Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 13:16

RAPPEL aujourd'hui tout à l'heure 13 h : (mise à jour avec quelques compléments associations)

Vendredi 23 août 2013,

à 13 heures devant le TGI de Privas en Ardèche,

 

APPEL à RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN

à FATHI BOUZAZI,

Père dont le Procureur refuse de faire exécuter un jugement aux affaires familiales.

 

Appel officiel à manifester par les associations CopCo (Collectif pour la Co-Parentalité), SVP Papa, Jamais Sans Papa,

que les associations APAM (Allo Papa Allo Maman Languedoc Roussillon), PEM (Père Enfant Mère), I Comme Identité, Réseau Colin Bagnard soutiennent - - liste non vraiment établi faute de temps - - -)

(sauf erreurs ou omissions)

 

  associations-pour-Fathi-Bouzazi.jpg

  (photo prise à St Peray lors d'une précédente journée de mobilisation)

 

Rappel du contexte:

 

Saint Peray: centre hors la loi de déni d'autorité parentale conjointe

 

 

Depuis juillet,  

à l'appel de Laurent Cettier  (https://www.facebook.com/laurent.cettier)  

et Gérard Chauvel (https://www.facebook.com/gerard.chauvel.52?fref=ts )

de Jamais Sans Papa (https://www.facebook.com/JamaisSansPapa?fref=ts),

Yann Vasseur de SVP PAPA (http://svppapa.e-monsite.com/ et https://www.facebook.com/svppapa.svppapa?fref=ts)

dont est membre Fathi Bouzazi (https://www.facebook.com/fathi.bouzazi.3?fref=ts),

soutenu par de nombreuses associations : Copco, G-E-S, PEM, RCB, ...

 

 

********

Extrait du site: la cause des hommes: (http://www.la-cause-des-hommes.com)

 

22 août  : SAINT-PERAY (suite) LE PROC CONFIRME NE PAS VOULOIR APPLIQUER LA DECISION DE JUSTICE ! MANIF MAINTENUE
 
Coup de théâtre : le proc a proposé à Fathi un entretien ce matin [ 22 août ] à 10h. Il s’agit évidemment de court-circuiter la manif de demain. Apparemment ce monsieur a peur des retombées médiatiques.
 
On pouvait donc espérer qu’il annonce à Fathi (qui a fait 600 km) sa décision d’agir... mais pas du tout ! Il n’appliquera pas la décision de justice, a-t-il déclaré, point final.
 
En Ardèche (et ailleurs bien sûr), on peut donc séquestrer une enfant et la priver de présence paternelle impunément, avec la complicité active d’une élue locale, et passive de toutes les instances chargées de faire appliquer la loi !
 
Tout cela est révoltant et nous donne une raison de plus d’exprimer notre indignation devant le TGI de Privas, demain à 13h. Faites passer.
[fin de citation]
*************

RCB: il est important que toutes les personnes concernées par la cause de l'égalité parentale se mobilisent pour cette manifestation;
Ce cas est symptomatique du déni de droit vis-à-vis des pères avec de nombreuses oppositions institutionnelles :
- la directrice d'une association (subventionnée et dont la fonction comme pour cahque association est comme qui dirait sous caution de l'état) dont la vocation n'est pas de soutenir cette mère irrespectueuse d'un jugement puisque non concernée (par l'alcoolisme);

- la directrice comme représentante des collectivités locales puisqu'élue au Conseil Régional (élue pro-gouvernementale qui a reçu récemment la visite ministérielle)
(cette personne influente dans cette région s'expose donc à une plainte avec Constitution de Partie Civile à laquelle chaque association et chaque personne peut s'associer ne serait-ce que par la contribution à la caution si elle est exigée selon les conditions économiques du déposant)

- Le Procureur de la République, représentant la justice; qui renvoie à l'attente sempiternelle et ici d'un appel (sans doute pourrait il y avoir des changements dans l'arrêt vue les conditions de ce qui se passe !)
Faudra-t-il aussi saisir la justice contre ce magistrat?

- Des services de la force publique qui pourrait normalement faire appliquer ce jugement en contraignant la mère et la directrice à libérer l'enfant de ce refus d'échange.


Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Articles D'archives