l’incertitude peut être maintenant levée, les hommes, habitués pendant des siècles à décider d’avoir un enfant ou pas, sont aujourd’hui  souvent dépendants du choix de la femme. De même de nombreux hommes ne sont plus que géniteurs. Ils n’élèvent pas l’enfant qu’ils ont eu avec la génitrice*, soit qu’ils n’en connaissent pas l’existence, soit qu’ils ne l’ont pas reconnu, soit qu’ils n’ont jamais été acceptés ou qu’ils ont été très vite rejetés.

 

Le père a aussi une dimension affective. Il peut ne pas être le géniteur mais il est celui qui élève l’enfant et qui lui donne l’affection. Il contribue à lui donner l’image de l’homme. Il est reconnu et appelé « papa ».

Ce rôle de papa a été pendant très longtemps délaissé au profit de la fonction d’autorité donnée à l’homme. Ce dernier pouvait garder une certaine distance et préférait laisser à la maman la tâche de s’occuper de l’enfant. C’est elle qui donnait les soins et la tendresse au petit enfant. Arrivé à « l’âge de raison », le garçon était enlevé des mains des femmes pour entrer dans le camp des hommes où lui étaient inculquées les valeurs dites masculines destinées à le distinguer du sexe dit faible.

Aujourd’hui, ces rôles traditionnels sont rejetés et la maman et le papa modernes se doivent de jouer les mêmes rôles. Pour cela, il est demandé à l’homme de déconstruire son éducation « machiste » et de développer ses qualités autrefois qualifiées de féminines.  Le papa moderne est beaucoup plus présent dès avant la naissance et tout au long de l’enfance qui se prolonge. Il est maintenant volontiers dans le ludique et dans l’affectif. Si certains peuvent lui reprocher de ne pas être aussi performant que la maman dans ce registre, il se peut aussi qu’il apporte une touche différente mais tout aussi bienfaisante. Toujours est-il que se crée entre l’enfant et le papa un attachement réciproque très fort et persistant.

 

Ce « papa » moderne est appliqué. Il est même tellement soucieux de sortir des stéréotypes qu’il a tendance à rejeter ou à oublier la fonction symbolique d’autorité. Cette troisième dimension est effectivement confondue au rôle autoritaire et sexiste que s’attribuaient souvent les hommes autrefois. Si le véritable père doit bénéficier, certes, comme eux de l’autorité il n’est pourtant pas celui qui règne en dictateur pour son bon plaisir. Au contraire, sa fonction de père est donnée par la mère dans l’intérêt de l’enfant. Il n’est plus le patriarche qui faisait « sa » loi mais celui qui doit s’appliquer à l’assumer, à la respecter lui-même et enfin à la dire à l’enfant. Il n’est plus le détenteur d’un pouvoir comme dominant  mais le tiers qui seul peut et doit effectuer la difficile mais nécessaire séparation entre la maman et l’enfant. Pour le faire entrer dans cette fonction de père, la maman qui accepte la fonction symbolique de mère doit valoriser celui qui au départ n’est pour l’enfant qu’un « étranger ». C’est en montrant qu’elle aime cet homme et qu’elle l’écoute qu’elle fera comprendre à l’enfant qu’elle manque et que ce père mérite d’être écouté. « Ce qui institue la parole du père comme interprète de la loi, est le désir-de-la-mère » nous dit Christine Castelain-Meunier (La Paternité, PUF, Que sais-je ? n°3229, 1997).

 

Avec le petit enfant cette fonction est nécessairement celle d’un homme (pas toujours le géniteur ni même le papa) qui,  à la différence d’une femme, apparaît limité et seul à la bonne place pour représenter la loi.  Comment en effet la limite pourrait-elle être intégrée en venant d’une personne censée ne pas en avoir, puisque perçue toute-puissante par l’enfant?  Celui-ci peut éventuellement obéir pour lui plaire et ne pas la perdre mais il ne fait alors que céder à ce qui est pour lui un chantage affectif. Jamais il n’est question de règle à respecter. En effet quand celle-ci cherche à le limiter lui n’a de cesse de lui plaire et de l’imiter, c'est-à-dire d’être comme il la voit et comme il a toujours cru qu’il était lui-même : une divinité sans limites !

 

Dans ce jeu y aurait-il une fonction supérieure comme certains pourraient le craindre ? Qui de celle qui est la seule à pouvoir donner l’autorité ou de celui qui la reçoit aurait une position dominante ? Les deux fonctions ne sont-elles pas simplement dépendantes l’une de l’autre ? Et n’est-il pas nécessaire de les jouer en les exagérant même pour compenser la vision plutôt négative que donne de l’homme la société moderne?  Ce n’est qu’après plusieurs années (à peu près six ans d’après des neuropsychiatres) lorsque l’enfant aura intégré la « non toute-puissance » de sa référence première et la nécessité de la loi que la mère pourra aussi la dire. Il est donc toujours bon d’insister (jusqu’à la caricature) avec un petit enfant qui n’a pas accès au symbolique et qui ne veut pas admettre que sa maman ne soit pas toute-puissante. Tout petit enfant veut la croire capable de faire un enfant toute seule. Ce mythe de la Vierge Marie est tenace. C’est la raison pour laquelle la femme, dans une fonction d’autorité, devra, beaucoup plus qu’un homme, constamment rappeler qu’elle n’est pas la loi mais qu’elle ne fait que s’y soumettre. Faute de cela elle risque de ne pas être entendue ou même de ne faire subsister de ses propos que le traumatisme. C’est particulièrement vrai si elle s’adresse à une personne de l’autre sexe, lui faisant alors revivre ce qu’il a toujours besoin de refouler : la castration psychique primaire qu’à été la découverte de son sexe et de son impossibilité à pouvoir devenir comme son premier modèle. Non seulement l’humiliation qui découle ce cette violence imperceptible mais terrible ne fera pas entrer dans la loi mais risque de provoquer, en réponse, la violence la mieux maîtrisée par l’homme : la violence physique !

 

La fonction symbolique de père fait étrangement penser au rôle dominant que se donnaient les hommes il n’y a encore pas si longtemps (ou même encore !). Et effectivement cette fonction n’est pas facile à jouer. Pas facile et même risqué ! Et pourtant n’y a-t-il pas énormément à gagner, d’essayer ? Le père ne sera jamais parfait (ni la mère), mais n’est-il pas préférable d’avoir un « mauvais » père que pas de père du tout ?

Parce que notre société égalitariste confond égalité en droits et identité de plus en plus d’hommes et de femmes qui se veulent indépendants pensent pouvoir jouer les mêmes rôles et ainsi n’entrent plus dans les fonctions symboliques de mère et de père. Ces mamans et ces papas sont très attentionnés mais les enfants sont très peu confrontés à des personnes à la bonne place pour leur faire intégrer la loi. Ils font partie de ces enfants que l’on appelle des enfants-rois, des enfants gâchés sans père et sans repère. Ces enfants sont très souvent des enfants qui restent hors la loi, dans la toute-puissance, persuadés de pouvoir changer l’ordre du monde. En manque de manque, ils veulent tout, tout de suite, et restent perpétuellement insatisfaits. Ils rejettent le passé et ne se projettent pas dans l’avenir. L’absence de cadre les angoisse et ils ont besoin pour se trouver une identité de provoquer, d’adopter des conduites à risques. Incapables d’accepter la moindre règle et la moindre frustration, ils sont souvent extrêmement difficiles à gérer dans la famille où ils tyrannisent leurs parents, à l’école où ils ne peuvent apprendre, en société où ils multiplient les incivilités ou même les délits. Ces enfants ont besoin de père pour se structurer. Malheureusement, quand ils n’en ont pas, ils l’inventent. C’est une alors très souvent une caricature de l’homme, un chef de bande, un nazi, un intégriste

 

Il est certes difficile de bien jouer les fonctions de père et de mère mais n’est-ce pas un projet commun passionnant pour les parents qui en gardant leur place respective peuvent ainsi éviter une concurrence qui a souvent tendance à se transformer en rivalité? Une situation rarement favorable à l’homme ! Si les fonctions sont interchangeables, l’un peut en effet très bien se passer de l’autre et l’on sait que dans 80% des séparations, les enfants sont confiés à la maman. L’homme qui n’a pas joué la fonction de père n’arrive alors que très peu (ou même, pour certains, plus du tout) à jouer son rôle de papa.

 

N’y a-t-il pas tout à gagner à jouer ensemble, sérieusement et sans se prendre au sérieux, ses fonctions respectives ? N’est-ce pas un projet susceptible de procurer de la joie et de donner du sens à la vie ?

 

(1) au XVIème siècle

(2)  le géniteur peut être identifié grâce aux empreintes génétiques. Mais désormais qui est la génitrice ? Celle qui donne un ovocyte, ou un embryon ? Celle qui prête son utérus, porte et accouche ?

 

Jean GABARD

auteur de “Le féminisme et ses dérives - Rendre un père à l'enfant-roi”,   Les Editions de Paris Max Chaleil, réédition novembre 2011. ISBN : 978-2-84621-158-1  PP 16 €

 

Jean GABARD  auteur   conférencier

relations hommes / femmes   éducation des enfants

Thorée 42520 Maclas Fr.

tél : 04 74 87 34 56     06 45 28 66 81

http://blogdejeangabard.hautetfort.com

http://www.jeangabard.com

jean.gabard@gmail.com

https://www.facebook.com/jeangabardofficiel                                                                                                         

https://www.facebook.com/jean.gabard.33

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 13:13

Suite à plusieurs suicides parentaux dans le cadre de séparation dont le dernier:

 

D’après une information du 6 janvier, épiphanie exécrable: http://rhone-alpes.france3.fr/2014/01/06/un-homme-et-sa-fillette-retrouves-pendus-st-jean-de-touslas-rhone-388867.html

 

==> Un père et sa fillette de 7 ans ont été retrouvés morts par pendaison, dimanche soir, dans sa maison à Saint-Jean-de-Touslas, près de Lyon. Il s'agit vraisemblablement d'un nouveau drame de la séparation selon les gendarmes. La mère de la fillette, venue dans la soirée rechercher l'enfant et n'obtenant pas de réponse, a d'abord appelé son beau-père, qui a ensuite alerté les gendarmes et les pompiers.

Vers 21H00, ces derniers ont pénétré dans la maison et découvert les deux corps pendus et sans vie dans le couloir. Selon les premiers éléments de l'enquête, le père aurait tué son enfant avant de se donner la mort.

==> Le 17 novembre dernier, dans la Drôme, un père de 34 ans avait pendu ses deux enfants de 18 mois et 3 ans, dans un contexte de séparation difficile. Il avait été retrouvé hagard sur les lieux du drame, après avoir tenté de se suicider en absorbant des barbituriques. Ecroué à l'UHSA de Bron (Rhône), il s'est pendu un mois plus tard dans sa cellule de l'unité hospitalière spécialement aménagée.

 

 

A partir de la source : http://www.metronews.fr/info/valence-drome-il-aurait-pendu-ses-deux-enfants-avant-de-tenter-de-se-suicider/mmkq!vS57BXm2XKzo


Le 17 novembre 2013 (Valence) - Un garçon de 18 mois et une fillette de 3 ans ont été retrouvés pendus, samedi, dans une maison près de Valence. Leur père, qui en avait la garde ce week-end-là, fait figure de principal suspect. Des barbituriques et des lettres abondant dans ce sens ont été découverts chez lui.

Terrible découverte, samedi, pour les pompiers de Valence. Contactée par un employeur qui se disait inquiet de ne pas avoir vu son salarié de la journée, une équipe d'intervention s'est rendue à la maison de cet homme, âgé de 34 ans, située à Livron-sur-Drôme. Sur place, scène d'effroi : les pompiers découvrent les corps pendus de deux enfants à la rambarde de l'escalier intérieur de la maison. L'une des victimes est une fillette de 3 ans. L'autre, un garçon âgé de seulement 18 mois.

A proximité de deux corps en état de rigidité cadavérique, les pompiers découvrent leur père, "conscient mais quasiment dans l'impossibilité de se mouvoir ou de s'exprimer", rapporte le parquet de Valence. La faute probablement à "un certain nombre de barbituriques" qu'il aurait ingurgités. De nombreux médicaments auraient d'ailleurs été retrouvés sur place. Ainsi que des écrits émanant, semble-t-il, du père, dont une lettre mentionnant une somme d'argent à destination d'un membre de sa famille, ainsi que des courriers adressés à d'autres proches, à son ex-compagne et à son notaire.


Garde alternée

Au lendemain de cet effroyable fait divers, les circonstances de ce drame laissent peu de doutes. Selon le procureur de Valence, la mort des deux enfants interviendrait en effet "dans un contexte de séparation familiale". Ce week-end-là, les enfants avaient été momentanément confiés à leur père pour "une sorte de garde alternée". Ils étaient avec lui depuis vendredi midi et il devait les rendre ce samedi en fin de journée. "Le contexte des faits et un certain nombre d'éléments me font penser" à un drame de la séparation, "mais ce n'est qu'une hypothèse, vraisemblablement très plausible", a prudemment déclaré le procureur.

Le père, qui n'avait pas d'antécédent judiciaire, a été hospitalisé à Montélimar, tandis que la mère et la grand-mère maternelle des enfants ont été prises en charge psychologiquement à l'hôpital de Valence.

Il s’est suicidé un mois après (source précédente).

 

RCB: Comme dans cette affaire l'auteur est mort, il n'y aura pas de procès et on ne saura pas pourquoi il a été conduit à cela! Faut-il pour autant ne pas poser la question?

***

Dans une affaire plus ancienne dans le Finistère, un père avait pendu ses enfants et se suicide après une séparation

Article d'origine de Jennifer Larcher, de 24matins publié le 10 juin 2012.

Au domicile familial, deux enfants ainsi que leur père étaient décédés. Le père aurait tué ses enfants pour se donner la mort par la suite.

La source que les enquêtes privilégient est celle d’une « séparation conjugale ». Le procureur de la République de Quimper, Éric Tuffery déclare que l’hypothèse retenue s’oriente vers « un double homicide suivi d’un suicide ». Le père de 35 ans et ses deux enfants âgés respectivement de 18 mois et 4 ans ont été trouvés sans vie dans leur domicile dans le sud du Finistère à Fouesnant. Les gendarmes ont tenté de retrouver la mère de famille. Cette dernière contactée puis interrogée a expliqué qu’une dispute le soir du drame avait éclaté.

 

Elle aurait eu un différend avec son conjoint et aurait décidé de quitter le domicile. Qu’est-ce qui a poussé ce père de famille à se suicider et à tuer ses enfants ? Pour l’instant, aucune information supplémentaire n’a été transmise à la presse. Le parquet de Quimper communiquera davantage de données sur l’enquête dès lundi après-midi. À l’heure actuelle, les enquêtes tentent d’apporter des réponses à de nombreuses questions.


Dans le but de clarifier cette affaire, desauditions auraient lieu, cela concernerait les membres de la famille ainsi que les voisins. Ces derniers auraient peut-être l’opportunité d’éclaircir certains points. Une autopsie du père et des deux enfants sera réalisée dans la journée de lundi. Cela permettra de connaitre les circonstances du drame [RCB: et aujourd'hui quelle conclusions?]. Le couple avait depuis quelque temps de nombreuses difficultés, la cause du drame familial [RCB: est-ce la CAUSE ou le RESULTAT?] est donc pour l’instant privilégiée.

 

Malheureusement, ce n’est pas la première fois que cette situation se produit, en début d’année un père avait tué ses trois enfants à Zuydcoote avant de se donner la mort.[RCB: mais là non plus pas plus de "conclusions" sur les "causes"] (source : http://www.24matins.fr/dans-le-finistere-un-pere-pend-ses-enfants-et-se-suicide-apres-une-separation-conjugale-17803)

 

 

Du côté féminin, c’est le même sentiment, mais souvent moins dramatique :

 

[extrait du blog auméfinin.com dont la lecture dénote des problèmes d’éducation] :

Une jeune femme : Après 23 ans de vie commune et un enfant, tout s'est arrêté pour moi au mois de février 2012. Après une tentative de suicide raté, aujourd'hui rien n'a changé. Je pense toujours au suicide. Aujourd'hui je poursuit mes test entre médicaments et alcool. Je ne sent super nase. J'ai eu la tête qui tourne toute la journée. Je ne sais plus quel jour on est il y a des moment ou je ne me rappel plus mon nom. Je vais poursuivre ce soir. C'est juste pour voir si j'arrive me lever demain matin. Je pourrais à cet heure me jeter sous un train ça ne me ferait même pas peur. À ce jour je me sent encore perdu. Je ne demande plus d'aide car personne ne peut m'aider. Je suis simplement mon chemin et on verra bien. Ces quelques mots juste Pour parler. [là n'y a-t-il pas assez d'indicateurs pour signaler la détresse et agir?] (lire la suite sur http://forum.aufeminin.com/forum/f343/__f50647_f343-Separation-et-suicide.html)

 

 

QUELQUES EXPLICATIONS PAR UN PSYCHOLOGUE spécialiste du suicide :

Dans le Progrès de Lyon le 8 janvier2013 :

 Pendaison-parentale-a-St-Jean-de-Toulas.jpg

(initiales du journaliste A.D.?)

 

Commentaire RCB:

On ne dispose toujours pas de données chiffrées! Et alors? Certaines associations qui elles ont produit des chiffres sont interdites de produire publiquement les vrais chiffres (sous pression de la perte des subventions) car ils feraient peur ! (il s'agit de SOS suicide Phénix)

 

Quelle prévention propose-t-on aux parents en risque de séparation pour prévenir les drames familiaux? RIEN!

Evidemment, une analyse simplifiée pourrait dire que ce n'est pas généralement l'intérêt puisqu'il faille pousser les candidats au divorce vers les "intervenants" dont nous avons déjà parlé! Alors la "médiation" est illusoire car non souhaitée...

 

La suppression symbolique de l'enfant fruit du couple ne constitue pas une vengance mais un simple désespoir sans solution... c'est pourquoi il faut offrir par la prévention un bout de tunnel à ces possibles et de plus en plus probables cas dans l'esprit de toutes LES familles puisque la séparation est maintenant le cas majoritaire des familles! 

 

La situation individuelle est-elle vraiment la seule cause à ces drames? Le climat social qui entoure les familles en cas de difficulté ne permet-il pas que la peur d'abus sociaux occasionnent ces drames?

 

La surprise de la séparation qui occasionne beaucoup de ces drames ne doit-elle pas être désamorcée en amont par une formation systématique des familles?

 

Vos avis svp en commentaire?

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 11:39

PREPARATION DE LA CAMPAGNE MUNICIPALE 2014 DU MOUVEMENT POUR L’EGALITE PARENTALE

 

Tout au long de ces années, nous avons constaté que les parents séparés étaient soumis à d’illusoires promesses quelles que soient les origines politiques dans la palette pluraliste de notre pays. Malgré son affichage, les débats parlementaires et les décisions prises depuis plusieurs décennies vont à l’encontre du respect de l’autorité parentale en général, et spécifiquement en cas de séparation contre l’un des parents soumis ainsi à l’ostracisme total conduisant à l’exclusion sociale, professionnelles et familiale.

 

Même si c’est difficile dans nos situations, nous avons prouvé que nous pouvions porter le fer autour du thème commun de l’égalité parentale.

 

Aux échelles des circonscriptions municipales (et bientôt européennes), des listes peuvent commencer à ce construire…

 

220px-Circonscriptions_francaises_europeennes_2009.svg.png(circonscriptions européennes)

 

 

THEMATIQUES POUR UN AVANT PROGRAMME MUNICIPAL MUNICIPAL

 

ETAT CIVIL : en relation avec les propositions issues du Collectif de la Grue Jaune

  1. Coup d’arrêt sur le sexisme dans l’administration municipale (disparition de l’appui systématique aux associations et « services » sexistes).
  2. Création de Maison de la coparentalité.(voir les propositions du collectif de la Grue Jaune)
  3. Mariage : prévention accrue pendant les cérémonies sur les aspects de devoir en cas de séparation et engagement à des contrats de coparentalité.
  4. Développement du service de conseil conjugal
  5. Divorce : développement de la médiation municipale
  6. Débats citoyens thématiques

 

EDUCATION voyant les conséquences pas seulement pour les familles séparées et secteur où les familles dites « monoparentales » sont livrées à elles-mêmes avec de graves décrochages scolaires non prise en compte efficacement.

  • Respect de l’Autorité Parentale Conjointe des DEUX parents dans les établissements scolaires
  • Systématisation d’une liste des parents délégués « séparés » dans les établissements scolaires
  • Développement des relations écoles-parents-municipalités (réunion débats citoyen ouvertes sur les quartiers ; libéralisation des équipements scolaires au bénéfice des familles pendant les soirées et vacances au bénéfice de la jeunesse et au delà)
  • Identification performante de l’absentéisme scolaire et des décrochages autrement que par les seuls indicateurs de présence
  • Organisation de soutien spécifique encadré (bénévolat et professionnel)
  • Développement des activités d’appui et soutien scolaire pour les familles
  • Suivi orientation et appui pour les familles se difficultés
  • Développement des associations scolaires dans le pluralisme politique
  • Rythmes scolaires plus respectueux des biorythmes des enfants
  • Optimisation de l’accès pour les établissements scolaires aux équipements culturels dans le cadre de la scolarité (multiplications des sorties pédagogiques)
  • Organisation de manifestations scolaires plus ouvertes sur le quartier (pas seulement réservés aux parents ou aux fédérations de parents d’élèves)
  • Ouverture des bibliothèques et médiathèques plus tardive et pendant les vacances au moment où tous peuvent en profiter.
  • Développement (sans concurrence) des crèches associatives ou municipales selon les agglomérations.

 

LOGEMENT SOCIAL : sachant que les familles séparées y vivent souvent !

  • Réforme de la représentativité des habitants aux instances des HLM actuellement contrôlées par des fédérations orientées politiquement.
  • Comités-relais de locataires citoyens avec la municipalité (différent des fédérations du logement impliquées au plan politique)
  • Attribution des logements sociaux indépendante des réseaux politiques
  • Lutte contre l’économie parallèle dans les cités aux moments où c’est nécessaire (week-end, vacances, jour fériés où les trafics de l’économie parallèle sont les plus actifs)
  • Prévention par la présence de vigiles et police municipale réaffectée à la sécurité des personnes pour les soirées, week-end et vacances
  • Arrêter la gabegie des équipements blindés et surveillance vidéo qui ne servent que les sociétés qui les vendent puisque les plaintes sont nécessaires mais soumises à représailles et étouffées si concerne des mineurs
  • Développement de la vie et garantie du petit commerce dans les cités HLM
  • Développement des activités périscolaires avec finalités éducatives
  • Lutte contre le désœuvrement par l’organisation sociale des cités
  • Dépaysement pour les vacances pour les jeunes (colonies, camps d’ados)
  • Information systématique des habitants des activités culturelles favorisant l’éducation (la seule diffusion n’étant que pour la « pub » et considérer ces habitants que comme « consommateur » ou « électeurs »)

 

 

EMPLOI :

  • Développement des services à la personne par des synergies locales intégrant les services d’appui à l’éducation
  • Relais municipale des annonces et propositions d’emploi à l’échelle locale.
  • Facilitation des emplois de solidarité locale (restauration, menuiserie, garagiste, librairie, assistant(e) m/paternelle, services, …)

 

ENVIRONNEMENT et SECURITE

  • Réduire l’influence des groupes de pression dans les organismes de gestion de la pollution atmosphérique,
  • Service de l’eau en gestion municipale citoyenne,
  • Service des ordures ménagères en gestion citoyenne,
  • Arrêt du harcèlement au stationnement par la police municipale
  • Fin de la politique de harcèlement à la disparition des places de parking au profit de sociétés de construction de parkings souterrains onéreux
  • Diminution de la pollution visuelle publicitaire (passer du vent à la réalité)
  • Facilitation de la circulation sur les grands axes (réelle synchronisation des feux tricolores, gestion anti-bouchon, feu orange la nuit, adaptation de la circulation aux vélos),
  • Améliorer la sécurité des cyclistes et piétons (respect par tous de la signalisation horizontale, « tourner à gauche » des vélos, feux adaptés).
  • Améliorer le plan de circulation devenu trop complexe générateur de pollution.
  • Transparence sur les indicateurs de pollution atmosphérique (pas seulement en période de pic pour changer les seuls comportements des automobilistes)
  • Communication et intégration des citoyens réels sur les plans de protection aux risques majeurs.
  • Communication et intégration des citoyens dans la gestion des risques diffus
    • liés à la pollution atmosphérique,
    • A l’alimentation,
    • Au tabagisme,
    • A l’alcoolisme,
    • Aux drogues,
    • Au suicide,
    • A l’insécurité routière…
  • Contournement hors de l’agglomération des grandes voies de circulation
  • Plus grande mobilité et fréquence des bus de transport collectifs par des moyens plus souples adaptés aux besoins, moins dépendants des fabricants.
  • Représentativité des citoyens à l’échelle des agglomérations pour les « services publics » contrôlés par les multinationales.

 

REGROUPEZ-VOUS !

 

 

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 12:43

Quimper. La colère d'un papa s'affiche sur des panneaux de pub

Quimper -10h39
source:

http://www.ouest-france.fr/quimper-la-colere-de-ce-papa-affichee-sur-des-panneaux-de-pub-1831046

 

C’est l’histoire d’un papa en colère. Il veut obtenir la garde alternée de ses trois enfants. La justice la lui refuse. Du coup, il rivalise d’imagination pour arriver à ses fins. Après avoir occupé le clocher de la cathédrale Saint Corentin de Quimper au mois d’août, couru dans un cross costumé en bigoudène, Daniel Thami voit désormais plus grand. Il affiche son combat en 4x3 sur des panneaux publicitaires. Il en a loué pas moins de 17 aux quatre coins de la capitale de la Cornouaille… 

« Stop à l’injustice familiale »

Sur les panneaux publicitaires, un slogan :

« 4 jours chez papa, 26 jours chez maman. Accepteriez-vous de ne voir vos enfants que 4 jours par mois ? Stop à l’injustice familiale ! »

 

Et un second cri du cœur :

 

« Mesdames et messieurs les juges des affaires familiales : je me sépare de mon épouse, pas de mes enfants ! »


Daniel Thani est en train de divorcer. Douloureusement. « Je dois payer 3 300 € par mois pour mes trois enfants, alors que je ne gagne que 922 €, s’étrangle-t-il. Je n’ai même plus le droit d’habiter dans les maisons qui m’appartiennent à 90 % ! Et je ne vois mes enfants très souvent. »

 

[commentaire RCB: là on peut voir visuellement, pour une fois, sur ce support qui nous harcèle habituellement pour d'autres raisons moins honorables, ce que signifie l'arrachement de ses enfants... et aussi le sacrifice que cela peut représenter...]

 

C'est une bonne idée que de multiplier tous les vecteurs médiatiques!

 

(merci à Paritolog qui a transmis l'information)

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 19:57

Suite à l’annonce du 3 janvier par la garde des sceaux Christiane Taubira pour désengorger les tribunaux en confiant les demandes de divorce par consentements mutuels aux greffiers:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/02/01016-20140102ARTFIG00384-divorce-par-consentement-mutuel-le-projet-choc.php


Repris ici : Voilà un bouleversement que les magistrats accueillent avec un mélange de circonspection et de résignation. Le rapport sur le «juge du XXIe siècle», piloté par Pierre Delmas-Goyon, conseiller à la Cour de la cassation préconise de «transférer au greffier juridictionnel le divorce par consentement mutuel, sans qu'il y ait lieu de distinguer en fonction de la présence d'enfants ou de la consistance du patrimoine».  «Cette proposition a suscité d'importantes discussions au sein du groupe de travail, mais elle a recueilli un large consensus», lit-on dans ce document qui a été demandé par Christiane Taubira et qui sera présenté à la garde des Sceaux lors d'un colloque le 10 et 11 janvier à l'Unesco sur la justice du XXIe siècle.


«Avons-nous le choix compte tenu de ce qu'est devenue l'activité dans les tribunaux?», soupire un haut magistrat parisien, qui a bien conscience de l'engorgement des juridictions. «Après tout, les greffiers sont des professionnels qui ont un très haut niveau de formation et de technicité, ils sont tous bac +5, connaissent parfaitement les arcanes des juridictions et savent élaborer les dossiers», affirment-ils. Pour autant, les conclusions du rapport Delmas-Goyon ne cachent pas les difficultés d'une telle révolution copernicienne, qui vise ni plus ni moins à écarter le juge d'une de ses fonctions les plus visibles et les plus symboliques pour le grand public. Car si le citoyen moyen peut passer une vie sans être confronté à la justice, 80% de l'activité des tribunaux est accaparée par les affaires familiales, dont le contentieux majeur reste celui du ­divorce.


Le rapport rappelle aussi que «beaucoup d'instances modificatives montrent l'émergence de situations très conflictuelles, bien que les époux aient fait le choix initial de divorcer par consentement mutuel. Il doit en être déduit que ce choix d'une procédure non contentieuse répond dans nombre de cas à la préoccupation de trouver un compromis acceptable à court terme, moins onéreux et plus rapide, sans qu'aient été réellement recherchées des solutions aux problèmes de fond posés par la séparation».

Garde-fous

Fort de ce constat, le rapport tente de poser quelques garde-fous: «Il faut s'assurer que l'accord obtenu est équilibré, qu'il préserve les intérêts de chacun et n'est pas la conséquence de l'abus d'une position dominante. Il faut aussi vérifier que le choix de la procédure du divorce par consentement mutuel est réfléchi et qu'il traduit une véritable volonté de rechercher une solution amiable aux conséquences personnelles, parentales et patrimoniales du divorce.» [RCB: Voilà  ce qu'on aimerait toujours pouvoir vérifier dans les procédures de la part de tous les intervenants!]

 

Des recommandations bien nécessaires, mais certainement pas suffisantes pour les syndicats de la magistrature, comme l'Union syndicale des magistrats (USM): «On ne peut pas enlever des compétences au juge sans autre considération», s'insurge le syndicat, qui réclame de se poser la question de «l'intérêt pour le justiciable». [C'est bien cela qui est TOUJOURS en cause!]

 

Un tel transfert de compétence implique aussi «un changement du statut des greffiers» et une formation spécifique, que prévoit le rapport Delmas-Goyon. Mais ces derniers, à qui seront transférés des pouvoirs juridictionnels importants, resteront des fonction­naires ne bénéficiant pas des caractéristiques du statut propre aux juges: l'indépendance et l'inamovibilité, qui vont avec ses obligations et sa liste d'incompatibilités.  

 

Le rapport Guinchard, il y a quelques années, avait pensé confier les divorces aux notaires. La Place Vendôme y avait renoncé devant la bronca des avocats.(fin de citation du Figaro)

 

[RCB: sans commentaires!]

 

logo-ordre-des-avocats-de-Paris.jpg

 

Le barreau (de Paris) réagit vivement à cette réforme:

 

Citation sur le site du barreau de Paris :

http://www.avocatparis.org/actualiteg/2386-protestation-du-barreau-de-paris-contre-la-dejudiciarisation-du-divorce.html

[entrecoupée par les commentaires du Réseau Colin bagnard entre crochets]

 

Le barreau de Paris dénonce la proposition présentée à la Chancellerie consistant à déjudiciariser les procédures de divorce par consentement mutuel.

[RCB : Immédiatement après cette annonce suspecte sur les télévisions entre la dinde ou la buche de Noël pas encore digérées (pour ceux qui ont fêté Noël et l’An Neuf avec leur famille!), une avocate du Barreau de Paris s'oppose et donne un contre-exemple de cas où un divorce par consentement mutuel est dénoncé devant le juge par l’épouse concernée et pose l’interrogation dans le contexte où le greffe aurait pris en charge l’instruction de ce dossier. Mais alors dans ce cas, pourquoi les avocats n’ont-ils pas eu la vigilance nécessaire pour dénoncer ce divorce et lui réattribuer les demandes des deux parties ? N’était-ce pas le rôle des avocats de vérifier que ce qu’ils vont transmettre au juge est conforme à l’idée de la demande que font les demandeurs ? Cet argument présenté médiatiquement conforme à l réticence des barreaux contre cette réforme minimaliste, et déjà dans les faits des pratiques des TGI, puisque les greffiers préparent largement le travail que les juges valident souvent en faisant totalement confiance aux greffiers… à tel point qu’on retrouve des erreurs grossières dans les écritures que n’importe quelle vérification de stagiaire aurait éliminée !

 

Donc il est clair que cette « simplification » pour alléger le travail des juges en cas de divorce par consentement mutuel ne va pas dans le sens des affaires des avocats qui ne sont pas si près de vérifier en général que les demandes qu’ils transmettent sont d’abord l’émanation de leur « client » (au moins en matière familiale) ! Si à chaque fois les « conclusions » étaient contresignées par le « client » (le justiciable), il n’y aurait pas de doute dans les demandes, et les « clients » seraient au moins satisfait d’avoir le sentiment que l’avocat les a défendu !

 

Ce serait un minimum de garanties puisque l’obligation de résultats n’est pas acquise, celles de moyens est souvent vestigiales sous prétexte de manque de moyens (pécuniaires) insuffisants, malgré que quand c’est le cas où un « client » a ces moyens et se fait « plumer » en enchaînant les procédures infructueuses, au moins devrait-il avoir la garantie de l’obligation de respect de la déontologie, celle que les barreaux mettent au service de la protection des avocats en premiers lieu (il n’y a qu’a lister les nombreuses procédures où les justiciables saisissent les barreaux pour des conflits nombreux et n’ont que le sentiments de perdre leur temps tant la corporation s’auto protège. Or la déontologie des barreaux concerne aussi les "clients".]

 

Barreau de Paris: Car une société qui résout les états de crise sans juge, est une société où tous les coups de force sont permis.

[RCB : Parce que ce n’est pas ce qui se passe déjà, avec les collusions des magistrats et des « auxiliaires » de justice?]

 

Barreau de Paris: Or, la famille est un des piliers du droit, parce que c’est un des fondements de la société dans ses aspects les plus naturels mais aussi les plus complexes et les plus passionnés.

[RCB : nous avons vu ces dernières années que la « famille » était le dernier des soucis de la société, et bien pire encore ; alors interpeller la « famille » lors de cette réformette est proprement INDECENT.]

 

Barreau de Paris: C’est pourquoi seul l’imperium du juge, avec la participation des avocats, doit permettre de dénouer le lien solennel que l’officier d’État civil a établi en Mairie.

[RCB : Si effectivement c’est le lien solennel du mariage qui est la priorité des avocats en présence d’un cas de divorce, alors pourquoi constate-t-on si souvent que par des pratiques théâtrales et l’orientation des « clients » vers des procédures guerrières avec des conseils qui appellent le mauvais esprit et des certificats de complaisance, les avocats jouent souvent le rôle du joueur de combat de coq ? peu importe la mort de l’un ou l’autre des coqs, pourvu que l’entente en tire un profit]

 

Barreau de Paris: A défaut, ce serait une démission de l’État dans la protection de ce qui demeure le plus important des liens de droit. Et parce que la loi en a récemment élargi certaines règles, ce qui a été une réforme majeure, il serait paradoxal aujourd’hui d’en disqualifier et d’en minorer le contrôle.

[ RCB : le contrôle serait-il « normalement » assuré par la cohorte des auxiliaires de justice dont les avocats sont les premiers acteurs? Drôle de respect du lien (juridique) que constituent « la famille » et le « mariage » !]

 

Barreau de Paris: Le barreau de Paris, qui gère la majorité des affaires familiales en France, souhaite ainsi attirer l’attention de la Chancellerie, des élus et de l’opinion, sur le risque juridique et sociétal d’une telle réforme qui devra demeurer au rang des projets sans lendemain.

[RCB : pendant  toute l’année qui vient de s’écouler, le barreau est monté combien de fois au créneau pour le sauvetage de la « famille » au sens élargi ? Jamais ! Sauf quand il s’est  agit de réduire le point de l’aide juridictionnelle !]

 

Barreau de Paris: C’est dans cette perspective que le barreau de Paris s’exprimera au colloque organisé notamment sur ce thème à l’Unesco les 10 et 11 janvier par la Chancellerie sous l’intitulé « La justice du 21ème siècle ».(lien )

[ RCB : nombreux sont les membres responsables des associations de pères ou mères séparés qui se sont inscrits à ce colloque pour avoir le droit enfin de s’exprimer sur ces sujet dans les instances nationales dont ils sont toujours exclus (cf par exemple le collectif de la Grue Jaune exclu du groupe de travail parlementaire pour préparer la réforme de l’égalité parentale. Nombreux, nous avons reçu l’information que le quorum des participants avait été atteint bien des jours après la soi disant date finale des inscriptions alors que nous avions été très réactifs! Est-ce un hasard ? Certainement pas si on compte que dans le programme de ce colloque « la justice du XXIème siècle » organisé par le ministère de la justice à la maison de l’Unesco, les associations de « justiciables », (et donc encore moins les associations dites de « pères » mais qui sont en réalité non sexistes), ne sont pas invitées !

 

Une telle conférence dans ce cadre prestigieux de l’Unesco montre que cette institution a bien du mal à faire un travail indépendant, son siège est à Paris, sert ici de « local », paupérisée par ces positions vis-à-vis de l’acceptation de  l'Autorité Palestinienne comme état membre et qui a été privée de beaucoup de ses moyens n’étant pas dans le vent « favorable » aux plus puissants des contributeurs (ce qui déroge au principe fondateur de l’institution onusienne).

 

Pourtant en terme de culture (UNESCO = organisation des Nations Unies pour la Culture et l'Education), la « famille » est un concept central de toute civilisation, mais on lui préfère se réunir autour du concept de « justice » et servir ses acteurs. Une « justice » sans « justiciables » est-elle vraiment une justice ?

 

Dans ce colloque, mis à part les présidents de la commission des lois du Sénat le sénateur Jean-Pierre Sueur et le député Jean-Jacques Urvoas de l’Assemblée Nationale, émanants du peuple français, tous sont de formation juridique (le député Urvoas est d’ailleurs aussi de formation juridique, seul le Sénateur Sueur est à l’origine d’une autre formation de linguiste).

 

Nous avons l'impression que ce colloque organise une opération politicienne tendant à noyer les questions posées par la problèmatique de la justice familiale dans un aménagement intrajudiciaire (déjà de fait) en sacrifiant le débat fondamental de cette justice oubliant le "bénéficiaire": le citoyen justiciable.]

 

Le texte commenté d’origine du Barreau de Paris est signé par : 

Pierre-Olivier Sur (Bâtonnier de l’Ordre de Paris, pour 2014)

Laurent Martinet Vice-bâtonnier de l’Ordre.

 

********

Pour information : Programme provisoire du colloque à la maison de l’Unesco :

VENDREDI 10 JANVIER 2014

08H00 – Accueil des participants

09H00 – Ouverture par Martine COMTE, Première présidente de la cour d’appel d’Orléans et Dominique LE BRAS, Procureur général près la cour d’appel de Rouen, chargés de coordonner le comité de pilotage des réformes judiciaires : le processus de réformes judiciaires.

09H30 – Ouverture par Monsieur Jean-Marc AYRAULT, Premier Ministre.

10H00 – Introduction générale : Justice du 21èmesiècle : faire face aux enjeux contemporains : comment les institutions peuvent-elles et doivent-elles s’adapter pour répondre aux demandes des citoyens dans les sociétés démocratiques modernes ? Analyses croisées.

Animateurs : Martine COMTE et Dominique LE BRAS

Intervenants :

  • Pierre ROSANVALLON, Professeur au Collège de France : comment définir les demandes d’impartialité et de proximité exprimées par les citoyens aujourd’hui, comment se redessine la légitimité démocratique ?
  • Fabienne BRUGERE, Professeur de philosophie à l’université de Montaigne, Bordeaux, Présidente du conseil de développement durable de la communauté urbaine de Bordeaux : comment faire un monde commun quand s’exprime fortement une demande de reconnaissance des individus dans leur singularité ?

11H00L’image de la justice dans l’opinion publique : évolution dans le temps et comparaisons européennes.

Président de la table ronde : Jean-Pierre SUEUR, Président de la commission des lois du Sénat.

Intervenants :

  • Jean-Paul JEAN, Avocat général près la Cour de cassation, Professeur associé à l’université de Poitiers, Président du groupe des experts de la Commission européenne pour l’efficacité de la Justice, Conseil de l’Europe.
  • José Juan TOHARIA, PhD, professeur, président de Metroscopia, institut de sondage, Espagne.

11h45Être magistrat, fonctionnaire de Justice et avocat au 21èmesiècle : quels défis ? Quelles perspectives ? La vision des jeunes professionnels de la Justice :

Président de la table-ronde :Jean-Paul DELEVOYE, Président du Conseil économique, social et environnemental.

Intervenants :

  • Sarah OLIVIER, Auditrice de justice, déléguée de la promotion 2012 ;
  • Laura MILLAN, Greffière stagiaire, Promotion « Simone Veil », en cours de formation,
  • Narit CHHAY, Greffier en chef stagiaire, délégué de la promotion « Germinal Garriga », en cours de formation,
  • Florent VERDIER, Avocat au barreau de Draguignan, en exercice depuis un an.

12H30 - Déjeuner (panier–repas) offert sur place.

14H00 - 18H00 – Ateliers : chaque atelier est divisé en sessions déclinant le thème principal. Chaque session est introduite par 2 à 4 intervenants français ou étrangers présentant une pratique, une analyse ou une recherche illustrative.

ATELIER 1

Comment assurer une bonne adéquation entre juridictions, contentieux et  territoires ? 

ATELIER 2

Comment mieux travailler ensemble pour plus de lisibilité et d’efficacité pour les citoyens ?

 

ATELIER 3

Comment permettre aux citoyens et à leurs conseils d’être davantage acteurs de leurs parcours judiciaires ?

ATELIER 4

Comment reconnaitre les nouveaux modes d’exercice de la justice ?

ATELIER 5

Comment mieux garantir la protection des intérêts de la société et les droits et les libertés de l’individu ?

 

 SAMEDI 11 JANVIER 2014

 08H00 – Accueil des participants

09H00 - 10H30 - Suite du travail en ateliers

10H45 - 12H00 -Table ronde de restitution des cinq ateliers – Salle plénière

Président de la table ronde : Jean-Jacques URVOAS, Président de la commission des lois de l’Assemblée Nationale.

Intervenants : les 5 rapporteurs des ateliers :

  • Atelier 1 : Michel LUSSAULT, Géographe, directeur de l’Institut français de l’éducation à l’Ecole normale supérieure de Lyon.
  • Atelier 2 : Michaël JANAS, Président du tribunal de grande instance d’Angoulême.
  • Atelier 3 : Christine RUETSCH, Avocate, ancien bâtonnier du barreau de Strasbourg.
  • Atelier 4 : Jean DANET, Maître de conférence en droit privé et sciences criminelles de l’Université de Nantes, Directeur de l’Institut d’études judiciaires de Nantes.
  • Atelier 5 : Ulrika DELAUNAY-WEISS, Procureure de la République près le tribunal de grande instance de Compiègne.

12H00 – Clôture par Madame Christiane TAUBIRA, Garde des sceaux, Ministre de la Justice

 

(Bien lire la suite en commentaire écrite par un commentateur que l'on remercie: Paritolog)

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 17:43

Mise à jour: les pères perchés corses sont descendus avec quelques avancées: des rendez-vous avec "les autorités"!

lire l'article de Corse Matin:

Affaires à suivre car ces quatre papas perchés devraient voir du monde!

 http://www.corsematin.com/article/bastia/les-peres-en-colere-de-bastia-mettent-fin-a-leur-action.1237937.html

Bastia : les pères en colère campent sur leur - 23806622.jpg
Les pères ont mis à profit la journée de Noël pour coucher sur papier les revendications du collectif des enfants déchirés et de l'association Au nom des pères. Océane Baldocchi

[reprise de l'article de Corse matin]

À l’issue d’une journée marquée par un début de grève de la faim et un coup d’éclat, ils se sont entretenus, en fin d’après-midi, avec le préfet de Haute-Corse. Ils ont également obtenu des rendez-vous avec plusieurs élus.


Les trois « pères en colère » qui continuaient à « loger » dans le clocher de l'église Notre-Dame de Lourdes à Bastia ont mis fin, hier après-midi [vendredi], à leur action qui avait débuté le 21 décembre et visait à faire entendre leur voix et au-delà, celle de tous les pères séparés qui, comme eux, veulent obtenir un droit de garde élargi de leur enfant. Et ce, après avoir obtenu des garanties au sujet de rendez-vous qu'ils souhaitaient avoir auprès des autorités politiques et administratives.

Mais auparavant, la pression était montée de plusieurs crans.

 

À midi, deux des pères, Christophe Cluze et Stuart Sanchez, ont en effet décidé d'engager une grève de la faim. Le troisième, Sébastien Medori, n'a pas suivi ce mouvement mais uniquement pour pouvoir veiller sur les deux autres et intervenir en cas de problème.

 

Cette décision avait été prise car, hormis certaines autorités avec qui ils avaient pu prendre contact, ils n'avaient pas réussi en revanche, ont-ils expliqué, à prendre attache avec les élus.

 

Autre coup d'éclat dans l'après-midi. Stuart Sanchez et Christophe Cluze descendent le clocher en rappel en brandissant des fumigènes et une banderole sur laquelle était écrit : « Libérez nos enfants ». Puis, ils sont remontés dans leur abri, bien décidés à « camper» dans le clocher au-delà de la Saint-Sylvestre s'il le faut.

« Un premier pas »


Mais dans l'après-midi, les événements se sont précipités et la situation s'est finalement débloquée en raison de l'obtention d'une série de rendez-vous. Dont le premier était d'ores et déjà fixé à la préfecture de Haute-Corse.

Vers 18 h 30, les trois pères sont ainsi descendus du clocher.

 

Quelques minutes plus tard, ils étaient reçus ainsi qu'un de leurs proches et Jean-François Baccarelli, leur porte-parole, par le préfet de Haute-Corse Alain Rousseau et son directeur de cabinet.


À la sortie de cette entrevue, Sébastien Medori a estimé qu'elle « s'était bien passée ».

« Nous sommes satisfaits même s'il ne s'agit que d'un premier pas. Nous savons que notre chemin est un chemin de longue haleine et a des allures de croisade. Mais ce premier pas est un soulagement dans la mesure où nous avons eu une écoute et où nous ne nous sentons plus seuls face à notre souffrance. »


Les trois pères ont annoncé la création d'une association [bienvenue à cette nouvelle association... la place est chaude au collectif la Gure Jaune !] dont le but sera de défendre les droits des enfants et l'équité entre parents en matière notamment de garde. « Nous voulons inciter tous les papas se trouvant dans la même situation à se mobiliser, déclare Sébastien Medori. On peut y arriver mais il faut se battre. Nous espérons en tout cas que ce sera la dernière fois que nous occuperons le clocher d'une église. »


Jean-François Baccarelli s'est dit satisfait pour les pères. Il a noté que « le préfet a été très attentif et a dit qu'il fera remonter » à Paris leurs propos.

 

Les pères ont ensuite regagné leur domicile afin de retrouver une vie normale et aujourd'hui, ils enlèveront les banderoles qu'ils ont accrochées sur la façade de l'église Notre-Dame de Lourdes.

 

Ils ont rendez-vous le 3 janvier avec le député de Haute-Corse Sauveur Gandolfi-Scheit qui, ont-ils dit, leur a fait savoir qu'il posera une question écrite au gouvernement.

 

Le 6 janvier, ils s'entretiendront avec le maire de Bastia, Émile Zuccarelli,

 

et le lendemain avec le président de l'assemblée de Corse, Dominique Bucchini.

 

Le 10 janvier, ils s'entretiendront à nouveau avec l'évêque de Corse, Mgr Olivier de Germay qui était venu leur rendre visite lundi dernier à l'église Notre-Dame de Lourdes.

Affaires à suivre !

*******article AFP initial*******

Bastia (Haute-Corse) : quatre pères dans un clocher alertent sur le sort des "papas en souffrance" (d'après Jean Crozier avec l'AFP, Publié le 21/12/2013 mis à jour le 23/12/2013)

Les quatre pères de famille corses qui occupent  depuis le 21 décembre le clocher de l'église Notre-Dame de Lourdes à Bastia (Haute-Corse) ont passé leur deuxième nuit.  Ils protestent contre "l'acharnement judiciaire" et "l'impossibilité d'obtenir la garde de leurs enfants".

clochet-de-Bastia.jpg© FTViastella Clocher de l'église ND de Lourdes à Bastia, le 22 décembre 2013
Présents dans le clocher de l'église depuis 3 heures du matin samedi 21 décembre, les quatre hommes souhaitent alerter l'opinion publique sur la situation des "papas en souffrance".
Ils sont originaires du Cap, de Balagne, de Bastia et de Bonifaccio.

Ils demandent à être reçus par différentes autorités de l'île : l'évêque, le maire de la ville, le préfet de Haute-Corse, le procureur de la République, le conseiller général et le député du département ainsi que le président de l'assemblée de Corse, a précisé Antoine Allegrini, président de l'association Au Nom des Pères.

Pères divorcés : une occupation qui risque de durer
Stuart Sanchez Père d'un enfant de 4 ans Archives Sébastien Médor Père d'un enfant de 5 ans
quatre pères corses© FTViastella Bastia, le 22 décembre 2013
Les quatre pères s'estiment injustement traités par la justice qui "favorise les femmes et jamais les droits des pères" lors des décisions sur les gardes d'enfants.

Les protestataires ont accroché quatre banderoles au sommet de l'église mentionnant 
"Le féminisme tue nos enfants et la démocratie",  
"La justice travestit les faits"
"Enfants otages", et

"Justice = business".

"La justice agit comme un rouleau compresseur. On ne prend pas en compte les pères, alors que les femmes sont systématiquement favorisées dans les procédures", a assuré Antoine Allegrini.

Les quatre pères ont indiqué à l'AFP qu'ils ne bougeraient pas de l'église avant que leurs revendications ne soient entendues.

Quelque 150 personnes sont venues les voir samedi, dont le candidat écologiste à la mairie de Bastia Jean-François Baccarelli, ont-ils précisé.
La grue jaune, le collectif pour l'égalité parentale, a apporté son soutien aux quatre pères,soulignant, dans un communiqué, une "action courageuse qui a lieu à quelques jours des fêtes de fin d'année où bien trop d'enfants seront privés du contact avec un de leurs parents, le plus souvent leur papa".
*** mise à jour vendredi 27 décembre" 

Deux des trois pères séparés, perchés depuis le 21 décembre sur le clocher de l'église Notre-Dame de Lourdes à Bastia, ont décidé, d'entamer, ce vendredi à midi, une grève de la faim.

Le troisième ne prendra pas part à cette action de manière à pouvoir veiller sur les deux autres et intervenir en cas de problème. Cette décision a été prise car, hormis certaines autorités avec qui ils ont pu prendre contact, ils n'ont pas réussi en revanche, expliquent-ils, à prendre attache avec des élus.


"On nous a répondu que tout le monde est en vacances", ont-ils déploré.

***
Le Réseau Colin Bagnard rappelle qu'il n'y a pas de "vacances" pour les bagnards privés de leurs enfants et pas de vacances pour leur responsabilité parentale !
Les flots de la Méditerranée ne sont pas suffisamment tempêtueux en cette saison ni aucune autre pour séparer les papas corses de la solidarité continentale de cette cause nationale.
-
Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 02:47

 

Quelques images du 8 décembre 2013 à Lyon de la procession de la fête des lumières en guise de fête de Noël.

 

Fête chrétienne (mais aussi de tous) Noël est associé à la lumière puisque en période de solstice d'hiver, la lumire va revenir! Si il n'y avait pas eu d'erreur de quelques jours lors de l'établissement du calendrier grégorien, il y aurait coïncidence entre le solstice et Noël. (cette année 2013 le 21 décembre à 17h11 HTU, c'est à dire 18h11 temps légal).

 

 

La ville de Lyon vénère la Vierge Marie depuis le Moyen Âge et s'est mise sous sa protection en 1643, année où le sud de la France était touché par la peste : les échevins de Lyon, le prévôt des marchands et les notables firent alors vœu de rendre hommage chaque année à la Vierge si l'épidémie de peste cessait.[La ville était alors dirigée par plusieurs "conseils" qui perdurent aujourd'hui sous d'autres formes civiles, religieuses, corporatives]


Depuis, un cortège solennel municipal se rend à la basilique Notre-Dame de Fourvière depuis la Cathédrale Saint-Jean chaque 8 septembre (et non le 8 décembre), jour de consécration de la ville à la Vierge, le jour de la fête de sa Nativité, pour lui offrir cierges et écus d'or [on en voit quelques uns dans la chapelle voisine de la Basilique]: il s'agit du Vœu des Échevins.

 

photo-nicolas-033.jpg

Le Cardinal Barbarin avec le maire de Lyon Gérard Collomb et le président de la fondation de Fourvière pour les voeux des échevins du 8 septembre 2008.(photo N.Sègerie)


Le 8 décembre, jour de la fête de l'Immaculée Conception, fut choisi, en 1852, pour inaugurer la statue de la Sainte-Vierge posée sur le clocher de l'ancienne chapelle de Fourvière, inauguration qui aurait dû avoir lieu, le 8 septembre précédant, mais qui fut reportée pour des raisons météorologiques. La pluie intervient une nouvelle fois ; cependant, les Lyonnais, ayant attendu trois mois, ne voulurent pas annuler la fête et allumèrent les lumignons qu'ils avaient préparés.(source wikipedia/fête des lumières)

 

Aujourd'hui cette fête s'est transformée en une opération de promotion internationale de la métropole lyonnaise avec toutes sortes d'effets artistiques lumineux...

 

IMG_1760.jpg

Le palais des 24 colonnes illuminé et restauré où l'on espére une justice ni illuminée mais restaurée pour tous en 2014 !

 

 

La procession part de la ville basse à la Cathédrale St Jean:


IMG_1775.jpg

 

On part de là avec les flambeaux :


IMG_1812.jpg

 

en passant par une fontaine:


IMG_1847.jpg

 

Petits et grands

IMG_1868.jpg

On arrive en ville-haute à la Basilique de Fourvière:


IMG_1898.jpg

 

dans la crypte:

 

IMG_1940.jpg

 

En pensant à tous les enfants - - - et parents séparés - - -

 

IMG_1958.jpg

  (toutes les photos prises par N.S.)

 

- Joyeux Noël !

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 01:41

Pendant la séance de la commission des lois sur l’égalité entre les hommes et les femmes, le 18 décembre, en présence de Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, porte-parole du gouvernement, conseillère générale du Rhône, Mme Marie-Anne Chapdelaine, députée de Ille-et-Vilaine (1re circonscription) a proposé, dans un contexte où le président de séance le député Jean-Jacques Urvoat a prié vivement chacun de raccourcir ses interventions, n’ayant pas le temps de traiter un ensemble important d’amendements concernant l’égalité homme-femme (prostitution, internet, mariages « mixtes », réfugiés, image de la femme, CSA, …). La députée propose dans cet amendement 163 le retrait de l’amendement 108 du Sénat (annexé en fin de page):

 

Voir la vidéo de l’Assemblée Nationale à 1h32’20’’ du début :

http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5030.commission-des-lois--egalite-entre-les-femmes-et-les-hommes-apres-l-article-7-a-l-article-25-18-decembre-2013

 

Présenté comme : « un article additionnel »

 

Transcription (sauf erreur):

 

La députée Chapdelaine : « [Inaudible] pose question à la fois sur le fond et la forme ;

sur la forme car le principe de la résidence alternée tel qu’énoncé permet au juge d’évaluer chaque situation, en outre, les dispositions qu’il reprend sont essentiellement déjà présent au code civil,

et sur le fond, car il ne s’agit pas ici d’une question relative à l’égalité Homme-Femme, il s’agit d’un problème de respect d’autorité parentale en cas de séparation des deux parents ; il s’agit d’une question familial et non une question d’égalité mais de l’intérêt de l’enfant, pas de l’intérêt de l’un ou l’autre des deux parents.

 

Je propose donc que cet article soit supprimé, non pour nier le problème, mais parce qu’il mérite d’être abordé avec une autre réflexion sans doute avec un autre véhicule législatif.* »

 

Le président : « Merci madame la députée, quel est l’avis du rapporteur sur cet amendement 163 ? »

 

Le rapporteur Sébastien Denaja: « C’est un avis favorable sur ce sujet, je veux quand même souligner l’importance de ce sujet car c’est un sujet où il y a beaucoup d’attention qui se porte ; il est comme d’autre sujets que nous avons abordé, d’un certaine gravité, qui mérite en tout cas de las sérénité, comme des dispositions ont été introduite par le Sénat à ce sujet,

 

De la sensibilité à laquelle []--- comme rapporteur j’ai beaucoup entendu d’audition sur ce sujet de l’ensemble des acteurs concernés : associations de pères, associations de mères, pédopsychiatres,  avocats, chancellerie, etc

 

la conclusion provisoire à laquelle je suis parvenu en tant que rapporteur sur le texte de la commission des lois sur le texte égalité Femme-Homme, c’est que ce sujet interroge sur la question des rapports des femmes et des hommes, mais avant, et même au dessus de la question des hommes et des femmes se joue la question de l’enfant et de son intérêt supérieur ;

 

que par ailleurs sollicitant le gouvernement sur ce sujet, la ministre de la famille et la garde des sceaux ont mis en place des groupes de travail **qui sont encore au travail et qui doivent rendre leurs conclusions sur ce sujet, dans l’optique d’aborder ces questions là dans leur globalité au moment d’aborder la discussion Famille que le gouvernement en tout cas annonce dans des délais très brefs.

 

Et je crois que cet amendement invite à poser le débat dans le cadre le plus approprié qui sera celui de la loi Famille qui permettra sans doute d’aborder ces problèmes dans leur globalité car il ne s’agit pas de dire comme les médias le disent abusivement de « intéresser au seul objet de la résidence alternée » mais aussi de l’autorité parentale, de son exercice, et de l’ensemble des acteurs qui sont concernés, et donc pour toutes ces raisons, j’émet un avis favorable à cet amendement »

 

La député Chapdelaine précise qu’elle s’exprime au nom du groupe SRC (Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen).

 

La ministre Najat Vallaud-Beljacem : « Je crois Monsieur le président que vous aller apprécier la courtesse de mon propos : favorable ».

 

Le président appelle aux voix pour l’amendement 163 en précisant que la ministre ET le rapporteur y sont favorables.

 

è163 adopté ! [autrement dit : suppression de l’amendement 108 ]

 

commentaires RCB:

* le but de cette députée (groupe pro gouvernemental) est de travailler en particulier les questions d'adoption dans une loi "famille" et donc demande de clore ce chapitre sous loi "égalité homme-femme".

 

(remarque : le champ lexical de cette députée sur une année à l'Assemblée Nationale est: accueil amnistie atteinte couple cumul cumul des mandats délit démocratie enquête égalité époque étudiant filiation frais guéant homosexuel immigration industrie intérieur journaliste judiciaire local mandat mode motion parité police population production père rémunération secret secret des sources sexe source surveillance syndicale violence (source: http://www.nosdeputes.fr/marie-anne-chapdelaine/tags)

 

cette élue Anne-Marie Chapdelaine est présidente du Conseil supérieur de l'adoption; or on sait qu'il y a naturellement un antagonisme intrinséque entre nos problématiques et ceux de l'adoption. d'ailleurs, dans le projet de loi qui l'intéresse, un commentateur déclare:

Madame la présidente, madame la ministre, mes chers collègues, ce projet de loi concerne une catégorie d'enfants que l'on se doit d'aider, à savoir les pupilles de l'État. Ce sont le plus souvent des enfants abandonnés ou dont les parents se sont vu retirer l'autorité parentale sur décision judiciaire.[---]

 

RCB: Par conséquent, il y a bien opposition entre : "l'intérêt de l'enfant" tel que le comprennent la plupard des députés et "l'égalité homme-femme". Cette opposition se retrouve clairement dans le texte transcrit.


** il aurait fallu que ces groupes de travail (auxquels auraient pu/du participer pleinement le collectif de la grue jaune) aient fini pour attaquer les travaux de cette commission ! Le rejet de nôtre colelctif et cette pratique de non prise en compte de fait tend à laisser penser que dans les milieux autorisés "on se fiche de nous" les parents séparés de nos enfants, et qu'on assimile nos cas à l'arachement des enfants nécessitant des "familles 'accueil" !

 

Ici la présence de cette députée marquée par le "lobby de l'adoption" est donc symptomatique de l'ensemble de la logique qui s'acharne sur nos désidérata. Il y a (eut) manifestement une erreur d'analyse stratégique de l'ensemble du mouvement de l'égalité parentale qui consiste à croire qu'en soutenant à corps perdu "l'égalité" (parentale), on aboutisse à nos fins ! Non car "l'intérêt supérieur de l'enfant", comme déjà fixé dans la convention Internationale des Droits de l'Enfant par l'idéologie marxiste (cf article récent du blog) s'oppose de fait "aux deux parents"(en cas de séparation - - - judiciaire). Voilà la réalité de cette pensée aux gouvernes.

 

Cette séance vient après la journée du 10 décembre où la députée annonce déjà la même couleur : préparation d’une loi « Famille » avec le leitmotiv "un autre véhicule législatif" [sous entendu: l'égalité homme-femme ne s'applique pas aux parents!]: je crains que la mobilisation ne change pas la logique d'assommoir sexiste !

 

Joyeux Noël !


 http://videos.assemblee-nationale.fr/video.4986.1965752

 

 

ANNEXE : rappel de l'Amendement 108 rectifié adopté : une avancée importante
rectifié ter.

M. le président. - Amendement n°108 rectifié, présenté par M. Mézard, Mme Laborde et MM. Alfonsi, Barbier, Baylet, Bertrand, Collin, Fortassin, Hue, Mazars, Plancade, Requier, Tropeano, Vall et Vendasi.

Après l'article 17

A. - Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

I. - Le dernier alinéa de l'article 373-2 du code civil est remplacé par six alinéas ainsi rédigés :

« Tout changement de résidence de l'un des parents, dès lors qu'il modifie les modalités d'exercice de l'autorité parentale, doit faire l'objet d'une information préalable à l'autre parent six semaines à l'avance, et au plus tard le 15 mai quand ce changement est envisagé pendant la période d'été. En cas de désaccord, le parent le plus diligent saisit le juge aux affaires familiales qui statue selon ce qu'exige l'intérêt de l'enfant.

« Le juge répartit les frais et la charge des déplacements et ajuste en conséquence le montant de la contribution à l'entretien et à l'éducation de l'enfant. Pour les frais de déplacement, le juge statue en fonction des motifs qui ont provoqué le changement de résidence de l'un des parents et des ressources véritables et potentielles de chacun des parents. Pour la charge de déplacement, le juge dit, sauf empêchements dirimants, que celui qui change de résidence amènera l'enfant au domicile de celui qui reste et que ce dernier le ramènera.

« En cas de déplacement durable de l'un des parents, la préférence est donnée par le juge aux intérêts et maintien des repères de l'enfant, sauf circonstances exceptionnelles.

« Tout enfant a le droit d'entretenir des relations personnelles avec ses deux parents. Dès lors que l'autorité parentale est conjointe, le juge aux affaires familiales a pour devoir de maintenir et, si besoin, de rétablir ce lien parental.

« Lorsqu'un parent est exclu par l'autre parent de tout choix, de toute orientation, de toute décision concernant le présent et l'avenir de l'enfant, ou lorsqu'il est victime de toute entrave à l'exercice de son autorité parentale telle que définie à l'article 371-1, il peut saisir le juge aux affaires familiales afin de faire respecter ses droits.

« Au vu des entraves constatées dans les relations familiales, dans le domaine éducatif, ou dans tous les domaines se rapportant à la santé ou la sécurité de l'enfant, le juge prend toutes les mesures de nature à faire cesser l'entrave à l'autorité parentale. Dans ce cadre, il rappelle les devoirs et les droits mutuels de chaque parent. »

Mme Françoise Laborde. - Le congé parental est pris à 97 % par les mères, qui mettent leur carrière entre parenthèses. Quant aux pères qui veulent assumer pleinement leur parentalité, ils sont regardés avec suspicion ou incompréhension. L'égalité doit exister dans les deux sens. Un enfant a besoin de ses deux parents pour grandir. C'est pourquoi le législateur a créé la médiation familiale. Il faut rétablir l'équité entre les parents. On ne peut se contenter de concéder au père un droit limité de visite.

Mme Virginie Klès, rapporteur. - Un projet de loi relatif à la famille viendra prochainement devant nous. Vous pourrez revenir à la charge mais, pour l'heure, défavorable.

Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre. - Nous faisons confiance au juge pour apprécier l'intérêt supérieur de l'enfant. Ne lui imposons pas de règles systématiques. Mmes Taubira et Bertinotti ont créé un groupe de travail sur la coparentalité, dont les conclusions seront portées par le projet de loi à venir. Il ne s'agit pas de soutenir les intérêts d'un parent ou de l'autre mais bien de rester guidé par l'intérêt supérieur de l'enfant. La garde alternée ne saurait être érigée en règle systématique. Je ne puis être favorable à votre amendement. Retrait.

Mme Catherine Génisson. - J'ai été sensible aux arguments de Mme Laborde sur l'égalité, mais aussi à ceux de Mme la ministre sur la garde alternée. Il faudra alors y réfléchir à l'occasion du projet de loi à venir.

M. André Reichardt. - Nous sommes, comme parlementaires, sollicités tous les jours par des pères qui déplorent d'être privés de la garde de leur enfant. On ne peut entendre ces appels au secours sans réagir. Ils ont pris une telle envergure qu'on ne peut y rester sourd. Le moins que l'on puisse faire, ce soir, c'est de s'associer à la demande de Mme Laborde pour répondre à ces appels qui méritent considération. Nous voterons cet amendement.

Mme Françoise Laborde. - J'ai entendu les arguments de la ministre. Cependant, ma volonté n'est pas de généraliser la résidence alternée mais bien de permettre qu'un enfant soit élevé par ses deux parents.

A la demande du groupe du RDSE, l'amendement n°108 rectifié est mis aux voix par scrutin public.

M. le président. - Voici les résultats du scrutin :

Nombre de votants 344
Nombre de suffrages exprimés 344
Pour l'adoption 186
Contre 158
Le Sénat a adopté et l'article additionnel est inséré.

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 08:13

Restitution vidéo de la Conférence Débat (Empêchée et attaquée):

"L’Egalité Parentale par la Résidence Alternée"

Qui a eut lieu Jeudi 10 octobre à Grenoble  

à 20h30 à la maison des Associations (6 rue Berthe de Boissieux)

L’Association PEM Père Enfant Mère (38) fondée en 1992.

Association Membre de l'U.D.A.F (Union Départementale des Associations Familiales)

Association Membre du Conseil administratif de La Passerelle – Espace de rencontre Parents-Enfants

 

En parallèle de la quinzaine de l'égalité hommes-femmes 

organisée par la région Rhône-Alpes,qui a refusé cette conférence!


L’association Père Enfant Mère,

en association avec le Réseau Colin Bagnard

Vous avait invité à une Conférence-débat:
l'Egalite Parentale par la Résidence Alternée

 

Dans le contexte des actions parentales spectaculaires des parents exclus ou pères perchés, dont la revendication principale est la Résidence Alternée lorsque les deux parents veulent éduquer leurs enfants, l'objectif étant le bonheur des enfants et des parents, en préparation du vote de l'amendement 108 à l'Assemblée Nationale (prévu) le 7 décembre.

 

RESTITUTION VIDEO

préparée longuement par Renée Forney et Pierre Besson

 

Intervenant(e)s :[entre 10 et 20 minutes)

 

Introduction : le concept de Résidence Alternée

Par Nicolas Sègerie (porte parole du Réseau Colin Bagnard) http://youtu.be/XkOwScQuDeM

 

L’attaque par le groupe s'étant présenté avant la conférence en blquant l'accès de son entrée par un regroupement d'une cinquantaine de personne comme: "anarchistes gays lesbiens": voir http://www.youtube.com/watch?v=RtngfUR0gcE

 

commando-anarchiste-gay-lesbien-contre-conference-copie-3.jpg

La femme "arnarchiste gay lesbien" s'en prend à René et arrache la première banderole.

 

commando-anarchiste-gay-lesbien-contre-conference-copie-4.jpgElle s'énerve sur toutes les autres banderoles et les emportent avec ses compères et commères!

 

- La complémentarité éducative des parents

par Nadine Geay (responsable Medias du Collectif la Grue Jaune). lien => http://www.youtube.com/watch?v=h5XBtwiwKR4


- Les orphelins engendrés par des décisions judiciaires

par René Forney (président de l'association PEM). lien => http://youtu.be/q4LN2csE_L0


- Témoignage d'une séparation conflictuelle

par Brigitte Aubret. lien => http://www.youtube.com/watch?v=LQxxfhazfBQ


- Témoignage de l'impact des mariages "gris" dans les séparations

 par Youcef Ouateli (trésorier de PEM). lien => http://youtu.be/cFLgiMdg2sY


- Une expérience de la Résidence Alternée Egalitaire

par Hervé Férat (membre de PEM). lien => http://youtu.be/x-zgqsWStng


- Les 8 propositions nationales du Collectif la Grue Jaune pour une meilleure coparentalité 

par Pierre Besson (secrétaire de PEM). lien => http://youtu.be/6hJaMkwScF0

 

Débat (avec l’intervention de William Bec, en fin de vidéo précédente) 


Modérateur: Nicolas Sègerie, porte-parole du Réseau Colin Bagnard.

(http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org   reseau-colin-bagnard@orange.fr)

 

Débats jusqu'à 22h(=>23h). La conférence était bien filmée!


 

commando-anarchiste-gay-lesbien-contre-conference-copie-5.jpg

Ils et elles ont tout détruit sur leur passage !

 

Le droit d'opinion, d'association, de réunion, de manifestation est garanti par la constitution


==> cette agressivité sous protection restera-t-elle impunie ?


Contact Pierre BESSON (secrétaire de l'association PEM) Tel 06 08 04 53 35 -  pereenfantmere@yahoo.fr                         http://pereenfantmere.free.fr  

 

-


Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AFFAIRES EN COURS
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 10:08

Une radio est née: Radio Capitole

Naissance 12 novembre 2013

PHOTORDC.png.jpg

Dans le cadre du droit à la liberté d’expression Radio Capitole est LA radio dédiée au droit des enfants, à la famille ainsi qu’aux parents rencontrant des difficultés d’ordre socio judiciaires,


Le concept radio capitole a été décidé durant l’opération parents grimpeurs place du capitole à Toulouse, ou des parents (papas et mamans) ont siègés sur les toits face au Capitole entre le 2 Octobre 2013 et le 18 Novembre 2013.

 

Cette radio mobile devenue webradio a pour objectif de vous informer sur les différentes problématiques d’ordres socio-judicaires, les droits de l’Homme ainsi que bien entendu et avant tout ceux des enfants,


Si vous souhaitez participer ou obtenir des renseignements complémentaires, vous pouvez nous contacter, à notre adresse contact@radiocapitole.com ou nous retrouver sur facebook/radio capitole ainsi que sur Tweeter #radiocapitole.


Musique et infos témoignages et reportages sont au rendez-vous de ce nouveau média qui vous informe tous les jours sur son site http://www.radiocapitole.com/ .


Comme vous le savez déjà, 48 heures avant la journée internationale des droits de l'enfants, l'action toulousaine s'est terminée sur demande des autorités, par l'intervention du GIPN  il n'y a actuellement plus de banderolles sur cette place du capitole. 


Sachez que malgré l'arrêt de la diffusion sur la place du capitole, nous maintenons notre site internet. Des infos seront communiqués par ce biais en parallèle d'autres actions qui sont en préparation par les parents grimpeurs du Capitole.


Toute l'équipe de Radio Capitole tient à remercier ceux qui les ont soutenus place du capitole à Toulouse (nous nous reverrons bientôt...), ainsi que les milliers d'auditeurs et de visiteurs du site Radio Capitole y compris ceux étrangers venus du monde entier. A ce titre la parole leur sera également bientot donnée car eux aussi sont confrontés à de grandes difficultés (pensée particulière à nos cousins Canadiens, Belges,....).


2014 sera l'année de la protection de l'enfance, la Rédaction est d'ores et déja mobilisée et toute l'équipe de Radio Capitole sera bien entendu présente afin de relayer toute l'information sous forme de Flashs infos, et de reportages dont une majorité exclusifs ponctués d'heures de détente musicales.

 

MERCI A TOUS POUR VOS SOUTIENS

Capitolement votre,  restez à l'écoute

 

[L'équipe de rédaction de Radio Capitole]

 

***************

Naturellement, le Réseau Colin bagnard appuit cette démarche depuis le début et autorise la diffusion par ce canal des articles du blog. Nous pourrions organiser des débats radiophoniques et envisager que cette désormais web-radio deviennent un média sur les ondes hertziennes!

 

-


Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans AUX MEMBRES
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 14:51

Bonsoir,

 

Les actions initiant LA GRUE JAUNE étaient la meilleure chose qui pouvait arriver depuis plus de 15 ans puisqu'elles mettaient sur la place publique le combat des pères et de leurs sympathisants pour l'autorité parentale totale et la résidence alternée de droit.

 JSP-aux-TGI.jpgAssociation Jamais Sans Papa devant un TGI

 

La constitution du Collectif est intéressante dans la mesure où elle rassemble des associations de tous horizons soit au travers d'actions collectives soit par l'apport d'informations ayant trait à leur champ d'action.

 

Néanmoins, je constate de plus en plus de susceptibilités qui soutendent dans la plupart des mails que je lis en fonction de qui propose un document ou une action. Pour ma part, je trouve cela fort dommageable à l'avancée des travaux ou actions et ne fait qu'enliser le combat pour l'égalité et son but ultime : une nouvelle loi où,au final, l'enfant devrait sortir vainqueur dans le mesure où il aura véritablement accès à ses deux parents sans avoir à devoir prendre un avocat et devoir justifier son choix à l'un ou l'autre de ses parents et donc être pris en otage.

 

Certains réfutent des statuts (auxquels j'ai d'ailleurs fortement contribué car cela rajouterait une hiérarchie ou des contraintes. Les avis sont libres et tout à fait normaux; je rappelle simplement que cela avait pour but une légalisation de notre existence vis-à-vis des pouvoirs publics ou autre organe de presse mais qui n'est en fait qu'une façade dans la mesure où d'ailleurs tout le monde est mis sur le même plan.


Par contre, pourquoi établir en sus une charte qui s'apparente davantage à un règlement intérieur d'association et régler ainsi des relations humaines qui devraient suivre quelques bons sens et politesse

 

Il n'est absolument pas normal, qu'un porte-parole élu soit obligé de défendre systématiquement sa position, notre rôle devrait s'apparenter à  une attitude de cohésion plutôt que de livrer la part belle à nos détracteurs.

 

Il me semble que toute implication au sein de la Grue Jaune ne doit relever que d'un rôle de bénévolat et de conviction plutôt que de promotion surtout eu regard au salaire horaire, et très sincèrement ces attitudes sont complètement hors de propos et déplacées pour tous ceux pour qui nous nous battons.

 

Bien cordialement.

 

Catherine Chauvel

Association Jamais Sans Papa (en lien ici)

 

-
RCB: Grand merci Catherine,

pour ces statuts et ses remarques...

Par rapport à l'AG, il est clair qu'il n'y a plus QU'UN seul porte parole... mais autant que d'association, peut-être d'autre selon les opérations en cours]

 

Rappel: pour ne pas manquer ces articles RCB et l'information interne de ce site, indiquez votre email sur la newsletter sur cette page, à valider sur votre messagerie!

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 14:01

Communiqué de presse de l'association Osons les pères


"L'association Osons les pères condamne avec la plus grande vigueur les déclarations scandaleuses de la Présidente du "Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes", Danièle Bousquet, tenues publiquement lors de son audition par la Délégation de l'Assemblée nationale aux droits des femmes et à l'égalité des chances, le 6 novembre dernier.


Portant l'opprobre sur l'amendement 108 jugé "masculiniste", une disposition de loi pourtant adoptée par le Sénat le 16 septembre dernier, et de désinformation à son sujet, le texte en question ne préconisant pas "la systématisation de la garde alterné" (D. Bousquet) mais son "examen prioritaire", la Présidente du "Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes" fait preuve d'amalgames inacceptables nourris d'une vision stéréotypée à l'encontre des pères qui souhaitent légitimement s'occuper de leur enfant, des pères renvoyés par la Présidente à des actes d'incestes sur leurs enfants ("un très grand nombre d'enfants en France sont victimes d'inceste") et de "violences" envers les femmes. Ces propos stigmatisant ne peuvent qu'alimenter une "guerre des sexes" et ne permet en aucun cas un débat apaisé qui se tiendra dans le cadre de l'examen du projet de loi sur l'égalité femmes/hommes à l'Assemblée nationale en janvier prochain ou à celui sur la famille présenté dans quelques mois par le gouvernement.


En conséquence, eu égard aux fonctions de Présidente du "Haut conseil à l'égalité entre les hommes et les femmes", institution de la République Française chargée notamment de lutter contre les stéréotypes envers les femmes et les hommes, l'association Osons les pères demande auprès du Premier ministre de suspendre Danièle Bousquet de ses fonctions actuelles.


L'association Osons les pères rappelle ses engagements dans la lutte en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes, et ses actions en faveur de la pacification des relations parentales dans le cadre de désunions, à travers notamment la mise en œuvre d'une véritable politique de médiation. Elle rencontrera très prochainement le conseiller de la Ministre chargée de la famille, Madame Dominique Bertinotti, pour lui faire part de propositions concrètes afin de réduire les conflits parentaux dont trop d'enfants sont victimes en France."


Extrait des déclarations de Danièle Bousquet:[NB RCB en orange les propos choquants]

"Je crois qu'il s'agit là d'une réponse à votre interrogation sur le nouvel article introduit par le Sénat, visant à privilégier la résidence alternée pour l'enfant en cas de séparation des parents. Il faut d'abord savoir que la quasi-totalité des pères ne demande jamais la garde des enfants, raison pour laquelle celle-ci est pratiquement toujours accordée à la mère, et qu'un grand nombre de femmes se retrouvent seules, sans travail, avec plusieurs enfants à charge.

En fait, ces dispositions du Sénat sont, à mes yeux, portées par un mouvement masculiniste – bien connu dans d'autres pays européens et au Canada en particulier – qui réagit très violemment à l'avancée des droits des femmes.

Effectivement, certains pères se sentent atteints dans leur rôle d'homme, et ce mouvement a conduit à cet article voté par le Sénat, en dépit de l'opposition du Gouvernement.

La garde alternée peut très bien convenir si la sécurité de l'enfant est assurée dans chacun des deux foyers. Par contre, il faut garder à l'esprit qu'un très grand nombre d'enfants en France sont victimes d'inceste et que 10 % des femmes sont victimes de violences conjugales. Par conséquent, la systématisation de la garde alternée risque de poser d'énormes problèmes en cas de violences de la part du père. Selon nous, c'est au juge de se prononcer sur la meilleure solution pour l'enfant au regard des conditions d'accueil chez le père et la mère. Les dispositions introduites par le Sénat me semblent extrêmement dangereuses ; elles doivent être revues pour protéger les enfants et les femmes."

 

Association Osons les pères: http://www.osonslesperes.fr/

Tribunes déjà parues:
Le Monde:
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/22/defendre-les-peres-sans-attaquer-les-meres_1836980_3232.html

Libération:
http://www.liberation.fr/societe/2013/05/20/droits-des-peres-un-vrai-combat-de-gauche_904276
http://www.liberation.fr/societe/2013/02/18/un-pere-passe-et-manque_882648

 

*************

Commentaire RCB:

 

Sébastien,  

Quel respect de la Haute Assemblée qui ne devrait pas être indépendnate du sénat !

Quelle utilisation de chiffres truqués!

Mélanger les affaires pénales avec les affaires "strictement" familiales !

Quelle propagande faisant allusion et association que tout hommee est foncèrement "mauvaise" (une nouvelle religion sectaire), dangereux pour la société, en particulier les femmes et les enfants!

A ce niveau de l'Etat, la demande de Osons les Pères est vivement justifiée !
 

 

Le Réseau Colin Bagnard ne peut que s'associer à cette démarche.


Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 09:14

Je viens de recevoir une lettre m’informant d’une procédure d’expulsion. Or mon logement où je reçois mes enfants est aussi le siège de l’association Réseau Colin Bagnard.

 

Si initialement le siège avait été décidé par les membres fondateurs en bas de mon immeuble où a été aménagée aux frais du contribuable une salle de réunion (l’«Espace 33 », rue sœur Janin, 69005 Lyon), il n’a jamais été possible même de s’y réunir, le centre socioculturel dont cette annexe dépend et la municipalité qui le soutien (mairie du 5ème de Lyon) ont considéré que les « bénéficiaires de l’association ne sont pas des habitants du quartier», ignorants toutes les familles séparées / divorcées, « monoparentales », ou dont les enfants sont placés, nombreux autant dans Lyon qu’ailleurs. Le siège est donc resté de fait à mon domicile (sans changement statutaire) et le fonctionnement s’est organisé avec une permanence permanente comme les appelants et les lecteurs de ce blog le savent bien.

 

L’association n’a jamais perçu aucune subvention jamais et aucune cotisation depuis longtemps (en 2006 lors du dépôt des statuts à la création par les membres fondateurs) malgré des rappels chaque année.

 

Entretemps mes loyers (et donc de facto du siège) ont pris beaucoup de retard (environ 2500€) alors que ma situation professionnelle n’a pas bougé depuis le dernier contrat malgré des démarches multiples (enseignement des mathématiques / sciences physiques et recherche en géographie des risques dont on peut voir par le haut de l’iceberg un échantillon sur http://labo-giordano-bruno.over-blog.org/).

 

Depuis 2004, en dehors de mes propres affaires de divorce, lourdes à gérer dans un climat difficile, maintenant assagies, le travail de strict bénévole associatif et de porte parole m’a pris un temps infini pour traiter les demandes nombreuses de soutien, de démarchages pour libérer un peu les contraintes administratives ou judiciaires des urgences familiales :

  • Les conseils téléphoniques,
  • Démarches scolaires (la localisation d’établissements, sollicitations des intervenants, délégations de parents d’élèves), un secteur essentiel à RCB,
  • Analyses des dossiers JAF, JE, tutelles, et autres affaires liées,
  • Contributions directes aux dossiers (le plus souvent efficace),
  • Relais à d'autres organismes selon leurs compétences,
  • Les diagnostics et soutiens scolaires des enfants en difficultés (ma spécialité),
  • Les participations aux débats et conférences visant la sensibilisation sur le sujet « l’égalité parentale » et les « dérives du secteur familial », un "lobbying"  reconnu !
  • La documentation et la rédaction de ce blog (http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/),
  • Sa mise à disposition publique sans contrepartie,
  • Les actions en soutien aux « pères perchés »,
  • Les réunions et conférences lointaines,
  • Les participations à des manifestations,
  • Les contributions diverses comme les contributions aux réseaux sociaux et presse,
  • Les démarches liées au Collectif la Grue Jaune et à l'émergence d'un mouvement national,
  • Le fonctionnement concret des dossiers de bénéficiaires au siège et ses frais qui ne sont pas qu’intellectuels…

 

J’en appelle d’urgence !

 

 => Aux personnes qui ont été aidées par le Réseau Colin Bagnard (les bénéficiaires)

 

=>  Aux personnes qui soutiennent sa pérennité et souhaite désormais adhérer

 

=> Aux organismes à vocations à soutenir une telle démarche associative,

 

=> Aux bénévoles pour m’aider à mettre en place un fonctionnement associatif plus efficace reposant sur une équipe soudée. (une annonce plus précise sera publiée )

 

=> Aux professionnels qui souhaiteraient s’associer à cette démarche associative par une convention comme membres collaborateurs, agréés.

 

=> Aux autres associations qui souhaite manifester leur solidarité.

 

Merci de me faire parvenir vos dons, vos cotisations, vos propositions.

 

Merci d’apporter cette contribution à ce moment difficile qui engage l’avenir du travail pourtant accompli. Votre contribution permettra :

  • de restituer une situation objective mise à jour,
  • renouveler le fonctionnement,
  • aider des personnes qui jusqu’à maintenant n’ont pu encore débloquer leur affaire (la liste s’allonge),
  • effectuer un bilan général par rapport aux objectifs inscrits dans nos statuts
  • clôturer cette année très mouvementée,
  • convoquer la prochaine réunion
  • et appuyer toutes nos démarches et de nouvelles demandes.

 

Vous participerez ainsi concrètement à la cause de l’égalité parentale en cas de séparation.

 

Outre les opérations nationales ou régionales, le cœur du travail du Réseau Colin Bagnard reste le soutien direct aux bénéficiaires qui doit se développer et être plus efficace vis-à-vis des parents séparés/divorcés, de leurs enfants, leurs familles.

 

Modalité pratique : par courrier uniquement en renseignant vos coordonnées complètes (nom, adresse, téléphones, email, identifiant facebook, situation éventuelle).

 

Cotisations et dons à l’ordre de « Nicolas Sègerie, pour Réseau Colin Bagnard »,

Pour une scrupuleuse comptabilité (en attendant mieux, j'ai proposé à une bagnarde de suivre une formation de trésorier d'association), vous recevrez un reçu, une carte de membre selon votre apport (fondateur, bénéficiaire, bénévole, d’honneur, collaborateur), les informations internes et les convocations. Les futurs bénéficiaires doivent comprendre qu’ils ne seront plus isolés.

 

A l’adresse :

Réseau Colin Bagnard

Chez Nicolas Sègerie

33, rue Sœur Janin,

69005 Lyon

 

Avec mes infinis remerciements.


logo-RCB-copie-1.gif

Pour éviter les drames des conflits parentaux

 

Rappel des objectifs :

http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/pages/RESEAU_COLIN_BAGNARD_ASSOCIATION_1901-1313757.html

 

Contact de préférence par email reseau-colin-bagnard@orange.fr

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article

Articles Récents

Articles D'archives