Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 14:49
Grève de la faim et pétition d'une mère pour dénoncer la lenteur judiciaire et les Eloignements Géographiques Volontaires

Evelyne Jeudi est une mère du Mâconnais qui s’est trouvée séparée de son compagnon et brutalement de son fils alors qu’il avait deux ans. Malgré de nombreuses procédures, elle n’a pu empêcher que « la stabilité » supputée de son enfant avec son père évoqué dans le dernier arrêt de la Cour d’Appel persiste à durer et ne puisse être remis en cause jusqu’à maintenant, « la chose jugée » étant difficile à retourner. L’enfant depuis a maintenant cinq ans.

Dans le "mouvement des pères", ce n’est pas le cas le plus courant. Mais à l’examen des éléments, il apparait que ce n’est pas qu’une question de genre comme certains ont trop tendance à le supposer quand un père se trouve dans ce cas, il est de fait des dossiers qui semblent entachés de curieuses anomalies.

Résumons-nous :

=> DENI D’AUTORITE PARENTALE (quand un parent part sans tenir compte et contre sa volonté de l’avis de l’autre parent, là couper la mère de contact et toute communication avec l’enfant pendant des durée inacceptables)

=> EGV (ELOIGNEMENT GEOGRAPHIQUE VOLONTAIRE) (prendre l’enfant et l’amener dans un autre lieu de vie sans obligations majeures)

=> ACCUSATIONS MENSONGERES (obtenir des décisions en proférant des éléments sur l’état psychiatrique de la mère, contestée depuis par les psychologues et psychiatres qui ont examiné la « patiente » imaginaire)

=> ARGUMENTS DU CONTRADICTOIRE OUBLIES DANS LES PROCEDURES (les bases de la procédure en justice)

=> LENTEUR DES PROCEDURES JUDICIAIRES (en conséquence d’entériner les décisions de résidence de l’enfant chez le père, volée sur des bases frelatées).

Des hypothèses peuvent être supposées sur ce curieux dossier.

=> AGISSEMENT EN RÉSEAU D’INFLUENCE?

La pétition lancée par Evelyne (lien bas page) indique que : « L'issue de cette procédure aurait été différente, si la France avait suivi la recommandation du Conseil de l'Europe relative à la prévention et à la résolution des conflits sur le déménagement de l'enfant ». D’autres conventions peuvent être évoquées pour venir au secours de cette mère désespérée devant l’inefficacité, et de l’application des conventions internationales, semblant être remplacé par un spécifique « droit local marseillais ».

Bien que : « Le procureur de Marseille et le Ministère de la Justice ont été alertés de cette situation, mais rien n'a avancé, ... », Evelyne ressent une immense lassitude, empêtrée dans ces procédures qui semblent avoir des rouages grippés par on ne sait quelle poisse.

La Collectif de la Grue Jaune a été saisi de cette affaire. Son secrétaire Michel Calbry (06.52.08.35.69) sera présent avec Evelyne (06.20.47.05.39) pour la soutenir dans cette nouvelle épreuve depuis trois ans :

UNE GREVE DE LA FAIM

Pour garantir une impunité sur les dysfonctionnements d’une instabilité organisée par l’entourage du père dans la vie de l’enfant, on entérine la situation de fait en utilisant l’argument de la nouvelle « stabilité » de l’environnement de l’enfant, acquis par trois ans de lenteur de procédure qui ont laissé courir les anomalies sans nullement les bloquer dans leurs conséquences. Voilà résumé un cas de figure fréquent.

Sous conseil d’un avocat trop souvent qui a oublié ou qui n’a que faire de la déontologie pour son chiffres d’affaire, une association prête à mal faire car idéologisée, un membre de la famille partie prenante qui ne mesure pas les conséquences persistantes de la séparation conflictuelle chez l’enfant, un membre influent dans un réseau mal défini dans ses finalités affichées comme philanthropes mais aux portées diaboliques au sens étymologique, le parent qui apparait « comme le plus diligent », ce parent s’ingénie à trouver une accusation, souvent soufflée, qui donnera « droit » contre l’autre parents, pour l’emmener à être exclus de la vie de son enfant et à déchirer le couples parental alors que le couple conjugal a explosé.

Le mouvement de l'égalité parentale a une autre idée de la justice familiale.

*********************************************

Extrait de la Pétition :

Evelyne demande au Ministère de la Justice de procéder au ré-examen au fond de la décision de Justice concernant la résidence principale de mon fils T----- , [---]


/l'enfant/ est privé, depuis l'âge de deux ans, de son droit de vivre auprès de moi ; il réside à 520 kms, et de par cet éloignement, ne peut profiter de ma présence, mon amour et mes soins maternels que 10 semaines par an, avec des coupures de liens affectifs de 7 à 8 semaines entre chaque période de vacances scolaires..
La résidence principale de /l'enfant/ , très jeune enfant, a été fixée au domicile de son père.
---
L'issue de cette procédure aurait été différente, si la France avait suivi la recommandation du Conseil de l'Europe relative à la prévention et à la résolution des conflits sur le déménagement de l'enfant : CM/ Rec (2015) 4.

Fin janvier 2013, le père de T----- a quitté le domicile familial, le laissant âgé de 2 ans, à ma seule garde ; mais 11 jours après, le père est revenu prendre /l'enfant/ chez la nourrice agrée.

Sans m'en avertir au préalable, le père a éloigné /l'enfant/ du domicile familial de 520 kms, et a fait obstruction à tout contact Le père a ainsi changé, du jour au lendemain, les conditions d'existence de notre enfant.

Provisoirement la résidence de /l'enfant/ au domicile du père, --- vu le 'blocage' du père, /l'enfant/ n'a pu me voir que dans un centre médiatisé, en moyenne 7 heures par mois, pendant 1 an ;


Après 3 décisions provisoires, la JAF a rendu sa décision définitive après remise de l'expertise : il aura fallu attendre une année complète, alors que l'examen de chacun des parents a duré 2 heures !--- Bien que l'expertise psychiatrique contredise de façon évidente les assertions à mon encontre, ---


En septembre 2014, la Cour d'Appel d'Aix en Provence a rejeté ma demande tendant à voir transférer la résidence de /l'enfant/ à mon domicile, en se bornant à affirmer que /l'enfant bénéficiait d'une réelle stabilité auprès de son père, et sans répondre à de très nombreux arguments de mes conclusions.


//oubliant// --- une réelle stabilité auprès de moi, mais ne conteste pas ; elle souligne cependant mes capacités parentales.

En novembre 2015, la Cour de Cassation a rejeté mon pourvoi, en confirmant que l'intérêt de ce très jeune enfant, qui bénéficiait d'une réelle stabilité auprès de son père, commandait de ne pas changer ses conditions d'existence.

--- et révélant un délai excessif des procédures.


---// l'enfant/ ne peut être auprès de moi que 10 semaines par an, le père refusant catégoriquement tous arrangements, et s'en tenant au strict minimum réglementé.

En mars 2015, la JAF a refusé une médiation familiale entre le père et la mère, et un élargissement de mes droits de visite et d'hébergement.

Premier semestre 2015, des investigations éducatives aux domiciles du père et du mien confirment les arguments --- jamais pris en compte :
le père a des horaires de travail amples, /l’enfant/ est pris en charge par ses grands-parents paternels, âgés de 80 ans, ...


*******************************************************

La pétition d'Evelyne JEUDI, La Maman de l'enfant :

(n'oubliez pas de signer)

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Mr_Jean_Jacques_URVOAS_Garde_des_Sceaux_Ministre_de_la_Justice_Reexamen_de_la_decision_de_Justice_tres_surprenante_conce/

Grève de la faim et pétition d'une mère pour dénoncer la lenteur judiciaire et les Eloignements Géographiques Volontaires
Evelyne fait une grève de la faim place st Michel à Paris à partir du samedi 23 avril 2016

Evelyne fait une grève de la faim place st Michel à Paris à partir du samedi 23 avril 2016

Le Collectif de la Grue Jaune soutient Evelyne

Le Collectif de la Grue Jaune soutient Evelyne

Grève de la faim et pétition d'une mère pour dénoncer la lenteur judiciaire et les Eloignements Géographiques Volontaires

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Articles D'archives