Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 08:24

En pleine journée internationale du Droit de l'Enfant, le débat entre les tenants du "mariage pour tous" permettant à un "couple" homosexuel de s'unir si vilement soit-il, et le mariage traditionel de l'union des deux genres, conforme à la réalité biologique inscrite dans nos gènes, le Réseau Colin Bagnard s'interroge !

 

Déjà, on avait assisté dans une mairie du Sud-Ouest à l'implant Mamère pour une association contractuelle en dehors de la légalité républicaine. Il est vrai que pour les écologistes, la finalité est la disparition de l'espèce pour ne pas perturber la pas-nette!

 

Dans bien des cas, lien de ce mariage plus puissant que le PACS, on n'aura pas à faire à de chastes époux pour se défaire souvent aussi sec. Et le Cardinal d'imaginer un Sodome et Gomorrhe dans un satyridéconne encore plus fort. De quoi alimenter l'ambiance apocalyptique. Mais peut-être pensait-il aux modèles polygames: chaque soir, faire monter une gamme différente. Avec l'essor de la charia, du mormonismes et de pratiques ancestrales africaines, de nouvelles compatibilités culturelles vont être bientôt... officialisées avec la répudique.

 

Oui, le mariage gay, c'est pas triste! Surtout au moment de l'union, avec la horde vorace de photographes qui lorgnent la photo scabreuse qui va faire grimper l'audimate ou le chibre d'affaire. La disparition de la mention au livret de famille "père/mère" ou "conjoint/conjointe" substituée en "conjoint1 " "conjoint 2", autant dire que s'il n'y a pas de père, il y aura sûrement un impair !

 

Si on a été marié (il fut un temps), ou si on a des enfants (bien dénombrés), il faut relire son livret de famille: "le mari est présumé être le père de l'enfant né avant le 180ème jour du mariage, de ceux conçus pendant l'union et de ceux nés moins de 300 jours après la dissolution du mariage"... Si on ne se trompe pas de pipette ! Donc si avant "l'union", mesdames, vous passer d'une banque de sperme à l'autre, vous devrez vous casser la tête avec les cycles biologiques de l'aménorhée et faire comme une ministre de la justice pour identifier la commande au palais... en espérant que le dossier ne se perde pas dans les déménagements d'un ressor à l'autre. Quête honorable de donner un père à son enfant. Mais avec ce nouveau modèle de contrat, pas de quoi désengorger les tribunaux!

 

Mais s'il advient qu'un enfant soit éduqué dans ce contexte du fait de la vie conjugale révolue de l'un ou des deux "partenaires", alors le problème se pose pour cet enfant:

est-il de l'intérêt de l'enfant de subir l'existence simultanée de deux pères ou de deux mères alors que c'est une incongruité biologique? Qu'a-t-on fait alors de l'autre parent biologique qui a disparu dans la tourmente et qui ne suscite aucun débat quant à lui?

 

Déjà avec la question du "statut des tiers", nous avions été choqués de cette même disparition corps et biens. Il n'a pas été étonnant que l'on assiste à une levée de boucliers pour s'opposer au projet Morano puisque déjà, la demande dans les familles séparées divorcées est l'application de la législation existante pour favoriser la résidence alternée et le maintien du lien parents-enfants par tous les moyens, les étalissements scolaires, les activités connexes, l'état civil et l'administration sociale et fiscale.

 

Ceux qui connaissent les questions patrimoniales se posent la question de la filiation et est un argument politique d'opposition à ce type de contrat. Mais la question de la filiation se pose dès le départ pour l'enfant lui-même! Il va se sentir mutant! Dans une forme d'irradiation sociale où les tendres ados ne manqueront pas de lui rappeler de quels dindons ou de quelles carpes il vient, de là à être couvert de plûmes ou d'écailles dans la cour de l'école?!

 

Avec l'avènement de la technologie, et surtout d'une éthique permissive, il est possible aujourd'hui à une femme de se passer d'un homme pour (pro)créer, telle des déesses omnipotentes, amazones du féminisme qui ne "conçoivent" plus que par "désirs". L'homme s'en trouve émasculé culturellement au moins, pouvant encore servir en cas de panne de god-michet (god save the gouine disait-on à l'époque victorienne). Dans un tel contexte, comment ne pas imaginer que d'autres modèles plus cadrés par des dictatures morales puissent prendre la place?

 

En Arabie Saoudite, on aurait tranché depuis longtemps! Le "mariage pour tous" est un projet insensé qui ne correspond, ni aux fondement de la biologie, ni à la tradition majoritaire en Occident, ni à l'efficience sociale, ni à la crise économique, ni aux pères séparés, ni aux mères séparées, ni aux droits de l'enfant, ni même à la persistance de l'espèce humaine. Tous ces éléments sont objectivement constatable par les secteurs d'études adocs, il ne s'agit pas d'une morale donnée à ceux qui s'aimeraient, tant mieux pour eux, tout en étant du même genre, ce que chacun respecte. Pas de châtiments, d'immolations ou de lapidations prévues.

 

Ceux qui parlent de discrimination dans ce débat et dans ce pays ne savent pas ce que c'est ou l'on oublié. La discrimination sexiste, elle, existe bien, quand il s'agit de faire entendre qu'on veut partager la responsabilité parentale tout en étant séparé, malgré la législation en vigueur, des forces occultes sont à l'oeuvre alors pas la peine de rajouter une complexité incontrolable comme ce que nous promet ce projet de "mariage pour tous".

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article

commentaires

COCO 23/11/2012 11:17


Je réponds au troisième paragraphe


1)à mon sens on ne peut pas établir une comparaison de jugement de valeur entre  le mariage gay et la polygamie ce sont 2 choses très differentes:


l'hosexualité est une pratique qui existe depuis la nuit des temps et ceci dans toutes les sociétés à des dégrés et des formes differents.

La polygamie est une pratique acestrale africaine certe. Dans le temps elle ne se pratiquait pas n'importe comment il y'a des règles coutumières bien précises qui accompagnent cette
pratique:pour être polygame,   l'homme doit avoir des terres, de betails, il doit etre un bon bosseur(cultivateur, pêcheur, chasseur, danseur, marabou.... car il est de sa
responsabilité de nourrir, vêtir, soigner, loger sa famille et surtout entretenir toutes ses épouses.La seule chose dont la responsabilité est partagée c'est l'éducation des
enfants. C'est pour dire que ce n'est pas n'importe qui qui peut être polygame. Aujord'huir la vie devient de plus en plus chère et on constate une prise de conscience de la part des
hommes ainsi que des femmes qui sont pour la monogamie . Sauf une poignée des riches qui s'aventurent encore.



2) Pourqupoi citer la pratique polygamique des autres sociétés pour illustrer des faits qui se passent en France? c'est comme ci cette pratique n'a jamais existé en France. Pourtant
l'histoire des empereurs et des rois de France nous en dises des choses sur la polygamie dans tous ses états et toutes ses formes en France .


L'exemple du LouisXIV illustre bien ce propos ''de faire monter une gamme differente'' (lire le livre de Simone BERTIERE intitulé ''les reines de France au temps des Bourbon tom2: les
femmes du Rois Soleil'' apparu aux éditions Bernard de en 1998.

Articles Récents

Articles D'archives