Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 23:18

Suite au Conseil des Ministres du 3 juillet 2013:

[commentaires RCB en bleu]

 

PROJET DE LOI - EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

La ministre des droits des femmes, porte-parole du Gouvernement, [qui reconnait que les enfants ont autant besoin de leur père que de leur mère link] a présenté un projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes [mais paradoxalement, ce n'est que le titre, le contenu est tout autre ! ].

 

Ce projet de loi sera le premier texte de loi à aborder l’égalité entre les femmes et les hommes dans toutes ses dimensions, le continuum des inégalités appelant la cohérence des réponses : égalité professionnelle, lutte contre la précarité spécifique des femmes, protection des femmes contre les violences, image des femmes dans les médias, parité en politique et dans les responsabilités sociales et professionnelles.

[comme si la précarité des hommes n'existait pas: cf les SDF;

comme si la violence contre les hommes n'existait pas, plus incidieuse;

comme si l'image des hommes n'était pas devenue objet de dérision systématique;

les quotats qui nient les capacités des femmes]


L’article 1er du projet de loi fixe les objectifs et les principes de cette approche intégrée, impliquant l’ensemble des collectivités publiques, et définit les catégories d’actions visant à la prise en compte de l’égalité dans toutes les politiques publiques.

 

Le projet de loi obéit à trois impératifs :

- assurer la pleine effectivité des droits des femmes qui sont déjà garantis dans les lois existantes, par exemple, en matière d’égalité professionnelle ou de parité aux élections ; [qui ne reconnait donc pas l'omniprésence de l'insolent envahissement de la seule protection sexiste];

- assurer des droits dans des champs nouveaux, avec l’objectif de traiter l’origine des inégalités ; [sans doute sera-t-il question de théorie du "genre"]

- expérimenter les dispositifs nouveaux avant de les généraliser.


Il engage la réforme du complément de libre choix d’activité. Cette réforme, qui a donné lieu à une large concertation [pas avec les associations de parents séparés divorcés! toujours laissés pour compte] depuis la première grande conférence sociale, poursuit deux objectifs : favoriser le retour des femmes vers l’emploi et rééquilibrer la répartition des responsabilités parentales au sein du couple afin qu’elle ne joue plus systématiquement à la charge des femmes. Une période de six mois du complément de libre choix d’activité sera réservée au second parent, s’ajoutant aux droits existants pour les familles ayant un enfant. Cette réforme est indissociable de l’effort très important pour renforcer l’offre d’accueil de la petite enfance [accueillis de plus en plus jeunes en dépit des recommandations des psychologues], annoncé par le Premier Ministre le 3 juin 2013. Elle sera applicable pour les enfants nés ou adoptés [la nouveauté est sans doute là] à partir du 1er juillet 2014.


Le projet de loi introduit pour la première fois la possibilité de prendre en compte, parmi les cas d’interdiction de soumissionner aux marchés publics, les condamnations pour des motifs liés à la discrimination et le non-respect des dispositions prévues par le code du travail en matière d’égalité professionnelle. [si les discriminations contre les hommes ne sont pas reconnues car inexistantes, ce principe serait lui-même discriminatoire].


Il permet l’expérimentation, dans les entreprises volontaires, d’un nouveau cas de déblocage des jours épargnés sur un compte épargne temps pour financer des prestations de service à la personne au moyen d’un chèque emploi service universel.

 

En matière d’égalité professionnelle, il sera complété, par voie d’amendement du Gouvernement au cours du débat parlementaire, des résultats de la négociation nationale interprofessionnelle sur la qualité de vie au travail et l’égalité professionnelle qui s’est conclue hier, [les autres branches non fortement syndicalisées se verront ramenées aux régimes précarisés] pour les dispositions qui appellent une transcription législative et dans les conditions qui ont été présentées lors de la grande conférence sociale. Les ministères chargés du travail et des droits des femmes [le droit des femmes est anticonstitutionnel, car il n'existe pour la République que des citoyens] consulteront les partenaires sociaux sur le sujet dans les prochaines semaines.


Dans une dizaine de départements, une réforme en profondeur de l’allocation de soutien familial sera engagée, en partenariat avec les caisses d’allocation familiales, pour permettre l’expérimentation d’un dispositif de garantie contre les impayés de pensions alimentaires.[mais c'est déjà largement le cas, mais seulement quand ce sont aux hommes de les verser, avec des dysfonctionnements majeurs dans la saisine et les dérèglements bancaires qui ne respectent pas les situations sociales; sans parler des dysfonctionnement interinstitutionnels]


Pour mieux protéger les femmes victimes de violences et les préserver des atteintes à leur dignité, le projet de loi prévoit plusieurs mesures parmi lesquelles le renforcement de l’ordonnance de protection, la formation des professionnels, la généralisation du téléphone « grand danger »[sachant que déjà les accusations mensongères sont légions en toute impunité, ce serait libérer une réaction en chaîne conflictuelle, une émeute sociale, un désordre public], la limitation du recours à la médiation pénale [encore faudrait-il qu'elle se passe selon le respect des règles de médiation élémentaires dans le respect antidiscriminatoire de rigueur envers la partie masculine ] en cas de violences conjugales ou encore la priorité donnée au maintien de la victime dans le logement du couple [mais c'est déjà le cas où nombre de pères sont chassés de chez eux sans vérifications sérieuses]. Le projet de loi prévoit également une nouvelle peine complémentaire ou alternative aux poursuites : les stages d’éducation et de prévention relatifs aux violences faites aux femmes.[un stage de civilité, de prévention de la manipulation mentale ou de la violence psychologique n'est-il pas prévu pour les femmes?]


Le projet renforce les compétences du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour promouvoir l’égalité ainsi que la lutte contre les violences et la diffusion d’images dévalorisantes des femmes [c'est pourtant le contraire qui se passe depuis des années à grosse échelle].

Sur internet, les images sexistes pourront désormais faire l’objet d’un signalement.[la loi prévoit déjà la lutte contre la traite des personnes humaines, en vain à cause des lobbys du commerce internet comme les sociétés de casinos ou autres addictions en ligne]

 

Il met en œuvre l’engagement du Président de la République d’inscrire la parité [ici il ne s'agit de sexisme (féministe), jamais de parité] dans l’ensemble des institutions de la République.

 

A ce titre, il prévoit un doublement du taux de modulation du financement des partis et groupements politiques qui ne respectent pas la parité aux élections législatives.[on voit là une aggravation du ciblage partisan et électoraliste, la parité n'étant qu'un prétexte]


Enfin, le projet crée les conditions d’une généralisation de la "parité". Il applique ce principe aux fédérations sportives et organismes consulaires [et pourquoi pas culturels et cultuels? là ce serait utile ! ] et prévoit une habilitation pour le Gouvernement à intervenir par ordonnance pour traiter le cas des autorités administratives indépendantes et des principales instances consultatives de l’Etat.


Le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes met ainsi en place un cadre d’ensemble, conçu pour mobiliser les institutions et la société toute entière. L’égalité [la différence de genre n'est pas une question d'égalité] est une conquête qui ne pourra se faire que si elle implique la société française dans son ensemble, aussi bien les hommes que les femmes.

 

Ce projet de loi tel qu'il s'annonce, et nous fait peur pour la "réforme de la famille", outre qu'il n'est ni égalitaire (au sens des minorités), ni paritaire (au sens du genre), est anticonstitutionnel car distinguent plusieurs sortes de citoyens). Une salve supplémentaire de la guerre sexiste que mènent des soldates et quelques troupions d'arrière garde, qui ont prit le pouvoir et veulent couper les têtes, sinon ce qui reste des bijoux de familles des pères de leurs enfants !


Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 12:35

 

Suite à l'action sur un pylône à Saint-Brieuc, au rond-point de l'Egalité Parentale, pérenne, la première qui tient en longueur avec l'expérience acquise,(link)

 

Suite à l'idée d'université d'été prévue initialement en Haute-Loire, annoncée par Jean-Marc Ghitti,

 

Suite à des réflexions avec d'autres "bagnards", qui conclue sur prioriser la communication des actions type "Grue Jaune" sur le respect de la loi et son applicabilité constitutionnelle défaillante lors des Non Représentations d'Enfants, moins polémique que demander la résidence alternée qui ouvre sans fin sur de nombreux débats (féminismes, psychologie, biologie, éthique...),

 

je suggère que ceux qui le peuvent pourraient abonder dans le sens de :

 

Proposer de reconduire l'idée de l'Université d'été de l'Egalité Parentale à Saint-Brieuc.

 

panneau-point-de-rassemblement.gif

 

Ainsi s'acheminerait vers la Bretagne cet été la réorganisation du mouvement de l'Egalite Parentale :

 

pour soutenir l'action indépendante du Rond-Point de l'Egalité Parentale sur le pylône de Saint-Brieuc,

 

revoir les modalités de représentation des Papas et Mamans privés de leurs enfants et de leurs familles,

 

pour redéfinir les finalités et objectifs généraux de ce projet de réforme institutionnelle et sociale,

 

pour donner un cadre formel statutaire plus cohérent au mouvement,

 

Pour clarifier l'alliance des mouvements et individus favorables à cette réforme de la justice familiale,

 

Pour revoir les modalités légales de décisions d'interventions publiques,

 

Pour adapter l'efficacité de la communication qui devrait s'adresser à toute l'opinion publique,

 

Pour mettre un terme à l'absence de transparence et

 

Augmenter tant que possible malgré nos faiblesses consubstancielles notre organisation.

 

 

Nicolas Sègerie, porte parole du Réseau Colin Bagnard

Partager cet article
Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 21:27

 

Alors que le monde attend résigné le trépas possible à courte ou longue échéance de Nelson Mandela, nous nous souvenons du symbole éternel de réconciliation qu'il a délivré au monde : Quand un conflit existe, aussi grave soit-il, il existe toujours une voie pour le surpasser !

 

Nelson-Mandela-en-prison.jpg

 

Le message de Nelson Mandela est celui que l'on doit entendre et retenir pour les familles séparées ou divorcées ! Son souci pour les petites enfants et arrières petits enfants doit être le nôtre !


Plus vieux prisonnier politique au monde, il mit son sort sous condition mais sans contrepartie autre que la Paix Civile pour l’avenir de son pays soumis à l’Apartheid.


Or c’est bien d’une prison mentale qu’il s’agit quand la guerre occupe tout l’esprit comme c’est le cas dans les familles qui explosent.

Les haches de guerre animées par les uns ou les autres doivent être enterrées !


Nelson Mandela sera le témoin éternel de ce modèle pacifique de gestion des conflits qui sera repris par les organisations de justice intergouvernementales pour les conflits suivants...

 

Que tous les Dieux et les Saints des Bantoustans, d'Afrique ou d'ailleurs lui prête vie et nous inspire pour longtemps !

Partager cet article
Repost0
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 05:37

 

Depuis combien d'année, combien de jours, on a lu ici ou ailleurs des textes désespérés qui faisait le regret par rapport aux divisions dans les familles séparées divorcée...

 

Cette année, enfin, j'ai l'impression que quelque chose a quand même avancé !

 

Toutes ces manifestations diverses et variées dont on peut lire un échantillon sur le site www.pourlegaliteparentale.org

 

Notre manifestation pour l'égalité parentale à Paris voit quelque péripéties... au moins il y a des tribulations... on ne s'y était pas habitué, mais d'habitude, c'était le calme plat ! Le silence assourdissant !

 

Si vous êtes un Papa, bonne fête !

 

Si vous en êtes pas, vous en connaissez sûrement un !

 

Et s'il est séparé de ses enfants aujourd'hui, ne l'oubliez surtout pas !

 

Dites-lui qu'il y a un peu plus d'espoir...


Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 17:07

Chers amis,

 

Notre marche des pères, de dimanche, a été une manifestation d’amour et d’espoir.

 

Plus de deux-cents papas et mamans, venus de toutes les régions de France, ont témoigné de leur résolution à aimer leur enfant contre vents et marées.

 

Tout s’est bien passé. Sous la vigilante bienveillance des forces de l’ordre (un heurt avec des contre-manifestants évité de justesse) ; nous avons atteint notre objectif : déposer nos propositions auprès du siège du Ministère de la justice, place Vendôme.

 

Nous avons bien été relayés par les médias.

 

D’autres éléments nous encouragent à poursuivre notre action : la présence de nombreux jeunes venus défendre eux-mêmes leur droit à maintenir un lien avec leur papa, la participation d’une association de défense des droits de l’enfant italienne : Figlinegati, qui sonne comme une invitation à internationaliser le mouvement.

 

Il faut continuer. Constituer une force cohérente et structurée, obtenir une audience de plus en plus grande auprès des médias et de l’opinion publique, densifier nos contacts auprès de parlementaires : tout cela avance.

 

Il reste des progrès à accomplir, dont la manifestation - dans ses faiblesses -, révèle l’urgence :

-           Le mouvement doit se renforcer. Le collectif doit se structurer juridiquement, ne serait-ce que pour régler les questions financières liées aux différentes actions menées (location de sono, déplacement des plus démunis ou des responsables lorsqu’une action a lieu…)

-          Etre encore plus nombreux, notamment si une action de masse se révèle à nouveau nécessaire (cela dépendra des résultats obtenus cette année...). Nos leviers de mobilisation doivent se multiplier : aussi utiles soient-ils, annonce par les organes de la presse parlée et écrite, buzz sur la toile ne suffisent pas. Il faut leur adjoindre tractage, boîtage et affiches. Un gros investissement en temps et en énergie mais toujours payant car les gens aiment le contact et l’échange.

 

Gardons le cap : la reconnaissance de notre dignité de parents et de celle de nos enfants passe par notre persévérance dans un discours le plus unique possible et dans les actes, les plus forts possibles!

 

Paternelle amitié

 

Philippe Veysset

Porte-parole du Collectif de la grue jaune

06 523 582 5

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 16:35

Le Collectif de La Grue Jaune pour l'Egalité Parentale dénoncera publiquement une décision de justice discriminatoire:

Mardi 18 juin devant le Palais de Justice de Marseille. (cours Puget)

Toute la journée, un père investira symboliquement le parvis du tribunal pour protester contre le jugement suivant (documents fournis sur demande) :

Lorsqu'il a saisi la justice marseillaise pour demander une résidence alternée, la mère de son fils a décidé de déménager en Auvergne et l'a accusé d'être dangereux pour leur enfant.
Une enquête a suivi pendant laquelle le père a été éloigné de son enfant. L'enquête innocente complète ment le père et conclut qu'il est tout à fait capable de garder l'enfant dans le cadre d'une résidence. Une résidence alternée est préconisée puisqu'entretemps, le père a déménagé dans la ville où la mère s'est installée avec l'enfant.

Mais le juge a constaté un "conflit" puisque la mère s'est opposée à une résidence alternée en enlevant l'enfant. Il a donc confié l'enfant... à la mère ! Depuis que le motif du conflit est retenu pour empêcher une résidence alternée, la mère a multiplié les actions en justice, de nouveau enlevé l'enfant, accusé encore le père d'être violent et drogué. Le père a été de nouveau innocenté, la mère a été condamnée mais le père n'a toujours qu'un "droit de visite".
Le Collectif de La Grue Jaune estime que le motif du "conflit" ne doit plus servir de prétexte au juges pour s'opposer à une résidence alternée.
Le collectif de LA GRUE JAUNE s'est créé spontanément à Nantes en février 2013 lors de la manifestation pour l'égalité parentale. Ses objectifs sont les suivants :

- Dénoncer les décisions sexistes de certains juges aux affaires familiales.

- Sensibiliser l’opinion publique à la nécessité, pour les enfants de parents séparés, d’être élevés équitablement par ses deux parents.

- Proposer au gouvernement et aux institutions françaises des solutions légales adaptées aux familles modernes dont les pères veulent prendre une part réelle dans l’éducation des enfants.
Le Collectif organisait le 9 juin dernier à Paris une manifestation pour l'égalité parentale.

CONTACTS :
Nadine GEAY
tél: 06 73 04 28 29
E-mail : nanageay@gmail.com
Gérard OLLIVIER
tél : 06 12 897 460
E-mail : info@unparentdetrop.org
Site Internet : www.pourlegaliteparentale.org
sur Facebook: LaGrueJaune
Partager cet article
Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 12:36

  (mise à jour 3)

 

  marche-pour-l-Egalite-Parentale-ANNOTE.jpg

 

Deux semaines après la fête des mères et une semaine avant celle des pères, la "Marche pour l'Egalité Parentale" organisée par le Collectif "La Grue Jaune" a fait déplacer:

non seulement les représentants des associations signataires des propositions,

mais des membres d'autres mouvements venant de toute la France,

des représentants des familles séparées avec de nombreux jeunes,

moins sans doute de grand-parents difficiles à mobiliser pour une telle marche,

et même au delà puisque nos amis Italiens (www.daddypride.it), Suisses, Canadiens, ... parmi d'autres étaient représentés directement.

 

Un décompte par Pierre Cunat a totalisé 120 participants présents à la marche représentatifs de tous les mouvements que ce soit nationaux ou internationaux.

 

Beaucoup de personnes qui voulaient venir ont dû renoncer en raison des conditions de leur précarité, phénomène extrèmement répendu dans les familles séparées divorcées (Sans Domicile Fixe, Sans Domicile Familial, chômage, exclusion familiale, sociale, professionnelles). Mais ils étaient représentés.

 

Tous se sont déplacé malgré une météo non conforme au "réchauffement climatique" pour un mois de juin, et des menaces de mouvements anti-séxistes qui n'ont pas compris que les membres de "la Grue Jaune" luttent aussi contre le sexisme. Ces derniers ont été écarté par les force de sécurité.

 

C'est donc le premier objectif du collectif de "la grue jaune" qui est atteint :

Faire défiler ensemble un échantillon national représentatif des mouvements visant au maintien des relations parentales entre les deux parents séparés ou divorcés et leurs enfants.

Des représentants des familles dont les enfants sont en familles d'accueil ou en foyers d'accueil étaient également présents car concernés par cette thématique.

 

 

Les associations représentées (liste provisoire):


ADESPA - Défense des Enfants Séparés d'un PArent (Ile de France)

ANVEDJ (Association nationale des victimes des erreurs et dysfonctionenments judiciaires  (Versailles)

Barbe-à-PAPA (Bordeaux - Aquitaine)

Fédération Nos  Enfants ont Deux Parents (Haute Loire)

G-E-S- (Groupe d'Etude sur les Sexismes) (Rhône Alpes - portée nationale)

ICI (I Comme Identité) ( Normandie - Rhône Alpes)

JAMAIS SANS PAPA (pour que les gens de la Drome adhèrent!)

JUSTICE PAPA (région Ile de France)

Marche Familiale pour l'Egalite Parentale (avec Didier Monchâtre, partie de Chartres et arrivée pendant la présentation des associations place de l'Opéra)

OSONS Les PERES (Paris)

Père Enfant Mère (Grenoble - Bourgogne)

Père-Mère privés d'Enfants (Bretagne)

RE-PERE ()

SANS EUX ( La Rochelle/Ile de Ré - Charente)

SVP PAPA (Région Nord)

Un Enfant-Deux Parents (Bas Rhin - Alsace)

VIOLETTE JUSTICE ( Paris)

- - - (liste incomplète) - - -

et bien sûr Réseau Colin Bagnard (association à vocation nationale)

 

Etaient également présent :

Serge Charnay, initiateur de l'événement de la Grue Jaune à Nantes,

Nicolas Moréno qui l'avait rejoint,

Daniel Dubosc (Don Quichote s'occupant des SDF (sans domicile familiale) dont la plupart sont concernés par notre problématique)

Pierre Cunat (Collectif Parental - Auvergne)

Jean Latizeau (nouveau président de SOS PAPA),

Olivier Bésida (Nouveau membre du Conseil d'Administration de SOS PAPA)

Lionel LOUIS (site indépendant d'information et de partage sur le sujet de l'exclusion parentale http://exclusion-alienation-parentale.info/

- - - (la liste est incomplète; excusez-moi de ne pas avoir retenu tous les noms au fur et à mesure, merci de se manifester).


Pendant ce temps un père séparé de la mère montait sur une grue à Courbevois dans les Hauts de Seine pour demander un droit de visite et d'hébergement.

 

Mais l'objectif de réunir toutes les familles de France concernées par les enfants de la séparation et du divorce n'est pas encore atteint... même si la présence de nombreux jeunes à la manifestation laisse présentir un potentiel important quand l'opinion sera informée au delà du relai FaceBook et des listing d'email qui enferment dans une sphère qui ne demande qu'à éclater.

 

L'objectif de susciter un débat parlementaire est en cours puisqu'une commission parlementaire de la Grue Jaune s'organise à l'attention de l'ensemble des élus parlementaires de notre pays.

 

Le texte des 8 Propositions du Collectif de la Grue Jaune, avec annexés l'ensemble des fiches thématiques (Médiation Conciliation, Autorité parentale conjointe---, à découvrir sur le site dédié www.pourlegaliteparentale.org) ont été déposés au ministère de la Justice.

 

Globalement on ne peut pas hésiter à prétendre que cette "marche pour l'Egalité Parentale" est une réussite. En espérant que cette action ne soit pas détournée.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 19:02
(reçu par email,
erratum:
dommage qu'an cours de la manifestation, Madame Auconie n'est pas dès ce moment là corrigé l'erreur qui s'était glissée dans la communication de cet email arrivé par le collectif  "la Grue Jaune": non pas "parti" mais "association").
Appel de Femmes au Centre appellent a participer a la manif !!!
De la part de Sophie Auconie :
Marche pour l'égalité parentale - le 9 juin

 

 
Chers amis,

Vous n’êtes pas sans savoir qu’il existe aujourd’hui un débat sur la question de la garde des enfants en cas de séparation entre le père et la mère. Je me suis positionnée dans ce débat à travers une tribune que j’ai publiée sur le site de Terrafemina.


J’estime en effet qu’on ne peut pas se battre pour une égalité entre les hommes et les femmes à tous les niveaux de la société et refuser cette égalité en cas de séparation.

Je suis donc favorable à ce que la résidence alternée devienne la règle de droit commun en matière de divorce dès lors que le juge estime que les deux parents sont en capacité d’élever et d’éduquer leur enfant.

C’est pourquoi je vous invite à rejoindre si vous le pouvez la « Marche pour l’égalité parentale » qui aura lieu le 9 juin à Paris. Le départ est fixé à 10h00, place de l'Opéra.


Si vous aussi vous êtes sensible à ces questions je vous propose égalefment de lancer des réunions Femmes au Centre sur le sujet dans vos départements.

Je me tiens à votre disposition si vous souhaitez aborder cette question plus en détails.

Bien à vous,

Sophie Auconie

Présidente de Femmes au Centre

parlementaire de Sophie Auconie, Députée européenne | 64 rue Bernard Palissy, 37000 Tours
Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 18:22
La position définitive du Réseau Colin Bagnard pour la manifestation de dimanche rappelle la position officielle ci-dessous déjà publiée.

Mais je ne saurais oublier de rappeler:

130000 divorces prononcés par an en France,
c'est à dire qu'il faut ajouter toutes les séparations des "unions libres"
et certains cas de familles dont les enfants sont en foyer ou famille d'accueil concernés par l'autorité parentale conjointe pas, peu ou mal respectée. Beaucoup de monde... et leurs familles --- en fait toute la société concernée !

Cet appel à manifester concerne donc:
  • Cet ENFANT qui n'a pas revu son PAPA avant d'être majeur ! Rendez-lui justice!

  • Ce PAPA qui n'a pas vu sa fille depuis 35 ans !  Rendez-lui justice !    

  • Cette MAMAN qui est chassée de l'école où elle veut voir son fils et sa fille !

  • Cette GRAND-MERE qui n'a pas vu ses trois petits-enfants pendant 8 ans !

  • Ce PAPA qui a vu son appartement soudain vide pendant 4 mois avant de savoir que ces enfants n'avaient pas quitté le pays.

  • Ce PAPA qui est souvent venu voir sa fille en faisant 700 km pour rien !

  • Cette MAMAN qui a eu ses enfants abusés mais confiés au parent abuseur !

  • Ce PAPA qui découvre qu'il a un fils lorsqu'il vient le voir après de longues années de recherche !

  • Ce PAPA qui est condamné au pénal par un certificat de complaisance d'un médecin avide pour satisfaire une mère fusionnelle !

  • Cette MAMAN désespérée qui a été  entraînée au conflit par une association qui aurait pu lui proposer une médiation !

  • Ce PAPA qui a souvent traversé la France pour respecter une décision de justice de droit de visite non respectée !

  • Cette MAMAN qui avec le PAPA demande la résidence alternée pour leurs enfants, mais que le tribunal transforme en conflit !

  • Ce PAPA qui se voit refusé la visite de ses enfants alors qu'il est à l'hôpital en risque vital !

  • Ce PAPA qui voit sa demande de droit d'hébergement refusée car les pièces qu'il a fournies à son avocat ne sont pas dans le dossier étudié par le juge !

  • Ce PAPA dont un membre de sa famille est accusé injustement d'attouchement sexuel pour l'écarter de l'éducation de ses enfants !

  • Ce GRAND-PERE qui mort sous la pression n'aura plus revu ses petits enfants !
 
  • Ce PAPA qui parle de se jetter dans le vide puisqu'il n'arrive pas à exister dans la vie de ses enfants !

 

  • Cette MAMAN qui se trouve bloquée dans son divorce car elle refuse de confier son dossier à un avocat qui lui demande de faire des fausses accusations !

  • Ce PAPA qui dépose 51 plaintes pour Non Représentation d'Enfants  enterrées ou classées sans suite  !

  • Cette MAMAN qui se voit spolliée de ses biens pour sa dénonciation de pratiques mafieuses locales !

  • Ce PAPA poursuivi par les services de police à cause d'un signalement abusif d'un agent social d'un espace rencontre irrégulier !

  • Ces DEUX  ENFANTS retrouvés égorgés suite à l'aggravation du conflit familiale !
  • Ces PAPAS, nombreux, qui sont passés à l'acte suicidaire !
  • Cette MAMAN qui est privée de ses trois filles en représaille d'avoir dénoncé des trafics délictueux !

  • Ces ENFANTS trop souvent sollicités qui se sentent oppressés quand on leur pose des questions sur leur famille !
 
  • Ces ENFANTS qui se mettent à s'énerver et à pleurer quand il faut rentrer chez l'autre parent !

RENDEZ-LEURS JUSTICE !

Nicolas Sègerie, porte parole du Réseau Colin Bagnard.
*************************************************************
(retour d'email d'Alexis)
Nos sommes déjà unis, le collectif "lagruejaune" rassemble il y a du travail pour tous ceux qui souhaite s'investir dans notre cause.
APPEL  A  MANIFESTER 
         LE  9  JUIN, 10H00,  PLACE  DE L'OPERA  A  PARIS
        EN FAVEUR DE L'EGALITE PARENTALE

L'enfant n'est pas simplement un héritier ou un mineur, pas même une personne.
 
C'est un enfant.
 
Être en construction, il doit grandir harmonieusement, protégé et aimé par ses deux parents, lesquels doivent être soutenus par les institutions.
 
Trop souvent, la Justice brise le lien qui, jusqu'à l'âge adulte, doit unir cet enfant à ses deux parents. Les préjugés, les stéréotypes perdurent dans ses décisions. Des accusations mensongères sont facilement retenues, la plupart du temps à l'encontre du parent paternel, parfois aussi contre la mère.
 
Contre ces abus de pouvoir, l'EGALITE PARENTALE est le seul remède; face à cette inertie, elle est le seul avenir.
 
La résidence alternée doit être décidée si les deux parents revendiquent la garde de l'enfant.
 
La loi doit être appliquée par une autorité indépendante et formée, autre que celle existante, laquelle a donné dans de trop nombreux cas la preuve de son incompétence à trancher les litiges familiaux dans l'intérêt supérieur de l'enfant.
 
Animé de cette foi en l'avenir, c'est-à-dire en l'enfant, le Collectif de la grue jaune appelle aujourd'hui à manifester tous les parents responsables et ceux qui se sentent concernés par un problème dont la résolution constitue une exigence cruciale pour la poursuite d'une vie sociale paisible et harmonieuse.
 
STOP  A L'INJUSTICE
 
L'ENFANT A DROIT A SES DEUX PARENTS
 
EGALITE PARENTALE!
 
Le Collectif  la grue jaune est un réseau d'associations. Des dons peuvent être adressés aux associations locales en consultant leurs coordonnées bancaires sur leur site Internet.

Sous forme d'affiche ou tract:
Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 15:07
VADE MECUM PRATIQUE

MANIFESTATION DU 9 JUIN 2013

Il est demandé à tous les manifestants de s'habiller en blanc ou avec des couleurs vives et de porter un doudou en sautoir.
instrument-a-percussion.jpg

1. AVANT LA MANIF

Nous nous retrouvons à 10H place de l'Opéra:
- prise en main par les organisateurs
– chaque président d'association disposera ensuite de 5', à tour de rôle, pour faire une déclaration

Un spectacle sera offert aux passants alentour.

Une buvette sera à la disposition des militants.

2. ORDRE DES BANDEROLES

en tête : banderole du collectif de la grue jaune
derrière : autres associations, par ordre alphabétique

3. SONO

Alternance batucada-chants-slogans

Nous disposerons, en nombre limité, d'instruments de percussion qui seront distribués aux participants. Chacun peut veuir avec l'instrument de son choix (percussion)

encore en cours d'élaboration, chants et slogans seront communiqués sur place.

IL Y AURA UN SEUL MEGAPHONE.

4. PARCOURS

Le cortège s'ébranle à 12h30. Il descend jusqu'au Louvre puis remonte vers la place Vendôme (env. 2,5 km)

Le parcours sera jonché de fleurs afin de marquer notre attachement à nos enfants et de délivrer un message de paix.

13h30 : Les propositions du Collectif sont déposées au Ministère de la Justice par François, Gérard et Philippe

13h45 : ordre de dispersion

Il est demandé à tous et à toutes d'avoir une attitude et un comportement exemplaires durant cette Marche qui manifestera notre dignité autant que notre résolution.

 

Vraissemblablement une réunion suivra la manifestation pour la suite...

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 23:29

en commentaire de: https://www.facebook.com/events/651313178217883/

 

Au sujet de la candidature de Olivier BESIDA à la présidence de SOSPAPA

 

Je ne suis pas membre de SOSPAPA;

mais comme porte parole du Réseau Colin Bagnard,

il me semble que si votre association fait son AG le 8 juin à Paris en même temps que s'organise la "MARCHE pour l'Egalité Parentale", il me semble que ce serait souhaitable que vous mettiez à l'ordre du jour la question de savoir si l'Association SOS PAPA Soutien ou Non cette marche du 9 juin en extrême limite puisque ce n'est pas le cas à ma connaissance et à cette heure !

 

L'engagement d'un bus pour amener les manifestants à Paris (puisque des appels à remplir ce bus ont été envoyés notamment à des non membres) avec comme conditions l'adhésion à SOS PAPA serait curieux (si c'est vrai) alors que la position officielle du président actuel de l'association SOSPAPA est de ne pas appeler à cette manifestation et au dépôt des propositions du collectif de la Grue Jaune!

 

Donc si un nouveau président, démocrate comme il se doit, se présente à SOS PAPA, il ne manquerait pas à aller dans le sens de la plupart des membres. Lesquels membres ou anciens membres qui selon toute vraisemblance à partir de l'échantillon avec lequel j'ai eu l'occasion d'échanger, sont unanimement favorables à lever cette ambiguïté!

 

N'étant pas membre de SOSPAPA, je n'ai pas à faire le choix qui incombe aux membres. Toutefois, je pense que la rationalité d'un physicien serait utile bien au delà de votre association pour l'ensemble de la cause de l'égalité parentale.

 

Si j'étais membre de SOSPAPA, je demanderais au candidat s'il favoriserait la prévention et la médiation à la culture de l'appui aux dossiers juridiques en appuyant les membres cotisants contre le parent de la partie adverse. Si ce n'était pas le cas, je comprendrais alors pourquoi l'association n'a pas appelé à la "marche pour l'égalité parentale".

 

Mais c'est à vos membres de choisir les positions et d'influer sur le destin de votre association.

 

Bonne AG!

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 23:05

Communiqué de DIDIER MONCHATRE:

 

AFP : AGENCE FRANCE PRESSE

De Monsieur Didier MONCHATRE                                                                              
1 rue Henri IV
28000 CHARTRES
09 81 20 87 91
06 59 63 57 55
papa.monchatre28@gmail.com

 

Chartres, le 02 juin 2013,

 

Objet : Marche familiale pour l'Egalité Parentale -

Madame, Monsieur

Je tiens à vous informer que je vais faire une marche pacifique de Chartres à Paris, du 06 au 09 juin.2013, dans le cadre du Collectif de la Grue Jaune pour l'Egalité Parentale. Ce n'est pas une manifestation.


Ce Collectif, qui est un réveil de "conscience collective" pour l'Egalité  Parentale, s'est constitué à la suite de l'action de Monsieur Serge CHARNAY, à Nantes le 18 Février 2013 pour la coparentalité et défendre les droits de l'enfant en cas de séparation/divorce

( cf. site Internet www.pourlegaliteparentale.org)


Cette Marche de Chartres à Paris se déroulera du 06 au 09 juin 2013 inclus :

 

Départ le 06 juin 2013 de la Cathédrale de Chartres
Rassemblement et médias entre 8h et 10h, départ à 10h

 

Arrivée le 09 juin 2013 pour 10h, place de l'Opéra, Paris,
pour rejoindre la Manifestation Nationale pour l'Egalité  Parentale
et son cortège qui se dirigera vers la place Vendôme

 

Suivant le parcours de Chartres vers Paris de la Véloscénie

 

En empruntant les voies vertes et en passant par les villes:

Lèves, Saint Prest, Jouy, Saint-Piat, Maintenon, Villiers-le-Morhier, Saint-Martin-de-Nigelles, Ponceaux, Ouencé, Hanches, Epernon, Saint-Hilarion, Gazeran, Rambouillet, Saint Arnoult-en-Yvelines, Rochefort en-Yvelines, Les Petits Chaillots, Bourgneuf, Bonnelles, Villevert, Pecqueuse, Limours, Gometz-la-Ville, Les Ulis, Bures-sur-Yvette, Orsay, Palaiseau, Massy, Verrières-le-Buisson, Antony, Sceaux, Fontenay-aux-Roses, Châtillon, Malakoff.


Je me tiens à votre disposition pour tout renseignement complémentaire que vous jugerez utile.

Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'assurance de ma considération distinguée.

 

Monsieur Didier MONCHATRE

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 22:36

Faits divers ( un peu en retard, mais toujours d'actualité - - - )

(source: http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/actualite/faits_divers/faits_divers/2013/04/22/article_un_papa_desespere_se_retranche.shtml#.UaWm_25nWkc.facebook)
DÉTRESSE : Un papa désespéré se retranche

mercredi 17.04.2013, 08:00

 

Le GIPN était présent pour négocier avec le papa retranché. Les policiers ont fini par intervenir pour l'extraire de son appartement, sans violence.

Mardi (16 avril ), vers midi, un homme s'est retranché chez lui, au 4e étage d'une immeuble de la rue Jules-Ferry, non loin de la rue de la Paix à Boulogne.

 

Seul, armé et désespéré, le Boulonnais de 30 ans a menacé de mettre fin à ses jours pour revoir ses deux enfants. Il a finalement été interpellé en fin d'après-midi par les hommes du GIPN, venus de Lille en renfort.


EUR Jonathan Touverey avait témoigné dans nos colonnes en mars  2012, alors que nous présentions l'association SVP Papa, dont il faisait alors partie. Il nous avait confié sa détresse, celle de ne pouvoir retrouver plus souvent ses deux enfants. Séparé de la mère de ses deux bambins, un petit garçon de 10 ans et une petite fille de 6 ans, il nous avait expliqué qu'il lui était très difficile de les voir, malgré les décisions de justice rendues en sa faveur.

« Papa vous aime »
Sa confidence révélait déjà une grande souffrance. Cette fois, le Boulonnais a exprimé son ras-le-bol autrement, plus violemment. Avec une carabine et un bidon d'essence, menaçant de mettre fin à ses jours et le feu à son logement, le père de famille s'est retranché à son domicile mardi, vers midi.
Sur la porte de son logement, il a laissé un mot : « Papa vous aime », ne laissant aucun doute sur le motif de son geste. Arrivées rapidement sur place, les forces de l'ordre ont tenté de convaincre le Boulonnais de sortir de chez lui. En vain.

« La mère ne veut rien entendre »
« Il est à bout, explique sa soeur, Jennifer Touverey, également présente sur les lieux. Son ex femme réside à Reims et elle refuse tout simplement de lui présenter ses deux enfants. Cela fait des semaines qu'il ne les a pas vus. Pourtant, il y a des ordonnances qui ont été rendues, mais la mère des petits ne veut rien entendre. Il est désespéré et ne sait plus vers qui se tourner... » Pour assurer la sécurité du voisinage, environ 35 personnes ont été évacuées et un périmètre de sûreté a été mis en place autour de l'immeuble du père de famille.
Face à la détermination et à la difficulté d'établir un dialogue, la police de Boulogne a décidé de faire appel au GIPN de Lille. « Nous avons essayé de le faire sortir calmement, précise Jean Ollier, adjoint à la direction départementale des services de police. L'intervention du GIPN nous semble la meilleure solution pour éviter tout drame, autant pour lui que pour les autres. » A son tour, le négociateur du groupement a tenté, par le biais du téléphone, de convaincre le trentenaire de ne pas commettre l'irrémédiable. Sans davantage de succès.
Le procureur de la république de Boulogne, Jean-Philippe Joubert, et le préfet du Pas-de-Calais, Denis Robin, ont été avisés de la situation.


Finalement, vers 17 heures, avec un bélier, les hommes du GIPN ont fait irruption dans le logement du Boulonnais et sont parvenus à l'interpeller, sans violence. « Je suis un papa, j'ai des droits », a scandé Jonathan Touverey, traversant le parking de son immeuble, encagoulé, en direction du fourgon de police, encadrés par les policiers. Il devait être placé en garde à vue afin d'être entendu.

SVP Papa : « on se reconnaît dans ce cas »
Ce geste désespéré fait inévitablement écho à ceux de deux pères de famille, également privés de leurs enfants, qui étaient montés sur des grues au mois de février dernier. Yann Vasseur, président de l'association boulonnaise SVP Papa se trouvait lui aussi sur les lieux. « Jonathan Touverey a fait partie de notre association l'an dernier, explique le président de l'association. Sa situation n'est pas nouvelle, nous avons une pensée pour cet homme, ça aurait pu être l'un de nos adhérents. Ce que ressentent les pères, on n'en parle moins souvent que la détresse des mères. Pourtant, elle est tout aussi forte ».

Louise HAZELART, Sylvia FLAHAUT et Florence PECRIAUX

La Semaine dans le Boulonnais

Partager cet article
Repost0
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 16:55

POSITION du Réseau Colin Bagnard SUR UNE ACTION A LONG TERME "ALLIANCE pour l'EGALITE PARENTALE":

 

 

Bonjour à tous,

 

 

Lorsque nous avions à Paris voté pour un collectif, cela sous-tendait que le statut qui en sortirait serait compatible avec un bureau un conseil d'administration et une trésorerie. Mais cette décision n'a donné lieux qu'à des résultats infructueux dont celui de n'être pas doté d'un compte contrôlé par l'ensemble de nous-mêmes démocratiquement.

 

Il était entendu que si chaque association engageait des frais, elle les assumaient logiquement et que privé d'organisation générale, la gestion conpartimentée de chaque organites compenserait cette difficulté ainsi mutualisée.

 

Là chaque association ou chaque membre est libre de décider de produire n'importe quel support associatif démocratiquement à cette échelle. Mais pour le mouvement collectif, une production en son nom, telles ces productions visible sur facebook doivent respecter les codes du mouvements.

 

 

REPRENONS AU DEPART:

 

La bonne question est : quelle est cette structure "Collectif de la Grue jaune" dont on parle?

Que fait-on des autres mouvements ou associations:

 

COPCO, dont les positions ne sont pas claires par rapports aux propositions "officielles"  du "collectif de la Grue jaune";

 

ou SOS PAPA qui n'appellent pas à manifester mais collectes les adhésions à chaque opération (pardon Fabrice),  diligente un bus "à remplir" (où ces mêmes questions vont se poser),

 

et d'autres qui y ont participé aux décisions mais ce sont distancés sur tel ou tel point...

 

L'evidence est que tous nous avons intérêt à ce que ce mourvement progresse pour nos finalités initiales, il y a tant à faire...

 

Comme porte parole de l'association "Réseau Colin Bagnard" (qui n'est pas une association régionale mais de portée générale), tout ce qui est fait ici est totalement dans les statuts déposés, comme dans d'autres associations qui agissent déjà depuis longtemps... avant même que cette dernière association n'existe ou les mouvements plus tardifs. Dans la loi cadre des associations loi 1901, si une association est déjà créé avec tels objectifs, la logique est de rassembler les nouveaux éléments sous la même bagnière. [---]

 

Or nous avons pris une décision démocratiquement: de créer un collectif avec des statuts à écrire à Paris le 30 mars dernier! A ce moment-là il y avait 7 associations sur la liste. J'ai même eu l'honneur d'inscrire le premier! 

 

Par conséquent, le temps étant compté, prenons l'engagement de recréer des statuts de ce mouvement "collectif de la Grue Jaune"

(à défaut car d'ors et déjà il ne plait pas à certains,

alors disons "l'alliance pour l'égalité parentale"

(qui rassemble de manière concertée les mouvements déjà cités... mais qui rassemble aussi l'Ensemble des associations et personnes qui mis à jour participe de facto au mouvement ou veulent le rejoindre.

Point n'est besoin de le précisier d'ici la manifestation du 9 juin.

 

La tentative maladroite mais de bonne foi du COPCO sera ainsi lavée et reconsidérée dans sa finalité et son utilité.

 

La fédération SOS Papa dont les membres veulent un changement (et je n'ai pas besoin de l'avis de quiconque pour le constater) s'en trouvera rassurée quand à son avenir au sein de cette alliance et évoluera comme nous tous.


Les associations qui aujourd'hui sont dubitatives ( SVP Papa, Groupe d'Etudes sur le Sexisme, Violette Justice, Père Enfant Mère, ...) sur tel aspect pourront différer leur analyses et propositions qui il faut se rendre à l'évidence ne seront pas tranchées d'ici le 9 juin. Ce débat ne saurait s'entériner à notre seule  échelle...

 

Lorsque nous avons créé les uns ou les autres ces associations, nous étions isolés, et le mouvemnt actuel était un rêve. Aujourd'hui que c'est une réalité!

 

Donc donnons une autre perspective à cette action sur le long terme:

 

Une ALLIANCE pour l'Egalité Parentale,

 

avec SES PROPRES STATUTS concertés (et pas imposés par un noyau qui impose sa réflexion d'un moment et dans l'urgence à tous les autres)... comme on l'avait décidé ensemble.

 

Avec une organisation claire, en conservant assez de souplesse... la FINALITE reste l'EGALITE PARENTALE! (pas "le machin", c'est ce qu'on a fait à RCB décidé au début)

 

que chacun sache, que quelque soit ses idées ou ses compétences, il EST ou NON MEMBRE!

 

(c'est un rôle de SECRETAIRE ou un adjoint d'enregistrer les membres, qui ADHERENT à une finalité et des objectifs ce n'est pas la même chose qu'une liste indéfinie ...)

 

et d'enregister les actes (statuts, décisions, courriers, appels, pétitions ---)

 

 

Avec les moyens qui s'imposent:

 

Une TRESORERIE et un trésorier responsable devant les autres membres, avec une comptabilité vérifiable, et UN COMPTE BANCAIRE clairement libellé.

 

Que le message du service de la COMMUNICATION soit celui décidé par l'Assemblée Générale ou à défaut les membres du bureau dans le cadre des statuts.

Avec les VECTEURS définis selon le messages, et pas l'inverse, définir le message selon le vecteur!

Avec des VECTEURS adaptés et géré de manière non "partisane" ou "régionaliste" mais conforme aux décisions prises.

 

Avec un CENTRE DE DOCUMENTATION et de RECHERCHE sur la thématique FAMILIALE et des personnes compétentes en matière de documentation (un document peut-être un article scientifique, un article de presse, un documentaire TV, un sondage ...)

 

avec un RESEAU NATIONAL dont les mouvements locaux pour RELAYER les BESOINS DES BENEFICIAIRES,

comme l'on révéler les nombreuses critiques vis-à-vis des associations lors des OPERATIONS LOCALES.

Là tous les mouvements existants ont totalement leur liberté pour accepter ou diverger sur les modalités d'actions locales. Là aussi, DES RESPONSABLES des OPERATIONS LOCALES/NATIONALES sont identifiable par projet.

 

Mais globalement, l'intérêt est que la retombée de l'action générale avec les compétences de tous puisse être efficace n'importe où pour les pères et mères en détresse sur le territoire avec UN MAILLAGE du territoire.

 

Cordialement à tous.

 

 

Nicolas Sègerie

Porte Parole du Réseau Colin Bagnard
association 1901 déclarée dans le Rhône le 16/10/2006

http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org

reseau-colin-bagnard@orange.fr

04.72.38.77.62. l'après-midi de préférence.

(urgence 06.68.71.31.21)

Partager cet article
Repost0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 09:45
COMMUNIQUE DE RENE FORNEY
qui milite depuis longtemps pour réparer les désastres des familles séparées divorcées:
Bonjour,
1- Placement des enfants, ils résistent : 
 Encore un article - association Violette Justice
2 - Mai 2013 Grève de la faim.
3 - 9 juin 2013 manifestation place de l'Opéra à 10h,
venez tous avec votre panneau "dérive justice"
La justice est un véritable repère de truands affairistes prêts à se vendre aux plus influents !!! 
PARTOUT EN FRANCE LES MEMES
METHODES MAFIEUSES PERDURENT !

La majorité des avocats exploitent manipulations et trucages pour
des spoliations lors des ruptures de couples et lors des successions.
- Vous perdez vos parents et vous découvrez que d'autres 
les ont dépossédés des biens qui devaient vous revenir !

- Vous perdez votre conjoint, et, des avocats affairistes parviennent
à vous faire enlever vos enfants, votre toit, vos revenus !
Les juges aux affaires familiales (féminin principalement) déconnectés des réalités sociales différentes de leur milieu abusent de l'arsenal des experts opportunistes et finissent par détruire ce qui reste des familles en les accablant de tous les défauts hors de la norme.
Des solutions : 
Je reçois (depuis douze ans) des personnes qui sont séparées ou qui souhaitent le faire. Je constate que beaucoup de pères après des démarches compliquées renoncent à voir leurs enfants surtout quand le lien est rompu dès le très jeune âge. Le côté affectif est rompu et l'attachement avec. Cela a pour conséquence de faire des enfants orphelins du père (le plus souvent), mais aussi pour certaines mères que la maternité précoce ou dans les difficultés les ont amenées à laisser l'enfant au père. Dans la plupart de ces cas les enfants ne veulent plus voir le parent inconnu jusqu'à un âge adulte où ils commencent à se poser des questions sur les circonstances de l'abandon et cherchent la vérité auprès de celui qui a renoncé à combattre pour obtenir un contact suivi.

C'est pour toutes ces raisons que je pense que la résidence alternée obligatoire est préférable à l'enfant orphelin d'un parent (donc aussi de la moitié de sa famille) par manque de contact affectif. La résidence de l'enfant et la manipulation des avocats pour du fric autour de ce sujet, fait la ruine des familles. De même, le partage des biens doit être une condition préalable à la séparation pour éviter l’affairisme du milieu judiciaire quand les personnes sont dans la détresse. Le troisième point de relance des tribunaux est la pension alimentaire payée dans un tiers des séparations. La CAF gèrent les défaillances, et elle peut gérer la totalité de ces pensions (selon des barèmes comme la maladie) car elle connait les revenus et a donc les moyens d'agir rapidement en évitant les coûts prohibitifs des avocats et les délais parfois de plusieurs années de la justice.

L'avantage de la résidence alternée obligatoire met l'homme et la femme à égalité devant l'employeur qui ne pourra plus rejeter une femme au motif qu'elle a la charge des enfants.

RCB: Vous pourrez réagir directement auprès de René Forney avec reneforney1@gmail.com>
ou en commentaire ici même ci-dessous.
Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 18:47

Recentrage du mouvement d'ensemble pour l'égalité parentale vers le PAYS REEL de l'exclusion parentale

Mesdames, Messieurs les personnes concernées par les séparations familiales,

je crois que nous ne sommes pas encore mûrs pour avancer nos propositions devant un gouvernement quel qu'il soit, ni devant quiconque! Et cela fait depuis les fin des années 60 que cela dure !
Voilà ce que j'écrivais (en violet ci-dessous) le Lundi 6 mai 2013
(et qui n'est pas complet car pour ne pas déranger les sensibilités de certains, qui coûtent que coûtent verront leur planning décidé ailleurs se mettre en place quelque soit la réalité démocratique affichée de "notre" mouvement, pour ne pas déranger donc et éviter des cris et des claquements de portes, je n'en ai pas parlé...).
Si nous méritons une REELLE avancée dans la condition familiale, encore faut-il que nous soyons capable de nous écouter et surtout de nous respecter et respecter NOS DECISIONS. Ce n'est pas le cas!
Certains agissent depuis des lustres, d'autres découvrent, mais tous les outils seront utiles pour les familles qui viennent; les nôtres je crois que le mal est fait.
CE QUI NOUS MANQUE C'EST l'OPINION des français et des familles déjà bien éprouvés!
Ce qui nous manque, c'est une prise de conscience générale et l'expertise concertée dans le particulier;

là nous édulcorons ce qui fait notre rage et notre demande ressemble de plus en plus à ce qui avait été voté en 2002! Un recueil de principes jusque là inopérants et irrespecté: l'autorité parentale conjointe !

Tout ce qu'on peut trouver comme outils ou procédures ne visent qu'à garantir ce principe, d'ailleurs inscrit dans les conventions internationales, pas plus respectées.
A ce compte-là, je me demande encore ce qu'on va faire à Paris si c'est pour nous disputer comme les chiffonniers pour le bout de gras ou l'insecte moribond qui s'est glissé entre les pétas?
Certains organisent matériellement et médiatiquement la manifestation, mais la question que nous devons poser:
Est-ce pour nous les papas et mamans séparés ou nos gamins et exposer notre misère et indignité tels les vaincus montrés à Rome et ensuite étranglés comme Vercingétorix?
Ou pour que la société française de 2013 se soulève sur ce sujet en constatant les dégâts et les dérives?
Que les familles nous suivent? mais pas moyen d'avancer vers cet appel !
C'est pourquoi il avait été décidé ce "dossier de presse" support un tant soit peu "documentaire".
Est-ce que vraiment toutes les personnes, qu'elles affichent ou non leur réel mouvement d'appartenance, surprenant parfois, relié à leur idéologie ou leurs subsides personnels,  font en sorte que ce soit un mouvement d'ensemble?

D'après ce que je lis depuis le 30 mars 2013, et que j'observe depuis 2004, que d'autres ont observé depuis plusieurs décennies, j'en doute fort...
"Bis repetita, non placent", mais tant pis:

Vers un mouvement d'ensemble pour l'égalité parentale (augmenté en tenant compte des derniers événements)

Prenons du recul sur ce qui nous divise dans la mise en place d'un mouvement d'ensemble pour l'égalité parentale:
 
1 - la méthode "médiatique" par des manifestations publiques avec journalistes et télé et buzz avec figure de prou; ou une activité plus fouillée dans le détail comme la mise en place de ces propositions; méthodes complémentaires qui ne devraient pas nous diviser.
 
2 - la prise en compte affichée comme priorité du Raz le Bol des "pères exclus" de leurs enfants opposée à ce qui est vécu actuellement par certains, mais que d'autres ont vécu fut un temps et comprennent très bien la rage; cela ne devrait pas nous diviser.
 
3 - ceux qui pensent qu'il faut mettre en avant la condition des "pères" dans le mouvement à assimiler à une "marche des pères", mais sont bien d'accord sur "l'égalité parentale", et ceux qui pensent qu'il y a aussi justement celles des mères séparés de leurs enfants, cela ne devrait pas nous diviser. Lors du dépot des propositions, nous pourrons envoyer 4 pères et une mère représentatifs de nos réalités en délégation et pour respecter plus ou moins le prorata.
 
4 - dans le contenu des "propositions" où certains pensent que la médiation et son organisation ont été déjà mises en place (et y ont oeuvré) mais pas encore respectée et suffisament diffusée, qui s'oppose à la nouvelle proposition de "maison de la coparentalité", cela ne devrait pas nous diviser puisque c'est fondamentalement la même chose... Ceux qui ont de l'avance en terme de certification pourront piloter la mise en place à venir étant donné la disponibilité géographique des moyens à composer sur le territoire, il y aura bien besoin de toutes les compétences. Rappelons que si les parents étaient capable de se respecter, ils n'auraient pas besoin de se jetter à corps perdu dans quelconque institutions... Il faut bien des "aidants" qui n'aient intérêt à ce que le confli perdure... C'est quand même préférable avec des parents qui ont été concernés par ce problème que par des "privés" (comme le génotype des vautours, "privés" de toute humanité).
 
5 - dans le contenu des propositions, ceux qui pensent qu'il faut présenter les propositions phares à partir desquelles les "outils" se multiplient pour permettre de trouver à chaque cas sa solution; et ceux qui font le listing des outils à l'ensemble de toutes les institutions concernées par les séparations familiales; fondamentalement, les modalités seront négociées ultérieurement, cela ne devrait pas nous diviser. De même qu'on ne confond pas un garagiste avec un médecin, on ne confond pas une clef à molette avec un bistouri, un médiateur avec un juge, un espace neutre avec le palais de justice.
 
6 - Plus fondamentalement, certains de nos mouvements ont ancré dans leur développement passé la pratique judiciaire en faisant intervenir des avocats; ce qui s'oppose à l'idée de gérer désormais immédiatement les affaires de séparations avec d'autres méthodes dites de médiations ou conciliations (pseudo médiation judiciaire); mais cela n'est pas exclusif et les deux pratiques sont compatibles dans un renouvellement de culture conflictuelle judiciaire de la famille en justice plus consensuelle dans ses finalités (éthiques et sociales).
 
7 - Les mouvements jusqu'à maintenant représentatifs de la "conditions des pères" qui se sont opposés historiquement au féminisme vivace même au seins de nos mouvements, tels mouvements qui évoluent vers "l'égalité parentale stricte" sont évidemment confrontés à leur propre transition culturelle nécessaire; cela ne devrait pas nous diviser pour que tous portent le message de "l'égalité parentale"
 
8 - Finalement, ceux qui n'ont pas signé tel communiqué ou telles propositions (qui évolueront au delà de la "réforme de la famille" programmée) sont ceux qui n'ont pas pu avoir le sentiment (à l'instant t) que l'un des points qui pour eux était non négociable était oublié; alors que globalement tous sont d'accord sur l'essentiel: la fin de l'exclusion d'un des parents lors des séparations familiales et le continuum éducatif dès le plus jeune âge.
 
9 - Que ceux qui sont impliqués dans des mouvements (associations, activité de médiation, de conseils...) qui ne sont pas toujours compris dans leurs modalités et leurs contraintes de responsabilité en tant que personne morale et ceux qui ne représentent qu'eux-même, personne physique, partagent ce qui est de toute façon le cas de tous dans leurs responsabilité parentale; cela ne devrait pas nous diviser puisque nous sommes tous ici des parents responsables.
 
10 - Les modalités de décisions tentées au plan démocratique à chaque réunion (qui ne saurait réunir tout le monde) ne peut pas être généralisées sans moyens spécifiques institutionnalisés (sur le long terme); cela s'oppose à notre réactivité et à l'urgence de signifier à l'opinion publique notre raz le bol des dérives en tout genre. Evidemment, l'arbitraire peut se montrer dans les petites décisions alors que sur l'essentiel nous avons décidé ensemble. Cela ne s'oppose pas aux débats parlementaires visés qui arbitreront par des votes les loies à venir, décisions qui appartiennent à la Nation. Nous devons déjà respecter nos propres décisions collégiales.Et nous devons d'ors et déjà préparer une organisation pérenne. Là il y aura encore de quoi se diviser! Je vous évite de faire la listes des associations, fédérations, "mouvements", coalescences, et autre groupuscules opérationnels... avec la représentativité qui va avec. Et ce n'est pas avec les modalités de la représentations actuelle, dans les colloques et autres réunions au sommet que nous seront respectés! Nous devons être clair en ce que des "fonctions" dans l'organigramme de notre mouvement ne se transforment en "lobbie". Et que d'autres mouvements fasse la danse pour récupérer des membres-victîmes à leurs seul profit en appelant à ne pas soutenir alors concrêtement nous sommes tous sur le même navire. Rappelons-nous du Titanic! L'Océan que nous traversons est immense... les icebergs nombreux; les ponts aussi !
 
Sachant que tous (les français de France ou de l'étranger et mêmes les étrangers résidents) n'ont pas encore pu donner leurs avis et leur soutien avec la multitude des mouvements et des personnes. Ils n'ont pas tous été informés ou disponibles, que toute l'information est complexe et que tous n'y ont pas un accès facilité (SDF, RSA, précarités ...), ni même un accès tout court (le pays réel, différent de la bulle réputée "sociale" des "réseaux" de la fracture informatique ou électronique, qui nous addictent), ce sont des détails par rapports à l'essentiel:
 
NOUS DEVONS RESTER ENSEMBLE POUR LA FIN DE L'EXCLUSION D'UN PARENT ET l'EGALITE PARENTALE RECONNUE.
 
NOUS DEVONS TROUVER LE CHEMIN DE LA MEDIATION ENTRE-NOUS... nous seront plus efficaces et crédibles pour porter ce message LE 9 JUIN à Paris.
 
très Cordialement.
(des réaction aussi sur la page facebook
https://www.facebook.com/reseaucolin.bagnard?ref=tn_tnmn )link
Partager cet article
Repost0
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 06:51

(cliquer pour lire)

appel-a-manifestation-le-9-juin-a-Paris.jpg

Partager cet article
Repost0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 07:59

    Le collectif de la Grue Jaune

    appelle à manifester :


    à Paris, le 9 juin 2013

    STOP AU SEXISME
    EGALITÉ PARENTALE POUR NOS ENFANTS

    (http://www.pourlegaliteparentale.org)


    Le collectif de LA GRUE JAUNE s'est créé spontanément à Nantes lors de la manifestation pour l'égalité parentale.
    Il rassemble des associations et des militants individuels qui travaillent sur le principe solidaire d'un chantier participatif.

    Ses objectifs sont les suivants :

    - Dénoncer les décisions sexistes des juges aux affaires familiales.

    - Sensibiliser l’opinion publique à la nécessité, pour les enfants de parents séparés, d’être élevés équitablement par ses deux parents.

    - Proposer au gouvernement et aux institutions françaises des solutions légales adaptées aux familles modernes dont les pères veulent prendre une part réelle dans l’éducation des enfants.
    - Organiser le 9 juin une manifestation pour l'égalité parentale.



    Programme de la manifestation :


    Vendredi 7 juin : Départ de la marche des pères pour l'égalité parentale : Les parents randonnent jusqu'à Paris !

    Samedi 8 juin : Conférence-débat sur la résidence alternée (Intervenant : Jean-Marc Ghitti)

    Dimanche 9 juin : Manifestation pour l'égalité parentale

    Départ à 10h, place de l'opéra. Arrivée place Vendôme

    On rappelle les thèmes :

    STOP AU SEXISME
    (mères et pères sont bienvenus. La guerre des sexes, c'est pas nous !)

    Égalité parentale POUR NOS ENFANTS
    (le coeur de notre combat, c'est eux !)

    Des questions, des idées, des volontés ? Joignez-nous ici :
    http://www.pourlegaliteparentale.org/



    Réagissez : mobilisons-nous !

      Partager cet article
      Repost0
      22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 00:47
      LES FAITS:

      La préméditation a été écartée a priori dans le drame familial qui s'est joué samedi à St-Priest (Rhône). Il a été mis en examen pour "homicides volontaires". Un père de famille britannique a égorgé ses deux enfants alors qu'il avait leur garde pour la première fois depuis un divorce conflictuel.

      • Par Philippe Bette
      • Publié le 21/05/2013 | 08:42, mis à jour le 21/05/2013 | 11:48
      source: http://rhone-alpes.france3.fr/2013/05/21/la-premeditation-priori-ecartee-pour-le-pere-meurtrier-de-st-priest-254745.html
      © France3 Rhône Alpes
      carte-St-Priest-infanticide.jpg

      Le Britannique ayant tué ses deux enfants samedi près de Lyon, après un divorce difficile, a été mis en examen lundi pour "homicides volontaires", le parquet n'ayant pas retenu la préméditation. "Il est mis en examen pour homicides volontaires sur mineurs de 15 ans et placé en détention provisoire", a déclaré à l'AFP le parquet de Lyon. La presse britannique fait par ailleurs ses gros titres à propos du drame de Julian Stevenson.

      "Il va y avoir des investigations de personnalité pour établir quel était le contexte de la séparation" ainsi qu'une expertise psychiatrique de cet homme de 48 ans, a précisé le parquet. "En l'état, la préméditation n'est pas retenue, mais on a toujours la possibilité de changer en regardant les procès verbaux d'auditions, la qualification d'homicides volontaires sur mineurs est provisoire", avait précisé un peu plus tôt le parquet.

      Interpellé samedi soir dans une rue de Lyon, ce père divorcé a avoué, dimanche en garde à vue, avoir tué ses deux enfants, après un divorce conflictuel concernant leur garde.

       

      homicide-de-St-Priest.jpg
      "Une séparation douloureuse "

      Au fil des auditions, il s'est ensuite "expliqué" sur les raisons de son geste, a indiqué le parquet, se refusant à plus de détails. Le drame "est manifestement lié à une séparation douloureuse" d'avec sa compagne française épousée en 2005, et "des modalités d'exercice du droit de visite aux enfants qu'il considérait comme insuffisant". Il bénéficiait en effet au départ d'un droit de visite normal de ses enfants à son domicile. Mais "un épisode de violence sur son épouse  en octobre 2010 avait entraîné une restriction" de ce droit et "c'était la première fois" ce week-end qu'il pouvait recevoir ses enfants, chez lui, sans la présence d'un tiers", selon cette source.
       
      C'est en venant rechercher ses enfants, samedi en fin d'après-midi, dans l'ancien appartement familial où le père vivait désormais seul, à Saint-Priest, dans la banlieue sud-est de Lyon, que la mère, aide-comptable, aurait croisé son ex-mari sortant de chez lui, les vêtements tachés de sang. Selon plusieurs témoignages de voisins, l'homme a alors pris la fuite à rollers, laissant son véhicule dans le garage de l'immeuble.

      Trouvant porte close, la mère avait aussitôt donné l'alerte, déclenchant immédiatement les recherches, tandis que la police perquisitionnait l'appartement. Alors qu'elle était confiée à des voisins, les policiers découvraient alors les corps de la fillette de 5 ans et de son frère de 10 ans, égorgés. Un couteau, "qui pourrait être l'arme" utilisée pour les meurtres, a été trouvé sur place, selon une source judiciaire. Il devrait être expertisé. En état de choc, la mère des enfants n'a pu être entendue immédiatement par les enquêteurs. Elle l'a finalement été dimanche après-midi. Nombre de voisins ont également été entendus dimanche à l'hôtel de police par les hommes de la sûreté départementale chargés du dossier.

      Plusieurs d'entre eux ont dit à l'AFP que le père, au chômage, était "un peu porté sur l'alcool" et qu'il avait divorcé depuis "deux ou trois ans" parce qu'il avait "porté la main sur son épouse". "Nous sommes en contact avec les autorités françaises et nous attendons l'issue de leur enquête", a déclaré de son côté à l'AFP un porte-parole du Foreign Office à Londres.

       

      Deuxième source: Créé 21-05-2013 14:38
      http://www.metrofrance.com/lyon/infanticides-de-saint-priest-une-cellule-psychologique-a-l-ecole/mmeu!fH8Row8AOla2/
      Saint-Priest : une cellule psychologique à l'école

      FAIT DIVERS – Une cellule psychologique a été mise en place dans l'école iséroise où était scolarisés les enfants tués par leur père samedi. C'est ce qu'à annoncé le rectorat aujourd'hui.

      L’affaire traverse les départements. Trois jours après le double meurtre de Saint-Priest (Rhône), une cellule psychologique a été mise en place ce mardi en Isère, dans l'école où étaient scolarisés les deux enfants égorgés par leur père.

      La mère, aide-comptable, avait en effet rejoint sa terre d’origine après avoir divorcé. "Une cellule a été mise en place dès ce matin dans l'école pour accueillir les élèves et les enseignants. Elle est composée de médecins et de psychologues", a annoncé une porte-parole du rectorat.

      "Le temps qu'il faut"

      "Cette cellule restera le temps qu'il faut, selon les besoins des enfants et des enseignants", a ajouté le rectorat, sans préciser où se trouve exactement l’établissement en question.

       

      Pour rappel, samedi, Mathew (dix ans) et Carla (cinq ans) ont été tués par leur père, Julian Stevenson, un Britannique de 48 ans ayant très mal vécu la séparation avec son ex-épouse.Celui-ci a avoué les faits et a été mis en examen pour homicides volontaires sur mineurs de quinze ans et placé en détention provisoire à Lyon.

       

      ***************************************************************************

      COMMENTAIRE RCB:

       

      Comment un parent (ici un père) peut-il faire une chose pareille alors que ses enfants étaient la prunelle de ses yeux ?

       

      Ceux qui ont vécu la séparation d'avec leurs enfants savent que l'exercice du droit de visite restreint après une période de séparation plus grave est difficile. Comment ramener à contre coeur "volontairement" SON enfant à la situation insoutenable de séparation ?

      Sentiment de bagnard !

       

      Là ce père a "pété les plombs" subitement puisque l'heure d'avant il était dans un restaurant local MacDo pour leur acheter des bonbons, tous souriants.(sources anglaises plus locaces: http://www.dailymail.co.uk/news/article-2326937/Julian-Stevenson-Briton-cut-son-daughters-throats-French-apartment-took-McDonalds-buy-sweets-hours-killing.html)

       

      Alors pourquoi ces actes irréparables?

      Est-ce le sentiment de nouvelle rupture en fin d'exercice du droit de visite qui a déclenché cette accès de fureur?

      Y-a-t-il eut un autre événement non relaté par les protagonistes restant vivants?

       

      Comme le suicide, l'acte le plus souvent exécuté, dernier message à tous;  n'est qu'une forme de "validation" ultime de la situation d'exclusion du parent concerné qui se ressent encore plus douloureusement lorsqu'il faut ramener les enfants! L'exécution est le stade suivant où l'observation que les enfants sont irrémédiablement marqués, sans prise en compte de la connaissance de la résilience propre à ces enfants et au temps qui coulera.


      Il y a bien d'autres cas de drames où on peut imaginer ce scénario comme réel dans l'actualité passée. Mais jamais il n'est tiré ce genre de bilan ou d'analyse... les disparus disparraissent les uns après les autres sans qu'on en tire jamais les conséquences! Les enquêtes ne sont jamais diffusées, sont-elels vraiment intérrogatives de ces processus de séparations? J'en doute beaucoup ! Le parent en grande souffrance devient le "forcené" ou "le meurtrier" alors que quelques minutes avant, personne n'en avait l'idée. Sans doute une telle intérrogation désignerait des "responsables" ou des "incompétents" ou un "système" de rémunération ou de "développement ou de réseaux occultes".

       

      Parfois, sous l'atteinte de l'aliénation parentale, l'enfant au moment de partir dit quelque chose d'insoutenable pour le parent. Moment cruel où l'enfant retournant avec son geolier ce ralie à son discours. La dernière goutte qui fait déborder le vase de l'insoutenable.


      Or on sait que dans ces situations de "restitution des enfants", le parent qui attend les enfants peut-être particulièrement pénible à harceler le parent qui exerce ainsi le droit de visite au prétexte de phobies et provocations, insultant souvent alors que l'échange devrait se passer calmement ne serait-ce que pour les enfants. Dans cet état de stress, que ceux qui ne l'ont pas connu ne peuvent comprendre, agravé parfois par des facteurs comme la prise d'anxiolitiques (le rôle potentiel de l'alcool par exemple dont l'effet est à double tranchant à la fois anxiolitique mais altérant la conscience et le comportement) peut se révéler particulièrement dangereux. Est-on dans un tel cas dans l'affaire du double infanticide? Le meurtrier pourra-t-il réellement expliqué ce qui s'est passé dans sa tête?

       

      En quoi les condamnations éventuelles pour "violences conjugales" ( largement habituellement surestimées par des processus conflictuels du divorce) justifient des décisions contre le maintien du lien avec les enfants de son éventuel auteur ?


      N'était-ce pas produire les conditions qui aggrave le problème plutôt que chercher à le résoudre?

       

      Dans le cas de St Priest, l'antécédant affiché de "violence" ne devait-il pas produire un principe de précaution alors que cet argument est utilisé abusivement à souhait en toute impunité par combien de candidats au divorce sous la pression et le conseil de praticiens de la juridiction familiale?

       

      En quoi la rumeur d'alcoolisme ou son aggravation (alcoolisme rapidement validé ici par les journalistes en se basant sur 1 déclarant sans prise de réserve)  serait conçue comme cause des évènements et non comme conséquence de la séparation? Tout au moins comme un système psychologique complexe que le seul ostracisme d'un parent ne soigne pas.

       

      Cette tragédie pose la question des moyens à donner à la médiation et aux espaces rencontre pour prévenir de tels drames lors des séparations.


      Elle pose la question dans les séparations et les décisions qui en découlent trop souvent en sacrifiant un des parents de l'évaluation des risques psychologiques, physiques ou mortels pour les enfants, ces parents ou les tiers.


      Ce drame pose la question de l'injustice causée trop souvent dans le cadre de la séparation par décision judiciaire qui ne respecte pas l'égalité parentale dans l'esprit de la loi qui existe déjà pourtant.

       

      Autant de questions qui abondent dans l'obligation de réformer le mariage et le divorce, la médiation et la justice familiale; la famille en général.

       

      Sinon, comment peut-on expliquer que cet homme ait pu arriver à commettre cet acte incompréhensible? L'infanticide de Mathiew et Carla !

      Partager cet article
      Repost0
      15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 07:16

      Communiqué de SOS Papa
      Délégation Loiret

      Orléans, le 13 mai 2013


      Mère / père : Égalité des droits !

      La colère et le désespoir sur la situation des pères viennent à nouveau de se manifester de façon à la fois éclatante et inquiétante. Des pères et mères sont montés sur la cathédrale d'Orléans pour faire entendre cette colère et ce désespoir. S'ils n'ont pas fait cette ascension à l'instigation de SOS Papa Loiret, qu'ils sachent que nous comprenons leur douleur et que nous comprenons leur cri de désespoir. Faudra-t-il en arriver à un accident pour que la voix de la raison puisse être entendue ?

      Nous même, nous alertons depuis des semaines le ministère de la justice et le gouvernement à propos d'une situation qui n'a que trop durée. Dans nos permanences où nous travaillons à la solution des conflits, nous constatons cette colère et ce désespoir de plus en plus incontrôlables.
      De plus en plus de pères veulent participer à l'éducation des enfants et ne plus cantonner les mères à n'être que mères. Ces pères sont à bout, ils n'ont jamais réclamé de faveur, ils ne réclament que la justice qui n’est que le respect de l'égalité entre les parents. Nous ne cesserons pas de le répéter : les enfants ont droit à leurs deux parents. Les pères ne veulent pas n'être que des "payeurs" de pensions alimentaires, ils veulent pouvoir éduquer et aimer leurs enfants comme l'autre parent.

      Face à ce désir d'égalité parentale, d'égalité entre les sexes, on nous taxe de misogyne et on évacue le débat en vouant que rien ne bouge et en se plaignant que les pères ne participent pas aux tâches ménagères. Que veut-on alors ?
      Est-ce promouvoir l'égalité des sexes que de se satisfaire qu'un enfant voit son père que quatre jours par mois ?
      Est-ce promouvoir l'égalité des sexes que de proposer une médiation certes nécessaire mais à un père qui ne voit plus son enfant que quatre jours par mois ?

      Nous invitons toutes les femmes et tous les hommes de France, conscients de ce problème, à manifester leur solidarité vis à vis des pères privés de leurs enfants et des enfants privés de leur père, en signant et en envoyant notre lettre aux ministres de la Justice, de la Famille et des Droits des Femmes (disponible sur le site de SOS Papa Loiret : sos-papa-loiret.over-blog.com).

      Nous appelons à nouveau madame Taubira, ministre de la Justice, mais aussi le gouvernement et l'ensemble des élus, quelque soit leur sensibilité politique, à se saisir de ce problème. L'heure n'est plus aux réponses toutes faites sur une nécessaire médiation ou sur le fait que les pères ne réclament pas la résidence alternée, quasiment impossible à obtenir quand la mère n'est pas d'accord.

      Les pratiques changent, les mentalités changent, nous allons vers plus d'égalité, tant mieux mais il faut que le droit de la famille évolue, il ne correspond plus à ce que les Français attendent de leur justice. Il faut un nouveau droit de la famille enfin respectueux de l'égalité parentale et des pratiques judiciaires attentives à l'intérêt des enfants, c’est-à-dire au fait que l'enfant a droit également à ses deux parents.

      Christophe Cros 06 12 10 03 59
      Jean-Michel Delacour 06 19 82 62 61
      Richard Walter 06 32 15 86 18

       -- SOS Papa Loiret Maison des Associations 46 ter rue Sainte Catherine 45000 ORLEANS sospapa loiret a des permanences les 1er et 3e lundis du mois de 19h à 21h mail : sospapa.loiret@gmail.com blog : sos-papa-loiret.over-blog.com Siège national : 84 bd Garibaldi 75015 Paris 
      Partager cet article
      Repost0
      10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 15:15
      MISE à JOUR et DEMENTI :
      Les parents sont descendus de la cathédrale:

      (à partir d'un article des échos républicains: http://www.lechorepublicain.fr/eure-et-loir/2013/05/10/des-peres-en-colere-occupent-la-cathedrale-le-point-sur-la-situation-direct-1545626.html)
      Neuf parents ont grimpé,  [ le 9 mai ], sur la cathédrale d’Orléans pour réclamer la garde de leur enfant. Quatre ont passé leur première nuit en haut de la cathédrale.
      -
      le-groupe-d-Orleans-copie-1.jpeg
      (photo La Montagne - Centre France: remarquons que le groupe est représentatif 4 hommes pour une femmes dans la victimisation des décisions de gardes ostrociques)
      -

       

       

       

      15h45 : La conférence de presse a eu lieu. Les collectifs la "Grue Jaune" et "SOS Papa" soutiennent l'action des pères occupant la cathédrale. Ils réclament ainsi l'égalité des droits entre pères et mères pour la garde de l'enfant en cas de séparation et la résidence alternée obligatoire.


      DEMENTI sur : la phrases "Les pères retranchés, quant à eux, se désolidarisent des deux collectifs."  C'est complètement faux ! La compagne de Stéphane Joly, Dominique Rousseau, a lancé l'appel pour le regroupement de toute les associations pour l'Egalité Parentale et la coparentalité à rejoindre le mouvement de soutien sur le parvis de la cathédrale d'Orléans, ceci à la demande de Stéphane Joly.

       


       

      14h30 : La situation n'a pas évolué. Une conférence de presse est prévue vers 15h00. Elle est organisée par le collectif de la "Grue jaune". Des médias nationaux parisiens sont espérés dans l'après-midi. Le parvis de la cathédrale est toujours aussi peu fréquenté.

       

      Autour de 13 heures: Cédric Constant qui venait d'arriver a été interviewé par France3 Centre. Il s'était déclaré comme étant l'organisateur de ce qui se passe, mais ne représentait que lui-même (quelque soit la difficulté de chaque dossier). Les journalistes n'ont pas fait les recoupements nécessaires pour vérifier ses informations alors qu'il était facile de se mettre en contact avec ceux qui étaient sur la cathédrale ou ceux qui étaient sur le parvis pour les appuyer.

       

      (lire aussi: http://www.lechorepublicain.fr/france-monde/actualites/a-la-une/national/2013/05/11/orleans-le-dernier-pere-retranche-dans-la-cathedrale-est-descendu-1546781.html)

       

      [Commentaire Réseau Colin Bagnard: Peut-être trouverait-on quelques explications sur ce qui s'est passé dans les points :  Vers un mouvement d'ensemble pour l'égalité parentale ]

       

      12h20 : Les pères "en colère" ont demandé couvertures et téléphones mais n'ont rien obtenu pour le moment.

       

      Le porte-parole du collectif de la "Grue jaune", Philippe Veysset, est venu soutenir les papas, bien que ceux-ci ne se revendiquent pas du mouvement ni de celui de "SOS Papa". Il a rappelé qu'une manifestation nationale pour l'Egalité Parentale est programmée le 9 juin prochain. 

       

      11h15 : Yann Drouet, directeur de cabinet du préfet de la région Centre, confirme la présente de policiers dans la cathédrale et en haut de l'édifice pour s'assurer que tout va bien. Les contacts avec les pères sont réguliers.

      Bien que ceux-ci soient en détresse psychologique, ils ne constituent pas de menace pour eux-mêmes, ni pour autrui. Il n'y aura donc pas d'intervention policière pour les déloger dans l'immédiat. 

      La cathédrale est totalement  fermée et ne sera pas rouverte tant que les pères retranchés l'occupent.

       

      10h50 : La situation reste actuellement bloquée et n'évolue pas. 

      Ayant eu connaissance de cette action par les médias, un homme originaire de Nantes dont le frère est en grève de la faim à Stockholm pour des problèmes de garde d'enfants, est venu soutenir les pères retranchés.

       

      La place de la cathédrale est pour le moment peu fréquentée. L'accès à la cathédrale est fermé pour raisons de sécurité. Les touristes présents ne peuvent donc pas y accéder et visiter l'édifice.

       

      9h50 : Des membres du collectif d'Albertville ont dressé table et chaises vides ainsi que des jeux pour enfants sur le parvis de la cathédrale pour symboliser l'attente des pères en souffrance qui ne voient plus leur enfant.

       

      9 heures : Les quatre pères retranchés ont passé la nuit en haut de la cathédrale dans le froid. Ils ont peu dormi. Ils sont bien équipés et détiennent des provisions pour tenir plusieurs jours. 

       

      Déterminés, ils affirment ne pas vouloir bouger tant qu'il y aura des caméras. Plusieurs médias nationaux sont présents : M6, iTélé, France 3... Une conférence de presse est prévue dans la matinée.

       

      Chronologie du jeudi 9 mai

      14 heures. Neuf personnes participent à une visite guidée des tours de la cathédrale Sainte-Croix à Orléans. Arrivés à mi-hauteur de la tour sud, les membres du collectif prient leur guide de redescendre. Ils se barricadent.

       

      15 heures. Les banderoles sont mises en place, les slogans criés au mégaphone. Les manifestants sont en place, la police arrive et délimite un périmètre de sécurité.

       

      16 heures. Yann Drouet, directeur de cabinet du préfet de la région Centre, arrive. Il monte dans la tour et fait plusieurs propositions aux membres du collectif, dont celle de rencontrer le procureur de la République d’Orléans. Elles seront refusées.

       

      17 heures. Arrivés en renfort, des membres de l’association « Père-enfant-mère », venus de Grenoble, solidaires des « retranchés », s’installent au pied de la cathédrale pour sensibiliser le public.

       

      19 heures. Cinq des neuf manifestants descendent de leur plein gré. Les autres souhaitaient passer la nuit d’hier à aujourd’hui en haut, voire la suivante, s’ils ne sont pas délogés par les forces de l’ordre avant.

       

       

       

       

      Partager cet article
      Repost0
      10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 14:26

      Comme beaucoup d'associations parentales ( Les associations qui soutiennent la marche pour l'Egalité Parentale ) dans notre pays, le Réseau Colin Bagnard est une association dont la finalité est le maintien des relations entre les parents et leurs enfants en cas de séparation ou divorce.
      ( http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/ et https://www.facebook.com/reseaucolin.bagnard?ref=tn_tnmn )

      Je vous contacte pour vous alerter au sujet du mouvement nationale dit du collectif de la Grue Jaune link, voire au delà, qui s'organise  pour obtenir une réforme de la famille, en particulier la question des ruptures familiales trop nombreuses et avec trop de conséquences:
      drames !
      suicides !
      adolescences détruites !
      violence scolaire !
      agitation psychologique !
      retombées sanitaires diverses !
      Retombées économiques !

       

      collectif-la-grue-jaune_le-parent-de-trop.jpeg
      Nous avons beaucoup de chiffres et certains ne sont pas encore produits par obstruction des lobbys opposés à une vraie réforme.

      Actuellement, des personnes bien informées sont à Orléans sur et autour de la cathédrale. A l'instant on m'informe que la force publique risque de les déloger manu militari!

      Vous les medias de notre république, vous devez prendre la mesure de ce qui se passe là bas comme ailleurs.

      Les responsables du collectif de la Grue Jaune désignés pour ces tâches de communication sont Philippe Veysset et Jean-Marc Ghitti

      (http://pourlegaliteparentale.org/ )

      Ces questions sont bien au delà de ce seul mouvement qui regroupe déjà un panel d'associations représentatives à l'échelle nationale... d'autres nous rejoignent en masse.

       

      Vous vous préoccupez souvent des familles et des problèmes populaires; vous savez que la plupart des familles sont aujourd'hui touchées par ce fléau.

      Je compte sur votre prise de conscience.

      Contacts La Grue Jaune :

      Philippe VEYSSET : 06 52 35 82 58 

      ou  Jean-Marc GHITTI : 06 49 375 890
      http://pourlegaliteparentale.org/

      Sur place à Orléans et suivi:

      Jean LEBAIL 06.77.47.50.82 (Caen en Normandie)

      Sophie MARLIERE:06.99.11.13.56 (Saint Malo en Bretagne)

      Olivier MUNOZ-RODRIGUEZ :07.77.80.54.32 (Caen en Normandie)

      Pierre BESSON : 06.08.04.53.35 (association père enfant mère en Savoie)

      Nadine GEAY : 06.73.04.28.29. (Père Enfant Mère Saöne-et-Loire)

      Nicolas  : 06.87.44.82.17. (SOS PAPA Loiret)

      Daniel : 07.60.99.27.81.

      Christophe : 06.12.10.03.59.

       


      (mise à jour en cours)
      NS à Lyon 0472387762-0668713121

      Partager cet article
      Repost0
      10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 12:11

       

      Source:http://www.la-croix.com/Actualite/France/Droit-de-garde-quatre-peres-ont-dormi-dans-la-cathedrale-d-Orleans-2013-05-10-958123

       

      NATION-CONTRE-LE-SEXISME.jpg

      Photo: Nicolas Sègerie / Réseau Colin bagnard.
      .
      .
      Droit de garde: quatre pères ont dormi dans la cathédrale d'Orléans

      Quatre pères ont passé la nuit de jeudi à vendredi 10 mai dans la cathédrale d'Orléans, où ils sont retranchés depuis jeudi après-midi, leur action étant destinée à dénoncer des problèmes de garde d'enfants à la suite de séparations.

       

      Au total, neuf parents, dont une mère, avaient investi jeudi une terrasse du monument située au-dessus de la façade principale, au pied de la tour sud. Cinq étaient redescendus dans la soirée.

       

      Les quatre pères ont passé la nuit "sur cette terrasse", a expliqué à l'AFP, par téléphone, l'un d'eux, Frédéric Foroughi, affirmation confirmée par la préfecture du Loiret.

       

      "On a posé une tente sur la terrasse, on a des duvets et de quoi se nourrir", a ajouté M. Foroughi. "On s'est relayé pour dormir, deux par deux". "On est déterminé à rester là-haut", a encore assuré M. Foroughi, qui "ne voit plus ses deux enfants qu'un week-end sur deux, soit quatre jours par mois".

       

      Le groupe réclame la "coparentalité" et que "le droit des enfants à leurs deux parents soit respecté par la justice" en cas de divorce.


      "Un an après la séparation des parents, il y a 30% des enfants qui ne voient plus le parent à qui ils n'ont pas été confiés", avait affirmé jeudi un des membres du groupe, Jean Le Bail.

       

      "Et dans 80% des cas, c'est le père qui est exclu de la vie des enfants", avait poursuivi M. Le Bail, estimant que le non-respect des droits de garde et de visite par le parent ayant obtenu la résidence principale se fait en toute impunité.


      Le groupe, venu de plusieurs endroits de France, dont la Bretagne, la Lorraine, ou des villes de Caen, de Belfort et de Périgueux, avait investi la cathédrale jeudi après-midi à l'occasion d'une visite de l'édifice qu'il avait lui-même organisée.


      En février, un père divorcé  [Serge Charnay ensuite accompagné par Nicolas Moréno] s'était retranché trois jours en haut d'une grue, à Nantes, pour réclamer le rétablissement de son droit de visite sur son fils. Cette action lui avait valu une importante attention médiatique, et avait entraîné plusieurs autres actions de ce genre dans toute la France.

       

      La-Croix.com avec AFP (complété par NS)

       

      regarder aussi le reportage d'Itélé:

      http://www.itele.fr/chroniques/linvite-du-6-9/nous-voulons-exercer-notre-droit-de-garde

      Partager cet article
      Repost0
      9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 20:45
      Droit de visite. Huit pères et une mère perchés sur la cathédrale d’Orléans

      (source: http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Droit-de-visite.-Huit-peres-et-une-mere-perches-sur-la-cathedrale-d-Orleans_6346-2190960-fils-tous_filDMA.Htm)

       

      cathedrale-d-Orleans-copie-1.jpg

       

      Faits de société jeudi 09 mai 2013

      Huit pères et une mère se sont retranchés, jeudi après-midi, sur une terrasse de la cathédrale d’Orléans pour dénoncer des problèmes de garde d’enfants à la suite de séparations et réclamer le respect de la loi.

      Le groupe, venu de plusieurs endroits de France, dont la Bretagne ou des villes de Caen et de Périgueux, a investi la cathédrale à l’occasion d’une visite de l’édifice qu’il a lui-même organisée, a expliqué à l’AFP un de ses membres, Jean Le Bail.

      La maman est originaire de Saint-Malo.

      Les neuf personnes ont ensuite décidé de rester sur la terrasse située au-dessus de la façade principale, au pied de la tour sud.

      Ils ont déployé des banderoles, peu visibles depuis le bas de la cathédrale. Selon M. Le Bail, il y est inscrit notamment : « Pères bafoués, enfants volés, ça suffit ».

      « Droit des enfants à leurs deux parents »

      « Nous sommes installés en haut de la cathédrale afin de réclamer que le droit des enfants à leurs deux parents soit respecté par la justice », a déclaré ce père, qui a assuré « ne plus avoir de nouvelles de sa fille depuis 2008 ».

      Selon M. Le Bail, le directeur de cabinet du préfet du Loiret ainsi qu’un commissaire de police sont montés sur la terrasse. « Ils demandent pour l’instant à chacun d’expliquer sa situation », a-t-il relaté.

      Selon lui, certains membres du groupe « resteront (sur la terrasse) jusqu’à ce que la justice se bouge ».

      En février, un père divorcé s’était retranché trois jours en haut d’une grue, à Nantes, pour réclamer le rétablissement de son droit de visite sur son fils. Cette action lui avait valu une importante attention médiatique, et avait entraîné plusieurs autres actions de ce genre dans toute la France.

      Partager cet article
      Repost0
      9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 17:13

      Jeudi 9 mai 2013 :


      8 PÈRES ET UNE MÈRE assiègent la cathédrale d'Orléans.


      Ils demandent l'ÉGALITÉ PARENTALE pour leurs enfants

       

      Contacts :

      Jean LEBAIL : 06.77.47.50.82 

      Sophie MARLIERE : 06.99.11.13.56 

      Olivier MUNOZ-RODRIGUEZ : 07.77.80.54.32

       

       

      Le collectif de la Grue Jaune

      pourlegaliteparentale.org

       

      réagit publiquement à cette action de parents déterminés en rappelant qu’il y a deux mois, le Ministère avait promis d’entendre les associations réclamant le droit des enfants à être élevés par leurs deux parents.


      NOUS ATTENDONS TOUJOURS QUE LE GOUVERNEMENT PRENNE DES MESURES CONCRÊTES POUR QUE NOS ENFANTS BÉNÉFICIENT DE L’ÉGALITÉ PARENTALE.

       

      La dernière analyse du gouvernement constatait pourtant que :

       

      73,5 % des gardes d’enfants sont ordonnées chez la mère. *

      40% des enfants du divorce ne voient plus leurs pères à l’age adulte. *

       

      De récents sondages révèlent que

      Près de 9 FRANÇAIS SUR 10 estiment les pères défavorisés par la justice. *

       

      Depuis que deux pères ont fait entendre leur colère depuis les grues de Nantes, pas une semaine ne se passe sans qu’un père ou une mère ne manifeste publiquement son désarroi à l’encontre d’une justice qui cautionne la garde monoparentale depuis 40 ans. *


      Les associations ont adressé au ministère des propositions pour faire évoluer la situation.

       

      Quelles mesures ont été prises par le gouvernement ?


      Ne nous étonnons pas que le mouvement des pères se poursuive. Des manifestations individuelles et collectives sont programmées.

       

      Le 9 juin prochain à Paris, nous organisons

      la MANIFESTATION POUR L’ÉGALITÉ PARENTALE.

      http://www.pourlegaliteparentale.org

       

      Contacts La Grue Jaune :  

      Philippe VEYSSET : 06 52 35 82 58 

      ou  Jean-Marc GHITTI : 06 49 375 890
                 

      *Sources jointes :
      - Courrier collectif envoyé au ministère et à la presse le 10 mars 2013.
      - Liste des actions de parents parues dans la presse depuis février 2013
      - Sondages réalisés en 2013
      - Analyse du gouvernement « désunion et paternité »
      - Présentation de notre collectif et courrier adressé au Ministère.

      Partager cet article
      Repost0

      Articles Récents