Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 14:28

 

A la veille des vacances de Toussain, il n'est pas impensable de rappeller quelques règles du bon fonctionnement des familles séparées-divorcée.

 

Objet principal de l'association Réseau Colin Bagnard, l'exercice de la co-parentalité dans les familles séparées, malgré la séparation qui a souffert d'un conflit parfois grave, doit pourvoir néanmoins être possible.

 

Dans les pages de ce blog, plusieurs références montrent que c'est l'intérêt pour le développement des enfants, sur le plan identitaire, et pour éviter toutes les conséquences de dérives de leur personalité en famille, à l'école et plus tard dans la vie sociale.

 

Plusieurs autres références expliquent comment tout doit être fait pour que la rupture de liens cesse et que les relations minimales se réinstallent entre les parents et les familles; les cas réellement qui appellent des précautions sanitaires ou judiciaires étant minoritaires en nombre, en particuliers envers les enfants.

 

Mais en quoi consiste la co-parentalité:

 

Déjà ce terme est entaché de connotations puisqu'il a été investi par les mouvements homosexuels. Mais il faut le prendre ici dans son terme le plus simple de relation entre deux parents. Il s'agit dans la plupart des cas des parents biologiques ; on ne traite pas directement ici des cas d'adoption, filiations particulières, familles d'accueil pour lesquels ces principes peuvent néanmoins résider puisque ces cas sont en double des cas traités où les enfants sont en résidence chez l'un ou l'autre de ses parents. Les parents éloignés de leurs enfants par mesure judiciaire ne devraient pas l'être totalement dans la réalité des choix de vie des enfants concernés, avec les précautions justifiées. Les cas d'orphelins totaux étant l'exception, d'autres membres des familles pourraient aussi pouvoir avoir une action envers ces enfants.

 

Mais dans le cas le plus simple: un père et une mère séparés, avec enfants:

 

Quelles sont les bonnes règles de la co-parentalité?

 

  • laisser les enfants correspondre et communiquer avec l'autre parent (téléphone, email) dans une périodicité régulière et temporisée qui ne s'oppose pas par principe à la quiétude des familles
  • ne pas cacher ses numéros de téléphone, la liste rouge ne concerne pas les parents !
  • permettre les visites en se mettant d'ACCORD !
  • permettre les sorties accompagnées par le parents séparé qui s'avèreront toujours intéressantes pour les enfants
  • communiquer les informations scolaires au delà des bulletins, minimum légal, mais bien insuffisants.
  • ne pas cacher les carnets de laisons ou prétexter l'oubli de l'enfant, qui se culpabilise un peu plus de la séparation pour laquelle il n'a rien à voir.
  • ni les carnets de santé, qui devrait suivre les enfants à chaque visite au minimum, et périodiquement pour faire le point (lunette, ORL, alergies, vaccinations, activités sportives ...)
  • informer des petits accidents comme des grands.
  • permettre les visites à l'hopital du parent ou des enfants qui s'y trouvent permet de diminuer le stress des interventions.
  • permettre les choix scolaires concertés plutôt que l'opposition systématique sur des arguments fallacieux
  • notamment celle des voyages et sorties scolaires qui doivent se prendre légalement avec les deux parents!
  • permettre les enfants d'avoir des activités culturelles, sportives, scientifiques en lien avec le deuxième parent, qui apporte ainsi sa spécificité éducative.
  • ne pas bloquer les relations avec les grands-parents de la famille séparée sans laquelle l'enfant n'aurait pas vu le jour!
  • réaliser que les choix spirituels des uns ne sont pas forcément ceux des autres
  • se garer des organismes sectaires
  • ou à dérives sectaires, qui ne manqueront pas de profiter de la situation conflictuelle des parents si elle a cette inclination.
  • se garer des intrusions de personnes dont l'intérêt professionnel seraient en contradiction avec la quiétude des familles.
  • les enfants ont des racines dans les deux familles, en couper une partie est un crime identitaire qui s'apparente à un racisme.
  • les enfants ne vous appartiennent pas, nous n'avons que la responsabilité de leur éducation le temps qu'il faut... c'est à dire une vie.
  • inutile de rappeller que les attestations de complaisances, faux-témoignages, fausses rumeurs et autres stratégies prédatrices auront aussi des conséquences sur vous même et les enfants en question, en plus des personnes ciblées.
  • surtout ne pas faire peser sur les enfants ces accusations!
  • si vous êtes en colère contre quelque chose, même justifiée, attendez avant d'agir.
  • Dédramatiser !
  • Aujourd'hui pour divorcer, vous n'avez plus besoin de salir votre ex "pseudo-légalement" !
  • Attention de ne pas se faire prendre à son propre piège de l'affabulation et de la manipulation !
  • Rappellez-vous bien que c'est vous les parents, pas les autres sur votre chemin en cette occasion !
  • Si vous n'arrivez pas tout seul à trouver un accord, il existe des professionnels de la médiation qui peuvent vous aider, mais la conditions de base ne dépend que de vous deux ! Votre bonne foi !
  • - - -

Tous ces conseils se basent sur les constats malheureux des nombreux témoignages de ceux chez qui cela ne s'est pas passé comme cela!

 

Peut-être avez-vous quelques autres idées? ou commentaires?

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REACTIONS
commenter cet article

commentaires

Claude 25/10/2012 20:36


Bonsoir,


Je viens de lire seulement les 2 premieres lignes et ceci ne correspond pas du tout a ma situation. Mon enfant à 10 ans et je ne l'ai jamais au téléphone depuis 8 ans, ("elle joue, elle dort,
je ne l'ai pas avec moi",...) il n'a jamais voulu me communiquer son numéro de téléphone du domicile. Depuis peu nous pouvions communiquer par mail en cachette mais ceci a
duré trés peu de temps. Le pire est qu'il est policier ! 

Réseau Colin Bagnard 25/10/2012 23:18



Comme policier, il devrait savoir que la législation justement prévoit que les enfants puissent communiquer. Je n'ai plus l'article de loi en tête, mais lui doit bien le connaître.

Articles Récents

Articles D'archives