Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation Du Réseau

  • : Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • Blog du Réseau Colin Bagnard pour les enfants du divorce
  • : Le maintien des relations des enfants du divorce ou de la séparation, avec leurs deux parents séparés ou divorcés, leurs grand-parents, leurs deux familles... pour l'égalité parentale et une co-parentalité responsable.
  • Contact

Recherche À Partir De Mots Clef

6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 10:51

Chronique 1 (envoyée à et publiée par RCB, surlignage colorisé de RCB)

 

 

La centrale syndicale Force Ouvrière

défend  (timidement) la  Parité Mère-Père

 

Le Conseil Economique Social Environnemental (CESE)  s’était auto-saisi  sur  « les évolutions contemporaines de la famille et leurs conséquences en matière de politiques publiques ». La séance plénière publique a eu lieu le  22 octobre 2013.

 

Extrait encourageant des positions exprimées par F.O.

La porte-parole de FO, Mme Rose Boutaric, a notamment déclaré :

« L’autre évolution notable est la place de l’homme […], comme l’a montré l’augmentation du nombre de ‘monoparents’ masculins ou encore les difficultés rencontrées pour une meilleure parité, notamment en cas de séparation. Pour Force-ouvrière, les solutions doivent systématiquement donner la priorité à l’intérêt de l’enfant tout en permettant à chacun des parents d’assumer pleinement ses responsabilités. C’est sous cet angle que la garde alternée doit être envisagée. »


Cette déclaration rappelle implicitement que c’est un homme qui souffre de disparité, sous-entendu dans le cadre d’un couple parental  femme-homme. Le rappel à l’intérêt de l’enfant articulé avec les responsabilités de mère et père est sans critique.


En revanche à propos de la meilleure déclinaison de la parité, dans le temps, c’est-à-dire la ‘garde’ alternée, on peut regretter une expression trop timide puisque la loi du 4 mars 2002 « envisage » déjà.

 

Position de FO : remarquable au sein d’un CESE hostile.

Dans le texte de l’Avis finalement voté par 104 voix de majorité contre 19  et 54 abstentions, la Parité Mère-Père est méprisée de la sorte :

« La parité dans la résidence alternée ne peut pas être érigée en principe par la loi. L’opportunité d’une résidence alternée paritaire doit faire l’objet d’une appréciation fine de la situation par le magistrat, incluant les critères de faisabilité matérielle, une évaluation de la qualité des relations entre enfants et parents et parents entre eux, etc. ».


On retrouve la même argumentation spécieuse, comme prétexte à mono-parentalisme, qui a déjà été brandie dans les années 80 contre le droit d’hébergement, dans les années 90 contre l’autorité parentale conjointe (qui n’est qu’une parité juridique désincarnée), etc…


L’UNAF se fait aussi nettement porte-parole de l’intérêt du juge contre l’intérêt paritaire de l’enfant :

« … sur la question de la résidence alternée, le CESE défend l’autonomie du juge pour chaque cas d’espèce et s’oppose à une résidence alternée systématique ou encore à parité entre les deux parents. ».


L’UNAF confirme ainsi son souci de représenter davantage les « professionnels » que les familles complètes réelles.


Parmi les opposants au texte, la CFTC a posé quelques bonnes questions comme : « N’y a-t-il aucune incidence pour l’enfant de ne pas avoir de père ou de mère, ou d’en avoir plusieurs, en devant distinguer entre parents biologiques et ceux qui l’élèvent ? » sans hélas préciser suffisamment.

La CFE-CGC a fait impasse sur ce que subissent des masses de vrais pères pour lamentablement préconiser un « statut » de « beau »-parent n’intéressant que très peu de gens.

 

Des auditions  associatives scandaleusement sélectionnées.

Le 15 mai 2013 le CESE a organisé une « table ronde » avec les groupes suivants :

-         UNAF (légitimité inattaquable)

-         Fédération syndicale (*) des familles monoparentales FSFM

-         Conseil national des adoptés CNA

-         Fédération des associations LGBTP.

(*) ce qui tend à prouver que « famille » monoparentale (donc violemment anti-parité) serait une sorte de métier … ouvert à la syndicalisation ouvrière !


L’UNAF regroupe 62 entités jugées compatibles avec ses critères issus de ses statuts. Parmi celles-ci, il y a la FSFM et le CNA que par conséquent le CESE a auditionnés en double : une  fois à part et simultanément représentés par l’UNAF !


Or Sos-Papa est également devenu membre de l’UNAF : son éviction  a priori par  le CESE ne peut être motivée par l’argument que sos-papa bénéficiait de la voix de l’UNAF puisque FSFM et CNA ont été reçues en sus de leur prise en charge par l’UNAF.


Autre aspect montrant un parti-pris idéologique au détriment du Réel et des textes en vigueur : l’assemblage LGBTP qui n’est pas membre de l’UNAF a bénéficié d’une écoute particulariste alors pourtant que l’annexe 2 de l’avis du CESE (définitions) ne fait nullement état d’on ne sait quelle famille « homo-parentale » ou « trans-parentale » …

 

Piste d’explication sur FO en parallèle avec les Radicaux du sénat

Très peu ont émis une hypothèse sur ce surprenant phénomène d’amendement-surprise proposé par une composante de la majorité pour ralliement de l’opposition.


Pour notre part, nous avions d’emblée reconnu la « patte » d’une approche discrète poursuivie depuis deux décennies par certains acteurs « initiés » aux arcanes et coulisses et qui adhèrent à l’optimal de la Parité Mère-Père. Ces acteurs discrets ont permis par exemple de financer en 1997 une douzaine de candidatures-témoignages aux législatives, pour les Droits de l’Enfant et la parité. Ils ont été déterminants dans les négociations de 2001 avant « loi Royal »…


Ce récent démarquage de Force Ouvrière, parmi un ronronnement général de notables replets du CESE, nous confirme dans notre analyse : FO est connue dans le monde syndical pour une « tradition » parmi ses cadres à évoluer dans des « cercles de pensée philosophique » tout comme le Radicalisme en France et ceci depuis le début de la IIIème République.

Grenouillages sans intérêt ?


Mais peut-on se payer le luxe de négliger cette voie quand on ne peut disposer que de 50 manifestants à la fois et au plus ? Alors que simultanément un demi-million de marcheurs sont sarcastiquement toisés par un pouvoir cynique, imbibé d’une idéologie acharnée comme on n’en avait plus vu depuis les années 30 ou les années 50…

 

FO-logo.jpg

********

RCB: Ce texte est certainement en réaction à certaines prises de positions récentes du Réseau Colin Bagnard, notamment sur les "réseaux" en rapport avec des "affaires" concernant des bagnards. Là il s'agit d'un aspect positif (pour notre cause). Chacun peut tenter de comprendre de quoi il retourne et s'en inspirer pour la suite selon ses orientations républicaines... Pour ce qui me concerne, je préfèrerais la transparence... mais est-ce possible? C'est une question à laquelle j'aimlerais bien une réponse !

 

-

Partager cet article

Repost 0
Publié par Nicolas Sègerie Réseau Colin Bagnard - dans REFORME FAMILLE
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Articles D'archives