Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 21:22

TROISIEME MISE A JOUR:

 

Après l'impact de ces lignes ci-dessous,( vraissemblablement, et ce qui les justifient), la mère des enfants dont il est question accepte enfin une discussion à leur sujet dans un cadre informel. Je pense qu'elle n'avait pas mesuré le niveau du problème dont elle a été l'actrice principale et me promet plus de concertation à l'avenir.

 

Ouf! Ce qu'ont semble-t-il perçu les trois chérubins.

 

Avec cette note d'espoir, je mets à jour aussi la question de la publication du nom et des photos des enfants qui n'ont plus lieu de paraître dans ces pages alors que la même question se pose aujourd'hui pour une autre famille (l'affaire Jouanneau) où là le père Sylvain et son fils Mathis ont disparu  il y a trois semaines quand même !

 

Et dans les conditions similaires à celles que j'ai décrites plus bas. Nous en reparlerons certainement.

 

 

DEUXIEME MISE A JOUR APRES REAPPARITION DES ENFANTS LE 10 SEPTEMBRE 2011:

 

Après 72 (soixante) jours sans aucune nouvelle des enfants, je peux les récupérer pour une journée. Blancs comme des linges à la fin de l'été, ils ont pu profiter d'une baignade ensoleillée sans bridage, libérant une énergie incroyable, si longtemps étouffée. On va bien encore me reprocher de les avoir fatiguer ! C'est sûr avec moi, ils se portent bien !

 

En effet, ils ont bien déménagé.

 

En effet ils ont été déscolarisés dans deux nouvelles écoles sans que les documents règlementaires de l'éducation nationale me soient fait contresignés. Les chefs d'établissement n'ont aucun droit de permettre un changement d'école sans connaître la prochaine destination de l'élève et sans respecter la décision des parents, les deux quand ils sont séparés. Ils le font pourtant couramment.

 

En effet, ils ont bien encore quitté le territoire national sans que j'ai eu la moindre information. Les "vacances" permettent n'importe quel enlèvement... avec le tampon des officiers de police.

 

Ironie suprême: ce matin-là, il a fallu que je quitte quelques minutes mes enfants pour aller récupérer un recommandé m'informant que ma plainte déposée pendant l'été était irrecevable !

 

Il y a quelques jours, après une après-midi passée à la Cour d'Appel de Lyon et des années de procédures infructueuses, je me suis fait reprocher les lignes ci-dessous alors que l'avocat de la partie adverse proférait un tel tissu de mensonges que je me suis demandé un moment de qui elle parlait ! Evidemment sans possibilités de m' exprimer ou de réagir. Sans autre témoin qu'une autre avocate qu'il avait fallu dénoncer au Barreau pour non respect de sa propre déontologie (sans suite, hélas).

 

Sans témoin donc : dans les affaires familiales, il ne faudrait pas exposer les affaires de famille et les enfants...

Il me semble que si l'on ne réservait le huis clos que pour des affaires qui le justifient; on pourrait faire conclure le drame de nombre de séparations bien plus tôt et les saletés logorrhéïques qu'on y entend.

 

Il me faudra encore attendre jusqu'en octobre pour avoir des nouvelles d'un changement, suite à sept ans de désespoir.

 

Je n'ai pas coutume sur ce blog associatif de parler de mes enfants, mais là c'est trop. Ils disparaissent chaque été pendant plusieurs mois. Entre chaque journée de droit de visite garanti par un ancien jugement (que personne ne comprend, et dont l'interprétation est impossible sans le secours de celui qui le subit), tout s'oppose à le faire respecter sans le moindre mouvement de la puissance publique.

 

Faut-il que je maquille le sourire de mes enfants sur ces photos qu'on me reproche? Elles datent de plusieurs années et il m'a fallu beaucoup d'énergie pour les obtenir de l'école.

 

Ce sont MES enfants, autant que ceux de quiconque puisqu' ils peuvent aller et venir chez n'importe qui et dans n'importe quelle institution sans que l'autorisation paternelle ne soit exigée. Pourvu qu'ils ne passent pas trop de temps avec leur père qui pourrait les éduquer autrement !

 

Cette page est ma seule liberté pour exprimer en temps utile hors du huis clos judiciaire l'appel au secours... Pourquoi me menace-t-on ainsi d'en payer les conséquences pour le prochain jugement?

 

Pour certaines familles, ce sont non des jours mais des années d'attente incertaine et d'engoisse.

 

 

MISE à JOUR DU 9 AOÛT:

 

==> Un courrier recommandé de leur mère m'informe d'un déménagement sur Villeurbanne avec la nouvelle adresse...  Leur mère, machiavéliquement, fait comme si j'avais été prévenu par les enfants, toujours otages de ses manigances; leur faisant porter la responsabilité si d'aventure je n'avais pas été complètement informé par leurs soins. Elle rappelle qu'elle conserve toujours son téléphone (mobile, voire immobile), alors que les messages sur répondeur toujours branchés restent éternellement silencieux et qu'elle a mis sur liste rouge son fixe, après avoir changé de numéro... et aussi d'adresse.

 

 

Néanmoins, je n'ai toujours pas plus d'information sur mes enfants. Quand les reverrais-je? Pourrais-je les visiter? Constater leur santé ? Y aura-t-il changement d'école ? Les enfants peuvent-ils rester tant de temps sans avoir le moindre échange téléphonique avec leur père ou passer du temps avec lui pendant ces longues vacances pour des enfants de cet âge ?

 

Dans tous les cas, elle s'est mise en tort sur le respect de "l'autorité parentale conjointe" une fois de plus au détriment de la sécurité affective des enfants, laissant dans un état désespéré leur père !

 

Ceci illustre ce que vivent de nombreux parents qui découvrent leurs enfants disparus et l'impossibilité d'agir pour savoir et reconstruire le lien...

 

Sachez que pendant ces quelques jours, plusieurs douleurs thoraciques m'ont mis dans l'incertitude pour mes jours.

 

Combien de parents chaque année, à même période de vacances, se retrouvent dans un cas similaire ? Ou trépassent !

 

Alors vous qui lisez cela et qui participez à ces manigances pour des enjeux bassement pécuniaires ou corporatifs, sachez quelles peuvent en être les conséquences !

 

Et si vous faites partie des victimes de ces rapts parentaux, sachez que vous n'êtes pas seuls.

 

******************************************

(publié le 4 AOÛT 2011) 

  DISPARITION DE TROIS ENFANTS

 

Leur père n'a plus AUCUNE INFORMATION DEPUIS LE 18 JUIN 2011. 

 

  [ --- AVIS CADUQUE ---]

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REACTIONS
commenter cet article

commentaires

duguduc 24/02/2012 16:48


quand on parle de l affaire jouanneau on doit avoir des renseignement sur cette affaire et ne pas faire un amalgame avec l histoire cité

Réseau Colin Bagnard 28/02/2012 11:47



Et bien, vous vous trompez: ces deux affaires sont tout à fait similaire.


D'abord les anomalies avec la justice où une particulière obtient la "garde" en proférant des salopperies. Puis le non respect malgré cela de l'autorité parentale de façon répétée et l'incapacité
des "autorités" pour intervenir alors que ce père est dans son "droit"... Il finit par envoyer un signal qui lui aussi est déformé en "risque pour l'enfant".


C'est un cas somme toute banal ou juste les péripéties varient en fonction de la personalité du père floué et de son exaspération. Souvent cela finit autrement plus gravement... Pour
l'instant il y a de l'espoir... mais chaque affaires est traitée séparément... il ne faudrait pas relever les anomalies des précédentes.


Lire: http://www.arpd-idf.org/modules/myalbum_1/photo.php?lid=40


EXTRAITS:


Le père de Mathis dira où est son fils contre l'abandon des charges contre lui


.francetv.fr publié le 29/02/2012 par FTVi

Sylvain Jouanneau a été mis en examen et incarcéré en décembre 2011 pour l'enlèvement présumé de son fils, Mathis, 8 ans (Comment un père peut enlever SON
fils?). Depuis, le petit garçon demeure introuvable. Le père a annoncé qu'il dirait où se trouve son fils en échange d'un "abandon des poursuites" à son égard et d'une "nouvelle décision
du juge des affaires familiales", concernant la garde de l'enfant, accordée à son ex-femme, indique dimanche 26 février Le Parisien.

C'est un nouveau rebondissement dans l'affaire Mathis. Dans une lettre adressée aux magistrats en charge du dossier, le père de famille prétend avoir été floué par la justice au moment de la
séparation d'avec son ex-femme. Cette dernière avait obtenu la garde de l'enfant. En septembre 2010, le père avait pris la fuite avec le petit garçon. Sylvain Jouanneau, retrouvé dans le Gard, à
900 km de chez lui. L'enfant, "en sécurité", "confié à des tiers".

En conflit avec son ex-épouse

"Il estime avoir agi dans le cadre de l'exercice de l'autorité parentale, qu'il détient conjointement avec la maman, mais qui n'a pas été respecté", plaide l'avocate de Sylvain
Jouanneau, Ophélie Minot. Entre septembre et décembre 2010, il a été privé de voir son fils", raconte-t-elle, ce qui l'avait poussé à porter plainte contre la maman, pour non présentation
d'enfant. "Il pensait l'enfant en danger, à long terme, avec sa mère."

En décembre dernier, Sylvain Jouanneau avait été hospitalisé au CHU de Caen après avoir "cessé de s'alimenter depuis cinq à six jours", avait indiqué Paris Match. A l'époque, la magistrate a
précisé que le détenu n’avait pas de "revendications". C'est désormais le cas.


-Fin de l'extrait-


Ce qui illustre le lien que je fais entre cette affaire et celles qui concerne ces enfants qui ont été soustraits à l'autorité parentale de leur père sans protection des enfants ni
intervention des "autorités". Si ce père avait été mieux informé, il aurait su qu'il avait qu'une chance illusoire d'obtenir gain de cause de cette manière. Il y a deux poids deux mesures
alors qu'il y a totale obstruction d'information sur la réalité de ce qui faisait craindre pour la santé du petit Mathis pour son père mis devant le cas de conscience.



maman parmi tant d'autres 30/09/2011 12:47



Autre chose,il manque la date de la 3ème mise a jour pour suivre normalement la chronologie des faits 



maman parmi tant d'autres 30/09/2011 12:12



J'imagine la joie de ces 3 enfants. C'est leur grand souhait exhaussé. Je me rejouis aussi de cette nouvelle laquelle je souhaitais et j'étais persuadée que celà arrivera un jour
pour le bonheur de ces enfants qui ne demandent autre chose  qu' une 'entente entre leur papa  et leur maman qui leurs sont chers afin d'assurer leur éducation et préparer
 leur avenir. Avec le temps, on décolère, on évacue, on arrive à enterrer la hache de la guerre et on se contente de laver le linge sale en famille. J'encourage cette nouvelle
approche qui pour moi est l'une des approches digne, respectueuse de l'être humain et des parents, consciencieuse, courageuse pour traiter ce genre de problème familiale que de
tout remettre à la justice.


  



Vanessa 21/08/2011 06:05



Bonjour


Avez-vous retrouver vos enfants ?



maman parmi tant d'autres 10/08/2011 13:04



C'est une bonne nouvelle.


 



sophie 09/08/2011 23:43



Cher Nicolas,


Je suis heureuse pour toi que les enfants soient localisés. VIVEMENT que tu puisses les revoir et surtout ne lâches pas la Justice-


Je ne voudrai pour rien au monde avoir une telle mère, manipulatrice et capable de soumettre une telle torture morale au papa de ses propres enfants.


Si elle fait de même avec les enfants, que vont ils devenir ???


 


Courage Nicolas, je suis certaine que la Justice va enfin ouvrir les yeux. Tes amis helvètes-



maman parmi tant d'autres 05/08/2011 23:09



Si vous êtes sure que c'est un enlèvement pourquoi vous ne saisissez pas la police ou les autorités compétentes pour une recherche élargie au niveau nationale et internationale? Ce
n'est pas tout le monde qui va sur votre blog et encore ...


Je suppose que vos enfants sont en Allemagne ou en Ardèche Vous les verrez certainement au mois de septembre comme d'habitude.


 COURAGE



Réseau Colin Bagnard 06/08/2011 15:52



Merci pour les encouragements,


Si vous êtes si bien informé, vous pouvez affirmer vraiment avec qui ils sont!?


Ce moyen est un moyen supplémentaire qui s'ajoute aux autres déjà vécus d'autres années, mais ne donnant aucun résultat puisque "pénalement",
leur mère a totale impunité. Pourtant la législation est claire. En fait, ils sont tous d'accord pour ne pas appliquer la loi de 2002 et la convention internationale des droits des enfants...
entre autres.


Si déménager sans informer est un délit, couper tout contact avec l'autre parent est criminel ! 


Pourtant, les directives (ou est-ce autre chose?) dans les commissariats ou gendarmeries sont: les affaires de "gardes" (terme caduque
juridiquement!) encombrent pour faire du quota (dixit "des personnes bien informées").


De plus, pour faire entendre son droit dans un commissariat ou une gendarmerie, il faut avoir sur soi, même en cas d'urgence, tous les documents (quand il y en a) des jugements... sur une décennie voire plus, vu que chacun fait référence aux précédents;
en dépit du fait que; et sans parler des anomalies de procédures, des faux témoignages, des erreurs judiciaires larvées, et des divers scandales dont on a déjà parlé, que l'actualité montre
que les disparitions qui finissent mal se produisent dans ces conditions; et donc par le réel soutien des institutions. Il ne faudrait pas faire d'erreur par diligence, alors que la simple
déclaration de violence conjugale ou de maltraitance est traitée sans réserve et occasionne signalements stupides qui engraissent certaines officines et marquent à jamais ces mêmes enfants et
leur famille.


Les associations qui pourraient, elles, vous aider, ne peuvent pas avoir accès à de l'information judiciaire pour localiser ne serait-ce que
les enfants.


Les requêtes rapides ne peuvent se faire que par la présence d'un avocat (plainte avec constitution de partie civile ou référé); donc en
payant (même si l'aide juridictionnelle est payée par l'Etat, le contribuable paye) pour se faire rendre justice. Payer pour obtenir un droit est
anticonstitutionnel.


Comme tous ces grands-parents qui restent des lustres sans voir leurs petits-enfants. Pour ceux de mes enfants, cela fait plus de sept ans
qu'ils ne les ont pas vu! mais je connais des cas plus graves encore.


Dans ces conditions, il ne faut pas s'étonner que certains perdent patience et commettent l'irréparable ou
l'irréversible.


Ce qui me surprend, c'est le silence abyssal qui règne devant ce
qui était prévisible. Si c'était pour la carte judiciaire ou des points retraite, là, il y aurait une grève générale ! mais les enfants de la république, tout le monde s'en fout. Il n'y a
qu'à voir ce qui se passe dans les établissements scolaires où la gangrène de la séparation ampute l'éducation d'élèves qui plafonnent dans l'hystérie collective par des obstacles
psychologiques à leur propre développement !


Voilà pourquoi je prends le risque de faire cette page; au reproche d'encore stigmatiser ces enfants, mieux vaut ne rien faire et ne rien
dire, ne rien leur expliquer de ce qui se passe, "qu'ils restent niais comme leurs concitoyens abrutis par la vulgarité, l'ignorance et l'irrationalité". Mais ce sont MES enfants, ce sont NOS
enfants à tous, qui sombrent avec nous dans ce paquebot titanesque républicain qui n'en finit pas de foncer malgré les avertissements vers sa perte.



Articles Récents

Articles D'archives