Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 15:04

Message de SOS PAPA Loiret:

 

plume.jpg

 

Chers/Chères ami(e)s,

Nous venons de mettre en ligne cette pétition « pour l'égalité parentale
» sous forme de lettre à la Ministre de la Justice
http://www.petitionpublique.fr/?pi=egalPM

Déjà plus de 500 personnes du Loiret et d'ailleurs, de France et
d'ailleurs, hommes comme femmes, avec leurs familles et leurs ami(e)s,
ont déjà signé ou envoyé la lettre.

Signer et faites signer !

Plus il y aura de signataires, plus on diffusera la pétition, plus on
fera connaître notre cause.

Faites signer conjoints et conjointes, famille et grands parents !

Notre blog a été complété et il propose aussi le texte.
http://sos-papa-loiret.over-blog.com

Vous pouvez imprimer la lettre jointe et l'envoyer directement. En
timbre vert ou en timbre rouge.
Ensemble on peut faire progresser l'égalité parentale


Pour Sos papa loiret
richard walter

--
Richard Walter
délégué départemental SOS Papa Loiret
Maison des Associations
46 ter rue Sainte Catherine
45000 ORLEANS


sospapa loiret a des permanences les 1er et 3e lundis du mois de
19h à 21h
mail : sospapa.loiret@gmail.com
blog : sos-papa-loiret.over-blog.com

Siège national : 84 bd Garibaldi 75015 Paris

Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 17:11
Prenons du recul sur ce qui nous divise dans la mise en place d'un mouvement d'ensemble pour l'égalité parentale:
 
1 - la méthode "médiatique" par des manifestations publiques avec journalistes et télé et buzz avec figure de prou; ou une activité plus fouillée dans le détail comme la mise en place de ces propositions; méthodes complémentaires qui ne devraient pas nous diviser.
 
2 - la prise en compte affichée comme priorité du Raz le Bol des "pères exclus" de leurs enfants opposée à ce qui est vécu actuellement par certains, mais que d'autres ont vécu fut un temps et comprennent très bien la rage; cela ne devrait pas nous diviser.
 
3 - ceux qui pensent qu'il faut mettre en avant la condition des "pères" dans le mouvement à assimiler à une "marche des pères", mais sont bien d'accord sur "l'égalité parentale", et ceux qui pensent qu'il y a aussi justement celles des mères séparés de leurs enfants, cela ne devrait pas nous diviser. Lors du dépot des propositions, nous pourrons envoyer 4 pères et une mère en délégation pour respecter plus ou moins le prorata.
 
4 - dans le contenu des "propositions" où certains pensent que la médiation et son organisation ont été déjà mises en place (et y ont oeuvré) mais pas encore respectée et suffisament diffusée, qui s'oppose à la nouvelle proposition de "maison de la coparentalité", cela ne devrait pas nous diviser puisque c'est fondamentalement la même chose... Ceux qui ont de l'avance en terme de certification pourront piloter la mise en place à venir étant donné la disponibilité géographique des moyens à composer sur le territoire, il y aura bien besoin de toutes les compétences.
 
5 - dans le contenu des propositions, ceux qui pensent qu'il faut présenter les propositions phares à partir desquelles les "outils" se multiplient pour permettre de trouver à chaque cas sa solution; et ceux qui font le listing des outils à l'ensemble de toutes les institutions concernées par les séparations familiales; fondamentalement, les modalités seront négociées ultérieurement, cela ne devrait pas nous diviser.
 
6 - Plus fondamentalement, certains de nos mouvements ont ancré dans leur développement passé la pratique judiciaire en faisant intervenir des avocats; ce qui s'oppose à l'idée de gérer désormais immédiatement les affaires de séparations avec d'autres méthodes dites de médiations ou conciliations; mais cela n'est pas exclusif et les deux pratiques sont compatibles dans un renouvellement de culture judiciaire de la famille moins conflictuel.
 
7 - Les mouvements jusqu'à maintenant représentatifs de la "conditions des pères" qui se sont opposés historiquement au féminisme, tels mouvements qui évoluent vers "l'égalité parentale stricte" sont évidemment confrontés à leur propre transition culturelle nécessaire; cela ne devrait pas nous diviser pour que tous portent le message de "l'égalité parentale".
 
8 - finalement, ceux qui ne signent pas l'actuel communiqué ou les propositions (en cours d'évolution) sont ceux qui n'ont pas pu avoir le sentiment (à l'instant t) que l'un des points qui pour eux était non négociable était oublié alors que globalement tous sont d'accord sur l'essentiel: la fin de l'exclusion d'un des parents lors des séparations familiales.
 
9 - Que ceux qui sont impliqués dans des mouvements (associations, activité de médiation, de conseils...) qui ne sont pas toujours compris dans leurs modalités et leurs contraintes de responsabilité en tant que personne morale et ceux qui ne représentent qu'eux-même, personne physique, partagent ce qui est de toute façon le cas de tous dans leurs responsabilité parentale; cela ne devrait pas nous diviser puisque nous sommes tous ici des parents responsables.
 
10 - Les modalités de décisions tentées au plan démocratique à chaque réunion (qui ne saurait réunir tout le monde) ne peut pas être généralisées sans moyens spécifiques institutionnalisés (sur le long terme); cela s'oppose à notre réactivité et à l'urgence de signifier à l'opinion publique notre raz le bol des dérives en tout genre. Evidemment, l'arbitraire peut se montrer dans les petites décisions alors que sur l'essentiel nous avons décidé ensemble. Cela ne s'oppose pas aux débats parlementaires visés qui arbitreront par des votes les loies à venir, décisions qui appartiennent à la Nation. Nous devons déjà respecter nos propres décisions collégiales.
 
Sachant que tous n'ont pas encore pu donner leurs avis (la multitude des mouvements et des personnes), n'ont pas tous été informés ou disponibles, que toute l'information est complexe et que tous n'y ont pas un accès facilité (SDF, RSA, précarités ...), ni même un accès tout court (fracture informatique ou électronique), ce sont des détails par rapports à l'essentiel:
 
NOUS DEVONS RESTER ENSEMBLE POUR LA FIN DE L'EXCLUSION D'UN PARENT ET l'EGALITE PARENTALE RECONNUE.
 
NOUS DEVONS TROUVER LE CHEMIN DE LA MEDIATION ENTRE-NOUS... nous seront plus efficaces pour porter ce message LE 9 JUIN à Paris.
 
Cordialement.
Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 16:55

Pour ce cas de séparation dans un contexte international:

 

Appel de Thierry Lucas qui a ses deux filles en Suède:

 

 

 

Bonjour,
 

Privé de vivre avec mes enfants depuis leur départ en Suède avec leur mère il y a 4 ans, mes filles franco-suédoises sont mêmes maintenant interdites de venir en France. Leur départ était pourtant conditionné sous contrat rédigé par un avocat et signé des 2 parents, mais le droit des mères ici en Suède est dramatiquement disproportionné.

 

Les parlementaires travaillent d'ailleurs sur une évolution de la loi actuelle (cf. photo avec Lars-Arne Staxäng, parlementaire Moderat Suédois qui est venu me soutenir la semaine dernière).

 

Face à cette situation inacceptable, j’ai entamé le 30 avril dernier une grève de la faim en Suède (7ème jour aujourd'hui [6 mai]).

 

L'objectif est de pouvoir débuter une médiation afin :

- Que la mise en place d'une garde alternée soit enfin étudiée,

- Que mes filles puissent venir librement en France,

- Que mes droits parentaux me soient restitués.


Ayant des difficultés à activer les médias, en France comme en Suède, pour faire connaître la situation de mes filles, je me permets de vous contacter pour savoir si vous auriez la possiblité de m'aider dans la médiatisation ou la mobilisation des politiques.


Vous trouverez plus d'informations sur le blog

http://www.pour-mes-enfants.com


 (www.forminabarn.com en version suédoise)


et pouvez me suivre sur facebook Pour Mes Enfants.

En espérant que vous puissiez m'aider.

Cordialement.

 

 

 

 

Thierry Lucas

Tel. +46 7 69 26 22 23 (Suède)

Tel. +33 6 17 75 56 91 (France)

 

 

Image-greve-de-la-faim-Thierry-Lucas.jpg

Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 16:52

 

Les associations qui soutiennent la marche pour l'égalité parentale:


En effet, depuis les événements de la Grue Jaune de Nantes, ce sont de nombreuses associations et une myriades de citoyens qui s'organisent pour faire cesser les dérives institutionnelles dans l'exclusion d'un parent d'avec ses enfants en cas de divorce ou séparation.

Ci-après une liste "débutante" des associations qui soutiennent le COLLECTIF de la GRUE JAUNE.

Une grande manifestation s'organise pour le 9 juin pour déposer des propositions au ministère de la justice à Paris.

 

Père Enfant Mère

(http://pereenfantmere.free.fr link )

 

http://a406.idata.over-blog.com/2/73/27/29/logo-Pere-Enfant-Mere.jpg

 

 

I Comme Identité

( www.icommeidentite.com link ) 


logo-I-comme-Identite.jpg

 

Réseau Colin Bagnard

( reseau-colin-bagnard.over-blog.org link ) 

 
Dessin RCB de Marie-Madeleine

 

 

SOS Papa

( www.sospapa.net link ) 


 logo-SOS-Papa.jpg


 

Fédération Nos Enfants ont deux Parents

( http://pourlegaliteparentale.org/  link ) 


logo-un-enfant-de-trop.png

 

 

Jamais Sans Papa (JSP)

(  http://www.jamais-sans-papa.asso.fr  )


 

Défense des Enfants Séparés D'un Parent  ( DESPA )

( http://membres.multimania.fr/despa/nous.htm )

( assodespa@gmail.com link )

 

logo-association-DESPA.jpg

 

 

 

Violette Justice

( http://lpp64.com/monsite/violette-justice link )

logo-violette-justice.jpg

L'Enfant et son Droit de Lyon

( www.enfantetsondroitlyon.fr )

 

http://www.lyon6.org/images/artpic2136_t3.jpg

 

Parti des Enfants du MOnde ( PEM )

( http://partidesenfantsdumonde.e-monsite.com link)

 

 

 

"Association pour le maintien du Lien Parents-Enfants" (A.L.P.E.).

(http://association-lien-parents-enfants.asso-web.com/ link)

 


ALPE

 

 

 

Cette liste n'est que provisoire et pas encore mise à jour.

 

S'il y a une erreur merci de l'indiquer par reseau-colin-bagnard@orange.fr

 

La liste des partenaire du collectif de la Grue Jaune sont :


( http://pourlegaliteparentale.org/ )

A

ACALPA tel 06 46 35 24 48 Email : contact.acalpa@gmail.com site : http://www.acalpa.info/

Aide aux Pères (Rhône-Alpes) tel : 04 78 93 42 33 E-mail : robert.noalhyt@orange.fr site http://www.aideauxperes.fr/

Allo papa allo maman (Montpellier) Email : allopapa.allomaman@orange.fr site : http://allopapa-allomaman.blogspot.fr/

B

Barbes à Papas (Bordeaux) tel : 06 40 11 86 54 E-mail : barbesapapas@yahoo.fr site : http://www.facebook.com/pages/Barbes-%C3%A0-papas-Bordeaux/232443253538758

C

D

Défense des Enfants Séparés d'un Parent (Paris) tel : 06 523 582 58 E-mail : assodespa@gmail.com site : http://membres.multimania.fr/despa

E

F

Fédération des Mouvements pour la Condition Paternelle (Paris) tel : 06 79 21 80 75 E-mail : stephane.ditchev@fmcp.org site : http://www.fmcp.org/

G

Groupe d'Etudes sur les Sexismes tel : 06 31 43 82 51 Email : g-e-s@laposte.net site : www.g-e-s.fr

H

Homme, Culture et Identité (Paris) tel : 06 51 199 166 Email : h.c.i@free.fr site : www.homme-culture-identite.com

I

I comme Identité (Bretagne et Loire) tel : 06 79 21 80 75 E-mail : i.comme.identite@live.fr site : http://www.icommeidentite.com/

J

Jamais Sans Papa tel 0475550914 Email : contact@jamais-sans-papa.asso.fr site : http://www.jamais-sans-papa.asso.fr/

K

L

Les Ex Pères (Clermont Ferrand) Email : lesexperes@gmail.com site : http://lesexperes.tumblr.com

M

N

Nos enfants ont deux parents (Haute Loire) tél : 06 12 897 460 E-mail : info@unparentdetrop.org site : http://www.unparentdetrop.org

O

P

Père enfant Mère (Rhône-Alpes) tel : 06 03 21 69 87 E-mail : pereenfantmere@yahoo.fr site : http://pereenfantmere.free.fr/

Q

R

RESEAU COLIN BAGNARD tel 04.72.38.77.62 Email : reseau-colin-bagnard@orange.fr site : http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/

S

SOS Papa (France) tel : 06 03 81 51 08 E-mail : president@sospapa.net site : http://www.sospapa.net

SVP Papa (Nord Pas-de-Calais) tel : 07.88.00.60.64 E-mail : svppapa@hotmail.fr site : http://svppapa.e-monsite.com/

T

U

Un Enfant-Deux Parents (Strasbourg) tel : 06 20 13 29 44 E-mail unenfantdeuxparents@gmail.com site: http://unenfant-deuxparents.hautetfort.com/

V

Violette Justice (Paris) tél : 06-50-54-73-48 E-Mail : violette.justice@gmail.com Site : http://lpp64.com/monsite/violette-justice/

W

X

Y

Z

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 16:21

Annonce de la date avant d'avoir tous les détails !


Le 9 JUIN 2013, à Paris,

 

MARCHE POUR LEGALITE PARENTALE

 

(De la place de l'Opéra et la place Vendôme et le ministère de la justice)

 

 

Suite aux événements de la Grue Jaune à Nantes,

 

Suite à la réunion sur 30 mars 2013 à Paris,

30 mars 2013, journée historique pour la coparentalité !

 

Suite à la conférence-débat du 26 avril à Lyon,

Conférence-Débat vendredi 26 avril à Lyon: le droit de l'enfant à ses deux parents - Egalité Parentale et Résidence Alternée

 

Suite à la réunion interassociative du 27 avril à Lyon.

Réunion inter-associative pour l'égalité parentale samedi 27 avril à Lyon

 

 

et tous les événements locaux:

 

29 avril 2013: Clermont-Ferrand: un papa fait la grève de la faim devant le tribunal. Un Papa en grève de la faim au palais de justice de Clermont-Ferrand

27 avril 2013. Montpellier. Débat - Conférence sur le Droit des Enfants suite à une séparation ou un divorce.

27 avril 2013. Lyon. Réunion préparatoire à la MANIFESTATION POUR L’ÉGALITÉ PARENTALE du 9 juin.

26 avril 2013. Lyon. Conférence débat : bilan de 30 ans de garde monoparentale.
25 avril 2013. Lyon. Conférence-débat sur le syndrome d’aliénation parentale.

23 avril 2013. Nanterre. Manifestation pour Océane et Manon
21 avril 2013. Evry. Manifestation pour Marie-Loue et son père
14 avril 2013. Perpignan. Nouvelle marche pour le droit des pères
12 avril 2013. Val d’Oise. Papa privé de sortie piscine parce qu’il est un homme
9 avril 2013. Caen. Un-pere-separe-de-son-fils-perche-sur-le-toit-de-l-eglise-saint-pierre
3 avril 2013. Charleroi. Un père en haut d’une grue pour ses enfants
29 mars 2013. Angers. Des pères déterminés à revendiquer leurs droits
21 mars 2013. France. Actions de pères séparés dans plusieurs villes de France
23 mars 2013. Avignon. Perché sur le toit du Palais des Papes, Un papa réclame l’égalité parentale
21 mars 2013. Nantes. Journée nationale de manifestation des pères séparés et privés de leurs enfants
21 mars 2013. Mondeville. Des pères manifestent leur colère attachés en haut du pylône
21 mars 2013. St Brieuc. Deux pères séparés investissent le sommet d’un pylône
21 mars 2013. Le Puy en Velay. Des papas ponots sur une grue
9 mars 2013. Privas. Une grand-mère grimpe sur une grue pour demander à voir sa petite fille
9 Mars 2013. Evry. Encore un-père retranché sur une grue
8 mars 2013. Paris. Un homme perché au sommet du Centre Georges Pompidou
20 février à Nantes: vote du principe d'une manifestation nationale.
20 février 2013. France. Le droit des pères expliqué aux enfants
20 février 2013. Montpellier. Sur l’aqueduc pour faire valoir ses droits de père
20 février 2013. Chartres. Un père retranché à la cathédrale pour un problème de garde d’enfant
16 février 2013. Nantes. Le père descendu de sa grue explique son geste
15 février 2013. Nantes. Un homme passe la nuit en haut d’une grue pour la garde de son fils

16 novembre 2012. Riom. Ces papas au bout du rouleau

 TGI de Thonon .

- - - -

sans oublier:

la Marche des Pères
le Printemps des Pères
le Relais Poussette (Ana)

ou l'action à l'Ecole de la magistrature à Bordeaux par l'association BarbaPapa.
• ---

Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 15:21
link 

Peres-Noel-Bleus-allemands.jpg
Ce reportage montre qu'en Europe, il existe une grande variation de traitement de la résidence alternée.
Partant du cas français avec une famille séparée où l'organisation et la bonne foi dans l'échange entre les deux parents est tout à fait satisfaisant, bien que l'une des filles regrette que ses parents se soient séparés. Là l'échange ne se fait pas avec la grimace liée à l'aliénation parentale. C'est l'occasion d'échanger les informations pour l'école...

Mais implicitement, il apparait que toutes les conditions favorables ne sont pas toujours réunies:
- disponibilité des parents;
- espace de vie suffisant pour accueillir les enfants,
- proximité des deux résidences des parents (et donc des enfants).
( auxquelles il faut ajouter la bonne foi ! )

Mais pour les parents, cela peut apparaître contraignant professionnellement quand l'un des parents est amené à s'éloigner. Il existe donc une difficulté selon les professions à prendre en compte.

Mais quand les parents ne s'accordent pas (ce qui semble être le cas le plus evident en cas de divorce ou séparation!), les juges ont bien du mal à décider de manière provisoire ou définitive une résidence alternée.

Au Royaume Uni, les anciens Papas de "Families need fathers" n'ont eut qu'une réussite limitée mais dont les papas de "Fathers4justice" ont relevé le combat en se déguisant en SuperPapas à l’assaut de Buckingham palace! On a vu qu'en France, Serge Charnay avait eut le même traitement médiatique et initier le phénomène des papas en colère. (Merci Serge)
En Allemagne, il apparait que la société, où les femmes sont moins sollicitées sur le plan du travail, il est beaucoup plus difficile d'obtenir pour un papa une résidence alternée, et même l'Autorité Parentale Conjointe! Demander la Résidence Alternée s'expose à perdre peut-être le lien avec les enfants! La mère oppose une épée de Damoclès et sa puissance institutionnelle et sociétale est un obstacle à la généralisation de la Résidence Alternée. Une avocate allemande exprime que ce n'est pas rétrograde en désignant les papas comme souvent "par accident" après "le coup d'un soir"; choquant et discriminant quand on pense que le "coup" n'a pas du profiter qu'à un seul! Ainsi en Allemagne, les Papas Pères Noël Bleus sont amenés à lutter déjà pour l'Autorité Parentale Conjointe quand les enfants n'ont pas été conçus dans le cadre du mariage.

En Scandinavie, les Papas sont reconnus depuis longtemps dans leurs rôles avec les enfants sans que cela fasse débat.

En Belgique, la Résidence Alternée semble être le modèle de base, qui n'est appliqué dans 44% des cas (17% en France; moins de 10% dans les autres cas).
Autant d'éléments pour alimenter le débat sur l'égalité parentale !

Il faudrait compléter la situation des pays - - -
et commenter plutôt ici pour que le débat reste accessible.
Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 13:26
Manifestation devant le Palais de Justice pour UNE VÉRITABLE JUSTICE FAMILIALE. 
Clermont-Ferrand  lundi 29 avril
organisée par Jésus de la Arena et la fédération "NOS ENFANTS ONT 2 PARENTS"
regarder: actualité FR3 AUvergne avant que ça disparaisse:
http://auvergne.france3.fr/2013/04/29/un-pere-de-famille-en-greve-de-la-faim-devant-le-tribunal-de-clermont-ferrand-243007.html
Jesus-de-la-Arena-a-Clermont-Ferrand.jpg
Devant le Palais de Justice, un homme est installé à une table. Devant lui, une chaise vide. Sur la table, des cadeaux qu'il aurait voulu faire à son fils, des photos, un jeu de société. L'homme prépare le petit déjeuner pour son fils, regarde les photos, joue au jeu de société, reproduit les gestes quotidiens d'un père qui s'occupe de son enfant... Mais la place de son fils est vide !

    Jésus de la Arena est père d'un petit garçon, Miguel, 9ans, dont les parents sont séparés. Comme souvent, la garde de l'enfant a été accordée à la mère. Au cours du temps, les demandes du père pour s'impliquer auprès de son fils ont été mal perçues par la mère. Des décisions de justice protégeant la mère au dépens du père n'ont fait qu'attiser le conflit. Depuis Noël 2011, la maman de Miguel refuse d'accorder au père les droits de visite ordonnés par le juge. Le procureur ne réagit pas.
Alors Jésus a décidé d'établir un siège devant le Palais de justice pendant ces vacances qu'il devrait passer avec son enfant. Et d'entamer une grève de la faim pour protester contre la déficience des pouvoirs juridiques.



Rendez-vous des manifestants : 9h devant le Palais de Justice de Clermont-Ferrand
Rendez-vous presse : 10h00.

Jesus tiendra le siège toute la semaine, et reparlera à la presse en fin de semaine.


* Pièces jointes : Analyse récente du gouvernement, lettre adressée au procureur, courrier collectif adressé au ministère et sondages publiés en 2013.

Contacts :
Jésus de la Arena : 06 729 638 32


Gérard OLLIVIER
Coordinateur pour le collectif de LA GRUE JAUNE

Chargé de communication pour UN PARENT DE TROP ?
et pour la fédération NOS ENFANTS ONT DEUX PARENTS

tél : 06 12 897 460
E-mail :  info@unparentdetrop.org
Site Internet : www.pourlegaliteparentale.org

 

(information malheureusement traitée trop tard pour le premier rassemblement--- mais l'événement n'est pas fini).

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 22:46
Manifestation et conférence pour l'égalité parentale vendredi 26 juin à Lyon


Parents victimes de décisions sexistes, pères et mères privés d'enfant, grèvistes de la faim viendront vendredi soir manifester symboliquement avant l'ouverture d'une conférence pour l'égalité parentale.


Aujourd'hui, 73,5 % des gardes d'enfants sont ordonnés à la mère. Lorsque le père demande la garde, elle est ordonnée à la mère dans 65 % des cas !* La majorité des magistrats continuent d'agir comme si la résidence alternée n'existait pas.

Les magistrats conservateurs obligent les parents séparés à s’accuser mutuellement pour avoir le droit de garde. La «justice» est responsable du déchirement familial. La victime est l’enfant.
La résidence alternée est une solution légale, moderne, adaptable à chaque famille. Elle place les parents sur un pied d’égalité.

Aujourd’hui, les pères savent et veulent élever leurs enfants.
La garde monoparentale est d’un autre temps. La question ne doit plus être : «A quel parent confier les enfants ?»
mais :
«Comment faire pour que nos enfants soient élevés par leurs DEUX parents ?»



Lieu de rendez-vous :

Salle de l'UDAF
12 B Rue Jean-Marie Chavant à LYON 7è.  Métro : Saxe - Gambetta

18h : Manifestation symbolique des parents bafoués
18h15 : Conférence de presse

18h30 : Conférence de Jean-Marc Ghitti, président de la fédération "Nos Enfants ont 2 Parents" et auteur de
plusieurs ouvrages sur la justice et la famille.

 

==>

 

information complète:

Conférence-Débat vendredi 26 avril à Lyon: le droit de l'enfant à ses deux parents - Egalité Parentale et Résidence Alternée

Information  : 06 08 04 53 35
Site Internet : http://www.pourlegaliteparentale.org

Associations présentes : "Nos enfants ont DEUX parents", "Père Enfant Mère", "I comme Identité", "Réseau Colin Bagnard", "les Ex Pères", "SOS Papa", et toutes les associations et militants pour l'égalité parentale.

* Sources et pièces jointes :
- Présentation de la conférence
- Deux analyses du gouvernement avec statistiques


--

Gérard OLLIVIER
Coordinateur pour le collectif de LA GRUE JAUNE
Chargé de communication pour UN PARENT DE TROP ?
et pour la fédération NOS ENFANTS ONT DEUX PARENTS

tél : 06 12 897 460
E-mail :  info@unparentdetrop.org
Site Internet : www.unparentdetrop.org

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 18:01

23 avril 2013 : adoption du mariage pour tous à l'assemblée nationale.

 

Merci pour les enfants (merci ironique au cas où l'on aurait pas compris) ... (chacun son opinion dans le pluralisme, c'est à dire si la majorité des parlementaires à dit "oui" pour devant le maire, j'aurais fait voter la révision de la copie)

 

 

Carpe-copie-1.gif

 

lapin.jpg

Savoir par quoi va-t-on commencer: faire la carpe ou le lapin?

 

Ca me rappelle une chanson de Juliette Gréco: http://www.youtube.com/watch?v=omCe5u1UZVE

 

Revenons à nos moutons !

Partager cet article
Repost0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 00:20

 

REUNION INTER-ASSOCIATIVE POUR L'EGALITE PARENTALE

 

Le samedi 27 AVRIL à partir de 10 Heures

 

Salle UDAF - 12 B, Rue Jean-Marie Chavant 69007 LYON

 

 

 

L'objectif principal est la préparation de

la manifestation nationale de Paris le 9 juin prochain.

 

Toute personne ou association en faveur de l'égalité parentale y est invitée.

 

Y seront validées les propositions de réforme à porter qui ont été faites de manière collective depuis plusieurs années et synthétisées depuis la réunion du 30 mars à Paris. (bientôt en lien ici)

Y sera décidé (au moins pour partie) le contenu de la manifestation du 9 juin.


Il est très important que les pères (et les mères concernées et les familles) puissent y manifester leur ras le bol par des opérations symboliques.


Mais sommes-nous réduits à ça ?

 

Sommes-nous capable de proposer aussi des actions gaies, intelligentes, ouvertes à tous et à toutes, généreuses pour nos enfants ?

 

 

 

LES ASSOCIATIONS QUI PARTICIPERONT: (à mettre à jour)

 

MERCI d'INFORMER SUR CE SITE:

 

Outre le moyen facebook:

https://www.facebook.com/events/375598005889455/380336682082254/?notif_t=event_mall_comment link),

 

merci d'indiquer aussi en commentaire ci-dessous les mouvements qui participeront en plus des ceux de la réunion de la veille (qui seront ajouter comme ci-après):

 

 

Père Enfant Mère (http://pereenfantmere.free.fr link )

 

logo-Pere-Enfant-Mere.jpg

 

I Comme Identité ( www.icommeidentite.com link ) 

 

logo-I-comme-Identite.jpg

 

Réseau Colin Bagnard ( reseau-colin-bagnard.over-blog.org link ) 

 

Dessin RCB de Marie-Madeleine

 

SOS Papa ( www.sospapa.net link ) 

 

logo-SOS-Papa.jpg

 

Nos Enfants ont deux Parents ( www.unparentdetrop.org link ) 

 

logo-un-enfant-de-trop.png

 

 

--- merci de compléter notre information par un commentaire en bas de page --- pour mettre à jour )

 

 

(rappel RCB: une des vocations du site du Réseau Colin Bagnard est de publier des communiqués des associations concernées par la séparation ou le divorce et la cause des enfants donc si vous avez des synthèses de thème ou informations de réunions par email reseau-colin-bagnard@orange.fr )

 

Localisation

à Lyon proche métro Saxe Gambetta:

UDAF (Union Départementale des Association Familiales) du Rhône
Adresse salle UDAF : 12 B Rue Jean-Marie Chavant, 69007 Lyon 07
Transports en commun : Saxe - Gambetta
( google map link )
Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 09:26

  (mise à jour 23 avril)

 

icdcceeg


Depuis le mois de février, des actions à répétition de papas désespérés (occupation de grues, églises, édifices…) sont les signes de drames familiaux, marquant la grande faillite de la Justice en France ! Près de 9 Français(es) sur 10 estiment
que les pères sont défavorisés par la justice. En réalité, ce qui apparaît au grand jour, c'est que les jugements sur le divorce ont produit une immense violence et une immense détresse dans les familles françaises. »

Vendredi 26 Avril 2013

de 18 heures à 21 heures

(18 heures confirmé)


Salle de l'UDAF à Lyon 7é - 12 B Rue Jean-Marie Chavant - Métro

Performance : UN PARENT DE TROP ?

Par Gérard Ollivier : Coordinateur pour le collectif de LA GRUE JAUNE

 

Chargé de communication pour : UN PARENT DE TROP ? et Fédération NOS ENFANTS ONT DEUX PARENTS (link)

 

Exposés :

30 ANS DE GARDE MONOPARENTALE : QUEL BILAN ?
Par Jean-Marc Ghitti : Président de la fédération "Nos Enfants ont 2 Parents" et auteur de plusieurs ouvrages sur la justice et la famille. (link)

CONCILIATION / EQUITÉ : QUELLES SOLUTIONS JURIDIQUES ?
Par François Ciesielski. Délégué de l’association « I comme Identité » pour la déjudiciarisation des conflits familiaux (link).

Débat :
Les évolutions sociales nécessaires dans le domaine familial
(critère d’âge des enfants, conciliation ou médiation, rôle de l’Institution Judiciaire, le respect de l’autorité parentale conjointe, emprise parentale…)

Modérateur : Nicolas Sègerie (porte parole de l'association Réseau Colin Bagnard  lien  )

ENTRÉE LIBRE
Information et Réservation : 06 08 04 53 35

 

Les associations qui appellent à cette conférence:

 

Père Enfant Mère (http://pereenfantmere.free.fr link )

 

logo-Pere-Enfant-Mere.jpg

 

I Comme Identité ( www.icommeidentite.com link ) 

 

logo-I-comme-Identite.jpg

 

Réseau Colin Bagnard ( reseau-colin-bagnard.over-blog.org link ) 

 

Dessin RCB de Marie-Madeleine

 

SOS Papa ( www.sospapa.net link ) 

 

logo-SOS-Papa.jpg

 

Nos Enfants ont deux Parents ( www.unparentdetrop.org link ) 

 

logo-un-enfant-de-trop.png

 

 

 

Localisation

à Lyon proche métro Saxe Gambetta:

UDAF (Union Départementale des Association Familiales) du Rhône
Adresse salle UDAF : 12 B Rue Jean-Marie Chavant, 69007 Lyon 07
Transports en commun : Saxe - Gambetta
( google map link )
Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 09:02

Information conférence :

 

Yvonne DANDEL

Présidente de l’Enfant Et Son Droit de Lyon (E.2.S.D.Lyon)

et

Bernard HUSSON

Président délégué du Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits (CLRD)

  

vous invitent à un colloque-débat à l’occasion de 

 

 « La Journée Internationalecontre l’Aliénation Parentale » 

 

Jeudi 25 Avril 2013 de 16 à 19 heures

Maison des  Associations  28, rue Denfert-Rochereau - 69004 LYON  Croix Rousse - Métro B - Station Hénon

 

Définition  de l’Aliénation Parentale :

 Lorsque des parents se séparent de façon conflictuelle, le juge désigne le « parent gardant », l’autre parent devant se contenter de droits de visites. Non respectés, ces droits font souffrir l’enfant : son « parent non gardant » lui manque. Cette situation induit une vicieuse manipulation permettant de détruire l’amour que l’enfant a pour son parent absent et provoque chez lui des traumatismes psychologiques très difficiles à déceler et à soigner.

Il est grand temps que les lois concernant l’aliénation parentale soient appliquées et reconnues par tous.

                   

Des Parents ont le DROIT de se séparer, mais ils ont aussi le DEVOIR de rester Père et Mère de leur Enfant.

 

Un  enfant a toujours  D R O I T  à ses 2 Parents, ses 2 Familles, ses 2 cultures.

 

Avec la participation de :

 

Bénédicte GOUDARD (Thèse sur le Syndrome d’Aliénation Parentale)                        

 

Marc JUSTON (Président TGI Tarascon)

 

Pierre Grand AMORIFE  (école santé sociale médiation familiale)                                    

 

Cécile KHENAFFOU (avocate spécialisée affaires familiale)                   

 

 En attente  psychiatre enfant et ados                    

 

Sandra MONTELLIER (Capitaine de Police Direction Départementale)

  

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 20:36

(  mise à jour http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/article-conference-debat-vendredi-26-avril-a-lyon-le-droit-de-l-enfant-a-ses-deux-parents-egalite-parenta-117054423.html )

 

CONFERENCE-DEBAT

 

 

Pour le Respect du droit de l’Enfant à ses Deux parents :

Egalité Parentale et Résidence Alternée

en cas de divorce et séparation. 

 


le vendredi 26 avril 2013,

 

de 18 heures à 21heures

 

Salle de l'UDAF à Lyon 69007

 

Organisé par un collectif de nombreuses associations

de papas et mamans séparés ou leurs familles,

 

 

Des intervenants des diverses associations concernées par la rupture du lien parental de toute les régions de France évoqueront autant de thèmes que:

  • la résidence alternée (vers l'adoption comme principe en cas de séparation)
  • les critères de seuil de l'âge des enfants,
  • l'aliénation parentale qui s'abat sur les enfants,
  • la médiation ou conciliation (vers obligatoire dès la séparation),
  • le rôle de l'institution judiciaire,

 

 

  • Partant du constat présentés par les intervenants,
  • des propositions élaborées pour une réforme nécessaire vous seront présentées
  • et un débat avec les intervenants, les invités et la salle donnera l'occasion de discuter des évolutions sociales nécessaires dans ce domaine familial.
  • Sera abordée la préparation de la manifestation "la marche pour l'égalité parentale" prévue (probable) le samedi 9 juin 2013,

 

Intervenants :


Jean-Marc Ghitti, Vice-Président de SOS Papa : Pourquoi la Résidence Alternée ?


François Ciesielski (I comme Identité) : La Résidence Alternée comment ? Présentation des propositions du « Collectif de la Grue Jaune ».


S’ensuivra un débat où les intervenants, les invités et la salle préciseront leur point de vue sur les évolutions sociales nécessaires dans ce domaine familial 

(critère d’âge des enfants, conciliation ou médiation, rôle de l’Institution Judiciaire, le respect de l’autorité parentale conjointe, emprise parentale…).


Modérateur : Nicolas Sègerie

 

(Entrée libre)


Depuis le mois de février, et encore courant de ce mois d’avril, les actions à répétition de papas désespérés (occupation de grues, églises, édifices…) sont les signes de ces drames familiaux, marquant la grande faillite de la Justice en France ! Ce sont des milliers d'enfants privés d'un parent ou déchirés entre un père et une mère.

 

Près de 9 Français(es) sur 10 estiment que les pères sont défavorisés par la justice.            

 

En réalité, ce qui apparaît au grand jour, c'est que les jugements sur le divorce ont produit une immense violence et une immense détresse dans les familles françaises.

 

 

 

 

Les associations qui appellent d'ors et déjà à cette conférence sont:

 

Collectif de la Grue Jaune

Père Enfant Mère

Nos Enfants ont Deux Parents

Un Enfant de Trop

I comme Identité

Pères Privés d'Enfant

Assos des Papas

Sos Papa

L'Enfant et son Droit

d'autres associations qui participent au mouvement national

 

et bien sûr le Réseau Colin Bagnard (contact: reseau-colin-bagnard@orange.fr)

 

Localisation

à Lyon proche métro Saxe Gambetta:

UDAF (Union Départementale des Association Familiales) du Rhône
Adresse salle UDAF : 12 B Rue Jean-Marie Chavant, 69007 Lyon 07
Transports en commun : Saxe - Gambetta

 

mise à jour : http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/article-conference-debat-vendredi-26-avril-a-lyon-le-droit-de-l-enfant-a-ses-deux-parents-egalite-parenta-117054423.html 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 22:08

Hier dans la salle des mariages (cela ne s'invente pas!) de la mairie du IV ème à Paris se sont réunies des personnes venues de la plupart des régions de France, toutes concernées par la coparentalité en situation de séparation ou divorce des parents.

 

De nombreuses associations étaient représentées (un compte-rendu détaillé suivra). D'autres n'ont pu venir, excusées, mais ont suivi l'événement à distance.

 

Suite aux événements liés au collectif de la grue jaune fondé à Nantes, le mouvement se structure au niveau national après une discussion sur le coeur de nos revendications en matière familiale suite à une enquête mûrement préparée. La synthèse de ce débat énergiquement animé est en cours de préparation.

 

 

Un collectif et une fédération d'associations ont été décidés, entériné par plusieurs votes:

l'un pour porter la manifestation prochaine du 9 juin 2013 centrée sur la résidence alternée comme principe en cas de séparation ou divorce;

l'autre pour péréniser le débat de la réforme sur la coparentalité selon tous ses aspects.

 

La bonne ambiance qui a régné tout au long de cette journée est un bon signe pour l'avenir de la cause des enfants et de leurs deux parents.


journeee-historique-30-mars-2013.jpg

 

Plus de détails ultérieurement.

Partager cet article
Repost0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 16:12

 

Message relayé par le Réseau Colin Bagnard qui appuie toutes les démarches permettant de porter nos espoirs:

 

> Message du 18/02/13 02:47

> De : "info@unparentdetrop.org"
 
MÈRE / PÈRE : ÉGALITÉ DES DROITS  :  AGISSEZ !

>

Bonjour à tous
>
L'action de Serge et Nicolas donne aux pères discriminés l'occasion de s'exprimer. L'action a été reprise par plusieurs pères, d'autres grues prises d'assaut, et les associations qui dénoncent la discrimination dans les affaires familiales ont l'occasion de prendre la parole.
>
> Notre action est solidaire. Des pères qui accrochent les banderolles, des fous d'Internet qui relaient l'information, des motivés qui appellent la presse, des associations qui rencontrent les politiques... chacun porte sa pierre à l'édifice.
>
> Il faut continuer.
>
> Au niveau du ministère, Mme Taubira* et Mme Bertinotti* se sont engagées à recevoir et entendre cette semaine les associations militant pour une réelle coparentalité. SOS Papa est actif au niveau politique. Mais chaque association doit se manifester immédiatement auprès de ces ministères pour demander conjointement l'égalité de droits entre un père et une mère.
>
> Le ministère est actuellement à l'écoute. Pour combien de temps ?
> L'examen de la proposition de loi pour une résidence alternée par défaut pourrait être éxaminée. Il est temps de ne rien lâcher. C'est le moment d'écrire à vos députés, de manifester devant vos tribunaux, d'appeler la télé, d'organiser des fêtes pour nos enfants, de peindre sur les murs, de distribuer des tracts, d'aller à Nantes le 20 février... Tant qu'on n'aura rien obtenu, il faut continuer.
>
>
Mobilisons-nous. Agissez !
>

> icdcceeg.jpg
>
A votre disposition,
>
Gérard OLLIVIER
>
Chargé de communication pour  la fédération 1 Enfant 2 Parents
> Secrétaire de l'association Parents Solos
> tél : 06 12 897 460
> E-mail :  
info@unparentdetrop.org   
> Site Internet : www.unparentdetrop.org
>
>
>
* Associations, écrivez cette semaine (ou jamais) à :

>
en précisant sur l'enveloppe :  MÈRE / PÈRE : ÉGALITÉ DES DROITS
>

Dominique BERTINOTTI
> Ministre déléguée auprès de la Ministre des affaires sociales et de la santé, chargée de la famille
> Ministère des Affaires sociales et de la santé

> 14, avenue Duquesne
> 75350 PARIS 07 SP
> Standard : 01 40 56 60 00
>

> Christiane TAUBIRA

> Ministère de la Justice
> 13, Place Vendôme
> 75042 Paris cedex 01
>

Dominique BAUDIS
> Défenseur des Droits

> 7 rue St Florentin

> 75409 Paris cedex 08

Partager cet article
Repost0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 15:51

AFFAIRE DES PèRES SUSPENDUS AUX GRUES ... et A LA JUSTICE.

 

Réaction suite aux commentaires télé ou aux articles de presse internet, dont celui de l'Express: http://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/actualite/societe/fait-divers/en-images-nantes-deux-peres-prennent-de-la-hauteur-pour-reclamer-la-garde-de-leurs-enfants_1221717.html

link

 

et http://www.lexpress.fr/actualite/societe/nantes-pourquoi-les-peres-divorces-obtiennent-rarement-la-garde-de-leurs-enfants_1221722.html link

 


 

Appel à Christophe Barbier et toute la rédaction !

Je m'exprime ici comme porte-parole du Réseau Colin Bagnard, une association ultrareprésentative pour le maintien du lien des enfants avec leurs deux parents lors des divorces et séparations. De nombreuses actions ont été menées vers les élus, les législateurs, les organisations familiales mais nous ne sommes jamais entendus parce que ce sont de nombreux intérêts qui sont menacés.

Je suis outré par ce que je lis et écoute dans le traitement médiatique de ce grave sujet de société. C'est très rare que l'on puisse débattre sur la famille. il a fallu attendre le débat sur le "mariage pour tous" qui enfonce encore plus les pères ou certaines mères écarté(e)s de leurs enfants!

Suite à la manifestation publique sur des grues de deux compères séparés de leurs enfants, tout est fait pour réduire aux cas individuels (c'est à dire familiaux) de Serge Charnay et Nicolas Moreno sans respecter les règles de l'équité du droit de la défense... qui n'est d'ailleurs pas plus respecté dans les tribunaux aux affaires familiales dans la majorités des cas. C'est cela qu'il faut analyser.

C'est à boulet rouge qu'on dénigre les compères.  Votre article sollicite déjà des avis nombreux (clairement identifié pour nous), mais il faut aller plus loin et expliquer les enjeux et les positions. Il faut donner la parole aussi aux représentants de ceux qui souffrent ce calvaire ! les commentateurs ne savent pas de quoi ils parlent ! En se basant sur les propos de l'avocate de la partie adverse des dossiers individuels, les media ne font que péréniser l'injustice courante. En donnant la parole systématique à des associations représentatives du féminisme, ce n'est pas la parité qui est mise en avant ! C'est le "modèle de Vichy" !

Ce n'est pas une affaire individuelle. C'est une affaire de société. De toute la Société. Le sujet qui nous concerne touche Toutes les Familles de France! Toute la Population. A Paris, la moitié des familles sont monoparentales! On ne peut pas faire pire. Les statistiques que vous donnez sont celles de la justice mais où sont les autres sources? Pas d'audit général sur ce sujet! Les statistiques, quand elles ne sont pas des pures propagandes diffusées à grands frais de subventions, ne reflètent pas la réalité plus dramatique. Et savez-vous combien de suicides il y a par an? Retournez-vous sur les affaires de drames familiaux qui ne sont jamais analysés post-mortem!

Lorsque des associations sont appelées sur les plateaux, elles ne sont pas représentatives, sinon d'enjeux politiques. Nos positions sont exposées depuis de nombreuses années, mais jamais elles ne sont répercutées par les média? Pourquoi?


La dernière:

http://reseau-colin-bagnard.over-blog.org/article-serge-charnay-nicolas-moreno-ces-peres-qui-font-le-pied-de-grue-pour-voir-leur-enfants-115422382.html


Christophe Barbier et toute l'équipe de journalistes, nous qui n'avons aucun moyen pour porter nos espoirs d'une politique familiale qui arrête le carnage social économique et moral de la "famille en France", je compte sur vous pour écouter vraiment ce que ces pères et mères qui ont traversé cette tourmente ont à dire.


Nicolas Sègerie, porte-parole du Réseau Colin Bagnard. (reseau-colin-bagnard@orange.fr)

Partager cet article
Repost0
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 11:31

file-d-attente-TGI-copie-1.jpg

 

Après la cacophonie et la division profonde de la Nation autour du projet de "mariage pour tous", voilà qu'accrochés à leur grues deux pères dans la soufrance réclament leurs enfants.

 

Serge Charnay et Nicolas Moréno ont fait preuve de pugnacité en s'exposant l'un et l'autre dans des conditions risquées, mais pas téméraires. Ils savent ce qu'ils font et les questionneurs parlant de leurs véléïté suicidaire potentielles n'ont rien compris à leur démarche.

 

Il ne m'appartient pas de m'immiscer dans leurs dossiers mais sur le plan général...

 

En effet, lorsque la séparation s'opère dans un couple avec enfants, c'est souvent le drame.

 

L'émission "Faites entrer l'accusé" présenté par Christophe Ondelatte, qui nous montre publiquement comment concrêtement la justice dans notre pays fonctionne, montre combien parmi les criminels (violeurs en série, pédophiles, désaxés de toutes sortes...), combien ont été confrontés à la séparation dans leur famille. Les enfants placés, les enfants de famille séparées, les enfants dont le père était absent (travaillant loin la plupart du temps, et non l'abandon comme il se dit habituellement) sont des situations qui ne sont pas sans conséquences.

 

Lorsqu'on regarde l'actualité, à chaque vacances de Noël, vacances d'été, vacances de Pâques... je m'attends à de nouveaux drames familiaux... Sinistre prévision, mais trop souvent vérifiée.

 

Parfois, lorsque le point de non retour éclate dans une famille, sur un coup de sang, un père considérant que sa famille n'a plus de sens qu'unie, supprime tout le monde sans s'oublier!

 

Il y aurait 7500 pères qui se suicident chaque année! N'est-ce pas suffisant pour se poser les bonnes questions et arrêter de faire comme si c'étaient des "forcenés" nés ! Il y a des causes à cette saignée humaine qu'il faut comprendre. Là il y a un vrai débat à mettre en place sur un sujet préoccupant et pourtant occulté même avec nos compères sur les grues.

 

Heureusement ce n'est pas le cas tout le temps. Et c'est le premier rôle des associations comme RCB et de nombreux groupes qui doivent mailler nos territoires d'empêcher le pire par le soutien psychologique et les "bons" conseils pour préserver les chances de retrouver une situation apaisée et le lien rompu.

 

Alors, que reste-t-il à ces pères pour agir pour leur défense?

Bien plus de 80% qui sont les statistiques ne portant que sur les décisions judiciaires aux affaires familiales ces dernières années, qui ne correspondent en rien à la réalité de quelques >95% des cas.

 

Des actions comme celles de Nicolas Moréno (une grève de la faim de trois semaine et d'autres actions) ou de Serge Charnay (rester sur une grue au moment le plus froid de l'année et se retrouvant sans alimentation) sont exceptionnelles en France. Beaucoup plus fréquentes au Royaume Uni, au Canada ou aux Etats Unis dont la culture du lobbying poblic est constitutionnelle et organisée.

 

Nous pouvons les remercier pour avoir permis aux médias de braquer au moins un moment leur caméra et leur attention; c'est si rare! Mais comment faire rebondir ce sujet avec eux?

 

Cour-Europeenne-des-Droits-de-l-Homme.jpg

Je pense que nous aurions la possibilité de monter une démarche collective à la Cour Européenne des Droits de l'Homme pour que l'Etat Français fasse respecter ses propres engagements comme la convention internationnale des droits de l'enfant.

 

..Et malgré des commentaires de journalistes ou de commentateurs qui n'ont pas pris la mesure du problème, les réponse des politique décalées par rapport aux besoins. Depuis des années, nous les sollicitons en vain. Que faut-il faire?

 

Malgré la "désolidarisation" de certaines associations qui pourtant luttent pour la même cause.

 

Nicolas Moréno n'a pourtant pas pris un risque inconsidéré puisque c'est son métier de grimpeur-élagueur, habitué à être perché... Et ce n'est pas parce qu'il se retrouve sans travail qu'il a perdu son agilité et son punch. Le seul risque est pour ses propres affaires qui risquent d'être stigmatisées.

 

Récemment, il nous a même engueuler, nous les membres de certaines associations, car selon lui, on ne faisait pas assez pour les soutenir lors d'une autre opération. Nul n'est tenu à l'impossible. Et le cadre était différent puisque la question était un soutien par une manifestation lors d'une audience aux affaires familiales. Or il est nécessaire que la justice agisse en toute indépendance; on ne peut tenir un siège (qui d'ailleurs n'effraie personne et ce n'est pas le but) et dans le même temps demandé l'indépendance de la justice vis-à-vis de groupes de pressions corporatistes (ordre des avocats ou notarié, magistrature, syndicats judiciaires, certaines associations familiales qui veulent faire du chiffre, fédération des CAF qui n'est pas l'état ni même démocratique puisque tous les usagers n'y sont pas représentés), politique (anti-activiste, droite ou gauche, c'est selon), idéologiques (féministes, homosexuels et doctrinaire du genre en surpuissance, les écoles "spy" dont la scientificicté est indémontrable et le machisme aussi qui s'oppose à l'idée que les pères ne peuvent pas vraiment élever leurs enfants correctement).

 

Il y a plusieurs façons d'agir, chacun selon sa conscience, et chacun selon ses capacités, et chacun, selon ses moyens, et souvent les parents séparés n'en ont plus.

 

Nous devons respecter les manières d'agir accessible à ceux qui peuvent agir... Sans se désolidariser. La fome, la stratégie d'action, la tactique... peu importe, tant que le fond est préservé. Et c'est le cas, même si chacun dans les associations, qui ne sont jamais que des individus fédérés confrontés aux mêmes désarois, qui développe un thème plutôt qu'un autre. Le débat de la famille est complexe, il sollicite toutes les disciplines de la connaissance (biologie, médecine, sociologie, anthropologie, droit, éthique, spiritualité...). Les personnes ou associations isolées ne saurait rendre compte de la totalité du problème.

 

Au fond, les familles séparées divorcées qui sont confrontées à l'injustice ne peuvent qu'être révulsées comme le serait n'importe quel esclave moderne, n'importe quel maltraité du droit international, n'importe quel citoyen conscient de ses obligations qu'il ne peut accomplir.

 

De quelle injustice parle-t-on? A quoi se résume le problème soulevé par nos deux compères? Etre parents, père ou mère, c'est un lien fondamental qu'aucune institution humaine ne peut couper. Le droit ne peut pas se substituer à cette relation filiale fondamentale. Si les juridictions ont prévu depuis longtemps dans des cas graves d'agir "pour l'intérêt des enfants" ou de la société, il a fallu dans bien des cas qu'elle se retourne: les Aborigènes d'Australie enlevé pour mauvaise éducation, les déficients mentaux castrés, les pauvres rendus infertiles, les enlèvements institutionnels et abusifs qui existent toujours...

 

Le débat du "mariage pour tous" nous a éclairé sur ce lien biologique et les réparartions qui peuvent parfois pallier aux problèmes d'infertilité ou de dispariiton réelle des parents où l'adoption est une solidarité et un échange humain prévu dans bien des civilisations. Et même chez les animaux. Pourquoi s'en priver? Mais la nature ne prévoit pas de sacrifier l'un des parents vivant ! Pourquoi les peuples de la Terre, assez nombreux pour avoir fait suffisament l'expérience pour en avoir tiré un enseignement pérenne, recourrent au partage de la parentalité utile quand l'un des parents disparait. C'est différent que d'encourager les séparations familiales par l'octroi d'un bénéfice financier à la "femme isolée" et d'autres "organisations". Le soutien social se conçoit, s'il est utile et vérifiable, mais l'encouragement détruit la société. Créer et péréniser une famille semble l'activité la moins importante dans notre société. Et la science de confirmer que les séparations ont un rôle néfaste sur les enfants, même si ce n'est pas toujours vérifiable et que la prévention peut éviter le pire.

 

Bon courage à toutes les familles, les pères, les mères, les grands-pères, les grands-mères, les oncles, les cousins, les tantes, les cousines, les amis de ces enfants qui sont séparés de leurs deux parents. Il faut tout mettre en oeuvre pour changer cette calamité qui ne fait que se développer actuellement. Il faut faire front !

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 01:15

 

Pour arbitrer pour ou contre le projet de "mariage pour tous", vu la crispation du débat, la constitution française prévoit dans certains cas, et c'est le cas ici, de restituer la souveraineté au peuple français par le référendum.

 

Les citoyens peuvent réunir 500 000 signatures pour saisir le Conseil Economique, Social et Environnemental pour rédiger un rapport d'experts à partir de la connaissance autant objective que possible sur le sujet.

 

 

Je vous propose donc d'envoyer votre propre demande à partir du modèle suivant:

 

 

-------------------------modèle de lettre à envoyer --------------------------

 

Pétition citoyenne 

 

à l’attention du Conseil économique, social et environnemental (CESE)

 




Je soussigné [ nom prénom],

 

né (e) le [ date de naissance ], de nationalité française,

domicilié à [ votre adresse ].

 

Je saisis le Conseil économique, social et environnemental, agissant dans le cadre de la «Saisine sur pétition citoyenne ».

Je demande son avis sur le projet de loi ouvrant « Le mariage aux couples de personnes de même sexe et son contenu ».

Je désigne comme mandataire M. Philippe BRILLAULT, maire du Chesnay, porte-parole de La Manif Pour Tous, qui adressera l’ensemble des pétitions au Président du CESE, M. Jean-Paul DELEVOYE.


Fait à [ lieu ], le [ date ].

 

 

Signature [ obligatoire ! ]

 

 

 -------------------------------------------------------------

 

A renvoyer sous pli affranchi au tarif en vigueur :


La Manif Pour Tous

15 rue Pottier

78150 LE CHESNAY

 

(merci d'informer RCB par reseau-colin-bagnard@orange.fr )

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 19:11

Pour alimenter votre réflexion comme nous l'avons déjà fait en proposant le compte-rendu riche en arguments d'une précédente conférence sur le même sujet ( Compte-rendu de conférence-débat à Millery (Lyon) : "Mariage, adoption, ouverture à la création médicalement assitée aux couples de même sexe". ),Chacun pourra collecter les avis ou apporter sa contribution.


Voici le communiqué de l'association Cosette et Gavroche:


LYON - VAULX-en-VELIN

 

SAMEDI 26 JANVIER 2013

 

(de 09:00 h à 19:00 h)

 

ÉTATS GÉNÉRAUX DE L'ENFANT

 

à l'Espace évènementiel, métro A arrêt Vaulx en Velin la Soie

 

 

Madame, Monsieur,

 

Notre association organise le samedi 26 janvier 2013 la première journée des États Généraux de l'Enfant à Lyon, Vaulx en Velin, à l'Espace évènementiel, métro A arrêt Vaulx en Velin la Soie.

 

Thème : Enfant, mariage, filiation, identité.

 

Vous êtes convié(e) à y participer.

 

La salle contient 450 personnes, l'entrée est libre.

 

Le programme précis sera mis en ligne dès que possible sur notre site : www.cosetteetgavroche.fr

 

Durant cette journée, viendront des éducateurs, pédiatres, philosophes, psychologues, juristes.

 

Leurs conférences seront imprimées et nous ferons porter dès le lundi 28 janvier à chaque député, le livre blanc de ces États Généraux. Nous voulons, malgré les vents contraires, faire avancer le débat sur «le mariage pour tous». Le projet de loi Taubira bouleversera les fondements de la société, c'est pourquoi nous devons tous connaître son contenu et ses conséquences. Merci à chacun d'entre vous pour votre générosité. Vous pouvez, si vous le désirez continuer à participer à notre action.

 

Toute l'équipe de Cosette et Gavroche vous souhaite une heureuse année 2013.

 

Pour l'Association Cosette et Gavroche www.cosetteetgavroche.fr

06 64 65 10 94


Bénédicte LOUIS, Vice-présidente, organisatrice des États Généraux de l'Enfant

et

Raphaël NOGIER, Président

Twitter : @cosetteetgavroche

FB : http://www.facebook.com/pages/Cosette-et-Gavroche/215555518575754?ref=hl

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 13:14

 Se posant la question de savoir s'il y aurait des arguments POUR le projet de « MARIAGE POUR TOUS »,  le Réseau Colin Bagnard avait annoncé une conférence-débat à Millery en région lyonnaise le 10 janvier 2013, organisé par le député Georges Fenech:

 

Mariage, adoption, ouverture à la création médicalement assitée aux couples de même sexe.

 

(NB : les éléments entre [] font état de passages de transcription de sens avoisinant à défaut d’exactitude difficile à capter sans enregistrement. RCB indique quelques commentaires du transcripteur du Réseau Colin Bagnard, pour la clarté ou le commentaire hors conférence).

 

[RCB : rappelons ici que Georges Fenech est ancien et toujours magistrat, donc de formation juridique, et spécialiste des mouvements sectaires, dont la connaissance familiarise avec les concepts éthiques].

 

Georges Fenech nous a accueilli dans la salle des fêtes de la mairie de Millery, comble, et a donné la parole successivement à des représentants variés de la société civile :

  • Son collègue le député de l’Ain, Xavier Breton, président de l’Entente parlementaire pour la famille, comptant quelques 212 députés ou sénateurs, dont le positionnement se veut hors des clivages politiques et au dessus du clivage de l’alternance des deux chambres du parlement, où le clivage même gauche-droite est dépassé.
  • Un juriste spécialisé en droit de la famille, l’avocat Maître Benoit de Boysson, du Barreau de Bourg en Bresse, auteur de « mariage et conjugalité ».
  • Un rabbin, (dont le nom m’a échappé), ancien président de l’Institut d’Etude de la Famille (informations à compléter).
  • Un prêtre, vicaire apostolique du diocèse de Lyon, le Père Bruno-Marie Duffé, ancien directeur de l’Institut des Sciences de la Famille (sous la tutelle de l’Université Catholique de Lyon), aumônier catholique du Centre Léon Bérard contre le cancer. 
  • Un représentant (son nom m'a échappé) de l’association « La marche pour l’enfant » (sauf erreur) qui appelle à manifester pour le dimanche 13 janvier à Paris.

 

Comme d’autres associations présentes, nous avons écouté les différents arguments concernant ce projet de loi dit « MARIAGE POUR TOUS », cependant, nous serions bien embêté pour restituer un seul argument en faveur de ce projet car aucune des personnes présentes ne s’est déclarée ouvertement POUR ce projet, malgré la recherche de spécimen par l’animateur. Ce qui peut rendre le caractère de débat artificiel comme l’a fait remarquer plus tard le rabbin au début de son exposé. Cependant la richesse et la profondeur des arguments nombreux CONTRE mérite d’être détaillées.

 

Pour l’animateur Georges Fenech, la ministre de la justice Christiane Taubira elle-même l’a bien dit : « Il s’agit d’un débat de civilisation » où les clivages gauche-droite ne sont pas établis comme pour Elisabeth Guigou (du parti socialiste et ancienne ministre de la justice) qui déclare "son inquiétude".

 

Pour le député, un tel débat de société appelle fondamentalement un référendum car ce n’est pas parce que le président de la République aurait été élu, avec une faible majorité, qu’il pourrait se passer de ce débat à restituer aux citoyens. Son collègue le député Xavier Breton remarque qu’il n’y a pas de débat public, comme ce fut le cas pour des consultations nationales sur d’autres sujets (l’école…), même si beaucoup débattent et si ce débat s’impose. Ce débat s’impose d’autant plus qu’au-delà de l’aspect juridique, existe l’aspect anthropologique puisqu’il entraîne la remise en cause de la nature de l’Homme. Qu’il existe plusieurs conceptions et représentations du mariage ; et que ce projet soulève un faisceau de problèmes complexes sur la procréation, les maladies de la fertilité, la filiation, l’adoption…

 

Le député Xavier Breton s’oppose à ce projet :

Opposition sur le plan du MARIAGE : qui doit être fondé sur l’ALTERITE SEXUELLE alors que l’argument appelant le concept de DISCRIMINATION en est une remise en cause qui s’échafaude sur la THEORIE DU GENRE, qui est une idéologie où tous les couples sont équivalents : Homme + Femme = Homme + Homme = Femme + Femme où il existerait une discrimination telle que celle existant dans le travail dans la rémunération selon qu’on est Homme ou Femme.

 

Opposition sur le plan de la FILIATION : un enfant peut-il dire « Papa » à deux hommes ? «Maman » à deux femmes ? Puisque dès qu’il y a mariage, il y a possibilité d’adoption, introduit dès le premier texte de loi sur le mariage.

 

Or la FILIATION repose sur trois piliers :

1. le pilier CORPOREL, en effet c’est la grossesse et l’accouchement.

2. le pilier EDUCATIF – AFFECTIF (accompagnement)

3. le pilier JURIDIQUE-SOCIAL (statut du mariage, concubinage, PACS, adoption).

 

Parfois, les aléas de la vie font qu’il manque un des piliers que l’on essaye de réparer : exemple de l’ACCOUCHEMENT sous X, l’ADOPTION PLENIERE pour le pilier CORPOREL ; la soustraction par les services sociaux en cas de MALTRAITANCE ou de CARENCE pour le pilier éducatif.

 

« mais la parenté, ce n’est pas seulement aimer l’enfant ! »

 

Georges Fenech remarque qu’il est un fait d’ors et déjà établi qu’il existe L’HOMOSEXUALITE et des unions qui ne sont pas à contester. Ce qui est grave est la FALSIFICATION SUR LA PROCREATION pour une idéologie « égalitaire ». Ici, la société créé les conditions en retour d’une véritable discrimination.

 

On pourrait aussi évoquer le PRINCIPE DE PRECAUTION alors que d’une courte majorité, le président Hollande ne peut clamer l’unanimité sur ce projet. Dans les livrets de famille disparaîtront les mentions « père » et « mère » ou « époux » et « épouse » remplacées par « parent 1 », « parent 2 » (cf. "Mariage pour tous" entre parent "pair" et parent "impair" ).

 

Or le mot « père » ou « mère » apparait 156 fois dans le code civil alors qu’il est le fruit de longues années de construction législative. Sur ce plan législatif, on pourrait envisager d’améliorer le PACS ou de créer une « ALLIANCE CIVILE » alors qu’ici il s’agit d’une falsification de la création, ce qui est très grave.

 

L’avocat Maître Benoit de Boysson se dit opposé d’emblée à ce projet brutal et bâclé. Il ne se contentera de ne parler que d’aspect juridique désignant tout de même les 900 pages d’un manuel de droit de la famille.

 

Il rappelle l’étymologie double du mot « mariage » : MAS-MARI, désignant « le mal » et MAR, désignant « la mère » ; c'est-à-dire sous-entendu l’ACTE par lequel l’enfant vient à naître.

 

(RCB : dans notre contexte, cela rappelle combien l’acte est fondamental, ce qui n’est pas le cas dans certaines pratiques PMA ou GMA dont les lesbiennes conviendront qu’elles sont bien obligées d’avoir recours, si elles ne les pratiquent pas elles-mêmes, à des manipulations ne remettant pas en cause cet aspect corporel fondamental qui pourtant disparait dans le projet de loi). (PMA = Procréation Médicalement Assistée, pour les femmes ; GMA = Gestation Médicalement Assistée pour les hommes ; si je ne fais pas d’inversion).

 

Le mot « mariage » implique aussi « famille » au sens aspect public, que l’on constate par exemple dans le cas de divorce.

 

Un autre argument apparait devant la submersion apparente [du phénomène de vague du mariage homosexuel] comme si à l’échelle internationale (qui ne représente à ce jour que 6% des états, argument que le rabbin présent considère comme futile tant il est transitoire voire manipulateur) la loi serait fatalement suivie ensuite en Europe, [argument qui apparait contradictoire à l’esprit des démocraties].

 

Le juriste explique qu’en Belgique, malgré l’accord sur le mariage de ne pas aller plus loin, c'est-à-dire pour l’adoption, le lendemain même, fusaient déjà les demandes ; l’ADOPTION étant inhérente au MARIAGE. Ces unions ne regardent pas seulement l’affaire privée du couple, mais la société.

 

Un argument de poids proféré par les tenants du projet est l’existence de l’AMOUR. Or ce n’est pas le cas d’un pont de vue juridique où le mariage ne constitue pas une consécration de l’amour. D’ailleurs aux affaires familiales, il n’a jamais été possible pour un époux ou une épouse de faire grief « qu’il ou elle ne m’a pas assez aimé ! » 

(RCB : rappelons que le divorce pour faute n’a plus d’existence, lui, dans la loi française).

 

Il est souvent fait référence au cas de la Grèce antique, mais historiquement, d’abord l’homosexualité était réservée aux hommes, à part une certaine prêtresse de l’île de Lesbos (qui donne leur nom aux lesbiennes). Et ce sont des hommes mûrs qui agissaient avec des hommes jeunes [ce qui serait aujourd’hui plus proche de la pédophilie, étant donné le statut de l’âge des « adolescents » à l’époque]. Nous sommes loin de l’égalité.

 

Juridiquement, l’égalité n’autorise pas tout, elle permet l’égalité de traitement, mais ici il n’y a pas équivalence [entre homosexualité et hétérosexualité pour le mariage]. La CEDH (Convention Européenne des Droits de l’Homme) ou la Cour de Cassation ont tranché : il n’y a pas d’obligation [aux états] pour ouvrir un mariage aux gens de même sexe.

 

Ce mariage est une condition, non seulement de [constituer un] couple, mais de [constituer une] famille ; et l’Amour n’est pas une condition du mariage. Le sentiment n’est pas seul justifiable à faire appel au mariage. En effet, il consacrerait l’union d’un père qui aimerait sa fille ou sa sœur (interdit universel de l’inceste). Ainsi, à partir du moment où le mariage n’est plus une notion anthropologique, il y a péril !

 

Le mariage au plan symbolique est un signifiant de l’hétérosexualité, qui bien compris empêchera l’homosexualité. Le PACS avait été un modèle limité, le modèle principal résidait en l’hétérosexualité ; le cas de l’homosexualité étant un modèle accessoire [contrairement au modèle proposé où les divers cas sont réputés équivalents].

 

Georges Fenech exprime que les 6% des états qui autorisent le mariage homosexuel sont confrontés automatiquement à l’adoption. En France, pour 20000 demandes, 3000 enfants sont adoptés chaque année. Ce projet fait craindre à l’avenir le refus des autres états d’envisager l’adoption pour des partenaires vivant en France de peur d’une adoption permettant des formes d’enlèvements d’enfants à l’international.

 

Le rabbin, président d’un centre d’étude de la famille exprime sa désapprobation (déjà mentionnée) sur le fait que pour qu’il y ait débat, il faut que les tenants de l’opposition (les POUR ici) puissent eux-mêmes exprimer leur position et leurs arguments. Elément auquel Georges Fenech répondra plus tard que tout le monde est invité et cherchera dans l’assistance les personnes qui auraient cette position pour leur permettre de s’exprimer ouvertement, en vain.

 

Le rabbin exprime aussi sa désapprobation au sujet du PRINCIPE DE PRECAUTION car, dit-il, il serait impossible à une société d’avancer vers le PROGRES si l’on ne prenait jamais le risque d’avancer. Nombreux sont les exemples :

- le PACS que beaucoup refusait admis aujourd’hui ;

- l’abolition de la peine de mort, totalement rejetée avant de Robert Badinter la fasse passer ; - la place des femmes dans la société, incontestable aujourd’hui même s'il y a des progrès encore à faire ;

- l’homosexualité était encore interdite juridiquement parlant il y a 30 ans seulement !

- aujourd’hui c’est l’homophobie qui est devenue un délit.

 

L’arguments du principe de précaution n’est pas suffisant pour rejeter le projet en question. Dans la Torah, ne considère pas forcément que si c’est un problème d’évolution de société, « Il n’est pas bon que l’homme soit seul » et appelle la création du couple. Sans doute le caractère masculin n’est pas abouti, tourne autour de lui-même, et qu’il existe quelque chose d’appauvrissant dans le fait d’être seul. Comme dans une intervention d’un animateur que l’on connait pour être compétent, il faut une aide, une assistance, une « opposition », une « correspondance » pour créer les conditions d’un surpassement. C’est le mariage : opposition de sexe, de sensibilité, [de fonction]… On n’a jamais dit que ce serait facile !

 

Le mariage est la capacité de surmonter le monde par le dépassement. C’est bien autre chose que simplement accomplir un désir ; il s’agit d’une solution pour faire grandir l’ESPECE HUMAINE. Dans la Torah, « mâle et femelle » sont intrinsèque du couple ADAM.

 

La dimension humaine ne se retrouve que dans cette opposition mâle et femelle. Le rabbin donne l’exemple des animaux qui ne s’accouplent face à face que dans trois cas : l’Homme, le Poisson, et le Serpent, tous trois ayant en commun d’avoir été interpelés par DIEU (cas de la baleine pour Jonas, et du serpent du jardin d’Eden). Anecdotiquement ; il y aurait en plus le chameau pour des raisons dont on peut imaginer tenir plus de la physiologie. Par conséquent l’HUMAIN s’accouple face à face contrairement à l’ACTE SEXUEL animal en général, avec toute la dimension de la liberté et du consentement mutuel sans domination. Par ce vis-à-vis, il existe donc une possibilité de grandir par l’insoumission et dans l’esprit critique. Là est l’égalité.

 

Dans le couple, il y a trois entités : l’Homme, la Femme, et la Dimension verticale.

Ce n’est pas par hasard si la procréation se fait comme ça.

Ce n’est pas par hasard qu’il soit si difficile à la médecine de réparer l’infertilité.

 

Dans la Torah, « ISHA est la Femme car elle vient de l’Homme ». Fondamentalement, la Femme, c’est l’os de mes os, la chair de ma chair. (Le rabbin fait remarquer qu’on ne parle pas ici au niveau de la couture alors que tout ce passe à ce niveau là.) La filiation vient de cette FUSION « ADAM » = UNITE. A ce titre les problèmes de l’homosexualité (proscrite par la Torah) viennent du fait du but de ne faire qu’un qui n’est pas recherché dans ce cas.

 

La Torah précise : « Il s’attachera à sa Femme » (c'est-à-dire pas par l’adultère) à comprendre dans leurs conséquences sociales. En Résumé, le couple est le dépassement de deux solitudes avec une dimension de projet spirituel. Le problème de l’homosexualité découle d’une perte de réalité du mariage hétérosexuel.

 

Pour le rabbin, le mariage homosexuel est UNE ERREUR.

 

Confier un enfant à un tel couple homosexuel est même un CRIME POUR L’HUMANITE.

 

Si dans le couple hétérosexuel, il y avait ce dépassement de soi, il n’y aurait pas ce problème et ce projet.

 

Georges Fenech fait remarquer que dans l’histoire de l’Humanité, pour répondre à la question du principe de précaution vers le futur, il peut exister des lois régressives au progrès : le cas du rétablissement de l’esclavage par Napoléon, ou les lois (anti)juives pendant la Deuxièmes Guerre Mondiale.

 

Le Vicaire épiscopal, le Père Bruno-Marie Duffé exprime la position de l’Eglise catholique en restituant par des extraits un texte élaboré à la Conférence des Evêques de France par six évêques et des théologiens publié en septembre 2012 (link).

 

Il dit que si l’autorité dans l’Eglise s’est exprimée, il constate aussi que les catholiques prennent beaucoup de précautions, tel l’association David et Jonathan (homosexuels dans une recherche spirituelle link), qui demandent la protection juridique et la reconnaissance.

 

Le vicaire constate aussi que sur ce débat, il n’y a pas de position définie selon l’appartenance religieuse ou selon l’appartenance politique, gauche ou droite. Que ce débat constitue une ouverture pour le débat du MARIAGE en général. Finalement, c’est alors qu’il y a peu de mariage par rapport au nombre de couple que ce débat a lieu.

 

Sur le mariage homosexuel, les références viennent aussi de la Bible, commune sur ce point avec la Torah par le livre de la Genèse. Que le mariage catholique est consenti devant la société avec le maire et les témoins.

 

Le vicaire épiscopal, ancien directeur de l’Institut des Sciences de la Famille, exprime l’opposition au « mariage pour tous » par trois arguments essentiels :

1. L’ouverture du mariage homosexuel en vertu d’une discrimination est innaceptable car le couple (catholique) reçoit l’Amour de DIEU avec pour mission de PROCREER.

2. La suppression du mariage (INSTITUTION) pour le remplacer par un CONTRAT entre deux personnes (quelque soit leur sexe) change totalement la nature du mariage.

3. La mariage est un lien fondamental à la FONDATION D’UNE FAMILLE (et ceci par le corps à corps).

 

Les conditions du mariage varient selon les représentations (civil ou catholique), avec l’assistance mutuelle, la responsabilité parentale ; mais chacun remarque que les formes du mariage civil sont bien trop courtes au plan symbolique et ne rappellent pas suffisamment ce que signifie l’engagement.

 

Les chrétiens croyent en un DIEU d’Amour qui donne la VIE, manifesté par l’ALTERITE SEXUELLE, une incitation pour l’Homme et la Femme de s’allier.

Le mariage est une ALLIANCE.

 

Mais que d’autres modèles sont respectables, par exemple sur le plan de la fécondité, de même que le respect des choix de mode de vie va de soi. La reconnaissance de l’homosexualité est un processus complexe, fait appel aux notions de reconnaissance d’un égalitarisme là où il y a dominance par un autre modèle (l’hétérosexualité) ; mais les parcours individuels sont aussi souvent des démarches spirituelles.


La théorie du genre (GENDER link) est indéfendable pour l’Eglise catholique qui ne reconnait dans le mariage que le concept d’ALTERITE. Le mariage est une institution ce qui est fondamentalement différent d’un contrat où au plan symbolique il n’y a pas d’obligation, pas de lien d’alliance, et peut être révoqué, et de plus unilatéralement.

 

Sur la question des enfants, il est impossible de vouloir un enfant pour soi (DROIT A L’ENFANT), mais que le mariage engage la VIE de l’enfant (DROIT DE L’ENFANT) ?

Où l’enfant est une PROMESSE, pas un PRODUIT.

Après cela on comprendra que les gens qui sont infertiles cherchent à réparer, mais ce n’est pas même chose.

 

Dans les conventions internationales existe des droits fondamentaux pour un enfant :

- avoir des parents

- être élevé par ses parents

- laissons de côté que le lien de conjugalité est présumé être un lien de paternité.

 

Ce n’est pas parce que telle association est présentée comme représentative des homosexuels qu’il ne faut pas faire attention à la dimension symbolique, c'est-à-dire au regard des autres. Vivre à deux se fait dans une société où il y a un BIEN COMMUN, c'est-à-dire qui engage les GENERATIONS FUTURES, pour l’instant sans personnalité juridique, mais un DEVOIR pour tous.

 

Qu’un père puisse dire « Mon fils ! », et un fils, « Mon père ! ».

 

Maître de Boysson précisera que le mariage religieux en Italie implique celui du civil. Il lui sera répondu que c’est un autre contexte que la laïcité à la française.

 

Puis Georges Fenech propose à la salle d’intervenir. Je m’exprime comme représentant du Réseau Colin Bagnard, association qui a pour finalité le maintien du lien des enfants avec leurs deux parents dans les familles séparées, divorcées. Je fais la remarque que devant tant d’arguments d’ordre juridique, spirituel ou sociétaux contre ce projet, il y en a encore un autre qui a lui seul nous parait à nous, les parents séparés de nos enfants, suffisant pour s’opposer au « mariage pour tous ». En effet, il est déjà souvent difficile pour les parents qui n’ont pas la résidence principale de leurs enfants de maintenir le lien par l’application des lois existantes; ce serait particulièrement plus compliqué avec l’avènement de nouveaux modèles de mariage. Dans ces cas, qui existent déjà dans les faits, les pères, le plus souvent, ou les mères concernées, disparaitront purement et simplement définitivement de la vie de leurs enfants.

 

A ce titre, malgré la Conventions Internationale des Droits de l’Enfant, ou l’équivalent au niveau européen, il y a encore beaucoup à faire pour l’application dans les lois nationales, voir dans les cas d’enlèvements internationaux.

 

Le député Xavier Breton, président de l’Entente Parlementaire pour la Famille explique qu’il y a des évolutions prévues concernant la résidence alternée, il est proposé que les enfants restent dans un même logement alors que ce sont les parents qui alternent [remarque supplémentaire RCB : il parle d’un modèle expérimenté au Pays bas ou au Canada et où les questions économiques et ne peut qu’être marginal].

 

Il mentionne aussi la réflexion du concept de PLURIPARENTALITE (RCB : ce qui n’est pas en mesure de nous rassurer, bien au contraire, mais ce n’est pas exactement le débat de ce soir, quoique puisqu’il est admis une notion élargie de la famille, avec divers TIERS, pourquoi ne pas aller jusque là en fondant le parent, père ou mère, dans une parentalité collégiale ; cela ne va rien arranger puisque déjà un projet de loi sur les tiers avait abouti à un rejet massif!).

 

Certains auditeurs comprennent avec un frisson la situation dans laquelle ce projet nous met.

 

Une jeune femme fait la réflexion qu’il en est de même pour le « mariage pour tous » comme pour le débat « sur l’école » puisque c’est par les enfants que la PROPAGANDE se diffuse et comme le confirme le député Xavier Breton, ce sont les mots mêmes « par la jeunesse… » qui introduisent la lettre diffusée dans les académies par le ministre de l’Education nationale ().

 

Cette femme avec une certaine pugnacité interpelle toutes les personnes présentes pour se mobiliser… et y réussi.

 

Une autre personne dans la salle fait remarquer au sujet de l’une de ces associations GLBT, on voit ce que signifie G =Gay ; L = lesbienne ; mais qu’en sera-t-il pour le mariage des B = Bi, et T = Trans ? Créant un vague sentiment d’emballement dans l’assistance pour ce débat. [---]

 

Le Père Duffé rappelle le Cardinal Barbarin lorsqu’il avait évoqué la question de la pluri-sexualité alors qu’il était interrogé par un media ; qu’en effet, si le mariage se basait avec ce projet de loi sur le concept d’Amour exclusivement, sans dimension anthropologique, on pourrait envisager cette possibilité comme probable.

 

Georges Fenech demande aux deux religieux ce qu’il ferait s’ils étaient amenés à marier deux homosexuels ?

Le Père Bruno-Marie Duffé explique qu’il existe trois possibilités au sein de l’Eglise pour la reconnaissance de certaines relations sous forme de « temps de prière » (qui n’a rien à voir avec un sacrement indissoluble) ou tel « l’échange de consentement avec un autre » DEVANT LA COMMUNAUTE DES CROYANTS mais qui ne font pas appel à un registre.

 

Le Père Duffé revendique le fait que justement, si les juridictions délivrant un mariage civil ou religieux sont séparées, cela lui permet d’être libre (de refuser).

(Pour en savoir plus sur la position de l’Eglise catholique, consulter le texte du Conseil Famille et Société: link).

 

Quant au Rabbin, pour qui la question semble tellement saugrenue, si tel était le cas une première fois, la communauté devant laquelle se déroulerait la cérémonie serait tellement hilarante que cela dissuaderait l’existence d’une deuxième fois… Hilarité communicative.

(pour en savoir plus sur la position juive, lire le texte du Grand Rabbin de France Gilles Bernheim : link).

 

Un jeune homme (il y en avait) exprime le point de vue de sa génération, réellement intéressée quoi qu’on le suppose, à ce sujet et se sent impliqué.

 

Enfin, si je n’oublie personne (n’entendant pas toujours facilement), un homme déclenche le rire général en rappelant que Madame la ministre Cécile Duflot, d’Europe Ecologie Les Verts, écologiste, toujours prompte en prévention contre toute manipulation génétique sur toutes sortes de maïs ou autre et contre les OGM, porte l’étendard pour les manipulations génétiques humaines.

 

 

Voilà cette restitution faite avec autant de détails que possible. Si des éléments venaient à être erronés ou pour compléter ceux manquant, merci de le signaler en commentaire ci-dessous.

 

Merci pour vos propres commentaires et arguments. En particulier si vous ne partagez pas les points de vue déjà présentés.


 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 10:23

 

Communiqué par l'association Cosette et Gavroche ( http://www.cosetteetgavroche.fr/ )

 

Dimanche 13 janvier 2013 13 heures, PARIS 

Manifestation nationale au départ de la place d’Italie. Comment se rendre à Paris le 13 janvier pour la manifestation ?
Plusieurs possibilités : un TGV spécial a été réservé. Le site www.marchesolidaire.fr vous donne des renseignements. Certaines paroisses catholiques et protestantes ont mis des cars en place. Il faut leur téléphoner.
Samedi 26 janvier 2013, LYON
 ETATS-GENERAUX DE L’ENFANT.
L’association Cosette et Gavroche organise les États Généraux de l’Enfant avec pour thème :
Un père, une mère, est-ce complémentaire ? 
De nombreux conférenciers sont attendus.


 

Après la grande Manif pour tous du 13 janvier à Paris qui s’annonce historique, la mobilisation doit continuer !
C’est pourquoi "Cosette & Gavroche" organise des

Etats-généraux de l’Enfant à Lyon,

le samedi 26 janvier 2013, de 9h30 à 18h, à l’Espace événementiel de l’hippodrome du Carré de Soie, 1 Avenue de Bohlene, 69120 Vaulx en Velin. 

Au programme : Les aspects éducatif, médico-psychologique, juridique...

- - Conférences, mini-tables rondes, questions du public - -

Réservez votre date, quelles que soient vos convictions ! Les débats seront libres et ouverts à tous dans un esprit de tolérance et d’écoute mutuelle . Spécialistes de l’enfants, juristes, philosophes, élus, journalistes, personnalités analyseront les conséquences du projet de loi Taubira et proposeront des mesures en faveur du bien de tous les enfants, et de l’intérêt général. Bienvenue !

 

Le Réseau Colin Bagnard agissant dans l'intérêt des familles (en tout cas une certaine "conception"), nous ne pouvons que susciter toutes activites qui va dans le sens du débat que l'on espère salutaire. Vous savez déjà ce que nous pensons ( "Mariage pour tous" entre parent "pair" et parent "impair" ). Les parents, grands-parents, amis des familles désunies, pourrons apporter tant que possible leurs contributions pour faire bien comprendre à ceux qui ne l'auraient pas en core compris qu'il y a assez de catastrophes familiales à traiter sans en ajouter de plys fragiles. Ainsi, on vient de me raconter ce cas:

 

Un couple (homme et femme mariés) qui avait eut déjà un enfant, avait une amie initialement de l'homme du couple. L'homme eut ensuite des relations avec cette amie devenue amante. Mais cette relation changeat vite car... cette femme s'éprit de l'autre femme (au sens marital) qui en fait était lesbienne, elle aussi. Le couple explosa. Cependant, du fait de la vie mouvementée du couple déjà déconfi, voilà que l'ex-amante est enceinte par l'ex-mari mais est maintenant en couple lesbien avec l'ex-épouse! (Vous suivez encore?)

 

Comme quoi ce type de relation semble tellement fragile ! C'est d'ailleurs attesté scientifiquement. (j'ai perdu les références)

 

Alors pensons aux enfants à venir: ici l'un se retrouve avec deux femmes comme parents, l'une biologique, l'autre d'adoption, et l'autre se retrouve avec les même femmes, mais pas dans le même sens (sans rire). Leurs pères respectifs ayant tous les deux disparu du tableau! En l'occurence, le même ici, deux fois grugé... la double peine si je puis dire.

 

Plus grand, leurs cours de biologie (on dit SVT maintenant "Science du Vide et déblaTerre"), à défaut de visite instructive d'une ministre en compagnie d'associations peu représentatives, auront bien du mal à leur expliquer leur filiation et les concepts des droits de l'enfant inhérents.

 

Si vous allez à Paris pour la "manif", et si vous avez du temps, n'oubliez pas de visiter le musée des horreurs pour vous habituer.

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 17:51

MESSAGE DE FRANCOIS CIESIELSKI

 

adhérent des associations Réseau Colin Bagnard, l’Enfant et son droit ! et Stop Violence.

 

 

SOS Papa, SOS Maman, Noël de parents sans enfants !


A vous qui allez devenir pères, en tout cas la loi qui s’annonce vous le permettrait.


A  vous qui avez cru bon au travers d’un témoignage calomnieux hier d’attenter à ma paternité.


A vous grâce à qui en partie j’ai passé tant de Noël sans voir mes enfants, les apercevant maintenant de temps à autres dans l’année lorsque l’emprise maternelle se desserre à peine et avec peine sous la contrainte de quelques peines,  je vous souhaite mes bons vœux pour l’année 2013.


A toi Philippe, qui fut le conseiller pour la reconnaissance de ces droits à venir auprès d’Eva Joly lors de sa campagne présidentielle, y aura-t-il un prolongement à ton engagement afin  que le droit à la résidence alternée te soit attribué au cas où demain… ? Ou bien l’égalité sélective des droits de notre société si imparfaite te suffira-t-elle ? A  toutes fins utiles je t’informe qu’il existe une proposition de loi N°309 à l’Assemblée Nationale allant dans ce sens, mais nos parlementaires ne semblent pas pressés d’en discuter


Maintenant que mes enfants sont quasi majeurs je ne laisse pas aller, car je vois tant de souffrances autre que la mienne autour de moi, celle de tant de pères et de mères, si nombreux et nombreuses qui passent ce Noël sans leurs enfants, celles de grands-parents, des familles, celles enfin et avant tout de ces enfants otages. Et comme tous les otages, les séquelles pour ces êtres meurtris ne sont-elles pas  pour la vie ?


Alors à toi aussi Michel, quel fondement pour ton activité de juriste à tant persister à conseiller celle et ceux qui entretiennent le conflit permanent ? Si cela était la frustration de ne pouvoir être père, elle n‘aura bientôt plus lieu d’être.


A vous, Philippe et Michel, en plus des pères potentiels que vous êtes, ne seraient-ils pas temps aussi qu’en 2013, les parrains de mes fils que vous êtes soient enfin ceux qui agissent pour retisser le lien entre vos filleuls et leur père ?


A ceux et celles enfin, avec qui nous nous sommes tant serrés les coudes dans notre épreuve pour surmonter notre douleur, revendiquer notre parentalité et continuer à porter notre amour à nos enfants (même souvent malgré eux, quoique pour leur bien), je ne peux comprendre qu’aller défiler le 13 janvier prochain soit une perspective de construction de meilleurs rapports humains pour lesquels nous œuvrons. Je vois là resurgir la marque d’une frustration à ne pas être reconnu dans notre rôle parental par cette société.


Paraphrasant une citation d’Ernesto Cardenal, poète devenu Prêtre et Ministre : « La poésie peut servir à construire un pays, à créer un homme nouveau, à changer la société, à édifier le Nicaragua à venir… ». Je souhaite ajouter humblement que les parents nouveaux que nous serons, ne peuvent construire leur bonheur par la négation du bonheur d’autrui.


François Ciesielski, adhérent des  associations Colin Bagnard, l’Enfant et son droit ! et Stop Violence.

 

 

Cher François, nous accueillons tes voeux avec compréhension... même si nous ne suivons pas toutes les références à ton histoire... Mais à chaque histoire particulière, existe une douleur spécifique qu'on aimerait que jamais aucun parent ne connaisse.

 

Bonne année à toi aussi, François.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 08:24

En pleine journée internationale du Droit de l'Enfant, le débat entre les tenants du "mariage pour tous" permettant à un "couple" homosexuel de s'unir si vilement soit-il, et le mariage traditionel de l'union des deux genres, conforme à la réalité biologique inscrite dans nos gènes, le Réseau Colin Bagnard s'interroge !

 

Déjà, on avait assisté dans une mairie du Sud-Ouest à l'implant Mamère pour une association contractuelle en dehors de la légalité républicaine. Il est vrai que pour les écologistes, la finalité est la disparition de l'espèce pour ne pas perturber la pas-nette!

 

Dans bien des cas, lien de ce mariage plus puissant que le PACS, on n'aura pas à faire à de chastes époux pour se défaire souvent aussi sec. Et le Cardinal d'imaginer un Sodome et Gomorrhe dans un satyridéconne encore plus fort. De quoi alimenter l'ambiance apocalyptique. Mais peut-être pensait-il aux modèles polygames: chaque soir, faire monter une gamme différente. Avec l'essor de la charia, du mormonismes et de pratiques ancestrales africaines, de nouvelles compatibilités culturelles vont être bientôt... officialisées avec la répudique.

 

Oui, le mariage gay, c'est pas triste! Surtout au moment de l'union, avec la horde vorace de photographes qui lorgnent la photo scabreuse qui va faire grimper l'audimate ou le chibre d'affaire. La disparition de la mention au livret de famille "père/mère" ou "conjoint/conjointe" substituée en "conjoint1 " "conjoint 2", autant dire que s'il n'y a pas de père, il y aura sûrement un impair !

 

Si on a été marié (il fut un temps), ou si on a des enfants (bien dénombrés), il faut relire son livret de famille: "le mari est présumé être le père de l'enfant né avant le 180ème jour du mariage, de ceux conçus pendant l'union et de ceux nés moins de 300 jours après la dissolution du mariage"... Si on ne se trompe pas de pipette ! Donc si avant "l'union", mesdames, vous passer d'une banque de sperme à l'autre, vous devrez vous casser la tête avec les cycles biologiques de l'aménorhée et faire comme une ministre de la justice pour identifier la commande au palais... en espérant que le dossier ne se perde pas dans les déménagements d'un ressor à l'autre. Quête honorable de donner un père à son enfant. Mais avec ce nouveau modèle de contrat, pas de quoi désengorger les tribunaux!

 

Mais s'il advient qu'un enfant soit éduqué dans ce contexte du fait de la vie conjugale révolue de l'un ou des deux "partenaires", alors le problème se pose pour cet enfant:

est-il de l'intérêt de l'enfant de subir l'existence simultanée de deux pères ou de deux mères alors que c'est une incongruité biologique? Qu'a-t-on fait alors de l'autre parent biologique qui a disparu dans la tourmente et qui ne suscite aucun débat quant à lui?

 

Déjà avec la question du "statut des tiers", nous avions été choqués de cette même disparition corps et biens. Il n'a pas été étonnant que l'on assiste à une levée de boucliers pour s'opposer au projet Morano puisque déjà, la demande dans les familles séparées divorcées est l'application de la législation existante pour favoriser la résidence alternée et le maintien du lien parents-enfants par tous les moyens, les étalissements scolaires, les activités connexes, l'état civil et l'administration sociale et fiscale.

 

Ceux qui connaissent les questions patrimoniales se posent la question de la filiation et est un argument politique d'opposition à ce type de contrat. Mais la question de la filiation se pose dès le départ pour l'enfant lui-même! Il va se sentir mutant! Dans une forme d'irradiation sociale où les tendres ados ne manqueront pas de lui rappeler de quels dindons ou de quelles carpes il vient, de là à être couvert de plûmes ou d'écailles dans la cour de l'école?!

 

Avec l'avènement de la technologie, et surtout d'une éthique permissive, il est possible aujourd'hui à une femme de se passer d'un homme pour (pro)créer, telle des déesses omnipotentes, amazones du féminisme qui ne "conçoivent" plus que par "désirs". L'homme s'en trouve émasculé culturellement au moins, pouvant encore servir en cas de panne de god-michet (god save the gouine disait-on à l'époque victorienne). Dans un tel contexte, comment ne pas imaginer que d'autres modèles plus cadrés par des dictatures morales puissent prendre la place?

 

En Arabie Saoudite, on aurait tranché depuis longtemps! Le "mariage pour tous" est un projet insensé qui ne correspond, ni aux fondement de la biologie, ni à la tradition majoritaire en Occident, ni à l'efficience sociale, ni à la crise économique, ni aux pères séparés, ni aux mères séparées, ni aux droits de l'enfant, ni même à la persistance de l'espèce humaine. Tous ces éléments sont objectivement constatable par les secteurs d'études adocs, il ne s'agit pas d'une morale donnée à ceux qui s'aimeraient, tant mieux pour eux, tout en étant du même genre, ce que chacun respecte. Pas de châtiments, d'immolations ou de lapidations prévues.

 

Ceux qui parlent de discrimination dans ce débat et dans ce pays ne savent pas ce que c'est ou l'on oublié. La discrimination sexiste, elle, existe bien, quand il s'agit de faire entendre qu'on veut partager la responsabilité parentale tout en étant séparé, malgré la législation en vigueur, des forces occultes sont à l'oeuvre alors pas la peine de rajouter une complexité incontrolable comme ce que nous promet ce projet de "mariage pour tous".

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 19:49

L'information est enfin tombée, après de nombreuses années d'attente patiente ou décue, sur des thèmes spécifiques que nous avons demandé (souligné en rouge dans le texte):

 

 

Mercredi 10 Octobre 2012 | Société

(sur le site de l'Union pour un Mouvement Populaire, principal parti d'opposition en octobre 2012).

L'UMP demande officiellement au Gouvernement l'organisation d'"Etats généraux" de la famille

 

Alors que se profile au Conseil des ministres du 31 octobre la présentation d'un projet de loi sur le mariage homosexuel et l'adoption d'enfants par les couples homosexuels, le bureau politique de l'UMP a décidé ce mercredi 10 octobre de demander officiellement au Gouvernement l'organisation d' "Etats généraux de la famille".

« Ce sera l'occasion d'évoquer également un certain nombre d'autres sujets, comme

l'éducation,

les rapports entre la famille et l'école,

la responsabilisation des parents,

l'appui à la parentalité »,

 

avance le Secrétaire général de l'UMP étonné qu' « aucune concertation sur ce sujet qui préoccupe beaucoup d'entre nous et qui a trait à l'organisation de la famille » n'ait été mise en place par l'actuel Gouvernement.

S'appuyant sur la concertation lancée par l'ancienne majorité autour de la proposition de loi sur la bioéthique, l'UMP réclame « officiellement ce grand débat national sur la famille, ce qui pourrait éviter les risques de dérapages sur un sujet qui génère aujourd'hui beaucoup de débats, d'oppositions et de tensions ».

 

- fin de citation."

 

Maintenant, nous pouvons ressortir nos dossiers des tiroirs et sortir des clivages politiques de la période présidentielle et législative qui a éteint nos travaux concertés; malgré le problème en question qui est fondamental pour l'avenir.

 

A cette occasion, je vous prie de bien vouloir m'indiquer qui d'entre vous souhaite participer à la préparation de ses états généraux de la famille, sans aucune arrière pensée maintenant politique puisque les associations, les uns ou les autres ont été contenté ou non par les résultats des scrutins, ce qui nous donne un peu de temps pour que cet aspect ne nous bloque pas prochainement.

 

Merci.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 20:18

Interview (Information transmise (source incomplète) à RCB par François, que l'on remercie)

Famille. Selon Richard Mallié, député UMP de la Droite populaire, les pères sont lésés en cas de divorce :

 

 

 

> Par CHARLOTTE ROTMAN

  • Les parents qui se séparent peuvent bénéficier d’une résidence alternée pour la garde de leurs enfants : par exemple une semaine chez l’un, une semaine chez l’autre. Ce droit existe depuis 2002, et une loi défendue par Ségolène Royal. Mais cette pratique reste marginale. Selon le ministère de la Justice, en 2010, moins de 15% des divorces ont donné lieu à la résidence alternée.

> Richard Mallié, député des Bouches-du-Rhône [---] il monte au créneau pour une généralisation de la résidence alternée et une plus grande égalité entre père et mère. Il vient de déposer une proposition de loi à l’Assemblée nationale, signée par 100 députés.

Pourquoi vous intéressez-vous à la résidence alternée ?

> Le nombre de divorces est important : 70 000 par an impliquent des enfants mineurs. En même temps, les pères séparés entendent, de plus en plus, avoir une place à part entière dans l’éducation de leur enfant : le mode de garde des enfants s’impose comme une nouvelle question de société. J’ai deux garçons, qui sont papas. Je suis surpris de voir comme ils s’investissent.

Les temps changent !

> Ah oui, ce n’est pas pareil. Moi, je donnais le dernier biberon à minuit quand je rentrais, mais enfin, c’était différent, ma femme ne travaillait pas. Il y a vraiment une évolution dans la gestion du quotidien d’une famille. Bien ou pas, je n’en sais rien, mais c’est comme ça.

> Aujourd’hui, 80% des pères assistent à l’accouchement, 70% prennent leur congé de paternité. Il faut en tenir compte. L’évolution de la société a poussé à plus d’implication de la part des pères. Et en cas de séparation aussi, ils sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à vouloir tenir pleinement leur rôle.

 

> Pourquoi vouloir changer les modalités de la résidence alternée ?

 

> La garde alternée existe depuis presque dix ans et demeure très peu usitée. Pourquoi ? Après plusieurs années, on constate une dérive préjudiciable aux droits de l’enfant. Une véritable prime est trop souvent donnée au parent le plus agressif : celui qui s’oppose à cette solution d’équilibre obtient souvent gain de cause.

> Les magistrats sont très conservateurs*, ils n’ont pas envie de changer. J’ai l’intime conviction que, en cas de conflit, les juges ont le vieux réflexe de laisser l’enfant à la mère. Dans beaucoup de cas, le juge des affaires familiales va refuser une résidence alternée au motif que les parents ne s’entendent pas, mais lorsqu’on divorce, c’est toujours le cas. Les avocats eux-mêmes conseillent souvent à leurs clients de ne pas la demander car, disent-ils : «Vous ne l’aurez pas.»

Que proposez-vous ?

> Les enfants sont souvent un moyen de pression ou de chantage, et cela aggrave le contentieux. Si on inverse la charge de la preuve, si on considère que la résidence alternée doit être la normalité, celui des deux qui ne veut pas partager la garde** doit l’assumer. Si c’est parce que le parent a un logement trop petit, ou que la distance est trop grande, qu’il ne peut payer les transports, le juge l’entendra, mais si c’est juste quelqu’un qui veut «enlever» les enfants à l’autre, il faut être en mesure alors de le justifier. En bref, le parent réticent devra expliquer son opposition. La question n’est pas de généraliser la garde alternée mais de remettre l’enfant au centre du débat en lui offrant la possibilité, si les conditions sont réunies (notamment si l’âge de l’enfant est supérieur à deux ans et demi), d’être élevé par ses deux parents et de prendre en compte les rôles de chacun comme cela se fait ailleurs.

A quels exemples pensez-vous ?

> L’Italie, la Belgique ou les Pays-Bas… En Italie, la résidence alternée est la solution prioritaire en cas de séparation des parents. Si un juge souhaite une garde monoparentale, il devra justifier son choix. Depuis cette réforme de 2006, la résidence alternée représente 40% des modes de garde d’enfants.

 

 

 

RCB: *: justement il faut laisser aux professions de la justice familiale autant d'informations que possible (si elles ne l'était pas... informées) et la susceptibilité de changer... et les choses changeront.

 

**: le terme "garde" est désuet et ne correspond pas à ces changements évoqués : il s'agit de la "résidence principale" de l'enfant, sous-entendu, il en a bien deux; ne l'en privons pas d'une !  

 

LIENS:

 

http://www.depute-mallie.com/actu.php?ID=85&RUBRIQUE=105

 

la proposition de loi sur le même site ( à télécharger):

http://www.depute-mallie.com/media/prop_loi_1531_residence_alternee.pdf

 

MERCI DE VOS REFLEXIONS

Partager cet article
Repost0

Articles Récents